Navigation path

Left navigation

Additional tools

ESB - le Comité scientifique directeur publie des avis sur l'origine de l'ESB et d'autres problèmes liés à l'ESB

European Commission - IP/01/1748   05/12/2001

Other available languages: EN DE

IP/01/1748

Bruxelles, le 5 décembre 2001

ESB - le Comité scientifique directeur publie des avis sur l'origine de l'ESB et d'autres problèmes liés à l'ESB

Le Comité scientifique directeur (CSD), qui conseille la Commission européenne sur les encéphalopathies spongiformes bovines (ESB) et d'autres questions pluridisciplinaires, publie de nouveaux avis sur l'origine et la transmission de l'ESB, sur les cas d'ESB découverts au Royaume-Uni dans le bétail né après l'interdiction d'utiliser, pour l'alimentation animale, des farines de viandes et d'os, et sur les critères d'enquête en vue de l'obtention de données fiables sur la fréquence des cas d'ESB et d'EST chez les bovins, les ovins et les caprins. Il a également revu son avis sur l'approvisionnement en matériels dérivés de ruminants à des fins médicales.

L'avis sur l'origine et les voies de transmission de l'ESB confirme essentiellement les hypothèses scientifiques communément admises d'un prion d'origine inconnue qui serait l'agent vectoriel de la maladie par le biais essentiellement de l'alimentation et de la contamination croisée de l'alimentation et, dans une moindre mesure, par la transmission maternelle. Le Comité scientifique directeur estime qu'aucune des autres hypothèses quant à une "troisième" voie de transmission n'a été scientifiquement étayée à ce jour. Les preuves sont également très limitées, voir inexistantes, concernant les hypothèses relatives à des facteurs influant sur la sensibilité des bovins à l'ESB.

Les six cas d'ESB recensés à ce jour au Royaume-Uni parmi les bovins nés après l'introduction, en août 1996, de l'interdiction de donner à ce bétail une alimentation à base de farines de viandes et d'os ne suffisent pas, pour le moment, pour inciter le CSD à supposer qu'il existe au Royaume-Uni un risque d'ESB supérieur aux prévisions. Il n'y a donc pas lieu de revoir l'avis scientifique sur le régime britannique d'exportation fondé sur la date (DBES) ou tout autre avis concernant l'ESB.

Le Comité a, en outre, adopté un avis sur les critères d'enquête et de contrôle afin d'obtenir des données statistiquement autorisées et fiables sur la fréquence des cas d'ESB et d'EST chez les bovins, les ovins et les caprins dans l'Union européenne. Dans son avis, le Comité définit les critères techniques relatifs au plan de sondage, à la taille de l'échantillon, aux intervalles de confiance, etc. Le sondage dans la population des bovins devrait être ciblé sur le groupe des animaux dits à risques (par exemple, de bétail trouvé mort, etc.). Ce qui signifie également que la taille de l'échantillon peut être considérablement inférieure à celle prévue pour les animaux en bonne santé envoyés à l'abattage. Dans la population des caprins et des ovins, il est beaucoup plus difficile d'identifier les animaux à risques. C'est pourquoi, dans la plupart des pays, l'enquête devra-t-elle être ciblée sur les animaux sains envoyés à l'abattoir, et couvrir un nombre plus élevé d'animaux. Ces enquêtes devraient être accompagnées de mesures garantissant que les animaux suspectés d'être infectés par l'EST ne soient pas délibérément exclus du programme de contrôle.

Le CSD a également revu son avis sur l'acquisition sécuritaire de médicaments en provenance de pays dans lesquels la présence d'ESB est hautement improbable. Selon les scientifiques, l'utilisation de catgut en provenance de ces pays ne présente aucun risque.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website