Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL

IP/01/1892

Bruxelles, le 20 décembre 2001

La Commission inflige une amende à dix sociétés dans une entente sur le papier autocopiant

La Commission européenne a infligé aujourd'hui à Arjo Wiggins Appleton et neuf autres sociétés au Royaume-Uni, France, Allemagne et Espagne des amendes d'un montant total de €313,7 millions pour avoir participé à une entente portant sur la fixation de prix et le partage de marché dans le secteur du papier autocopiant. Le commissaire chargé de la concurrence, M. Mario Monti, a déclaré : « cette nouvelle affaire intervient à la fin d'une année riche en décisions prises par la Commission contre des cartels de tous types. Ce niveau d'activité sans précédent montre deux choses : tout d'abord que ces pratiques secrètes sont malheureusement largement répandues ; mais aussi que la Commission s'est donnée les moyens de les détecter, de les poursuivre et de les sanctionner efficacement».

Après une enquête approfondie commencée en 1996, la Commission européenne a découvert que les sociétés Arjo Wiggins Appleton Plc et Carrs Paper Ltd (Royaume Uni), Mitsubishi HiTech Paper Bielefeld GmbH, Papierfabrik August Koehler AG, Zanders Feinpapiere AG (Allemagne), Bolloré SA et Papeteries Mougeot SA (France), Distribuidora Vizcaina de Papeles S.L, Papelera Guipuzcoana de Zicuñaga SA, Torraspapel SA (Espagne), et Sappi Limited (Afrique du Sud), ont participé, entre 1992 et 1995, à une entente qui s'est étendue à l'ensemble de l'Europe visant essentiellement à des hausses de prix concertées.

Les amendes individuelles inflligées sont les suivantes (en millions d'euros):

  • Arjo Wiggins Appleton Plc : 184,27    

  • Papierfabrik August Koehler AG : 33,07 

  • Zanders Feinpapiere AG : 29,76

  • Bolloré SA : 22,68 

  • Mitsubishi HiTech Paper Bielefeld GmbH : 21,24

  • Torraspapel SA : 14,17 

  • Papeteries Mougeot SA : 3,64

  • Distribuidora Vizcaina de Papeles S.L. : 1,75         

  • Carrs Paper Ltd : 1,57          

  • Papelera Guipuzcoana de Zicuñaga SA : 1,54

  

Arjo Wiggins a été le principal instigateur du cartel et est aussi le plus gros fabricant de papier autocopiant en Europe, de là l'amende la plus lourde.

Sappi a bénéficié d'une immunité totale, en application des règles de la Commission de 1996 sur la clémence, car elle a été la première société à coopérer à l'enquête et a fourni des preuves décisives concernant l'entente. C'est la seconde fois que la Commission a accordé une réduction de 100% de l'amende (après Aventis S.A., dans l'affaire des vitamines A et E).

Le produit

Le papier autocopiant est un papier destiné à la polycopie de documents et se compose d'un support de papier auquel sont appliquées des couches de produits chimiques. Le principe du papier autocopiant consiste à obtenir une copie par réaction entre deux couches complémentaires sous la pression de l'écriture manuscrite ou de l'impact d'une imprimante d'ordinateur ou d'une machine à écrire. Les formulaires commerciaux comme les bordereaux de livraison et de virement bancaires, représentent l'utilisation la plus répandue des papiers autocopiants, avec plus de 90 % de la consommation totale. Les clients sont les imprimeurs qui achètent le papier autocopiant en bobines (80 %) et en feuilles (20 %).

Au cours de la période sur laquelle a porté l'infraction (1992-1995), le marché avait une valeur annuelle d'environ €850 millions dans l'Espace économique européen, c'est-à-dire les 15 États membres de l'UE plus la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein. La capacité de production de papier autocopiant en Europe occidentale (EEE) était estimée à 1 010 000 tonnes en 1995 (dernière année de l'infraction), dont 890 000 tonnes pour les membres de l' « Association of European Manufacturers of Carbonless Paper » (AEMCP). Ensemble, les membres de l'AEMCP représentent 85 à 90 % des ventes de papier autocopiant dans l'EEE.

L'entente

L'enquête menée par la Commission a permis de découvrir que les membres de l'AEMCP et trois autres producteurs ou distributeurs européens de papier autocopiant (Carrs, Divipa, Zicuñaga) ont mis en oeuvre un plan illégal visant à améliorer la rentabilité des participants par des augmentations collectives des prix. Le principal objectif de l'entente consistait à s'entendre sur des hausses de prix et sur le calendrier de leur mise en œuvre.

