Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/04/647

Bruxelles, le 17 mai 2004

La Commission européenne met les pleins feux sur l'érosion côtière

Le littoral européen est confronté à une menace croissante d'érosion. L'érosion côtière est un processus progressif de destruction du sol par la mer. Un cinquième du littoral de l'UE élargie est déjà sérieusement atteint, et recule par endroit de 0,5 à 2 mètres par an, et même de 15 mètres dans quelques cas alarmants. Voilà quelques-uns des résultats de l'étude la plus complète jamais réalisée sur le problème de l'érosion anthropique et intitulée "Living with Coastal Erosion in Europe: Sediment and Space for Sustainability," qui a été commandée par la Commission européenne. L'érosion côtière a des effets inquiétants sur l'environnement et sur l'activité humaine. Elle peut précipiter des habitations dans la mer et détruire des routes et d'autres infrastructures. Elle menace les habitats fauniques, la sécurité des personnes vivant sur le littoral et des activités économiques comme le tourisme. Elle est en grande partie la conséquence de l'activité humaine, qui se traduit par un développement intensif et l'utilisation de sable pour le secteur de la construction et des travaux publics. L'élévation du niveau de la mer et l'accroissement de la fréquence des tempêtes et des inondations ont aggravé le problème. Pour y faire face, il faut appliquer de nouvelles formes de gestion durable du littoral. Les résultats de l'étude et les recommandations sur lesquelles elle débouche seront pris en compte dans la prochaine "Stratégie thématique pour les sols" de l'UE. Ils feront l'objet d'une discussion demain dans le cadre d'une conférence internationale organisée à Bruxelles.

"Nous devons préserver nos côtes de manière bien plus efficace", a déclaré Mme Margot Wallström, membre de la Commission responsable de l'environnement. "Elles protègent les populations des forces de la mer, elles constituent un habitat important pour de nombreuses espèces animales et végétales, et jouent un rôle économique non négligeable - nombreux sont ceux qui tirent beaucoup de plaisir de leurs vacances au bord de la mer! La Commission accentuera ses efforts pour garantir une gestion durable du littoral. Mais j'en appelle aussi aux autorités nationales, régionales et locales pour qu'elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour stopper le processus d'érosion. À l'avenir, les conséquences sur le plan de l'érosion des projets de développement le long des rivières et des côtes devront être étudiées de manière beaucoup plus approfondie. Cela nécessitera une coopération internationale plus poussée en Europe."

Quels sont les enjeux?

Les zones côtières ont plusieurs fonctions importantes. Les habitats côtiers tels que les vasières nues, les marais salants, les plages et les dunes de sable sont précieux pour la faune. Les dunes constituent une excellente barrière naturelle contre les inondations et un filtre naturel pour l'eau potable.

En outre, les marais salants absorbent l'énergie dégagée par la houle lors des tempêtes, et neutralisent ainsi l'érosion. Enfin, la beauté des plages et des littoraux est un atout essentiel de l'industrie du tourisme.

C'est tout cela que l'érosion du littoral met en danger. Cette érosion a pour effet:

    la disparition de terres revêtant un intérêt écologique. Sur une superficie de 132 300 km² (mesurée dans une bande de 500 mètres à partir du littoral) qui se trouve directement en butte à l'érosion côtière à l'intérieur de l'UE élargie, 47 500 km2 sont constitués de sites naturels d'une valeur écologique inestimable. Cela signifie qu'ils abritent une grande diversité biologique et des écosystèmes importants. La plupart de ces sites font partie du réseau communautaire Natura 2000, qui regroupe les zones protégées.

    la disparition de terres présentant un intérêt économique. À l'intérieur de l'UE, on estime entre 500 et 1 000 milliards d'euros la valeur totale actuelle des actifs économiques situés dans une bande littorale d'une largeur de 500 mètres, comprenant des plages, des terres agricoles et des installations industrielles. Les fonds publics alloués à la lutte contre l'érosion sont en augmentation. Ils ont été estimés à 3,2 milliards d'euros en 2001.

    la perte de biens immobiliers. Chaque année, dans l'UE, des centaines de maisons situées en bordure du littoral doivent être abandonnées ou perdent de leur valeur car elles risquent à tout moment de sombrer dans la mer ou d'être submergées.

    un danger pour les vies humaines. Au cours des 50 dernières années, la population vivant dans les villes littorales à l'intérieur de l'UE a plus que doublé pour atteindre 70 millions de personnes (16 % de la population de l'UE à 25). Ces personnes sont exposées à un risque croissant d'érosion et d'inondation. Lors de la plus terrible montée des eaux enregistrée dans l'histoire contemporaine européenne, la brusque montée des eaux de la mer du Nord en 1953, plus de 2 000 personnes ont perdu la vie en Angleterre et aux Pays-Bas.

