Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/03/540

Bruxelles, le 14 avril 2003

La Commission européenne soutient le processus de paix au Congo Brazzaville

Grâce à son mécanisme de réaction rapide, la Commission européenne soutient le processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) d'urgence des rebelles " Ninja" de la république du Congo (Congo Brazzaville). La signature le 17 mars 2003, d'un accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et ces rebelles dans la région de Pool a ouvert une large perspective de paix. La décision de la Commission, dotée de 731 000 euros, y répond de façon concrète. Sa mise en oeuvre sur le terrain sera assurée par le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), qui a la capacité nécessaire pour engager des actions en l'espace de quelques jours. Le PNUD a une expérience récente de ce type d'opération, acquise lors de l'exécution d'un programme similaire au Congo Brazzaville.

La signature, à Brazzaville, le 17 mars 2003, d'un nouvel accord (confirmant les accords de cessez-le-feu de 1999) entre rebelles "Ninja" et gouvernement, crée un ancrage potentiel pour un avenir plus pacifique. La situation politique et militaire prévalant après la signature de ce nouvel accord reste toutefois nettement précaire, et un programme DDR immédiat et cohérent, s'adressant aux quelque 1 000 "anciens" rebelles de la région est une condition préalable à une stabilité à plus long terme.

La Commission européenne a décidé ce jour d'allouer 731 000 euros pour financer le désarmement et la démobilisation de ce millier de rebelles. Prolongement direct, le programme sera le point de départ aussi d'un effort visant à susciter le retour de ces anciens combattants dans leur ville/village d'origine, grâce au lancement de micro-actions génératrices de revenus s'étendant sur six mois. Ce programme sera suivi, en principe, d'autres interventions financées par la CE, grâce notamment au programme régional de désarmement et de réintégration déjà déployé par différents donateurs.

Le Congo Brazzaville a connu, au cours des années 1990, trois guerres civiles (1993-94, 1997 et 1998-99) qui ont été la cause de nombreuses victimes, de l'instabilité politique et d'une destruction massive d'équipements d'infrastructure du pays. L'amnistie générale prononcée en faveur des milices le 15 août 1999 et les accords de cessez-le-feu conclus ensuite par le gouvernement et différents groupes rebelles, en novembre-décembre 1999, ont permis de restaurer la paix et d'engager un dialogue national. Toutefois, le grand nombre de milices non démobilisées et la large diffusion d'armes de petit calibre dans le pays ont toujours été perçus comme une grave menace pour sa stabilité. À la fin de mars 2002, des combats localisés opposant milices "Ninja" non démobilisées et armée régulière ont repris dans la région de Pool. Ils ont dévasté les zones considérées, ont donné lieu à de nombreux morts et ont entraîné le déplacement d'environ 90 000 personnes sur une population totale de 200 000 habitants du Pool.


Side Bar