Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/05/718

Bruxelles, le 13 juin 2005

Les Européens souhaitent que plus d’argent soit consacré à la recherche européenne

Selon deux rapports Eurobaromètre publiés aujourd’hui, 71 % des citoyens de l’UE estiment que la recherche menée en collaboration au niveau de l’UE prend de plus en plus d’importance et 59 % d’entre eux considèrent que l’UE devrait consacrer plus d’argent à la recherche scientifique. Soixante-quatre pour cent des Européens pensent que notre économie ne peut devenir plus compétitive qu’en appliquant les technologies les plus avancées. La même proportion d’entre eux reconnaît le rôle que la science et la technologie jouent aujourd’hui dans le développement industriel. Les résultats des sondages indiquent que les États-Unis sont perçus comme étant plus avancés que l’Europe dans le domaine de la recherche, seulement 12 % des personnes interrogées estimant que l’Europe devance les États-Unis.

La recherche au niveau de l’UE est largement considérée comme créative et efficace, et une grande majorité des sondés considère que les pays européens devraient coopérer davantage entre eux. Les Européens souhaitent plus d’investissements dans la recherche scientifique, tant au niveau national qu’à celui de l’UE, une collaboration renforcée entre chercheurs en Europe, et plus de coordination entre les États membres, l’UE devant jouer un rôle clé à cet égard. En ce qui concerne la prise de décisions en matière de science et de technologie, 73 % des citoyens de l’UE veulent que les responsables politiques tiennent davantage compte de l’avis d’experts scientifiques.

Les rapports présentent et analysent les données recueilles lors de deux sondages effectués pour la première fois dans 32 pays européens[1] au début de l’année. Ils indiquent que les Européens ont une grande confiance dans la science et la technologie. Par exemple, 87 % d’entre eux estiment que la science et la technologie ont amélioré leur qualité de vie et 77 % pensent que cela continuera à être le cas pour les générations futures.

On note des différences entre pays, avec une tendance générale à plus d’optimisme dans les nouveaux États membres. Par rapport aux sondages précédents, l’intérêt pour la science et la technologie a baissé dans certains pays, mais il reste très élevé (78 % des personnes). L’évolution la plus spectaculaire concerne les connaissances scientifiques, qui ont sensiblement augmenté dans la plupart des pays de l’UE au cours dernières années.

Les sondages ont aussi donné lieu à un certain nombre de messages critiques:

  • Les Européens ont tendance à résister à certaines technologies. Par exemple, 54 % d’entre eux estiment que les aliments à base d’organismes génétiquement modifiés sont dangereux (88 % et 80 % à Chypre et en Grèce, respectivement).
  • Bien que qu’une écrasante majorité reconnaisse les bienfaits que la science et la technologie ont jusqu’à présent apportés à la société, certains décèlent aussi des effets négatifs, notamment sur l’environnement et l’emploi. Une majorité estime que l’informatique supprime plus d’emplois qu’elle n’en crée.
  • Il existe toujours un manque de compréhension entre le monde scientifique et la société. Les Européens se sentent mal informés et pas très impliqués dans les questions de science et de technologie. Des efforts restent à faire pour rapprocher la science et la technologie des gens et pour stimuler la communication entre les scientifiques et le public.
  • Cette dualité vaut également pour l’image que les Européens ont des scientifiques: on reconnaît le rôle positif que les scientifiques jouent dans la société mais on critique aussi la manière dont les scientifiques expliquent les résultats de leurs travaux et informent le public.

Pour consulter les enquêtes complètes sur les rapports Eurobaromètre :

http://ec.europa.eu/public_opinion/index_fr.htm


[1] Les 25 États membres de l’UE, plus les pays candidats (Bulgarie, Roumanie, Croatie et Turquie) et les pays AELE (Islande, Norvège et Suisse), soit une population de 570 millions de personnes. Les rapports sont intitulés «Europeans, science and technology» et «Values, science and technology».


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website