Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

IP/06/1430

Bruxelles, 19 octobre 2006

LIFE-Environnement 2006: la Commission finance 50 projets d’innovation dans 14 pays pour un montant de 66 millions €

La Commission européenne a approuvé le financement de 50 nouveaux projets innovants relatifs à l’environnement dans 14 pays, au titre du programme LIFE-Environnement 2006. Ces projets utiliseront des méthodes et des techniques nouvelles destinées à résoudre une grande diversité de problèmes écologiques auxquels l’Europe est confrontée. Ils sont répartis dans les États membres suivants: Belgique, Danemark, Allemagne, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Autriche, Pays-Bas, Finlande, Suède et Royaume-Uni. Ils représentent un investissement total de 214 millions €, dont près de 66 millions seront financés par l’Union européenne.

La Commission a reçu 464 demandes de financement au titre du programme LIFE-Environnement, soumises par un large éventail d’organisations publiques et privées. Les projets sélectionnés par la Commission porteront sur des technologies révolutionnaires permettant de résoudre les problèmes environnementaux.

Les projets visant la réduction de l’incidence des activités économiques sur l'environnement (au nombre de 15), absorberont la plus grande partie du financement de l'Union (environ 24 millions €). La gestion de l’eau constitue le deuxième thème le plus représenté avec 15 projets (pour un montant de 18,5 millions €), suivie de la gestion des déchets avec 14 projets pour un budget d'environ 15 millions €. Trois projets portent sur la réduction de l’incidence des produits et services sur l’environnement (5 millions €). Enfin, les trois derniers projets sont consacrés à l'aménagement et la mise en valeur du territoire (3 millions €).

Le programme LIFE

LIFE est l’instrument financier par lequel l’Union européenne soutient des projets de conservation de l’environnement et de la nature sur son territoire, ainsi que dans certains pays candidats, adhérents ou voisins. Depuis 1992, le programme LIFE a cofinancé quelque 2 750 projets, et apporté ainsi 1,35 milliard € à la protection de l’environnement.

LIFE-Environnement, qui assure un cofinancement de projets pilotes et projets de démonstration innovants constitue l’un des trois volets thématiques du programme LIFE. Les deux autres volets, LIFE-Nature et LIFE-Pays tiers, sont respectivement axés sur la conservation de la nature et sur la création de capacités en matière d’environnement dans les pays riverains de la Méditerranée et de la mer Baltique. Pour les projets approuvés au titre de LIFE-Nature et de LIFE-Pays tiers, voir les communiqués de presse IP/06/1428 et IP/06/1429.

LIFE+

Le programme LIFE actuel, LIFE III, arrivera à son terme fin 2006. Il sera alors remplacé par un nouveau programme, LIFE+, qui s'étendra de 2007 à 2013 et sera doté d'un budget de quelque 2,1 milliards €. La proposition relative à LIFE+ est actuellement en deuxième lecture au Parlement européen.

Pour en savoir plus

Voir en annexe le résumé des nouveaux projets financés au titre du programme LIFE-Environnement. Des renseignements complémentaires sur chaque projet sont disponibles à l'adresse suivante:

http://ec.europa.eu/environment/life/infoproducts/lifeenvcompilation_06.pdf et http://ec.europa.eu/environment/life/project/index.htm.

ANNEXE

Résumé des projets LIFE-Environnement 2006, par pays

Autriche – 2 projets – Financement LIFE maximal: 3,1 millions €

Le projet «SPAS (Sound and Particle Absorbing System), consacré à l'environnement en milieu urbain, est axé sur la pollution liée au trafic et l’amélioration de la qualité de l’air dans la ville de Klagenfurt. Le projet porte sur un procédé technique permettant de filtrer et de réduire de 25 % les particules resuspendues là où elles sont présentes.

Le projet «RAINMAN porte sur la gestion de l’eau. Il se concentre sur l'amélioration de la gestion et des procédés de traitement des eaux usées en ce qui concerne la retenue et l’épuration des eaux de pluies s'écoulant d’une zone de captage de plus de 20 km² dans la région de Vienne.

