Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL IT

IP/03/661

Bruxelles, le 12 mai 2003

Défis énergétiques, technologiques et environnementaux: la recherche européenne prévoit un avenir sombre pour le monde en 2030

En 2030, la consommation énergétique mondiale aura doublé. Les combustibles fossiles, notamment le pétrole seront toujours les sources d'énergie dominantes, et les émissions de dioxide de carbone seront près de deux fois supérieures à celles enregistrées en 1990, selon une étude publiée aujourd'hui par la Commission européenne. Cette étude, intitulée "World Energy, Technology and Climate Policy Outlook" (perspectives pour la politique mondiale concernant l'énergie, la technologie et le climat) donne pour la première fois un tableau détaillé des défis mondiaux attendus dans ce domaine dans moins de trente ans. L'étude examine les incidences à long terme des mesures environnementales visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à encourager l'utilisation des sources d'énergie renouvelables. On s'attend que les pays en développement auront une influence considérable sur la situation énergétique mondiale, car ils représentent plus de 50% de la demande énergétique mondiale, et un niveau correspondant d'émissions de CO2 En outre, par rapport aux chiffres de 1990, la contribution américaine aux émissions de CO2 aura augmenté de 50 %, contre 18% pour l'Union européenne.

M. Busquin, Commissaire européen à la Recherche, a déclaré : "Nous ne pouvons nous permettre de passer sous silence ces résultats de recherche et leurs conséquences pour le développement durable dans le monde. Pour sauvegarder les approvisionnements énergétiques et remplir les engagements que nous avons pris à Kyoto, l'Europe doit renforcer ses efforts de recherche. Le nouveau programme-cadre communautaire de recherche promeut des initiatives axées sur les sources d'énergie renouvelables, les piles à combustible et les technologies de l'hydrogène. Cette étude fournit un aperçu très précieux des problèmes énergétiques et environnementaux du monde à l'avenir. Elle nous permettra de fixer nos futures priorités de recherche et de développement technologique dans le domaine de l'énergie et de l'environnement."

Des prévisions à trente ans

L'étude "World Energy, Technology, and Climate Policy Outlook" (WETO) a été rédigée par un consortium d'équipes de recherche de l'UE composé d'ENERDATA et du CNRS-IEPE en France, du Bureau fédéral du Plan en Belgique et du Centre commun de recherche de la Commission établi à Séville, en Espagne.

L'étude WETO examine les changements dans le domaine de l'énergie et de l'environnement au cours des trente prochaines années. Il s'agit d'une priorité du sixième programme-cadre communautaire de recherche (6ème PC 2003-2006) qui consacrera 2,12 milliards d'euros au développement durable, au changement planétaire et aux écosystèmes au cours des quatre prochaines années.

Cette étude contient:

  • des projections pour l'énergie dans le monde (demande et offre futures d'énergie, émissions de dioxyde de carbone, production et prix des combustibles fossiles);

  • les progrès dans le domaine des technologies énergétiques (courbes d'apprentissage et scénarios spécifiques pour les technologies de production d'électricité);

  • conséquences pour la politique en matière de changement climatique (un scénario de réduction d'émissions de CO2 et conséquences du développement technologie accéléré).

L'étude WETO met en lumière de façon quantitative des questions telles que le marché du gaz ou le développement technologique dans l'UE. En partant d'un ensemble d'hypothèses fondamentales solidement étayées sur l'activité économique, la démographie et les ressources en hydrocarbures, l'étude WETO décrit en détail l'évolution des systèmes énergétiques mondiaux et européens, compte tenu des effets des politiques en matière de changement climatique.

Les résultats de l'étude WETO ont été obtenus essentiellement au moyen d'un modèle énergétique mondial ("POLES") élaboré au cours des dix dernières années par différentes initiatives communautaires dans le domaine de la recherche énergétique.

Augmentation de la demande énergétique

La demande énergétique mondiale augmentera d'environ 1,8% par an entre 2000 et 2030. On s'attend que plus de la moitié de la demande énergétique mondiale proviendra des pays en développement, contre 40 % à l'heure actuelle. Les émissions de CO2 augmenteront de 2,1 % par an en moyenne. Les émissions mondiales de CO2 atteindront 44 milliards de tonnes d'ici 2030. L'industrie sera responsable de 35 % de la demande énergétique, les transports de 25% et les services et les ménages de 40%.

Augmentation considérable de la production de pétrole et de gaz et des prix

La production pétrolière mondiale augmentera d'environ 65%: elle passera à 120 millions de barils par jour en 2030. Comme les trois quarts de cette augmentation concernent des membres de l'OPEP, cette organisation représentera 60 % des approvisionnements totaux en pétrole en 2030 (contre 40% en 2000). La production de gaz doublera probablement entre 2000 et 2030. Les prix du pétrole et du gaz vont connaître une hausse sensible: on prévoit que le prix du pétrole passera à 35 euros le baril en 2030.

La production d'électricité connaîtra une croissance régulière de 3% par an en moyenne. Le rôle du gaz et du charbon dans la production d'électricité va se renforcer. Les sources d'énergies renouvelables, surtout l'énergie éolienne, assureront 4% de la production. Cette proportion est encore limitée, mais la tendance est à l'augmentation.

Europe: ralentissement de la consommation, mais dépendance plus forte par rapport à des sources énergétiques extérieures

En 2030, les émissions de CO2 européennes auront augmenté de 18% par rapport aux niveaux de 1990 (l'augmentation sera d'environ 50% aux États-Unis). Tandis que les émissions provenant des pays en voie de développement représentaient 30% du total en 1990, ces pays seront responsables de plus de la moitié des émissions de CO2 mondiales en 2030. L'Europe utilisera de plus en plus le gaz comme source d'énergie, mais la production de gaz se concentrera dans l'ex-Union soviétique et au Moyen-Orient, ce qui accroîtra la dépendance énergétique de l'Europe.

Perspectives technologiques

Si de nouvelles sources d'énergie apparaissent, les objectifs de Kyoto en matière d'émission pourraient être atteints plus facilement. L'étude WETO estime que les coûts de la réalisation de ces objectifs pourraient être réduits dans une proportion pouvant aller jusqu'à 30% si on utilisait à grande échelle des sources d'énergie nucléaires ou renouvelables. On pourrait également réduire sensiblement les émissions en limitant la demande énergétique et l'intensité en carbone de la consommation énergétique. Ce sera probablement l'industrie qui fera les plus gros efforts pour réduire la demande énergétique. La diminution de la consommation énergétique à haute intensité de carbone devrait être due principalement au remplacement du charbon par le gaz et la biomasse, et le pétrole dans une moindre mesure. Ce scénario prendrait également en compte une augmentation considérable de la production énergétique par les voies éolienne, solaire et hydroélectrique.

On trouvera davantage d'informations sur le site suivant:

http://194.185.30.69/energysite/gp/gp_pubs_en.html

Quelques chiffres

    Consommation énergétique mondiale

    [Graphic in PDF & Word format]

    Émissions de CO2 liées à l'énergie

    [Graphic in PDF & Word format]

    Production et consommation de gaz en 2030

    [Graphic in PDF & Word format]


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website