Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/03/1665

Bruxelles, le 5 décembre 2003

Peste porcine classique : approbation d'un nouveau test

La Commission européenne a adopté ce jour une décision approuvant un nouveau test à utiliser après une vaccination contre la peste porcine classique (PPC). Ce test permettra à l'avenir, en cas de vaccination dans l'urgence au moyen d'un vaccin marqueur, d'établir une distinction entre les porcs vaccinés et ceux infectés naturellement par la PPC. Cette distinction n'est pas possible avec la vaccination habituelle.

La directive du Conseil de 2001(1) fixe des mesures de contrôle de la peste porcine classique (PPC) dans l'Union européenne qui prévoient la possibilité de recourir à des vaccins en cas d'urgence. Toutefois, l'utilisation de ces vaccins est sérieusement entravée par la possibilité, en cas d'infection par le virus de la PPC, que des porcs vaccinés continuent à propager la maladie sans pouvoir être distingués des animaux vaccinés et non infectés.

C'est la raison pour laquelle certaines mesures de prévention sont nécessaires afin d'éviter que la maladie se propage davantage à partir des zones où le vaccin est utilisé. Ces mesures incluent des restrictions appliquées aux échanges de porcs vaccinés et de leurs produits, ce qui réduit l'utilité de la vaccination dans la lutte contre la maladie.

Récemment, deux nouveaux vaccins ont été mis au point et autorisés par la Commission. Ceux-ci pourraient éventuellement être utilisés comme « vaccins marqueurs » grâce à leurs propriétés spécifiques. Étant donné qu'ils n'induisent à l'immunité que contre l'une des protéines du virus, les animaux vaccinés mais néanmoins infectés par la PPC pourraient ensuite être détectés au moyen d'un test sanguin « de discrimination » approprié. Mais il n'existe à ce jour aucun test présentant ces caractéristiques.

En 2003, le laboratoire communautaire de référence a procédé, en coopération avec les laboratoires nationaux de référence dans les États membres, à une évaluation d'un nouveau test de discrimination pour la PPC. Les résultats de cette évaluation montrent que la sensibilité et la spécificité de ce nouveau test sanguin sont suffisantes pour permettre son utilisation efficace dans le contexte d'une vaccination d'urgence au moyen d'un vaccin marqueur.

La Commission a approuvé aujourd'hui l'utilisation du nouveau test de discrimination ainsi que les instructions relatives à son application, de sorte que l'utilisation de vaccins marqueurs en combinaison avec ce test ne présentera aucun risque inadmissible au regard des mouvements ou échanges de porcs vaccinés, de leur descendance ou de leurs produits.

Dorénavant, toute utilisation de vaccins marqueurs et du test de discrimination qui l'accompagne restera soumise à une approbation "ad hoc" de la Commission, sous réserve de la présentation d'un plan de vaccination d'urgence par l'État membre concerné après apparition d'une épidémie de PPC.

Considérations générales sur la peste porcine classique (PPC)

La peste porcine classique est une infection virale affectant les porcs domestiques et les porcs sauvages (sangliers) qui provoque une maladie grave avec un très fort taux de mortalité. Il n'y a pas de risque connu d'une éventuelle maladie pour l'homme provoquée par le virus de la PPC, mais son apparition sur le territoire de l'Union européenne entrave les échanges internes et internationaux et les épidémies peuvent engendrer des pertes économiques considérables. Pour cette raison et dans l'intérêt du bien-être des animaux, son éradication de l'Union européenne est l'une des priorités de l'action dans le domaine de la santé animale.

Au cours des dernières années, la lutte contre la PPC s'est avérée particulièrement difficile dans un certain nombre d'États membres, notamment dans les zones à forte densité de porcins. L'épizootie de 1997/98 qui s'est déclarée aux Pays-Bas, en Espagne, en Allemagne, en Belgique et en Italie, en particulier, a entraîné des pertes et des coûts économiques importants pour l'Union européenne, les États membres et les éleveurs concernés en raison de l'abattage et de la destruction d'un nombre très élevé d'animaux, ce qui pose également un problème éthique. D'autres épidémies graves de cette maladie ont éclaté au Royaume-Uni en 2000 et en Espagne en 2001/2002.

Pour de plus amples informations sur la PPC, voir à l'adresse Internet:

http://ec.europa.eu/food/fs/ah_pcad/ah_pcad_index_en.html

(1) Directive 2001/89/CE du Conseil du 23 octobre 2001 Journal officiel L 316 du 1.12.2001.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website