Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL

IP/03/1202

Bruxelles, le 5 août 2003

LIFE-Nature 2003: la Commission alloue 71 millions d'euros pour 77 nouveaux projets de conservation de la nature

La Commission européenne a approuvé le financement de 77 projets de conservation de la nature au titre du programme LIFE-Nature 2003. Soixante-trois projets seront menés dans 12 États membres de l'Union européenne et quatorze dans 6 pays candidats. Ces projets représentent un investissement total de 133 millions d'euros en faveur de la conservation de la nature, auquel l'Union européenne contribuera à hauteur de 71 millions d'euros. Les projets LIFE-Nature de cette année continueront de faciliter l'établissement du réseau Natura 2000 dans toute l'Union europénne grâce à la remise en état des zones protégées, à la mise en place de structures de gestion durable et à la sensibilisation de l'opinion publique.

Lors de la procédure de sélection de 2003, la Commission a reçu 182 demandes dont 144 ont été jugées recevables. Après évaluation des demandes recevables et approbation par le comité Habitats, 77 projets émanant de 18 pays ont été retenus pour bénéficier d'un financement. Soixante-trois projets concernent l'Union européenne (Autriche, Belgique, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Italie, Portugal, Espagne, Suède, Irlande et Royaume-Uni) et quatorze les pays candidats (Estonie, Hongrie, Lettonie, Roumanie, Slovénie et, pour la première fois, Slovaquie). Les projets sélectionnés satisfont à l'un des trois critères fondamentaux de la procédure de sélection des projets LIFE-Nature, à savoir la protection:

(i) de sites proposés par les États membres au titre de la directive Habitats(1) (68%); (ii) de sites classés en tant que zones de protection spéciale au titre de la directive Oiseaux(2) (23%);  (iii) d'espèces de faune et de flore considérées comme importantes dans l'Union européenne (9%).

La participation de pays candidats au programme LIFE-Nature a permis à six des 10 pays qui deviendront membres de l'Union en 2004 de se préparer à la mise en œuvre concrète des directives Oiseaux et Habitats.

La tendance à l'augmentation de taille des projets se confirme. La taille moyenne des projets approuvés en 2003, en termes de budget total, a augmenté de 7,5% par rapport à 2002, après avoir connu une augmentation de 15% l'année précédente. La contribution communautaire moyenne par projet a augmenté de 3% en 2003. Depuis le lancement de LIFE-Nature, l'investissement total dans les projets n'a cessé d'augmenter, passant de 60,6 millions d'euros par an en 1992-95 (LIFE I) à 138,6 millions d'euros par an en moyenne pour LIFE III (2001-2003).

En ce qui concerne la sélection 2003, l'enveloppe financière de 71 millions d'euros accordée par l'Union européenne couvrira en moyenne 53 % du coût des projets. Les 62 millions d'euros restants seront apportés par les bénéficiaires, les partenaires et les cofinanciers.

Les projets bénéficieront de cette aide financière sous réserve qu'ils respectent les dispositions administratives et financières.

De multiples habitats ciblés et un taux de partenariat élevé entre protagonistes des projets

Plus des deux tiers des projets de cette année (54) sont centrés sur des sites et leurs espèces hôtes, qui relèvant de la directive Habitats; 17 autres portent sur des espèces d'oiseaux énumérés dans la directive Oiseaux et les 6 projets restants ciblent des espèces recensées qui ne sont pas associées à des sites particuliers. Les projets qui portent sur les sites Natura 2000 couvrent tous les habitats. Les rivières, les zones humides et les milieux forestiers sont particulièrement bien représentés. Un tiers de ces projets couvrent au moins deux types d'habitats. Comme c'est généralement le cas, les actions les plus fréquentes concernent l'élaboration et la mise en œuvre de plans de gestion, la gestion des cours d'eau, l'achat de terrains (en particulier dans le nord de l'Europe), la conduite du pâturage, l'élimination des espèces exotiques, et la remise en état et l'amélioration des sites.

