Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

IP/03/537

Bruxelles, le 14 avril 2003

La Commission propose des objectifs communs pour améliorer la participation et l'information des jeunes

Par quelles actions favoriser l'exercice d'une citoyenneté active des jeunes et renforcer leur participation effective à la vie démocratique ? Comment améliorer l'accès des jeunes à des informations et des conseils de qualité ? Sur proposition de Viviane Reding, membre de la Commission responsable de l'Education, de la Culture et de la Jeunesse, le Collège propose aux Etats membres une série d'objectifs, à traduire dans des actions concrètes. Ces deux thèmes de la participation et de l'information figurent parmi les priorités pour une coopération renforcée au niveau communautaire dans les politiques de jeunesse, telle que définies par le Livre blanc de 2001 de la Commission (Cf. IP/01/1619 du 21 novembre 2001).

« L'insuffisante participation des jeunes à la vie démocratique et citoyenne n'est pas une fatalité. L'engagement que beaucoup d'entre eux démontrent pour des causes comme la lutte contre le racisme, la paix et le dialogue entre les peuples, l'inclusion sociale, et leur volonté de s'impliquer dans des actions concrètes, par exemple de volontariat, doivent être mieux prises en compte dans les politiques publiques. Dans ce domaine, la Commission européenne, avec notamment le Parlement européen et le Conseil, ont décidé de renforcer la coopération au niveau communautaire pour améliorer les possibilités de participation et d'information des jeunes. Les objectifs que nous proposons aujourd'hui vont dans ce sens et j'appelle les Etats membres à les approuver et à les traduire en actes » a déclaré Viviane Reding à l'occasion de l'adoption de cette proposition de la Commission.

Le Livre blanc sur la politique de jeunesse avait défini quatre axes prioritaires, approuvés par le Conseil des ministres de la Jeunesse l'année dernière : participation, information, volontariat et recherche sur les questions de jeunesse. Au terme d'une consultation des Etats membres et des organisations de jeunesse sur le cadre juridique existant et les actions déjà menées, la Commission propose une série d'objectifs opérationnels susceptibles d'améliorer la situation sur les deux premières priorités. Cette initiative est aussi une mise en pratique des objectifs du Livre blanc de la Commission sur la gouvernance et complète les efforts entrepris par la Commission et le Conseil des ministres de l'Education pour relever le défi de l'Europe de la connaissance conformément aux conclusions du Conseil européen de Lisbonne.

La mise en oeuvre de ces objectifs se fera en appliquant la « méthode ouverte de coordination », c'est à dire d'échange de bonnes pratiques et de vérification régulière des progrès accomplis. Un bilan en sera tiré en 2005. Certaines des mesures proposées peuvent être déjà réalisées dans les Etats membres. Il s'agit ici justement de profiter de ces expériences, bonnes ou mauvaises, pour atteindre de meilleurs niveaux d'information et de participation dans tous les Etats membres, y compris les nouveaux membres de l'Union européenne.

Améliorer la participation à la vie citoyenne, à la démocratie et valoriser cette participation

Comment encourager les jeunes à prendre une part plus active à la vie de leur communauté ? La Commission propose aux Etats membres notamment :

  • De soutenir le développement d'initiatives permettant aux jeunes de s'impliquer dans la résolution de problèmes au niveau local.

  • De mieux reconnaître et appuyer le travail de terrain des parents, des travailleurs sociaux et d'autres relais.

Comment amener les jeunes à mieux accepter les mécanismes de la démocratie représentative ?

  • En développant un dialogue régulier et structuré entre les organes politiques et les jeunes, par exemple au moyen de conseils nationaux et régionaux de jeunesse.

  • En renforçant la présence des jeunes dans les élections : promotion de l'inscription sur les listes électorales et de la participation effective aux scrutins, ouverture plus large des partis politiques aux jeunes, renforcement de la présence de jeunes dans les organes démocratiques.

Comment reconnaître et valoriser la participation des jeunes à la vie démocratique et citoyenne ?

  • En accroissant l'apprentissage spécifique sur l'importance et les possibilités de participation dans les cursus scolaires.

  • En prenant mieux en compte les engagements des jeunes à la vie citoyenne et politique lors du parcours de formation puis du parcours professionnel des jeunes.

  • En faisant mieux connaître les résultats bénéfiques d'une forte participation des jeunes et en luttant contre les préjugés « anti-jeunes ».

Améliorer l'information des jeunes : condition d'une meilleure participation et d'un épanouissement comme individus et comme citoyens

La Commission propose en premier lieu d'améliorer l'accès des jeunes aux services d'information, pour l'instant insuffisants et manquant de coordination, par exemple en

  • Promouvant des services d'information globaux de type « guichet unique », ayant des liens avec les différents niveaux d'intervention (communes, régions, Etat) et avec les services existants au niveau européen. Les portails Internet, relié au futur portail Jeunesse de l'Union européenne, devraient jouer un rôle majeur à cet égard.

  • Mettant en place des services d'information de proximité, gratuits, accessibles notamment aux jeunes défavorisés.

Il semble ensuite que la qualité des informations à la disposition des jeunes soit souvent médiocre, pas assez ciblée et ne faisant pas assez appel aux nouvelles technologies de la communication. La Commission suggère donc :

  • L'élaboration d'un code de normes de qualité applicables aux services d'information et de conseil pour les jeunes.

  • Préparer les jeunes à l'utilisation accrue de l'Internet, des SMS, des vidéos et du cinéma comme moyens d'information et de conseil, en complément des médias plus traditionnels.

Enfin, la Commission préconise de plus impliquer les jeunes eux-mêmes dans la mise au point et la diffusion des informations à destination d'autres jeunes. Pour ce faire, les pouvoirs publics peuvent, par exemple :

  • Mettre en place des encouragements à la diffusion de l'information et aux tâches de conseil par les jeunes, à l'école, dans les maisons de jeunes, dans les médias, etc.

  • Travailler plus étroitement avec les organisations de jeunesse

Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website