Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE NL IT

IP/03/624

Bruxelles, 5 mai 2003

L'ensemble du cheptel européen suivi à la trace grâce au marquage électronique

La Commission européenne a présenté ce jour dans une ferme à Monterotondo, près de Rome, les résultats du projet IDEA (identification électronique des animaux), un projet à grande échelle réunissant six pays et qui confirme la faisabilité du marquage électronique des bovins, des ovins et des caprins. Les systèmes classiques tels que les boucles, le tatouage et le marquage auriculaires peuvent être modifiés et ne sont pas toujours fiables, ce qui peut les rendre inefficaces. L'enregistrement manuel des données est lent et occasionne des erreurs. La Commission a d'ores et déjà proposé un règlement sur l'identification et l'enregistrement des ovins et des caprins 1.

"L'identification individuelle de têtes de bétail qui forment le cheptel de l'UE est essentielle pour empêcher les fraudes en matière d'aide agricole et renforcer les contrôles sanitaires et de sécurité", a déclaré Philippe Busquin, le commissaire européen à la recherche. "Cette mesure est absolument nécessaire, car elle permet de suivre les animaux lors de grandes telles que la fièvre aphteuse."

Le projet IDEA est un projet à grande échelle qui court de mars 1998 à décembre 2001. Un million d'animaux ont reçu un marquage électronique dans six pays de l'UE: France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Portugal et Espagne. La faisabilité des divers systèmes de marquage appliqués aux ruminants (bovins, bufflonnes, ovins et caprins) a été examinée et la structure nécessaire à leur mise en œuvre a été définie.

S'appuyant sur les résultats du projet IDEA, la Commission a présenté un projet de proposition de règlement du Conseil établissant un système d'identification et d'enregistrement des animaux des espèces ovine et caprine. La proposition de règlement la Commission va renforcer les mesures existantes, notamment en introduisant progressivement un système de marquage permettant d'identifier chaque animal dans chacun des États membres et de suivre le mouvement individuel des ovins et des caprins.

Une méthode plus fiable

Les méthodes d'identification actuelles, telles que les boucles, le tatouage et le marquage auriculaires présentent des inconvénients, le marquage pouvant se perdre, se casser ou s'abîmer. L'enregistrement des données est lent et les erreurs de transcription manuelle posent aussi des problèmes.

La permanence des dispositifs électroniques, qui accompagnent l'animal pendant toutes sa vie et la possibilité de les récupérer après l'abattage, constituent les deux principaux arguments en faveur de l'introduction du marquage électronique. Les dispositifs doivent résister aux conditions ambiantes et être lisibles, que l'animal soit à l'arrêt ou en mouvement. Ils doivent également avoir un bon rapport coût/efficacité pour pouvoir être utilisés sur l'ensemble du cheptel européen.

Afin de comparer les performances des solutions les plus prometteuses, des boucles électroniques, des bolus (capsules en céramique retenues dans le réseau ou le deuxième estomac de l'animal) ou des transpondeurs injectables ont été posés sur 390 000 bovins, 500 000 ovins et 29 000 caprins. Le fonctionnement des différents dispositifs mis en place a été vérifié par des contrôles effectués au bout d'une journée, d'un mois puis d'un an, pendant les phases de mouvement, au moment de l'abattage et après la récupération.

L'équipe de la Commission a examiné un certain nombre de points essentiels pour évaluer la faisabilité de ces méthodes. Elle a défini des procédures d'essai et de certification afin de confirmer la fiabilité des dispositifs d'identification et des lecteurs électroniques, elle s'est chargée de l'organisation et des structures logistiques, ainsi que du suivi sur le terrain.

D'importantes améliorations sont encore possibles

Le projet IDEA montre clairement que l'on peut considérablement améliorer la traçabilité grâce à l'identification électronique du bétail et qu'aucun d'obstacle technique ne s'oppose à leur utilisation sur les bovins, les bufflonnes, les ovins et les caprins. Les résultats obtenus indiquent que ces systèmes pourraient être appliqués à des espèces animales et des conditions très diverses: élevage intensif et extensif, transport à l'intérieur et à l'extérieur de l'UE, techniques d'abattage différentes, conditions environnementales extrêmes dans le nord et le sud de l'UE. .

Le règlement proposé sur l'identification des ovins et des caprins vise à améliorer la santé animale, la surveillance des mouvements du bétail et le contrôle des aides et d'offrir ainsi une meilleure protection à l'ensemble des consommateurs européens. Le comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale adoptera, à partir des conclusions tirées du projet IDEA, des orientations et des procédures supplémentaires pour appliquer l'identification électronique: orientations et procédures techniques détaillées, procédures d'essai et critères de certification des équipements, aide à l'harmonisation des bases de données et des protocoles de communication. La Commission présentera si nécessaire un rapport au Conseil avant la fin de 2005, qui sera fondé sur l'expérience acquise avec la mise en œuvre de l'identification électronique.

De plus amples informations peuvent être consultées sur le site suivant:

http://idea.jrc.it/

1 Cf. IP/02/1915 du 18 décembre 2002 à l'adresse suivante


Side Bar