Les actions de conservation de la nature sont susceptibles d'intéresser les institutions publiques et il n'est donc pas étonnant que les bénéficiaires LIFE-Nature soient en majorité des autorités régionales ou locales (62%). 35 % des bénéficiaires sont des organisations non gouvernementales (ONG). Près des trois quarts des bénéficiaires travaillent en partenariat, ce qui est le plus souvent le cas entre un organisme public et une ONG s'occupant de conservation de la nature. Les compétences professionnelles et la planification administrative sont ainsi combinées, ce qui est la meilleure façon de procéder pour parvenir à assurer la viabilité des zones protégées. Un tout petit peu plus de la moitié des bénéficiaires LIFE-Nature (51%) de 2003 sont nouveaux. Cela prouve clairement que le programme continue d'innover.

La viabilité des actions LIFE-Nature est un critère important pour la sélection des projets. La participation des citoyens et des collectivités locales fait aussi l'objet d'une attention particulière. Les bénéficiaires sont tenus d'entreprendre des actions de sensibilisation de l'opinion publique, et la préférence va aux projets qui offrent des garanties à long terme en matière de gestion des sites.

LIFE-Nature

LIFE est le programme de l'Union européenne qui accorde des subventions aux projets de protection de l'environnement et de conservation de la nature dans toute l'Union européenne, dans les pays candidats et les régions voisines. L'objectif général de LIFE est de contribuer, par le financement d'actions spécifiques, à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique communautaire dans le domaine de l'environnement. LIFE est composé de trois volets : LIFE-Environnement, LIFE-Nature et LIFE-Pays tiers. Le programme LIFE III actuel, valable jusqu'en 2004, dispose d'un budget total de 640 millions d'euros. Un peu moins de la moitié de ce budget total LIFE est utilisable pour les projets LIFE-Nature(3).

LIFE-Nature a été institué en 1992 pour faciliter la mise en place de Natura 2000, le réseau communautaire de sites protégés créé par les directives Oiseaux et Habitats. Les 15 000 sites de ce réseau qui couvre 15 % du territoire de l'UE doivent être désignés avant la fin de l'année 2004. La plupart des projets LIFE-Nature sont ciblés sur les sites Natura 2000; d'autres visent à protéger des espèces énumérées par les directives Oiseaux et Habitats. Les activités proposées par les soumissionnaires, qu'il s'agisse de la remise en état et de la gestion d'habitats naturels spécifiques ou de l'amélioration des conditions de vie d'une espèce particulière, doivent être parfaitement compatibles avec les directives communautaires. Jusqu'à présent les projets LIFE-Nature ont exercé une action sur environ 10% des zones protégées du réseau Natura 2000 de l'Union européenne, mais ont eu des effets indirects sur bien davantage.

Un résumé des 77 projets subventionnés figure en annexe. Des informations plus détaillées peuvent ête obtenues sur les nouveaux projets, classés par pays, à l'adresse suivante :

http://ec.europa.eu/environment/life/project/index.htm

Pour plus d'informations sur le réseau Natura 2000, consulter le site web à l'adresse suivante:

http://ec.europa.eu/environment/nature/home_fr.htm

Annex

Tour d'horizon des projets LIFE-Nature 2003 par pays

Allemagne

Nombre de projets subventionnés : 7

Deux des projets concernent des types d'habitats prioritaires (prés salés continentaux, sources pétrifiantes avec formation de tuf) pour lesquels l'Allemagne assume une responsabilité particulière puisqu'elle abrite certains des plus beaux spécimens de l'Union européenne. Le projet sur les prés salés en Thuringe concerne des travaux d'hydrologie visant à enrayer les effets de la pollution passée et du drainage, tandis que le projet sur les sources pétrifiantes en Franconie libérera des dizaines de sources des épicéas qui leur font ombrage et les acidifient, des constructions inconsidérées de l'homme et du ruissellement des champs voisins. Chaque projet comportera une vaste campagne de sensibilisation afin d'attirer l'attention du grand public sur ces habitats peu connus et néanmoins exceptionnels.