Belgique – 4 projets – Financement LIFE maximal: 4,1 millions €

L'objectif du projet «S.M.I.G.I.N consiste à promouvoir, par une approche participative, un mode de gestion plus durable grâce à la mise en réseau de plus de 150 PME établies en Belgique et en France. Des outils techniques seront mis au point en vue de la gestion collective et un guide des bonnes pratiques, tout comme des bases de données, seront créés aux fins de la promotion d’une approche des activités économiques plus respectueuse de l'environnement.

Deux projets portent sur la gestion des eaux.

Le projet «MULTIBARDEM, mis en œuvre par l’Institut flamand de recherche technologique, porte sur l’utilisation d’une barrière multifonctionnelle appelée «MULTIBARRIER comme moyen durable et rentable de prévenir la contamination des eaux souterraines par les eaux d’infiltration provenant des décharges et autres sites contaminés.

Le projet «ECOTEC-STC vise à prouver la faisabilité d’un système de protection et de traitement antisalissures des coques qui n’entraîne aucune émission dans le milieu marin et permet des économies de combustible lourd de l’ordre de 3 à 8 %. Ce système constitue une solution de substitution aux peintures antisalissures à base de tributylétain.

«CLEAN SITE est un projet de gestion des déchets destiné à encourager le recyclage. Il vise à démontrer la faisabilité économique et environnementale d’un système de collecte sélective des déchets d’emballage en matière plastique dans le secteur de la construction. Pour la gestion et le suivi de ce projet, les technologies de l’information et de la communication (TIC) les plus récentes seront utilisées.

Danemark – 2 projets – Financement LIFE maximal: 6,7 millions €

Le projet de gestion des eaux baptisé «TREASURE est mis en œuvre par la municipalité de Silkeborg. Ce projet prévoit le recours à des technologies innovantes d’élimination des polluants, en vue du traitement et de la réutilisation des eaux de pluies provenant de zones urbaines et de routes dans trois agglomérations urbaines danoises. Des taux d’élimination de l’ordre de 80 à 95 % sont attendus pour le phosphore, les métaux lourds et un large éventail de micropolluants organiques.

Le projet «DEMO SOFC concerne la production d’une énergie plus propre et plus efficace grâce à l’utilisation de piles à combustible à oxyde solide (SOFC), ce qui contribuera à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il entend démontrer la possibilité de produire, à l’échelle semi-industrielle, des piles et stacks SOFC à bas coût. Il montrera la qualité de ces composants SOFC au moyen de la conception et de la construction d’un système de production énergétique SOFC d’une capacité de 50 kW, alimenté au biocarburant.

Finlande – 2 projets – Financement LIFE maximal: 1,3 million €

Le projet «VOCless pulping vise la réduction des émissions de composés organiques volatiles (COV) nocifs issus des procédés de mise en pâte mécaniques et semi-chimiques.

«STABLE est un projet de prévention des déchets axé sur le traitement des déblais de dragage contaminés au tributylétain (TBT), problème de taille pour les ports européens.

France – 7 projets – Financement LIFE maximal: 8,5 millions €

Quatre projets portent sur la gestion des eaux.

Trois d’entre se concentrent sur l’incidence des pratiques agricoles et sylvicoles sur la qualité des eaux, dans le contexte de la directive-cadre sur l’eau[1]. Le projet «CONCERT’EAU vise à réduire les niveaux de nitrates et de pesticides dans le bassin hydrologique de la Gascogne grâce à la mise en place d’une approche de gestion intégrée reposant sur une plateforme technique participative associant l’ensemble des principales parties prenantes. «ArtWET porte sur la réduction des pesticides dans les eaux de surface au moyen de systèmes de traitement basés sur l’utilisation de végétaux (fossés végétalisés, zones humides naturelles et artificielles, placettes forestières). Le projet «ISONITRATE a pour objectif l’amélioration de la gestion des nitrates grâce à la promotion du suivi isotopique, qui permet d’obtenir des données plus précises sur les sources et l’incidence des pollutions aux nitrates.