    La destruction des protections naturelles contre la mer. L'érosion fragilise les protections naturelles de la côte, comme les systèmes dunaires. En novembre 2001, une partie des dunes du littoral de Jurmala dans le Golfe de Riga (Lettonie) s'est effondrée pendant une tempête, ce qui a causé l'inondation de l'arrière pays.

    L'affaiblissement des protections artificielles contre la mer, pouvant conduire à des risques d'inondation également. C'est le cas par exemple dans la région de l'Essex (RU), où l'érosion des marais salants qui constituent une barrière protectrice fait que les digues traditionnelles sont fréquemment endommagées lors des tempêtes.

Causes et réponses

L'érosion des côtes est d'une part un phénomène naturel et d'autre part, dans une bien plus large mesure, un phénomène induit par l'homme.

Le sable et les galets entraînés par les vagues et les courants sont naturellement remplacés par les sédiments apportés par les rivières depuis les bassins versants ou par des sédiments provenant de l'érosion des falaises ou de bancs de sable marins.

Le développement rapide le long des côtes et en amont a perturbé ces processus naturels. Chaque année, 100 millions de tonnes de sable qui servaient à réapprovisionner de manière naturelle des habitats côtiers en Europe sont utilisées pour le secteur de la construction ou piégées derrière des barrages fluviaux ou par des travaux de génie civil. Les zones naturelles, qui protègent les côtes des forces de la mer, sont en train de disparaître.

Les effets de l'érosion côtière diffèrent d'une région à l'autre en Europe. Par exemple, les deux tiers de la côte belge sont constitués de plages de sable et le tiers restant est fermé par des constructions. En conséquence, un quart du littoral belge est attaqué par l'érosion, ce qui est beaucoup par rapport aux autres pays. L'Italie, également, est confrontée à un taux élevé d'érosion (23 %), en grande partie en raison de l'urbanisation rapide de ses côtes et de ses plages. D'un autre côté, le littoral finnois est à peine touché car il est pour moitié composé de roches dures, dont l'érosion est très lente.

L'érosion dans les États membres de l'UE pourvus d'un littoral

Pays

% du littoral touché par l'érosionPays% du littoral touché par l'érosion
Belgique25,5Italie22.8,
Chypre37,8Lettonie32,8
Danemark13,2Lituanie24,3
Estonie2Pays-Bas10,5
Finlande0,04Pologne55
France24,9Portugal28,5
Allemagne12,8Espagne11,5
Grèce28,6Suède2,4
Irlande19,9Royaume-Uni17,3

Les villes littorales ont souvent appliqué des solutions techniques «radicales» pour remédier à l'érosion, par exemple en édifiant différents types de digues et autres structures de protection contre la mer. Si ces structures permettent d'atténuer localement l'érosion, elles ont tendance à gêner le déplacement naturel du sable et à provoquer une érosion des côtes plus loin sur le littoral. Sur les 875 km de littoral européen qui ont commencé à subir une érosion au cours des 20 dernières années, 63 % sont situés à moins de 30 km de zones côtières détériorées par des travaux récents!

Pourtant, il existe aussi des solutions techniques «douces» de protection contre la mer, comme le remblayage des plages, qui consiste à apporter du sable prélevé ailleurs pour renforcer les systèmes dunaires et les plages où s'exerce l'érosion.

Ainsi, dans certains cas, le sable a été prélevé sur des fonds marins herbeux qui, paradoxalement, jouent un rôle dans la limitation de l'érosion côtière.

À ce jour, les répercussions des activités humaines sur les processus et les habitats naturels côtiers n'ont pas été correctement prises en compte dans le cadre des procédures d'évaluation des incidences sur l'environnement exigées par la législation communautaire.

C'est pourquoi le coût des travaux entrepris pour tenter de limiter l'érosion côtière s'accroît (3,2 milliards d'euros dans l'ensemble de l'Europe en 2001). Ces travaux sont financés avec l'argent des contribuables.

Recommandations

L'étude intitulée "Living with Coastal Erosion in Europe: Sand and Space for Sustainability" émet quatre recommandations en vue de lutter contre l'érosion côtière en Europe:

    Renforcer la résistance côtière en restaurant le bilan sédimentaire. Cela nécessitera de répertorier les zones où se produisent les formations de sédiments les plus importantes et les "réserves stratégiques de sédiments" où des sédiments peuvent être prélevés sans compromettre l'équilibre naturel.