Trois projets portent sur la conservation de la nature dans des zones densément peuplées faisant l'objet d'une utilisation intensive.

Le long du Main à l'est de Würzburg, les sites de repos pour oiseaux migrateurs qui subsistent seront étendus grâce à la conversion de terres arables, de prairies à fourrage et d'anciennes gravières en un habitat convenant aux oiseaux. Ce projet est remarquable en raison de la collaboration qui rassemble plusieurs autorités locales. Le fleuve Ems en Basse-Saxe est le théâtre d'un projet qui, en s'inspirant de travaux réalisés dans le sud dans le cadre d'un projet antérieur, vise à supprimer les berges, à rouvrir d'anciens méandres et à permettre aux bancs de sable de retourner dans le lit du fleuve. Le résultat final sera un fleuve bien plus naturel qui constituera une sorte de couloir écologique traversant une région caractérisée par une exploitation agricole intensive. Enfin, dans la région densément peuplée de Minden, une haute tourbière relictuelle sera remise en état de manière à retrouver des conditions hydrologiques optimales. Les arbres qui proliféraient sur la tourbière asséchée seront supprimés et des moutons seront mis à paître pour entretenir la végétation. Étant donné le taux de fréquentation élevé de cette enclave par les populations locales, une infrastructure d'accueil des visiteurs sera mise en place, notamment des chemins et des plates-formes, de manière à concilier activités récréatives et conservation de la nature.

Les deux derniers projets seront menés dans un paysage vallonné (Rothaargebirge et Eifel). Ils visent à stopper l'extension des forêts et à remettre en état les différentes prairies humides et submontagneuses qui constituent des habitats inscrits à l'annexe I de la directive, ainsi qu'à supprimer les digues, dérivations et barrages qui ont imposé aux cours d'eaux locaux un parcours anti-naturel et ont dressé des barrières devant les poissons migrateurs et les invertébrés aquatiques. Les deux projets, qui se déroulent dans un cadre rural, ont une forte composante de collaboration avec les principales parties intéressées comme les agriculteurs, les exploitants forestiers, les associations de pêcheurs et les municipalités.

Autriche

Nombre de projets subventionnés : 3

Deux projets sont ciblés sur les rivières. Le premier (un partenariat entre la municipalité, des associations de pêche à la ligne et de grands propriétaires terriens) vise à remettre en état et à améliorer la haute vallée de la Mur en Styrie. Il s'agit d'éliminer les obstacles à la migration des poissons, d'aménager le paysage de manière à faciliter la formation de berges et d'îlots de sédiments, et de régénérer les forêts alluviales. Le deuxième projet a pour objectif la protection des habitats les plus menacés du Danube dans les gorges de la Wachau. Il s'agit essentiellement d'un programme pilote qui vise à recréer des berges en gravillons à partir des matériaux provenant du dragage des chenaux. En cas de réussite, la technique sera adoptée par l'autorité de gestion des rivières. Il s'agira également de remettre en état les herbages et les bois desséchés sur les pentes.

Le troisième projet visera à préserver un ancien site d'extraction de tourbe servant d'aires de reproduction, de repos et d'hivernage pour les oiseaux.

Belgique

Nombre de projets subventionnés : 4

Un très grand projet vise à remettre en état près de 10 000 hectares de terrain d'entraînement militaire en Flandre. Il s'agit d'une coopération entre les autorités régionales de conservation de la nature et des forêts et le ministère de la défense. Des plans de gestion seront établis pour 12 sites Natura 2000, ce qui permettra de planifier les exercices militaires en tenant compte des besoins de conservation de la nature.

Le deuxième projet est géré conjointement par une association de chasseurs des Ardennes et par les autorités régionales. Il vise à transformer des plantations d'épicéas non rentables en un complexe de zones humides, de prairies et marécages et de forêts naturelles humides, qui servira de modèle de gestion forestière respectueuse de la nature.

Un troisième projet poursuivra les actions en faveur des prés salés, qui constituent d'importants sites d'hivernage pour les oiseaux migrateurs, sur la côte flamande. Le projet comprendra des actions en faveur de l'agriculture durable et du tourisme.