Le projet «MARECLEAN, quant à lui, est un projet dans le domaine de l’amélioration de la gestion des eaux usées, ciblé sur la réduction des risques de pollution microbienne des eaux côtières.

Trois projets concernent le recyclage.

Le projet «ARFVALORMAT propose une solution innovante pour le recyclage des déchets riches en ressources minérales issus des industries et des collectivités (par exemple boues provenant de l’épuration des eaux, de la fabrication du papier ou de l’industrie alimentaire). Le bénéficiaire souhaite produire des liants à partir de ces déchets, dont la majeure partie finit actuellement en décharge.

Le projet «BASHYCAT se concentre sur la régénération et le recyclage des catalyseurs usés, et particulièrement des catalyseurs NiMoV, utilisés pour l’hydrotraitement et la désulfurisation du pétrole brut dans les raffineries, et des catalyseurs DeNox, utilisés dans le traitement des émissions de gaz provenant des centrales électriques fonctionnant au charbon et au combustible lourd.

«VITRIFLASH est un projet portant sur la création d’une usine pilote pour la vitrification des REFIOM (résidus d'épuration des fumées d'incinération des ordures ménagères) et le recyclage des produits qui en sont issus.

Allemagne – 12 projets – Financement LIFE maximal: 15,3 millions €

Quatre projets visent à atténuer l’incidence des activités économiques sur l’environnement, trois d’entre eux ayant aussi pour objectif la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

«INSU SHELL porte sur la conception d’éléments écologiques destinés à la construction des façades. Le projet prévoit une utilisation économique et écologique du béton, combiné avec des renforts de textile calorifugé, sur la façade d’un nouveau bâtiment public du centre de recherche textile INNOTEX du RWTH de l’Université d’Aix-la-Chapelle.

Le projet «INES-110 concerne la conception et l’application d’un prototype de limiteur de courant de défaut à supraconducteur destiné au réseau à haute tension européen (90-123kV) et, dans un premier temps, au réseau à moyenne tension (10-30 kV).

Dans le cadre du projet «WINTECC, une technique de propulsion éolienne innovante pour les navires de marchandises sera conçue et mise en œuvre.

Le projet «ZEM/SHIPS, partenariat germano-tchèque, permettra la mise au point du premier navire alimenté par pile à hydrogène (capacité d’environ 100 passagers). Le système à émissions nulles sera testé à Hambourg.

Trois projets portent sur la gestion des eaux.

Le projet «FLOODSCAN est consacré à l’élaboration d’une nouvelle technologie permettant une modélisation hydraulique rapide, précise et rentable à des fins de prévention et de maîtrise des inondations (gestion des bassins hydrologiques).

Le projet «IWPM entend prouver qu’il est possible d’améliorer la gestion et les procédés de traitement des eaux usées grâce à un système permettant d’augmenter la qualité des effluents tout en réduisant les coûts.

«Moveable HEPP est un projet consistant en la réalisation d’une centrale hydroélectrique mobile pilote sur la rivière Kinzig (un affluent du Rhin). Le but est de présenter un usage optimal de l’hydroélectricité qui permette d’améliorer considérablement l’état écologique de la rivière, notamment en ce qui concerne le saumon.

Quatre projets traitent de la gestion des déchets.

«LOTECOTEC porte sur un procédé de substitution permettant d’éliminer et de recycler, de manière écologique, les boues provenant des stations d’épuration.

Le projet «CONWASTE vise la conversion des déchets en vue de leur utilisation pour l’étanchéisation et la couverture des décharges industrielles désaffectées. La faisabilité de ce procédé sera testée sur deux décharges pilotes situées à Leuna et à Schkopau.

«SLUDGE2ENERGY vise à montrer qu’une réutilisation décentralisée des boues d’épuration est possible en vue d’une production électrique efficace dans les stations d’épuration. Une centrale de démonstration sera installée sur le site de la station d’épuration de la ville de Straubing.

Le projet «PVClean a pour objet la réduction de l’utilisation d’eau douce dans le processus de fabrication du s-PVC grâce à l’introduction d’un procédé de filtrage innovant.

