Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Eurobaromètre: les consommateurs prêts à payer davantage pour le bien-être animal

Commission Européenne - IP/05/698   08/06/2005

Autres langues disponibles: EN DE EL

IP/05/698

Bruxelles, le 8 juin 2005

Eurobaromètre: les consommateurs prêts à payer davantage pour le bien-être animal

Selon une enquête d'opinion effectuée à l'échelle de l'Union européenne et publiée aujourd'hui, les consommateurs européens sont disposés à payer davantage pour des denrées alimentaires respectueuses du bien-être des animaux, mais souhaitent que ces produits soient plus facilement identifiables. Markos Kyprianou, commissaire européen chargé de la santé et de la protection des consommateurs, présentera l'enquête Eurobaromètre sur les attitudes des consommateurs à l'égard du bien-être des animaux d'élevage aujourd'hui aux membres du Parlement européen. L'enquête révèle que 74% des consommateurs estiment pouvoir contribuer à améliorer le bien-être animal par les choix qu'ils font en matière d'achat et 57% des consommateurs sont disposés à payer davantage pour des denrées alimentaires respectueuses du bien-être des animaux. L'enquête montre aussi que le consommateur déplore que ces produits soient difficilement identifiables.

M. Kyprianou, commissaire européen, a déclaré: “Les consommateurs européens se soucient manifestement du bien-être des animaux et souhaitent pouvoir faire leurs achats en parfaite connaissance de cause. Ils estiment toutefois manquer d'informations pour pouvoir distinguer les produits qui sont fabriqués de manière respectueuse du bien-être des animaux. La Commission entend maintenant étudier la manière de remédier à ce manque d'informations en prenant de nouvelles initiatives en matière d'étiquetage. Les résultats de l'enquête confortent la récente proposition de la Commission relative au bien-être des poulets de chair et ils seront pris en compte dans le cadre de l'élaboration de notre futur plan d'action pour le bien-être des animaux.

L'enquête a porté sur les attitudes des consommateurs à l'égard du bien-être des animaux d'élevage, sur l'influence que cela a sur leurs achats de denrées alimentaires et sur la perception qu'ont les consommateurs de la manière dont l'Union européenne s'occupe du bien-être des animaux.

Selon l'enquête, les consommateurs sont convaincus de pouvoir contribuer à améliorer le bien-être des animaux en achetant des produits respectueux du bien-être des animaux: 74% des consommateurs interrogés pensent que l'achat de tels produits peut entraîner une amélioration du bien-être des animaux, tandis que 19% des consommateurs pensent le contraire. À titre d'exemple, 57% des consommateurs se disent prêts à payer plus cher pour des oeufs provenant d'élevages qui utilisent des systèmes de production plus respectueux des animaux, tandis que 34% des consommateurs se déclarent opposés à un tel effort financier.

Force est toutefois de constater que l'étiquetage des denrées alimentaires n'est pas assez clair pour permettre aux consommateurs de choisir en parfaite connaissance de cause: 32% d'entre eux (et même jusqu'à 70% dans certains pays, en particulier les nouveaux États membres) n'ont jamais pu reconnaître les denrées alimentaires respectueuses du bien-être des animaux, tandis que 19% d'entre eux n'ont pu les identifier que très rarement. Les consommateurs estiment généralement que les politiques agricoles de leurs pays accordent trop peu d'importance au bien-être des animaux: seules 7% des personnes interrogées estiment qu'elles lui accordent trop d'importance.

L'attitude des consommateurs varie aussi considérablement d'une région à l'autre de l'Union. Les consommateurs ayant visité une exploitation sont davantage enclins à s'intéresser aux questions de bien-être animal et sont davantage susceptibles d'identifier les produits fabriqués de manière respectueuse du bien-être des animaux. Les résultats de l'enquête montrent que les consommateurs se soucient particulièrement du bien-être des poulets, qu'il s'agisse des poulets destinés à la production de viande (poulets de chair) ou des poules pondeuses. Ces résultats confortent la récente proposition de la Commission relative au bien-être des poulets de chair (voir IP/05/637).

L'enquête Eurobaromètre en question a été effectuée pour le compte de la Commission européenne en février et mars 2005; 1 000 personnes en moyenne ont participé à l'enquête dans chacun des vingt-cinq États membres de l'Union. Une enquête complémentaire doit être réalisée afin d'étudier de manière plus approfondie les attitudes des consommateurs et d'étendre le champ de l'enquête à d'autres pays tels que la Norvège, la Suisse, la Roumanie, la Bulgarie et la Turquie.

Voir aussi la MEMO/05/198.

http://ec.europa.eu/food/animal/welfare/index_en.htm

http://ec.europa.eu/food/animal/welfare/euro_barometer25_en.pdf


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site