Le dernier projet, en périphérie de Gand, visera à remettre en état un ensemble d'étangs et de prairies humides d'une grande richesse botanique, et fera intervenir des pêcheurs, des agriculteurs et les collectivités locales.

Danemark

Aucun projet subventionné cette année.

Espagne

Nombre de projets subventionnés : 12

En tout, 50 sites Natura 2000 sont concernés.

Trois projets ciblent conjointement cinq espèces d'oiseaux prioritaires recensées au niveau communautaire. L'un porte sur le goéland d'Audouin dans la province de Murcie (sud de l'Espagne) et un autre sur l'outarde houbara native des steppes des Îles Canaries; le troisième est ciblé sur l'aigle impérial, l'urubu noir et la cigogne noire, dans le centre et l'ouest de l'Espagne.

La conservation des invertébrés est le sujet de deux projets cette année en Espagne. Un projet vise à améliorer le sort de sept espèces d'insectes en Estremadure, et un autre celui de la moule de rivière dans la province de Castille et Leon. Un projet ayant pour cadre les Îles Canaries portera sur les grands animaux marins, à savoir le grand dauphin et la tortue caouanne.

Plusieurs projets, en particulier ceux ciblés sur les habitats, mettront en application une gestion intégrée des sites Natura 2000 au niveau régional. Il s'agira, par exemple, de la gestion d'habitats forestiers prioritaires dans 5 sites de montagne dans la province de Valence et de la gestion de 10 sites dans le cadre d'un programme régional pour le développement durable de la Murcie. L'élaboration de stratégies conjointes pour la gestion des zones humides et des habitats côtiers fera l'objet de deux projets distincts en Andalousie. Un autre projet en Estremadure visera à remettre en état une zone humide saisonnière et à atténuer les effets de l'activité humaine à cet endroit.

L'intégration accrue des activités socio-économiques dans la conservation de la nature est l'un des thèmes importants des projets. Un projet en Catalogne vise à remettre en état le deuxième plus grand lac d'Espagne et dans le même temps à promouvoir le développement durable dans cette région extrêmement fréquentée. Le projet susmentionné portant sur 3 espèces d'oiseaux prioritaires envisage la gestion de la reproduction et de l'approvisionnement en nourriture sur des domaines privés avec une participation directe des propriétaires fonciers; cette question est très problématique pour la réalisation des objectifs de conservation de la directive Habitats.

Estonie

Nombre de projets subventionnés : 2

Un projet vise à remettre en état d'importantes étendues côtières d'herbages, notamment en encourageant les agriculteurs et les propriétaires terriens à réintroduire les pratiques du pâturage et du fauchage. Le projet contribuera à débarrasser ces zones des broussailles et incitera les agriculteurs à mettre les terres en pâture et à les faucher. Des accords de gestion à long terme devraient pouvoir être conclus dans le cadre de programmes agro-environnementaux.

Le deuxième projet adopte une approche similaire pour les polders situés le long des berges du lac Peipsi où les prairies de fauche sont depuis peu laissées à l'abandon, compromettant la valeur de ces sites pour la conservation de la nature.

Finlande

Nombre de projets subventionnés : 4

La Finlande abrite une grande partie des forêts et marécages naturels restants de l'Union européenne. Trois des projets de la sélection de cette année portent sur la remise en état de 77 de ces sites au sein du réseau Natura 2000. Chaque projet adoptera le savoir-faire et les techniques représentant les meilleures pratiques en matière de conservation dans l'une des trois régions. Une aide locale sera apportée pour la gestion, grâce à des accords avec les exploitants forestiers et les propriétaires terriens. Une campagne de sensibilisation générale de la population à la protection des sites finlandais est prévue.

Le quatrième projet concerne la remise en état de 12 zones humides le long de l'une des plus importantes voies de migration de l'Union européenne, empruntée par pas moins de 35 espèces recensées dans l'Union. Il s'agit notamment de débroussailler, de réintroduire le pâturage et le fauchage, et de gérer les flux de visiteurs.

