Navigation path

Left navigation

Additional tools

‘Des plantes d’avenir’: un projet pour la biotechnologie végétale en Europe à l’horizon 2025

European Commission - IP/04/801   24/06/2004

Other available languages: EN DE NL IT

IP/04/801

Bruxelles, le 24 juin 2004

‘Des plantes d’avenir’: un projet pour la biotechnologie végétale en Europe à l’horizon 2025

Alors que la population mondiale passera de 6 à 9 milliards dans les 50 années à venir et que les ressources fossiles diminueront, les besoins alimentaires, les besoins en “biocarburants” et en “biomatériaux” produits à partir de sources renouvelables et de sources végétales augmenteront. Un rapport présenté aujourd’hui à Bruxelles souligne de quelle manière les avancées dans les domaines de la génomique végétale et de la biotechnologie peuvent aider l’Europe à répondre à ces besoins, par exemple en mettant au point des plantes résistantes aux stress. D’éminents représentants des secteurs de la recherche, de l’industrie alimentaire et des biotechnologies, les organisations professionnelles agricoles et les associations de consommateurs ont présenté à M. Philippe Busquin, membre de la Commission responsable de la recherche, leurs réflexions sur les perspectives de la biotechnologie végétale à l’horizon 2025. Le document définit trois priorités: produire des aliments moins chers, plus sains et de meilleure qualité; encourager un développement et une agriculture durables; accroître la compétitivité de l’agriculture, de l’industrie et de la sylviculture en Europe. Des parties intéressées et des responsables politiques participeront à la nouvelle plateforme technologique sur la biotechnologie végétale en vue d’élaborer une liste de thèmes de recherche stratégiques d’ici la fin de l’année.

"Bien que l’Europe ait été à l’avant-garde de la recherche scientifique et de la biotechnologie dans le domaine végétal, elle a perdu ce rôle de premier plan ces dernières années, à cause des préoccupations du public concernant les effets de ces technologies, d’un manque de communication vis-à-vis du public sur les avantages que cette technologie peut apporter, et d’une faiblesse des programmes stratégiques de recherche par rapport à ses concurrents,” a déclaré M. Philippe Busquin. “Ce déclin est alarmant quand on connaît les difficultés auxquelles l’Europe est confrontée: fournir à une population de plus en plus nombreuse des aliments plus sains et produits dans le respect de l’environnement, et remplacer les matériaux produits en utilisant des sources d’énergie fossiles par des biomatériaux, c’est-à-dire des matériaux nouveaux, produits selon des procédés écologiques à partir de sources végétales renouvelables".

L’Europe à la traîne

Alors que les sociétés américaines de biotechnologie dépensent 650 millions de dollars par an en R&D, leurs homologues dans l’Union européenne n’ont investi que 400 millions d’euros.

L’année dernière, le gouvernement américain a lancé un programme national de génomique végétale doté d’un budget total de 1,1 milliard d’euros pour la période 2003 - 2008. L’aide apportée par l’UE des 15 est estimée à environ 80 millions d’euros par an.

Vers une bioéconomie soutenable

Il y a en Europe 17 millions d’exploitations agricoles qui occupent 8% de la population active de l’UE à 25, tandis que l’industrie agroalimentaire dégage un chiffre d’affaires annuel de 600 milliards d’euros. Le document de réflexion met en avant le rôle que la biotechnologie et la génomique peuvent jouer pour aider l’UE à évoluer vers une bioéconomie fondée sur la connaissance et sur l’utilisation de ressources végétales renouvelables.

De nouvelles plantes résistantes aux stress permettront d’accroître la productivité agricole, en dépit de variations saisonnières et de changements climatiques plus marqués, alors même qu’elles nécessiteront moins de fertilisants, de pesticides et d’eau. Le programme de recherche stratégique peut aussi aboutir à une diversité génétique accrue des cultures et stimuler le développement des matières “écologiques”, notamment de biocarburants.

Les perspectives

Le document de réflexion préconise la création d’une plateforme européenne sur la recherche en matière de biotechnologie végétale, qui aurait comme fonction:

  • de développer un programme de recherche stratégique couvrant la génomique, la physiologie, l’agronomie, l’écologie, la bioinformatique et d’autres techniques qui voient le jour;
  • de stimuler les investissements publics et privés dans la R&D et d’accroître la transparence des activités de recherche;
  • d’accroître l’aide du secteur industriel au programme de recherche établi par la plateforme;
  • d'oeuvrer en faveur d'un consensus au sein de la société grâce à une compréhension mutuelle et à la communication

Document de réflexion:
http://www.epsoweb.org/catalog/TP/index.htm
http://www.europabio.org/plant_genomics_platform.htm
Plan d’action communautaire en faveur de la biotechnologie et rapports:
http://ec.europa.eu/biotechnology


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website