Le projet «PARFUM est consacré à l’étude de l’incidence des camions et des véhicules utilitaires lourds sur la qualité de l’air en milieu urbain. Le projet prévoit l’étude, en situation réelle, des effets liés à l’introduction de technologies et politiques innovantes dans le secteur des transports urbains destinées à réduire la pollution atmosphérique (et surtout la pollution particulaire).

Grèce – 1 projet – Financement LIFE maximal: 0,93 million €

Le projet «GREEN BANKING 4 LIFE porte sur l’incidence environnementale des produits et services dans le secteur financier. Le projet est axé sur la mise au point de produits écologiques par le bénéficiaire, une banque grecque, et ses associés. Le projet comporte non seulement la publication d’un guide destiné à améliorer la gestion de l’utilisation des ressources, mais aussi des actions visant la réduction des émissions de CO2, le recours accru au recyclage, la baisse de la consommation d’eau et l’utilisation plus soutenue de produits écologiques dans les succursales de l’entreprise.

Irlande – 1 projet – Financement LIFE maximal: 0,95 million €

«CleanWood est un projet consacré à la gestion des déchets. Il montrera les avantages environnementaux et concurrentiels que peut procurer la valorisation des déchets de bois «sale. L’objectif est de récupérer, en vue du recyclage, jusqu’à 80 % des matériaux étrangers et du bois contaminé contenus dans les déchets d'emballage recyclés ainsi que dans les matériaux de construction et de démolition.

Italie – 7 projets – Financement LIFE maximal: 7,2 millions €

Trois projets visent à atténuer l’incidence environnementale des activités économiques.

Le projet «VOICE (Vegetable Oil Initative for a Cleaner Environment) est une initiative visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce à l’utilisation d’huile végétale pure dans la production décentralisée d'énergie et dans les transports.

«Seq-Cure a également pour objectif la réduction des gaz à effet de serre. Il doit montrer comment les résidus organiques (boue d’épuration, fumier, etc.) peuvent être utilisés dans la production agricole de biomasse végétale destinée à la production d'énergie renouvelable.

Le but du projet «MEIGLASS est de réduire l’incidence environnementale du recyclage du verre et de la fabrication de récipients en verre. Ce projet montrera les avantages environnementaux et la rentabilité d'une technique innovante, «SASIL, consistant en une adaptation au calcin (débris ou déchets de verre envoyés au recyclage) des procédés de traitement complexes utilisés pour les matières minérales naturelles.

Deux projets ont pour objet la prévention de la production de déchets.

Le projet «FFR (Forget Fibreglass Reinforced) porte sur la conception et la mise au point de polymères recyclables destinés à remplacer les fibres de verre utilisées dans la fabrication des grands contenants (réservoirs et citernes).

«UME (Ultrasound Micro-cut Eco-sustainable) est un projet dont l'objectif consiste à éliminer les boues résultant de la découpe et du meulage des céramiques et des dalles de pierre naturelle ainsi qu’à réduire la quantité d’eau utilisée lors de ces opérations. Pour ce faire, un procédé original reposant sur une découpe à sec par ultrasons sera mis en œuvre.

Deux projets concernent la gestion des eaux.

Le projet «ASAP porte sur la conception et la mise en œuvre d’un procédé permettant de réduire la pollution des eaux souterraines dans la ville de Pise. Axé sur le réseau de distribution d’eau, ce projet contribuera à la reconstitution des nappes phréatiques, encouragera une utilisation durable de l’eau et visera à prévenir la contamination des eaux souterraines.

Le projet «Kolisoon concerne une nouvelle méthode permettant de détecter la présence de la bactérie E. coli dans les effluents d’eaux usées. L’objectif principal est, d’une part, de mettre au point un dispositif automatisé adapté à la détection d'E. coli et doté d'une fonction automatique d'alerte précoce en ligne et, d’autre part, de promouvoir cette nouvelle technologie.