Les membres du cartel tenaient des réunions à deux niveaux distincts: des réunions générales au niveau européen, auxquelles participaient les directeurs généraux, les directeurs commerciaux ou des cadres de niveau équivalent du secteur du papier autocopiant, et les réunions nationales ou régionales du cartel, auxquelles participaient les directeurs des ventes nationaux ou régionaux, souvent en compagnie des cadres supérieurs susmentionnés.

La Commission dispose ainsi de preuves de la tenue de 5 réunions générales entre septembre 1993 et février 1995 dans des hôtels à Francfort et à Paris, durant lesquelles les participants se sont mis d'accord sur plusieurs hausses de prix consécutives pour chaque pays de l'EEE.

Lors des réunions nationales et régionales, les participants se sont entendus sur les hausses de prix et ont vérifié l'application des hausses décidées précédemment. La Commission dispose ainsi d'éléments détaillés concernant la tenue de 20 réunions nationales concernant la France, le Royaume-Uni et l'Irlande, l'Espagne et le Portugal. En outre, plusieurs parties au cartel ont avoué leur participation à des réunions concernant l'Allemagne et l'Italie ainsi que le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède.

La Commission a découvert des preuves qui attestent que pour assurer l'application des hausses de prix convenues, un quota de vente a été attribué aux différents participants et une part de marché a été fixée pour chacun d'eux lors de certaines réunions nationales du cartel par exemple à l'automne 1993 pour les marchés espagnol et français.

Pour faciliter la conclusion des accords sur les hausses de prix et les quotas de ventes et pour contrôler le respect des accords, les producteurs de papier autocopiant ont échangé des données confidentielles individuelles (informations détaillées et individuelles sur leurs prix et leurs volumes de vente).

Les déclarations de Sappi montrent qu'il y a eu des contacts de nature collusoire entre les fabricants européens dès la création de leur organisation professionnelle, l'AEMCP, en 1981, et surtout à partir du milieu des années 80. Plus précisément, les informations fournies par Sappi montrent que des réunions du cartel ont eu lieu à partir de 1989. Mais la Commission a limité la procédure à la période commençant en janvier 1992, date à partir de laquelle elle dispose de déclarations convergentes des participants à l'entente et de preuves confirmées de contacts collusoires réguliers entre producteurs de papier autocopiant.

En ce qui concerne la fin de la période, il y a lieu de soupçonner qu'au moins certains éléments des arrangements collusoires ont persisté après septembre 1995. La Commission, lors de l'envoi de la communication des griefs aux entreprises avait retenu l'existence d'une infraction jusque février/mars 1997. Toutefois, toutes les parties, à l'exception de AWA, Carrs et Sappi, nient toute poursuite de leur participation à la collusion après cette date. De plus, les déclarations faites par AWA, Carrs et Sappi divergent considérablement quant à la nature et aux dates des contacts collusoires et ne sont pas suffisamment étayées ni corroborées par des preuves concluantes pour conclure que le comportement faisant l'objet de la présente procédure a persisté après septembre 1995.

Dans ces conditions, et sur la recommandation du Conseiller-Auditeur (dont le rapport final est joint à la décision), la Commission a limité la procédure à la période allant jusqu'à septembre 1995, qui est celle pour laquelle elle dispose de preuves confirmées de l'existence de l'entente.

Le comportement des sociétés concernées a constitué une infraction très grave aux règles de concurrence, conformément à l'article 81 du traité sur l'Union européenne et à l'article 53 de l'accord EEE.

L'enquête de la Commission

La Commission a commencé à enquêter sur cette affaire à l'automne 1996, après que Sappi, invoquant les dispositions de la communication sur la clémence, a informé la Commission de l'existence de l'entente.

Des inspections ont été menées dans les locaux de plusieurs producteurs. Suite à ces inspections et aux demandes d'information en mars et décembre 1999, l'entreprise française Mougeot a approché la Commission, admettant sa participation au cartel et offrant de coopérer dans le cadre de la communication sur la clémence.

En juillet 2000, la Commission a adressé une communication des griefs aux producteurs de papier autocopiant et/ou à leurs compagnies mères. Les entreprises ont soumis des observations écrites et une majorité d'entre elles ont été entendues lors d'une audition sous la présidence du Conseiller-Auditeur les 8 et 9 mars 2001.

Calcul du montant des amendes

Pour calculer les amendes dans des affaires portant sur des ententes, la Commission tient compte de la gravité de l'infraction, de sa durée ainsi que de l'existence d'éventuelles circonstances aggravantes ou atténuantes. Elle tient également compte de la part de marché détenue par les entreprises concernées ainsi que de leur taille globale, pour garantir que la sanction soit proportionnelle à l'infraction et ait un effet dissuasif. Les amendes ne sont donc pas uniquement calculées par rapport au chiffre d'affaires d'une société, bien qu'elles ne puissent jamais être supérieures à 10 % du chiffre d'affaires annuel d'une société, conformément au règlement n°17/62.

