Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL IT

IP/04/301

Bruxelles, 4 mars 2004

Des matériaux de construction intelligents qui absorbent la pollution et l'éliminent

Un consortium européen réunissant des entreprises privées, des instituts de recherche et le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne mènent un programme d'essais de matériaux de construction innovants, destinés à lutter contre la pollution atmosphérique. Ces matériaux de construction (plâtre, mortier, béton architectonique) et revêtements «intelligents» sont mis au point dans le cadre du projet PICADA (Photo-catalytic Innovative Coverings Applications for De-pollution Assessment (Évaluation du pouvoir dépolluant de revêtements photocatalytiques innovants)). Certains matériaux de construction et revêtements spéciaux contenant du dioxyde de titane (TiO2) sont capables d'«attraper» et de «dévorer» les polluants atmosphériques organiques ou inorganiques après avoir été exposés au rayonnement ultraviolet ou solaire. Les substances polluantes ainsi «dégradées» sont ensuite éliminées par l'eau de pluie. Ces nouveaux matériaux de construction devraient aider à faire baisser les concentrations d'oxydes d'azote (gaz NOx) qui provoquent des problèmes respiratoires et déclenchent la formation de smog, et celles d'autres substances toxiques comme le benzène. Le projet global coûtera 3,4 millions d'euros et sera cofinancé par la Commission européenne à hauteur de 1,9 million d'euros.

«Les revêtements intelligents peuvent entraîner une révolution, non seulement dans la gestion de la pollution atmosphérique, mais aussi dans la manière dont les architectes et les urbanistes abordent le problème persistant du smog urbain» a déclaré M. Philippe Busquin, Membre de la Commission européenne chargé de l'environnement. «Le projet PICADA en lui-même est étroitement lié au mandat de notre programme en faveur d'une croissance compétitive et durable, et encourage la mise en place de solides collaborations avec diverses entreprises européennes» a-t-il ajouté.

La contribution de la Commission européenne

Divers types de matériaux de construction «intelligents» ont été testés dans des conditions d'humidité, de température et de rayonnement ultraviolet (UV) expérimentales dans l'installation INDOORTRON du Centre commun de recherche (CCR) de la Commission à Ispra (Italie), afin de simuler un environnement réel. Les gaz NOx et les composés organiques diffusent à travers la surface poreuse et se fixent sur les nanoparticules de dioxyde d'azote des matériaux de construction et des revêtements. L'absorption du rayonnement UV par le TiO2 incorporé entraîne la «photo-activation» de ce dernier et la dégradation subséquente des polluants adsorbés par les particules.

Les produits acides formés par cette réaction sont éliminés par la pluie ou bien neutralisés par le carbonate de calcium alcalin contenu dans les matériaux.

Sceller le futur potentiel

Les matériaux innovants mis au point par le consortium doivent encore être utilisés en dehors des conditions expérimentales du laboratoire. Cependant, des tests préliminaires réalisés en conditions réelles avec des matériaux photocatalytiques similaires montrent qu'il est possible d'améliorer considérablement la qualité de l'air. En Italie, à Milan, en 2002, 7000 mètres carrés de surface routière ont été recouverts d'un matériau photocatalytique de type ciment, et l'on a enregistré au niveau de la route une diminution de la concentration des oxydes d'azote atteignant 60 %.

De la même façon, des mesures réalisées au Japon lors de l'utilisation de ciments et de dalles de recouvrement photocatalytiques ont fait apparaître une baisse marquée de la pollution atmosphérique. Les revêtements à base d'oxyde de titane sont meilleurs car ils permettent de couvrir une surface beaucoup plus importante que le ciment, dans la mesure où ils peuvent être appliqués tant sur les bâtiments que sur le mobilier urbain.

Réussir là où d'autres revêtements ont échoué

Les propriétés dépolluantes de ces matériaux reposent sur les propriétés semi-conductrices photocatalytiques du dioxyde de titane (TiO2). Les revêtements contenant du TiO2 sont efficaces car la turbulence de l'air amène constamment des NOx et d'autres composés volatils ou semi-volatils à la surface des bâtiments; les molécules adhèrent à la surface suffisamment longtemps pour pouvoir être décomposées par le processus d'oxydation.

Le projet PICADA

Le projet PICADA (Photocatalytic Innovative Coverings Applications for Depollution Assessment) a débuté le 1er janvier 2002 et s'achèvera en 2005. Ses principaux objectifs sont les suivants :

  • Meilleure compréhension des processus et mécanismes chimiques

  • Évaluation de la performance des revêtements en termes de coûts et de durabilité

  • Mise au point et commercialisation des produits

Plusieurs nouveaux matériaux et revêtements photocatalytiques sont actuellement à l'étude au sein de l'INDOORTRON. Dans ce cadre, les chercheurs de l'Union européenne cherchent à mesurer l'efficacité avec laquelle les revêtements parviennent à décomposer des mélanges de polluants (NOx et composés aromatiques) qui contribuent grandement à la formation de smog.

Les gaz NOx et les substances qui polluent l'air intérieur en ligne de mire

Ces nouveaux matériaux et revêtements constitueront de précieux outils qui pourront aider l'Union européenne à atteindre l'objectif qu'elle s'est fixé de ramener les concentrations de NOx à moins de 21 parties par milliard d'ici à 2010. Jusqu'à présent, les chercheurs communautaires ont axé leurs efforts sur la mise au point de matériaux innovants pour les applications extérieures. À l'avenir, ils s'attacheront particulièrement à étudier si ces produits peuvent aussi être utilisés comme matériaux de construction et revêtements dépolluants à l'intérieur des bâtiments.

De plus amples informations peuvent être obtenues en consultant la page d'accueil du projet PICADA:

http://www.picada-project.com/domino/SitePicada/Picada.nsf?OpenDataBase

Annexe

Partenaires et interlocuteurs

Partenaire

Interlocuteure-mail
GTM Construction (France)C. GOBINcgobin@gtm-construction.com
CTG Italcementi (Italie)L. BONAFOUSl.bonafous@itcgr.net
Millennium Chemicals (RU)C. LEHAUT-BURNOUFcorinne.lehaut@millenniumchem.com
Dansk Beton Teknik (Suède -Danemark)A. HENRICHSENah@dbt.dk
CSTB (France)R. COPEcope@cstb.fr
CNR ITC (Italie)A. STRINIalberto.strini@icite.mi.cnr.it
NCSRD (Grèce)J. BARTZISbartzis@avra.ipta.demokritos.gr
AUT/LHTEE (Grèce)N. MOUSSIOPOULOS

P. LOUKA

moussio@eng.auth.gr

petroula@aix.meng.auth.gr


Side Bar