Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

IP/05/828

Bruxelles, le 1er juillet 2005

Les citoyens de l’UE voyagent facilement mais ne sont pas encore tout à fait au courant de leurs droits

D’après une enquête Eurobaromètre sur les droits des passagers publiée aujourd’hui par la Commission, la majorité des citoyens des pays de l’UE estime qu’il est aussi facile de voyager à l’intérieur de l’UE qu’à l’intérieur de leur propre pays. 69 % des 24 000 personnes interrogées conviennent qu’il est facile de se rendre dans d’autres États membres. Plus de la moitié d’entre elles seraient prêtes à acheter les services de sociétés de transport établies dans un autre État membre que le leur. À la question de savoir quels sont les facteurs qui les dissuadent de voyager à l’intérieur de l’UE, elles répondent en premier lieu le manque d’informations et les prix élevés.

M. Barrot, vice-président de la Commission responsable des transports, a déclaré: «Il conviendrait d’encourager les personnes à mobilité réduite à voyager plus souvent. L’étude publiée aujourd’hui montre qu’on ne leur accorde pas toujours l’attention dont elles ont besoin. J’espère que le Conseil et le Parlement parviendront rapidement à un accord concernant les propositions de la Commission visant à renforcer les droits des personnes à mobilité réduite dans le cadre de leurs voyages internationaux en avion ou en train

Markos Kyprianou, membre de la Commission chargé de la santé et de la protection des consommateurs, a ajouté: «Cette étude est très instructive, car elle montre que les citoyens européens n’ont pas peur de se déplacer à l'intérieur de la Communauté. Je souhaiterais cependant qu'ils soient plus nombreux à connaître la législation très complète qui est en vigueur pour garantir le respect de leurs droits lorsqu’ils voyagent.»

L’enquête Eurobaromètre a été effectuée pour évaluer le niveau de connaissance des consommateurs européens concernant leurs droits en tant que passagers et d’étudier leur comportement vis-à-vis de différents types de transport, compte tenu de la multiplication des voyages au cours des dernières décennies. Elle a en outre pour objet de connaître le point de vue des citoyens sur les voyages au sein de l’UE depuis la suppression des frontières.

C’est dans les pays du Benelux que les personnes interrogées sont les plus nombreuses à estimer qu’il est facile de voyager au sein de l’UE, les Pays-Bas (84%), le Luxembourg (82 %) et la Belgique (82 %) ayant, avec la France (82 %), le taux le plus élevé de personnes de cet avis. C’est en Lettonie (47 %) et en Irlande (50 %) que ce taux est le plus bas. Outre le manque d’informations (44 %) et les prix élevés (30 %), les principales difficultés ressenties concernant les voyages au sein de l’UE portent sur les correspondances (26 %), l’achat des billets (25 %), le manque de fiabilité des informations (20 %) et l’insuffisance des fréquences des liaisons proposées (17 %).

La grande majorité des citoyens est favorable à l’idée d’un billet unique pour des voyages internationaux combinant plusieurs transports, et plus des trois quarts ont déclaré qu’ils seraient disposés à utiliser un service unique d’informations aux voyageurs si un tel service était mis en place. Ces résultats vont dans le sens de l’action de la Commission visant à mettre en place des systèmes de billetterie intégrés pour les voyages internationaux en train.

L’étude montre que les différents modes de transport sont diversement appréciés. Le transport aérien bénéficie en général d’une bonne image, avec un taux de satisfaction global de 72 % et une bonne perception de la plupart des éléments qui s'y rattachent. À l’autre bout du classement, les services de transport ferroviaire interurbain de passagers ne satisfont pleinement que 13 % de leurs utilisateurs, et en mécontentent tout à fait 9 %.

Concernant la connaissance de leurs droits, les résultats de l’enquête montrent que les deux tiers des citoyens européens savent que l’achat d’un billet à une compagnie de transport fait naître un contrat entre eux et cette compagnie. Toutefois, seuls 35 % d’entre eux connaissent les droits et obligations qui découlent de ce contrat, les Belges (76 %), les Français (74 %) et les Danois (72 %) étant les moins bien informés. S’agissant du degré de satisfaction eu égard à la manière dont les problèmes qui se posent sont résolus, les personnes interrogées font confiance avant tout aux compagnies aériennes (53 %) pour réagir de manière appropriée. Les transports urbains locaux ont le degré de satisfaction le plus bas (35 %).
http://ec.europa.eu/consumers/topics/facts_en.htm#survey


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website