Le montant des amendes a été fixé en tenant compte :

  • de la dimension importante du marché concerné (850 millions d'euros au cours de la période de l'infraction)

  • de la part du marché du papier autocopiant des entreprises membres du cartel (AWA détenait seule environ 32 % du marché européen alors que Carrs, Divipa et Zicuñaga n'en détenaient chacune que moins de 2%)

  • et de la dimension globale de certaines entreprises impliquées (AWA, Sappi et Bolloré sont des groupes multinationaux au chiffre d'affaire total beaucoup plus élevé que les autres entreprises) ; il convenait donc de fixer le montant de l'amende de ces grandes entreprises à un niveau qui lui assure un caractère suffisamment dissuasif.

L'entente sur le papier autocopiant a été d'une durée moyenne (de 1 à 5 ans).

AWA étant le meneur de l'entente, ce qui constitue une circonstance aggravante, le montant de base de son amende a été augmenté de 50 %, ce qui correspond à la pratique décisionnelle habituelle de la Commission.

Les amendes ainsi déterminées ont fait l'objet dans certains cas d'une réduction pour tenir compte de la coopération des entreprises avec la Commission dans la conduite de l'enquête :

Application de la communication de 1996 sur la clémence

La Commission, pour favoriser la découverte et la poursuite des cartels, a prévu une réduction du montant des amendes ou une immunité totale pour les sociétés qui coopèrent avec elle. (voir la communication de la Commission du 18 juillet 1996 concernant la non-imposition d'amendes ou la réduction de leur montant dans les affaires d'ententes, dite « communication sur la clémence » : http://ec.europa.eu/competition/antitrust/legislation/96c207_en.html).

L'affaire du papier autocopiant est une des premières applications de cette communication puisque Sappi a pris contact avec la Commission à l'automne 1996.

C'est dans ce contexte que la Commission a octroyé une pleine immunité de l'amende à Sappi car cette entreprise a soumis des informations sur le cartel avant que la Commission ait entrepris toute investigation, qu'elle a maintenu une coopération continue et complète durant toute l'investigation, qu'elle avait mis un terme à sa participation au cartel et qu'elle n'a obligé aucune autre entreprise à participer au cartel et elle n'a pas agi comme instigateur dans le cartel.

La Commission a accordé une réduction d'amende de 50 % à Mougeot, 35% à AWA et 20% à Bolloré parce que ces entreprises lui ont communiqué avant l'envoi de la communication des griefs des informations de nature à compléter la connaissance de la pratique illégale en question.

La Commission a accordé une réduction d'amende de 10 % à Carrs, MHTP et Zanders parce que ces entreprises n'ont pas contesté les faits décrits dans la communication des griefs.

Mr Monti a encore déclaré : « Les entreprises sont aujourd'hui, je l'espère, pleinement conscientes des risques qu'elles courent lorsqu'elles se comportent de façon collusoire. Elles doivent aussi savoir que leur seule chance d'alléger le poids des conséquences juridiques et financières qu'elles encourent est de venir nous parler. »

Destination des amendes

Les entreprises disposent de trois mois pour payer l'amende. Les amendes sont inscrites au budget général de l'Union européenne dès qu'elles acquièrent un caractère définitif. Le budget global de l'Union étant prédéterminé, toute recette imprévue est déduite des contributions des États membres au budget communautaire, ce qui bénéficie, en fin de compte, au contribuable européen.

Un total de 10 décisions cartel en 2001

En 2001, la Commission a pris 10 décisions contre des cartels (y compris la décision d'aujourd'hui sur le papier autocopiant) :

  • ligne aérienne Copenhague / Stockholm (SAS / Maersk Air) (IP/01/1009)

  • électrodes de graphite (IP/01/1010)

  • sodium gluconate (IP/01/1355)

  • vitamines (IP/01/1625)

  • brasseries belges (IP/01/1739)

  • brasseries luxembourgeoises (IP/01/1740)

  • acide citrique (IP/01/1743)

  • commissions de change des banques allemandes (IP/01/1796)

  • phospate de zinc (IP/01/1797)

Au total, 56 entreprises ont été sanctionnées en 2001 (dont 3 à deux reprises), pour un total d'amendes de €1 836 millions.

10 largest cartel fines: Total amount per case

*fines reduced by Court judgments

YearCaseTotal amount (€ million)
2001Vitamins855.23
2001Carbonless Paper313.69
1998TACA272.94
2001Graphite Electrodes218.8
2001Citric Acid135.22
1994Cartonboard*119.38
2000Amino acids109.990
1994Cement*109.335
2001Commissions/banques allemandes108.0
1999Seamless steel tubes99.0

Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website