France

Nombre de projets subventionnés : 7

Six des projets de cette année se situent en région méditerranéenne. Le septième est un projet international ciblé sur le Gypaète barbu dans les Alpes autrichiennes, françaises et italiennes.

Contrairement à l'habitude, tous les projets de cette année portent sur la conservation de la faune. Quatre projets concernent des espèces d'oiseaux : le gypaète barbu, le vautour percnoptère d'Egypte, le puffin cendré, l'océanite tempête et le cormoran huppé. Deux projets visent des mammifères, l'un un mammifère terrestre (le mouflon de Corse (Ovis gmelini musimon)) et l'autre un mammifère marin (le grand dauphin). Un projet concerne une espèce de poisson de la famille du saumon (Salmo trutta macrostigma).

Ces projets seront l'occasion de développer des partenariats entre la France et d'autres organismes de l'Union européenne. Il y a déjà un projet en cours sur le puffin cendré dans les Îles Baléares (Espagne), un en Italie pour Ovis gmelini musimon et le grand dauphin, et un en Slovénie pour Salmo trutta macrostigma.

Tous les projets susmentionnés contribueront à la mise en place ou à la mise à jour de plans d'action régionaux, nationaux ou internationaux en faveur des espèces concernées.

Grèce

Nombre de projets subventionnés : 4

Deux des projets concernent des régions de forêts; l'un cible l'ours brun et deux habitats forestiers prioritaires dans le parc national du Pindos au Nord; l'autre projet vise à ramener les taillis de Quercus frainetto et de chênes verts à l'état de peuplements naturels dans la presqu'île d'Athos.

Les deux autres projets ciblent des espèces d'oiseaux. Le premier est centré sur la conservation du faucon d'Éléonore sur 9 sites insulaires de la Mer Égée qui abritent à eux seuls une grande partie de la population mondiale de cette espèce. Le deuxième projet qui porte sur un seul site Natura 2000 vise à remettre en état la zone humide d'Agras, petit lac semi-artificiel, qui abrite 4 espèces d'oiseaux prioritaires recensées par l'UE.

À l'exception du projet sur le faucon, tous les projets sont localisés dans le nord du pays.

Hongrie

Un projet subventionné

Ce projet vise à remettre en état les chênaies pannoniques et les herbages secs sur les collines de Szénás près de Budapest, qui ont une grande valeur botanique mais qui ont souffert des pratiques forestières d'autrefois et sont menacées par l'extension des banlieues de Budapest. Les peuplements de pins seront transformés en forêts naturelles et la prolifération du gibier sera ramenée sous contrôle. Des campagnes de sensibilisation seront menées localement.

Irlande

Un projet subventionné

Ce projet est ciblé sur l'une des plus importantes zones de Natura 2000, qui s'étend sur près de 10 miles le long de la côte est. Il s'agit dans un premier temps d'acquérir puis de remettre en état des bas-marais calcaires dans une partie de cette zone. Le projet contribuera ensuite à la conservation de l'ensemble du site, tant pour l'intérêt qu'il présente en tant qu'habitat que pour les espèces d'oiseaux qu'il abrite.

Italie

Nombre de projets subventionnés :14

Sur les quatorze projets, neuf concernent la gestion des habitats tels que forêts, herbages et zones humides. Les actions envisagées seront aussi bénéfiques pour plusieurs espèces animales (amphibiens, reptiles et invertébrés) importantes dans toute l'UE. Deux projets visent à remettre en état et à étendre les bois d'aulnes afin d'augmenter le nombre de hérons qui s'y reproduisent. Cinq projets concernent spécifiquement des espèces animales. Deux portent sur des espèces fortement menacées des rivières et cours d'eau : l'écrevisse à pinces blanches dans le centre de l'Italie et l'esturgeon de l'Adriatique dans le bassin du Po. Deux autres projets concernent les dauphins.