Luxembourg – 2 projets – Financement LIFE maximal: 5,2 millions €

Les deux projets, qui visent la réduction de l’incidence des activités économiques sur l'environnement, contribueront à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le projet «EFFERNERGY est axé sur l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments existants grâce à l'utilisation de deux membranes d’un type nouveau. La première membrane, associant la réduction des pertes de chaleur par rayonnement et l’étanchéisation, est utilisable sur les toits et les murs des bâtiments en vue de leur meilleure isolation thermique. La seconde, facile à installer, peut être utilisée dans les murs, planchers et plafonds et permet une réduction de la consommation d'énergie liée au chauffage et à la climatisation.

Le projet «BIO TYRE porte sur l'utilisation d’un pneu offrant une résistance au roulement jusqu'à 30 % inférieure à celle des pneus classiques. Ce pneu, d’une structure innovante, est fabriqué à base de matières biologiques provenant de matériaux renouvelables.

Pays-Bas – 3 projets – Financement LIFE maximal: 3,4 millions €

Le projet «WET (Wastewater and Effluent Treatment) est axé sur l'élimination des substances prioritaires dans les stations d'épuration des eaux urbaines. Cette élimination sera testée à l’échelle réelle dans les installations existantes. L’objectif est d'obtenir une eau de qualité répondant aux normes de la directive-cadre sur l'eau, bien avant la date prévue par cette dernière, à savoir 2015.

Le projet «Brine Recovery doit permettre de réaliser d’importantes économies de matières premières et d'énergie dans la production de polycarbonate, grâce à la réutilisation de la saumure. Ce nouveau procédé sera testé pour la première fois à l’échelle industrielle réelle dans la ville de Bergen op Zoom.

Le projet «Green Bearings doit prouver le potentiel écologique de certains types de roulements faisant appel à des technologies innovantes, choisis de manière stratégique. Les essais seront réalisés dans des installations-test, dans des applications destinées aux clients ainsi que de manière virtuelle.

Espagne – 4 projets – Financement LIFE maximal: 5,1 millions €

Deux projets visent à réduire l’incidence environnementale des activités économiques.

Le projet «ES-WAMAR a pour objectif l’amélioration de la gestion des déchets générés par l’élevage porcin grâce à la conception et à la mise en œuvre d'un modèle intégré dans trois localités de la communauté autonome d'Aragón: Tauste, Maestrazgo et Penarroya.

Réparti sur quatre sites, le projet «BioSOFC doit démontrer les économies d’énergie et les autres avantages environnementaux et économiques découlant de l’utilisation d’un système de cogénération reposant sur deux piles à combustible à oxyde solide (SOFC) d’une puissance de 5 kW, alimentées au biogaz. Ce gaz provient de la décomposition anaérobie des déchets organiques produits dans un abattoir ainsi que dans différentes décharges.

Deux projets sont liés à la gestion des déchets.

«ReLiStoP vise l’élimination des résines et solvants toxiques polluants utilisés dans la décoration des céramiques. Le but est de remplacer ces produits par des matières premières naturelles et respectueuses de l’environnement.

Le projet «CLEAN a pour objectif la promotion du recyclage durable. Il prévoit, à l’échelle industrielle, l’utilisation d’un procédé permettant de transformer en énergie et en aluminium les stratifiés provenant des cartons de boissons utilisés.

Suède – 1 projet – Financement LIFE maximal: 1,2 million €

Le projet «BIOAGRO a pour objectif la conception d’une méthode originale en vue de la réduction des déchets et des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur agricole, grâce à la production de pellets de biocarburant provenant de grains, de déchets de grains, de semences et d’herbes.

Royaume-Uni – 2 projets – Financement LIFE maximal: 2,4 millions €

Les deux projets traitent de la gestion des eaux.

Le projet «MR MoToWFO porte sur des aspects importants liés à l’intégration des objectifs de la directive-cadre sur l’eau (la directive-cadre)[2] dans la planification et la gestion des «zones de réalignement contrôlé, de plus en plus souvent prévues dans les stratégies de gestion durable du risque d'inondation.

Le projet «Bringing the OpenMI-Life vient également à l’appui de la mise en œuvre de la directive-cadre. Il a pour objectif de rendre possible une approche intégrée de la gestion de l'eau grâce à un système appelé «Open Modelling Interface and Environment (OpenMI).  


[1] Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau.

[2] Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website