Navigation path

Left navigation

Additional tools

Les États membres approuvent les propositions de la Commission de lutte contre l'EST touchant les ovins et les caprins

European Commission - IP/02/1896   17/12/2002

Other available languages: EN DE

IP/02/1896

Bruxelles, le 17 décembre 2002

Les États membres approuvent les propositions de la Commission de lutte contre l'EST touchant les ovins et les caprins

Les États membres de l'Union européenne ont accepté hier les propositions du commissaire David Byrne visant à introduire un nouveau programme d'éradication et de prévention de la tremblante du mouton. Les propositions de M. Byrne visent à réduire l'incidence de l'encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) chez les ovins et les caprins grâce à des programmes d'élevage destinés à améliorer la résistance des animaux, une politique d'éradication plus stricte et de nouvelles règles en matière d'importation. La seule EST dont l'existence est confirmée chez les ovins et les caprins est la tremblante, qui est comme depuis plusieurs siècles et n'a, à ce jour, jamais eu d'incidence sur la santé humaine. L'ESB, qui est une forme d'EST, peut théoriquement avoir infecté les ovins et les caprins, mais aucun élément concret ne peut le confirmer. Les États membres ont soutenu ces propositions lors d'une réunion du comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, composé d'experts issus des États membres.

"Je me réjouis que les États membres ont accepté mes propositions concernant les programmes d'élevage et d'éradication. La tremblante est une maladie très difficile à éradiquer par les moyens traditionnels. La meilleure stratégie à long terme de lutte contre cette maladie consiste donc à renforcer la résistance de notre cheptel", a déclaré David Byrne, commissaire responsable de santé et de la protection des consommateurs.

La première décision imposera à la plupart des États membres de mettre en place un programme d'élevage axé sur la résistance de leurs cheptels ovins à l'EST. L'objectif consiste à accroître la présence du gène résistant chez les ovins. La décision s'appuie sur les progrès déjà réalisés en la matière dans les programmes nationaux néerlandais, britannique et français. Elle définit également un cadre permettant de reconnaître certains troupeaux comme résistants à l'EST. Le règlement correspondant comprend des dérogations visant à protéger les races d'ovins menacées d'extinction.

Le deuxième règlement introduit des règles relatives à l'éradication de la tremblante d'une exploitation à la suite de la confirmation d'un cas de cette maladie chez un ovin ou un caprin. En ce qui concerne les ovins, la politique adoptée repose ici aussi essentiellement sur la résistance génétique et elle implique la destruction de la totalité des animaux, à l'exception des plus résistants. Ensuite, les exploitations concernées ne pourront plus accueillir que des animaux résistants. Dans ce cas-ci également, des dérogations sont prévues pour permettre aux États membres de constituer leurs stocks d'animaux résistants et de protéger les races qui, à l'état naturel, ne possèdent le gène résistant qu'en faible quantité.

Le troisième règlement aligne les prescriptions concernant les importations d'ovins et de caprins vivants sur celles en vigueur dans l'Union européenne. Ces mesures visent à faire en sorte que seuls les animaux résistants à la tremblante ou les animaux issus de troupeaux indemnes de tremblante soient importés dans l'Union européenne, afin de ne pas mettre en péril les efforts consentis par les États membres pour éradiquer cette maladie.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website