    Prendre en compte le coût de l'érosion côtière dans les décisions d'aménagement et d'investissement. Il conviendrait de limiter la responsabilité publique pour les risques éventuels et la réparation des dommages et de la transférer en partie sur les bénéficiaires directs et les investisseurs. Il en résulterait un accroissement de la vigilance. En outre, il conviendrait d'identifier les risques et de les prendre en compte lors de la définition des politiques en matière d'aménagement et d'investissement. Les préoccupations relatives à l'érosion côtière, ainsi que les considérations liées à la gestion des côtes, devraient être prises en compte dans les évaluations des incidences sur l'environnement.

    Anticiper l'érosion côtière et planifier des solutions pour y remédier. Plutôt que d'agir au coup par coup, comme c'est le cas actuellement, pour "stopper" l'érosion côtière lorsqu'elle s'exerce, il faudrait planifier des solutions à long terme. Une telle approche reposerait sur des plans régionaux de gestion des sédiments côtiers en vue de rétablir la résistance du littoral. Ces plans devraient comporter une évaluation approfondie des enjeux et des coûts et conséquences des différentes actions envisageables (protéger - s'abstenir d'agir - abandonner la zone).

    Consolider la base des connaissances en matière de gestion et de planification de l'érosion côtière pour garantir l'adoption de décisions avisées et l'application des meilleures pratiques.

Prochaines étapes

La Commission européenne présentera les leçons tirées de l'étude sur l'érosion côtière dans sa "Stratégie thématique pour les sols", attendue pour le printemps 2005. Elle utilisera aussi plus rigoureusement les instruments existants pour garantir une gestion durable du littoral. Ces instruments sont, notamment, les suivants:

    La directive-cadre sur l'eau adoptée en 2000, un instrument important pour éviter le piégeage de sédiments précieux en amont des nouveaux barrages fluviaux;

    La directive Habitats de 1992, qui peut être appliquée pour mettre un frein au phénomène fréquent d'appauvrissement des zones côtières appartenant au réseau communautaire NATURA 2000 des habitats fauniques protégés;

    La directive sur l'évaluation environnementale stratégique (EES), qui entrera en vigueur en juillet 2004, permet de détecter et de prévenir à un stade précoce les effets néfastes des plans d'aménagement du littoral.

Par ailleurs, la Commission soulèvera le problème de l'érosion côtière dans le cadre de ses contacts avec les autorités nationales, régionales et locales compétentes.

Contexte

Le rapport "Living with Coastal Erosion in Europe: Sand and Space for Sustainability" a été commandé en 2001 par la direction générale de l'environnement de la Commission européenne, sur une initiative du Parlement européen. Il avait pour objet d'évaluer les incidences sociales, économiques et écologiques de l'érosion des côtes européennes et d'étudier des moyens d'action. Le projet, d'une durée de deux ans, a débuté en 2002 et coûté 5 millions d'euros. Il a été mis en œuvre par un consortium européen conduit par l'institut néerlandais de gestion du littoral et de la mer (Rijksinstituut voor Kust en Zee).

L'étude a couvert tous les pays membres de l'UE dotés d'un littoral, y compris les nouveaux États membres. Une partie des littoraux de la Roumanie, de la Bulgarie et des territoires d'outre-mer des États membres ont aussi été étudiés.

Aux fins de l'étude, un système d'information géographique spécial a été défini pour l'intégralité du littoral européen, ainsi qu'une base de données contenant des informations sur la gestion du littoral extraites de l'étude de 60 sites à travers l'Europe (Cf. le guide pour la gestion du littoral - "Shoreline Management Guide" - sur le site internet du projet communautaire EUrosion).

La conférence "EUrosion - Sediment and Space for Sustainability" se déroulera demain, de 10h00 à 18h00 au Centre de conférence Albert Borschette, 36 rue Froissart, 1040 Bruxelles. Parmi les participants se trouveront Mme Catherine Day, directrice générale de la DG Environnement et d'autres fonctionnaires de la Commission européenne, des membres du projet EUrosion, ainsi que de hauts représentants des États membres et des autorités régionales. Les journalistes désireux d'assister à la conférence doivent s'inscrire entre 9h et 10h au Centre de conférence.

    Pour de plus amples informations, consulter les sites aux adresses suivantes:

http://ec.europa.eu/environment/iczm/home.htm

et

http://www.eurosion.org/

Vous pouvez également contacter:


Side Bar