Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/05/631

Bruxelles, le 30 mai 2005

[Les tableaux et graphiques sont disponibles en formats PDF et Word Processed ]

Répondre aux préoccupations des jeunes en Europe: la Commission adopte une communication sur les politiques en faveur de la jeunesse

La Commission européenne a adopté aujourd'hui une communication sur les "politiques européennes à l’égard des jeunes". Ce texte s'inscrit dans le prolongement du Pacte européen pour la jeunesse adopté par le Conseil européen en mars 2005, qui donnait aux jeunes une place essentielle dans le partenariat de Lisbonne renouvelé pour la croissance et l'emploi et qui proposait de mener une action en leur faveur dans les domaines de l'emploi, de l'intégration et de la promotion sociale, de l'éducation et de la formation, de la mobilité et de la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle.

“L'avenir de l'Europe repose de plus en plus sur son aptitude à favoriser l'émergence de sociétés adaptées aux enfants et aux jeunes”, a déclaré Ján Figel’, commissaire chargé de la jeunesse, "et la communication adoptée aujourd'hui montre clairement que le partenariat de Lisbonne pour la croissance et l'emploi présente un grand intérêt pour les jeunes car il traite de questions qui les touchent directement”.

Selon le texte adopté aujourd'hui, les jeunes connaissent un taux de chômage plus de deux fois supérieur au taux de chômage global en Europe et leur groupe démographique est particulièrement exposé à la pauvreté. Pourtant, à mesure que la population européenne se réduira, un nombre plus restreint de jeunes devra supporter le fardeau du remplacement des générations précédentes, plus nombreuses. Les jeunes apporteront une contribution essentielle à la réalisation des objectifs de Lisbonne touchant au renforcement de la croissance et de l'emploi: main-d'œuvre de demain, ils seront aussi à la source de la recherche, de l'innovation et de l'entrepreneuriat dont l'Europe a besoin pour réussir.

Si l'on veut atteindre ces objectifs, toutefois, il faut permettre aux jeunes d'acquérir des connaissances, des qualifications et des compétences en suivant des études et des formations de qualité et utiles, et aussi éliminer des obstacles tels que le fait de grandir dans la pauvreté et l'exclusion sociale.

C'est pour ces raisons que la question du traitement équitable à réserver aux jeunes Européens était à l'étude lors de la réunion de mars 2005 du Conseil européen, à laquelle les chefs d'État ou de gouvernement européens ont adopté le Pacte européen pour la jeunesse (c'était la première fois que le Conseil "Jeunesse" soumettait un texte au Conseil européen). Le but était clair: améliorer l'instruction, la formation, la mobilité, l'insertion professionnelle et l'inclusion sociale des jeunes Européens, tout en facilitant la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle.

Revitalisé au Sommet de mars, le partenariat de Lisbonne pour la croissance et l'emploi prévoit que les États membres doivent élaborer, pour l'automne 2005, des "programmes nationaux de réforme" énonçant les actions qu'ils entendent conduire pour atteindre les objectifs en matière de renforcement de la croissance et de l'emploi. La communication indique comment les États membres peuvent mettre le Pacte en pratique en s'appuyant sur les lignes directrices intégrées de la Commission en faveur de la croissance et de l'emploi. Le texte met également en avant les actions visant les jeunes qui seront menées à l'échelon européen dans le cadre du Pacte.

Le Conseil européen a souligné que la réussite du Pacte passera nécessairement par la mobilisation de tous les protagonistes, et en premier lieu des organisations de jeunes et des jeunes eux-mêmes. La communication invite les États membres à prendre les dispositions nécessaires pour consulter les jeunes sur l’élaboration des mesures relatives au Pacte, ainsi que sur le suivi de sa mise en application. Elle annonce le processus de consultation que la Commission engagera sur la politique de la jeunesse, qui commencera cet été par une consultation sur Internet et dont le point d’orgue sera constitué, fin 2005, par des Etats généraux de la jeunesse – "Les jeunes prennent la parole" – auxquels participeront des jeunes, des commissaires, des députés européens et d'autres responsables politiques.

Enfin, pour compléter ce tableau d'ensemble de la politique de la jeunesse, la communication relève également d'autres domaines d'action et programmes européens qui présentent un intérêt particulier pour les jeunes.

Pour de plus amples informations, voir:

http://ec.europa.eu/youth/index_en.html


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website