Navigation path

Left navigation

Additional tools

La Commission européenne propose que l'UE passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre la pornographie enfantine, le racisme et le «spam» sur l'internet

European Commission - IP/04/333   12/03/2004

Other available languages: EN DE

IP/04/333

Bruxelles, le 12 mars 2004

La Commission européenne propose que l'UE passe à la vitesse supérieure dans sa lutte contre la pornographie enfantine, le racisme et le «spam» sur l'internet

La Commission a proposé aujourd'hui l'adoption de «Safer Internet plus», un nouveau programme destiné à rendre l'internet plus sûr pour les enfants, qui s'étalera sur 4 ans et sera doté d'un budget de 50 millions d'euros. Ce programme, qui couvrirait les années 2005 à 2008, mettrait à profit tout le travail réalisé dans l'UE depuis 1996 pour combattre les contenus illicites et préjudiciables sur l'internet. Il engloberait les nouveaux médias, tels que la vidéo, et de nouveaux aspects tels que les communications commerciales non sollicitées («spam»), intégrerait les pays adhérents et serait davantage axé sur les utilisateurs finaux: parents, éducateurs et enfants. Il vise à mobiliser les talents dans les secteurs public, privé et associatif afin de préparer des campagnes de sécurité sans complaisance. Ses quatre lignes d'action sont: la lutte contre les contenus illicites, le traitement des contenus non désirés et préjudiciables (y compris le «spam»), la promotion d'un environnement plus sûr et la sensibilisation.

«Les enfants devraient avoir le droit d'utiliser l'internet librement, pour bavarder, apprendre ou jouer», commente le commissaire européen chargé des entreprises et de la société de l'information, Erkki Liikanen. «Mais pour qu'ils puissent naviguer librement sur la Toile, il faut les protéger des risques d'exploitation ou d'abus de la part d'adultes.»

Les activités menées dans le cadre des quatre lignes d'action du plan Safer Internet plus seront les suivantes:

    Lutte contre les contenus illicites

Les lignes directes sont des mécanismes de signalement qui permettent au public de signaler les contenus illicites et transmettent les informations à l'organisme qui est en mesure d'agir. La Commission propose de financer la coordination du réseau de lignes directes, ainsi que des lignes directes individuelles.

    Traitement des contenus non désirés et préjudiciables

Le programme financera le développement de mesures techniques permettant aux utilisateurs de limiter le volume de contenus non désirés et préjudiciables qu'ils reçoivent, ou d'évaluer l'efficacité des technologies de filtrage disponibles. Des moyens financiers serviront aussi à stimuler la mise au point de technologies de filtrage efficaces et à promouvoir les échanges d'informations et de bonnes pratiques en matière d'application de la réglementation anti-spam.

    Promotion d'un environnement plus sûr

L'Union européenne privilégie une approche fondée sur l'autorégulation garantissant une grande souplesse et une connaissance approfondie des besoins du média en cause, dans un secteur caractérisé à la fois par le recours aux technologies de pointe, une évolution rapide et des activités transfrontières. La Commission mettra à la disposition des organismes nationaux de corégulation ou d'autorégulation une plateforme permettant l'échange d'expériences le Forum pour un internet plus sûr.

    Sensibilisation

La Commission propose d'encourager une information systématique concernant la sécurité d'utilisation de l'internet, notamment pour les applications personnalisées, interactives et mobiles, et de combiner cette initiative avec d'autres actions de l'UE dans le domaine de l'éducation aux médias et de la formation à l'utilisation de l'internet. La Commission concentrera ses efforts sur les mesures d'amorçage, les actions propres à susciter un effet multiplicateur et les échanges de bonnes pratiques au travers d'un réseau.

Selon une enquête Eurobaromètre dont les résultats seront publiés sous peu, la moitié des parents en Europe ne pensent pas que leurs enfants sachent comment réagir au cas où une situation vécue sur l'internet les mettrait mal à l'aise. Une enquête intitulée «EU Safety, Awareness, Facts and Tools» (SAFT) réalisée l'an dernier a révélé que 46 % des enfants d'Europe du Nord qui bavardent en ligne affirment que quelqu'un s'est servi de ce canal pour demander à les rencontrer, et 14 % déclarent avoir réellement rencontré quelqu'un de cette façon, mais seulement 4 % des parents pensent que ce genre de chose est arrivé à leurs enfants. Le programme Safer Internet plus vise à faire évoluer cette situation, en permettant aux parents et aux enseignants d'utiliser des outils de sécurité en ligne.

Des projets menés dans le cadre du Plan d'action pour un internet plus sûr ont contribué à des résultats remarquables; ainsi, en octobre 2003, un réseau mondial de pornographie enfantine a pu être démantelé grâce à un indice fourni par l'association de lignes directes internet INHOPE. Des comparaisons entre services de filtrage ont été effectuées et de nouveaux modèles d'autorégulation ont été proposés pour les contenus transmis par réseau mobile. Plusieurs enquêtes financées par l'UE ont démontré l'importance de sensibiliser les parents à la sécurité de l'internet, en révélant que les parents européens sous-estiment gravement l'exposition quotidienne de leurs enfants à des contenus préjudiciables et à des situations en ligne dangereuses.

Pour plus d'informations, veuillez consulter la page

http://europa.eu/iap.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website