L'un deux est axé sur la protection du grand dauphin, qui est menacé, dans le sanctuaire de cétacés (ordre des mammifères auquel appartiennent les baleines et les dauphins) récemment mis en place au niveau supranational, au nord de la mer Tyrrhénienne. L'autre projet concerne la conservation des tortues de mer le long de la côte sud de la Sicile.

Enfin, un projet poursuivra la remise en état de l'habitat de la population survivante de l'ours brun des Appenins, au centre des Apennins.

Soixante-quatre pour cent des projets italiens ont pour objectif principal l'éradication ou le contrôle des espèces exotiques; ce problème horizontal suscite en effet de plus en plus d'inquiétudes chez les responsables de la conservation.

Cinq des projets seront menés dans des zones protégées par la législation nationale : un dans un parc national, trois dans des parcs régionaux et un dans une réserve naturelle. Pour ce qui est des autres projets, trois seront gérés par l'administration régionale et deux par l'administration municipale. Quatre projets sur quatorze poursuivront des actions menées au titre de projets LIFE antérieurs.

Lettonie

Nombre de projets subventionnés : 3

Trois projets différents mais stratégiques ont été sélectionnés. Le premier aura pour cadre une vallée fluviale de grande valeur écologique, présentant un mélange de taïga, de forêts alluviales, de prairies de fauche et de tourbières, qui abrite de nombreuses espèces recensées par l'UE dont 300 couples de râles des genêts. La zone n'étant pas encore protégée, les premières tâches consisteront à dresser un inventaire et à établir un plan de gestion.

Le deuxième projet cible un énorme complexe de zones humides au cœur de la Lettonie. Artificielle à l'origine, la zone abrite la plus grande variété d'habitats de zones humides du pays, mais a souffert d'une gestion extrêmement dispersée. Le projet visera à y remédier en mettant en place un vaste partenariat de parties prenantes en vue de convenir d'un nouveau régime de l'eau et décider de nouvelles actions de conservation de la nature pour cette région.

Le troisième projet concerne le lac Pape à la frontière lithuanienne; cette zone frontière autrefois interdite est située sur la voie de migration des oiseaux paléarctiques. Il s'agit notamment de réintroduire le pâturage des herbages et d'assurer la gestion du niveau d'eau du lac et des tourbières avoisinantes.

Luxembourg

Aucun projet n'a été présenté cette année.

Pays-Bas

Aucun projet subventionné cette année.

Portugal

Nombre de projets subventionnés : 3

Les nouveaux projets ciblent trois sites Natura 2000. Deux d'entre eux concernent la conservation d'espèces d'oiseaux et de leur habitat. Le premier est centré sur la population globale du bouvreuil des Açores (une centaine de couples) sur l'île de São Miguel aux Açores. Le deuxième projet concerne toute une série d'oiseaux qui s'alimentent, se réfugient ou nidifient dans les sebkhas de l'estuaire du Tage.

Le troisième projet vise la remise en état d'habitats dégradés et la conservation des autres dans une région étendue de l'Alentejo (sud du Portugal) au moyen de pratiques de gestion.

Roumanie

Nombre de projets subventionnés : 3

Les trois projets sélectionnés amélioreront l'état de conservation des zones protégées tout en promouvant un tourisme durable sur ces sites.

Un projet vise à remettre en état les habitats forestiers composés de pins parasols, de pins nains et d'épicéas communs dans les monts Rodna, en plantant de jeunes plants provenant de régions voisines. Le deuxième projet a pour objet d'élaborer et de mettre en œuvre un plan de gestion pour les monts Macin, dans le sud-est du pays, qui abritent une faune et une flore trè�s riches et variées.

Dans le troisicme projet, LIFE-Nature cofinancera des mesures de conservation portant sur cinq sites stratégiques situés dans un parc national des Carpates, notamment pour assurer la protection des colonies de chauves-souris qui peuplent les grottes, et pour réglementer l'escalade et la randonnée afin de réduire la dégradation d'habitats naturels de valeur. Ces actions seront intégrées dans le plan de gestion du parc et serviront de modcles pour d'autres sites potentiels en Roumanie.

