Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Influenza aviaire aux Pays-Bas: prolongation des restrictions

Commission Européenne - IP/03/525   09/04/2003

Autres langues disponibles: EN DE

IP/03/525

Bruxelles, le 9 avril 2003

Influenza aviaire aux Pays-Bas: prolongation des restrictions

Le comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale a approuvé une proposition de la Commission européenne visant à prolonger jusqu'au vendredi 25 avril les restrictions mises en place à la suite de l'apparition de foyers d'influenza aviaire aux Pays-Bas. Les volailles vivantes, les œufs à couver et les litières ou le fumier frais non transformé de volailles ne peuvent être exportés vers d'autres États membres ou pays tiers et le transport des volailles vivantes et des œufs à couver, hormis certaines dérogations, est interdit sur le territoire des Pays-Bas. Conformément aux discussions tenues hier à Luxembourg, lors du Conseil "Agriculture", la Belgique et l'Allemagne ont adopté de strictes mesures de biosécurité dans leurs régions frontalières avec les Pays-Bas.

Le Commissaire David Byrne, chargé de la santé et la protection des consommateurs, a exprimé son inquiétude et souhaité que toutes les mesures préventives soient adoptées et respectées par les exploitants et les autorités compétentes des Pays-Bas et des États membres voisins.

La présence de foyers d'influenza aviaire dans la province de Gelderland est confirmée depuis le 28 février. La semaine dernière, la maladie s'est aussi propagée à la province du Limbourg, une région proche des frontières avec la Belgique et l'Allemagne. Ces deux pays ont adopté des mesures de précaution dans la zone limitrophe de la province néerlandaise du Limbourg.

À ce jour, les exploitations infectées aux Pays-Bas sont au nombre de 197 et 21 autres font l'objet d'une sérieuse suspicion de contamination. Au total, 11 millions de volailles provenant de 783 élevages ont fait l'objet de mesures d'abattage depuis le déclenchement de l'épizootie.

Les autorités néerlandaises ont créé des zones tampons autour des régions contaminées, où tous les élevages de volailles sont vidés. Pour éviter une propagation de la maladie, le pays a été divisé en "sections" et tout mouvement potentiellement dangereux de véhicules transportant des volailles, œufs, etc. d'une section à l'autre est strictement réglementé. Les capacités d'abattage ont été renforcées pour pouvoir répondre plus rapidement aux nouveaux cas suspects détectés.

Conséquence de cette nouvelle avancée de la maladie, le comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale a approuvé une proposition de la Commission visant à prolonger les mesures de protection jusqu'au 25 avril, à minuit. L'autorisation d'exportation accordée dans la décision de la Commission du 27 mars (voir IP/03/437) pour les poussins d'un jour éclos en dehors des zones de surveillance a été annulée. Des règles strictes seront également appliquées à la collecte, au stockage et au transport des œufs de table.

Les Pays-Bas veillent à ce que des mesures rigoureuses de sécurité et d'hygiène soient adoptées à tous les niveaux de la production de volailles afin d'éviter les contacts susceptibles d'entraîner la propagation de l'influenza aviaire d'une exploitation à l'autre. Ces mesures viseront notamment à éviter les contacts dangereux entre animaux, moyens de transport, équipements et personnes dans et entre les élevages de volailles, les stations de conditionnement des œufs, les couvoirs, les abattoirs, les fabriques d'aliments pour animaux, les usines de traitement des litières et d'équarrissage.

Ces mesures seront réexaminées lors de la prochaine réunion du comité. La Commission continuera à suivre l'évolution de la maladie aux Pays-Bas en étroite coopération avec les autorités de ce pays.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site