Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE EL

IP/05/501

Bruxelles, le 28 avril 2005

Grippe aviaire: la Commission propose des mesures actualisées pour prévenir les épidémies

La Commission européenne a adopté aujourd’hui une proposition de directive établissant des mesures communautaires actualisées de lutte contre l’influenza aviaire. Par le passé, la lutte contre les foyers d’influenza aviaire s’est avérée très coûteuse et a posé des problèmes de bien-être animal en liaison avec l’abattage en masse d’animaux. S’ajoute à cela une préoccupation croissante face aux risques pour la santé humaine dans l’éventualité de la mutation d’une souche d’influenza aviaire en un virus transmissible entre les humains. Les mesures actualisées qui sont proposées aujourd’hui reposent sur les leçons tirées des épidémies récentes et s’inspirent des nouvelles connaissances scientifiques. Le texte législatif proposé met fortement l’accent sur l’introduction de nouvelles mesures de lutte contre les virus faiblement pathogènes afin de les empêcher de muter en des formes hautement pathogènes qui ont été responsables des épidémies les plus spectaculaires et qui sont davantage susceptibles de nuire à la santé humaine.

Markos Kyprianou, le commissaire européen responsable de la santé et de la protection des consommateurs a déclaré: « La situation qui prévaut actuellement en Asie et les foyers récents de grippe aviaire dans l’UE ont révélé l’ampleur des conséquences sociales et économiques qui peuvent résulter de cette maladie. Au-delà de l’impact connu sur la santé et le bien-être animaux, il existe une crainte réelle qu’une souche mutante d’influenza aviaire puisse déclencher une pandémie d’influenza humaine. Cette proposition vise à établir le meilleur système possible de prévention de nouveaux foyers de grippe aviaire dans l’UE, de gestion rapide des foyers qui se déclarent et de minimisation de leur impact négatif. »

La proposition repose sur les leçons tirées des épidémies récentes, sur les connaissances scientifiques nouvelles en matière de pathogénie de la maladie, de son mode de diffusion et des risques pour la santé humaine. Le but est d’assurer la mise en place dans l’UE des mesures de surveillance et de prévention de la grippe aviaire les mieux appropriées, et de minimiser les risques sanitaires, les coûts économiques et l’impact négatif sur la société dans l'éventualité de l'apparition d'un foyer.

L’expérience a montré que les souches faiblement pathogènes de l’influenza aviaire ne causent généralement pas de maladies graves, raison pour laquelle la législation de l’UE ne prévoyait jusqu’ici pas de mesures spécifiques à l’échelon communautaire pour lutter contre ces souches. Cependant, lorsqu’elles mutent en des souches hautement pathogènes, elles peuvent provoquer une épidémie dévastatrice et éventuellement infecter les humains.

C’est pourquoi le nouveau texte législatif qui est proposé exigera des États membres de l’UE qu’ils introduisent de nouvelles mesures de surveillance et de contrôle des virus faiblement pathogènes, et qu’ils renforcent celles qui existent, dans le but de prévenir toute mutation des virus et les formes hautement pathogènes de la maladie.

Les nouvelles mesures sont également plus souples en ce qui concerne la vaccination. Le recours à cette dernière sera toujours étroitement surveillé et les règles de l’UE exigeront que les volatiles vaccinés soient tenus à part des volatiles infectés. Ceci est très important aussi bien pour la lutte contre la maladie que dans le contexte des échanges commerciaux. Les mesures proposées seront gérées de telle manière que les restrictions frappant le commerce des volailles et des produits à base de volailles à partir des zones vaccinées soient réduites au minimum. Les restrictions éventuelles aux échanges commerciaux seront déterminées au cas par cas. En tout état de cause, ces restrictions ne vaudront que pour les régions qui font appel à la vaccination, voire uniquement à des zones comprises dans ces régions. Toutes les régions de l'UE qui ne recourent pas à la vaccination pourront continuer à commercer normalement.

Prochaines étapes

Le projet de directive qui a été adopté aujourd’hui par la Commission devra être approuvé par le Conseil après consultation du Parlement européen. Elle devrait entrer en vigueur le 1er janvier 2007. La législation antérieure relative à l'influenza aviaire (directive 92/40/CEE) sera alors abrogée.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site