Royaume-Uni

Nombre de projets subventionnés : 2

Un projet porte sur la population totale de l'espèce de plus en plus rare de papillon Euphydryas (Eurodryas, Hypodryas) aurinia dans le sud-ouest de l'Angleterre où elle est disséminée sur toute une série de minuscules sites Natura 2000. Le projet vise à aménager à la fois des sites convenant à cette espèce, mais aussi des couloirs les reliant. Il prévoit un partenariat avec la régie nationale des routes qui a récemment modifié le tracé d'un grand axe routier qui passait à proximité des sites.

Le second projet est axé sur deux grandes forêts de ravins, l'une dans la vallée de la Wye, à la frontière entre l'Angleterre et le Pays de Galles, la seconde dans le parc national de Peak District, au nord de l'Angleterre. Le projet vise à reconstituer, remettre en état et protéger les forêts grâce à la mise en place d'une gestion intégrée viable.

Slovaquie

Nombre de projets subventionnés : 3

Le premier projet améliorera les conditions de survie de l'aigle impérial partout menacé en Slovaquie, en étroite coopération avec un projet similaire mené en Hongrie. Les mesures envisagées consisteront en une surveillance des nids, un déplacement des lignes électriques et une augmentation des proies potentielles. Des études permettront d'améliorer la connaissance de l'espèce et de recenser les zones à protéger.

Le deuxième projet concerne les dernières forêts alluviales naturelles qui subsistent le long du Danube en Slovaquie, pour lesquelles un plan de gestion forestière durable sera mis en œuvre. Des efforts considérables seront consacrés à la démonstration de techniques de gestion appropriées.

Le troisième projet concerne "Sur Fen", une des plus grandes forêts marécageuses d'aulnes d'Europe centrale, à la périphérie de Bratislava. Cette forêt souffre d'avoir été continuellement asséchée depuis les années quarante. Le projet rétablira les conditions précédentes afin d'éviter que la forêt ne continue de se dessécher. Le projet est largement soutenu par la municipalité en tant que partenaire.

Slovénie

Nombre de projets subventionnés : 2

Une importante population de râles des genêts (espèce menacée partout dans le monde et classée en tant qu'espèce vulnérable) est répartie sur 3 sites en Slovénie. Aucun de ces sites n'est protégé. Le projet prévoit l'établissement d'un plan national d'action en faveur du râle des genêts, et des plans de gestion pour chacun des trois sites. Les lignes directrices qui auront été élaborées seront testées par une série d'actions concrètes.

L'autre projet vise la conservation des habitats et des espèces (notamment d'oiseaux recensées par l'UE) des salines de Secovlke dans l'estuaire de la Dragonja à l'extrémité sud de la côte slovène. Il s'agira essentiellement de remettre en état les digues et les berges et de créer des aires de reproduction supplémentaires pour les sternes.

Suède

Nombre de projets subventionnés : 2

La zone de prairies de fauche du nord de la Suède, riche sur le plan botanique, a terriblement rétréci depuis l'abandon des pratiques agricoles traditionnelles, et il ne subsiste plus à présent que quelques douzaines de sites dispersés. En étroite collaboration avec la communauté agricole locale, le premier projet vise à remettre en état 31 sites de manière qu'ils puissent bénéficier de programmes d'aide agro-environnementaux, et à assurer ainsi leur conservation à long terme.

Le second projet s'intéresse à la population totale de renards polaires, espèce très menacée, de l'Union européenne, et tire parti de l'expérience acquise grâce à de précédents projets LIFE. Ce projet devrait donner une bonne impulsion au programme de rétablissement de l'espèce, et permettre au moins de stopper la baisse du nombre d'individus.

(1)Directive 92/43/CE du Conseil concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages.

(2)Directive 79/409/CE du Conseil concernant la conservation des oiseaux sauvages.

(3)47% du budget sont disponibles pour chacun des volets LIFE-Nature et LIFE-Environment et 6% pour le volet LIFE-Pays tiers.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website