Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/05/321

Bruxelles, le 17mars 2005

ERTMS : un grand projet européen pour les réseaux ferroviaires

La Commission européenne et le secteur ferroviaire (industriels, gestionnaires d’infrastructure et entreprises) ont signé aujourd’hui à Bruxelles un protocole d’accord visant à déployer le système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS, «European Rail Traffic Management System») sur une partie clef du réseau transeuropéen. «ERTMS est un grand projet industriel mené par l’Europe. Il permettra d’améliorer la compétitivité et la sécurité du transport ferroviaire. L’Europe du rail ne deviendra pas une réalité sans un outil européen pour lier les systèmes ferroviaires nationaux entre eux», a déclaré Jacques Barrot, Vice-Président de la Commission européenne en charge des Transports. «L’accord de tous les acteurs pour installer ce système à grande échelle devrait générer plus de quatre milliards d’investissements dans les dix ans à venir, rien que sur les grands axes prioritaires du réseau transeuropéen. Cet effet levier du projet ERTMS démontre encore une fois que les 20,3 milliards d’euros proposés pour le réseau transeuropéen de transport dans le budget européen 2007-2013 sont pleinement justifiés».

Le concept d’ERTMS est simple : des informations sont envoyées depuis le sol au train, et un ordinateur embarqué utilise ces informations pour calculer la vitesse maximale permise et ralentit automatiquement le train en cas de besoin. Alors que l’ordinateur embarqué doit comprendre les informations envoyées par le sol, plus de vingt systèmes différents cohabitent actuellement au sol en Europe. Ainsi, sur le train à grande vitesse Thalys entre Paris et Bruxelles, pas moins de sept systèmes de signalisation ont dû être installés, générant des surcoûts et des risques accrus de panne.

Le déploiement d’ERTMS permettra de disposer d’un seul système européen à bord des trains, réduisant les coûts pour les gestionnaires d’infrastructure. Ce système, qui fonctionne aussi bien sur les lignes à grande vitesse que sur les lignes conventionnelles, améliorera sensiblement la sécurité du réseau. Son déploiement, qui impliquera une analyse de la capacité actuelle et potentielle des corridors européens, nécessite une stratégie coordonnée impliquant l’ensemble des acteurs du secteur. Il est en effet techniquement impossible de remplacer instantanément les systèmes nationaux existants qui deviennent de plus en plus obsolètes.

Le protocole d’accord a pour but d’arrêter une stratégie de migration coordonnée, impliquant le maintien le plus court possible des systèmes existants. La Commission nommera un coordinateur qui sera chargé de la mise en œuvre de ce protocole d’accord avec tous les acteurs concernés. Pour le financement, une attention particulière sera accordée, dans le cadre des réseaux transeuropéens, au financement des études et projets relatifs au déploiement du système.

Développé depuis les années 90 grâce au programme européen de recherche, puis sur le budget des réseaux transeuropéens, ERTMS représente une avancée considérable dans la promotion de l’interopérabilité des réseaux. Après quinze ans de travaux communs de l’industrie et des opérateurs, le système est maintenant arrivé à maturité et peut être déployé à grande échelle. Le délai indicatif pour ce déploiement est de 10 à 12 ans.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website