Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/01/24

Bruxelles, le 11 janvier 2001

La Commission approuve un programme d'aide de 675,9 millions d'euros en faveur de la Région Haute-Normandie

La Commission européenne a approuvé un programme pour le développement régional de la Région HAUTE-NORMANDIE pour la période 2000-2006. Il prévoit l'attribution de 312,8 millions d'euros de financements communautaires, laquelle permettra de mobiliser près de 675,9 millions d'euros d'investissements en provenance du secteur public et privé. L'ensemble de ces financements visera à réduire le taux de chômage et d'atteindre le taux du niveau national pour la création d'entreprises. La mise en oeuvre du projet PORT 2000 devrait permettre de pérenniser les 25.800 emplois existants, de créer 7.000 emplois directs et environ 3.000 emplois pendant la durée des travaux (5 ans). En matière de formation, la priorité sera donné aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).

Présentant cette décision, Michel BARNIER, Commissaire chargé de la Politique régionale, a notamment déclaré : « La Haute-Normandie a fait sienne l'intégration des considérations environnementales dans tous les axes de son programme. Des efforts considérables ont été entrepris afin de réussir le pari entre la sauvegarde de l'écosystème de l'estuaire de la Seine et les exigences d'un développement économique nécessaire pour l'ensemble de la région avec le projet phare du port rapide du Havre - PORT 2000. Le dispositif de mise en oeuvre prévu en matière de concertation, de sensibilisation, de formation et d'égalité des chances contribuera, j'en suis convaincu, à atteindre les objectifs ambitieux que la région s'est donnés en matière de développement durable, objectifs qui répondent pleinement aux priorités communautaires. »

La stratégie du programme de développement régional de Haute-Normandie est le résultat d'un plan de concertation qui a réuni les services de l'état, les principales collectivités territoriales, les établissements publics, socioprofessionnels ainsi que les associations. Elle s'articule autour de cinq axes prioritaires :

  • Diversifier l'activité économique et développer les qualifications pour la croissance et l'emploi. La diversification de l'économie régionale et la consolidation d'un tissu industriel performant et innovant portera sur quelques axes stratégiques la logistique, le tourisme, le secteur des services marchands, le développement local et l'animation économique. La démarche sera accompagnée par les moyens de formation appropriés en favorisant l'adaptation des compétences et l'insertion professionnelle ainsi que la sensibilisation sur la logique du développement durable.

  • Renforcer l'économie portuaire et logistique. Les opérations liées aux trois ports d'intérêt national Le Havre, Rouen et Dieppe auront pour objectif de moderniser et de renforcer l'ensemble pour en faire la principale plate-forme portuaire du commerce international français, notamment le projet PORT 2000 - projet phare hautement stratégique pour l'ensemble de la région qui permettra de recevoir les grands navires porte-conteneurs au Havre. Il est estimé que 40% des actions du programme ci-présent seront étroitement liées à la mise en oeuvre de PORT 2000. Des actions ciblées de qualification professionnelle et d'éco-management feront partie intégrante de la démarche.

  • Mettre en oeuvre un développement urbain durable. A travers cet axe, il s'agit d'aborder les handicaps caractéristiques des milieux urbains, notamment en relation avec les populations défavorisées exclues de la dynamique de développement de la ville, de restructurer les quartiers, réhabiliter et réintégrer dans le tissu urbain les friches et espaces dégradés (par ex. interfaces entre villes, ports et fleuve) ainsi que de promouvoir l'innovation (déchets, énergie, eau) dans la gestion des différentes fonctions urbaines et périurbaines et la qualification des acteurs du lien social. Deux grands projets de ville sont particulièrement concernés Rouen et le Havre.

  • Favoriser l'amélioration et la protection de l'environnement. Si l'intégration des considérations environnementales et du principe de précaution est un principe transversal du programme de la Haute-Normandie dans son ensemble, les opérations liées à cet axe donneront un appui supplémentaire aux préoccupations haute-normandes en la matière. Seront privilégiées les actions de préservation des ressources et des espaces naturels (NATURA 2000), la maîtrise des risques (présence de nombreux sites SEVESO) et la réduction des pollutions (air, sol, énergie), la promotion du développement durable par des actions d'information, d'éducation et de concertation ainsi que la formation professionnelle portant sur des pratiques respectueuses de l'environnement.

  • Conforter l'activité agricole. Compte tenu du volet relativement petit mis à la disposition dans le cadre du programme de l'objectif 2, la région a concentré les moyens sur le développement de la valeur ajoutée et de la qualité des produits ainsi que sur des actions de protection des sols et l'amélioration de la gestion des ressources en eau.

Le financement de ce programme de développement régional provient de trois fonds communautaires, respectivement placés sous la responsabilité de M. Barnier pour le "Fonds européen de Développement régional" (FEDER), de Mme Diamantopoulou, Commissaire chargée de l'emploi et des affaires sociales pour le "Fonds social européen" (FSE) et de M. Fischler, Commissaire chargé de l'agriculture et de la pêche pour le «Fonds européen d'Orientation et de Garantie agricole - section Garantie" (FEOGA-G). 81 % des financements proviennent du FEDER, 17 % du FSE et 2 % du FEOGA.

La décision définitive sur le document de programmation de la région Haute-Normandie sera prise par la Commission après examen par les trois comités consultatifs concernés(1). La décision finale sera signée par le Commissaire Barnier dans les prochaines semaines.

Pour toute information complémentaire : http://inforegio.ec.europa.eu

(1) La décision de principe de la Commission concernant cette région doit être transmise pour avis à trois comités consultatifs composés de représentants des Etats membres : le « Comité consultatif pour le développement et la reconversion des régions », le comité institué en vertu de larticle 147 du traité CE (FSE) et le « Comité des structures agricoles et du développement rural » .


Side Bar