Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL

IP/00/98

Bruxelles, le 2 février 2000

La Commission propose d'établir des relations plus étroites avec l'Indonésie

La Commission européenne a adopté une communication intitulée "Intensifier les relations entre l'Indonésie et l'Union européenne". Cette communication analyse les changements fondamentaux intervenus en Indonésie au cours des deux dernières années et propose une nouvelle approche pour l'Union européenne. Elle identifie les domaines dans lesquels l'Union européenne devrait accroître ses efforts pour soutenir le développement de l'Indonésie, notamment en répondant aux besoins des personnes les plus touchées par les effets de la crise économique. La communication couvre des programmes destinés à réduire la pauvreté - en particulier dans des régions sensibles comme les Moluques et le Timor occidental - et la gestion durable des ressources naturelles, en particulier les forêts, domaine dans lequel l'Union européenne et les États membres ont déjà une longue expérience de coopération en Indonésie. La Commission a l'intention de renforcer sa coopération avec l'Indonésie.

Le commissaire chargé des relations extérieures, M. Chris Patten, a déclaré: "Le passage de l'Indonésie d'un État autoritaire à la démocratie et le retrait de l'Indonésie du Timor oriental offrent à l'Union européenne une véritable occasion de construire une relation approfondie avec un pays qui a un rôle considérable à jouer dans la région. Le sort de l'Indonésie n'intéresse pas seulement son peuple mais aussi nous tous. Nous pouvons consolider la démocratie dans un des plus grands pays d'Asie, qui est aussi le plus grand pays musulman du monde.

L'Union européenne doit soutenir les artisans de la réforme. La Communication identifie les moyens d'apporter ce soutien. Je souhaite vivement poursuivre ce processus au sein de l'Union européenne et avec l'Indonésie dans les mois à venir".

INTRODUCTION

A. Développement et coopération économique:

    1. Cadre juridique:

  • coopération bilatérale entre la CE et l'Indonésie: en l'absence d'un accord bilatéral, la coopération avec l'Indonésie se déroule dans le cadre de l'accord de coopération UE-ANASE de 1980. Depuis 1976, cette coopération représente environ 325 millions d'euros sous forme de subventions accordées à des intermédiaires gouvernementaux et non gouvernementaux répartis dans tout le pays.

  • coopération multilatérale : l'action des donateurs est traditionnellement coordonnée par le Groupe consultatif pour l'Indonésie (GCI), un groupe de donateurs bilatéraux dirigé par la Banque mondiale. La Commission ne prend généralement pas d'engagements dans ce contexte, car les projets s'appuient exclusivement sur des subventions.

    2. Projets européens de coopération au développement:

Le principal élément de cette coopération est le programme forestier UE-Indonésie (existant depuis le début des années 90 et représentant plus de 100 millions d'euros).

    1. Le programme de développement du Leuser (Parc national de Gunung Leuser s'étendant sur 2 millions d'hectares au nord de Sumatra et d'Aceh)

    2.  Projet relatif à la prévention et à la lutte contre les incendies de forêt (Sumatra du Sud)

3. Programme de gestion forestière du Berau (Kalimantan, partie orientale)

    4. Projet de recensement des ressources et de surveillance des forêts (mise à jour des données nationales sur les ressources forestières et établissement d'un système d'information intégré)

5. Projet relatif aux forêts exploitées du sud et du centre du Kalimantan

6. Bureau de liaison forestier (Djakarta)

La coopération au développement entre la CE et l'Indonésie se situe à un niveau moyen: de 1995 à 1999, 98 millions d'euros seulement ont été engagés (en 1995: 66 millions, en 1996: 3 millions, en 1997: 1 million, en 1998: 1 million, et en 1999: 21 millions, notamment l'aide financière pour les élections). Le montant annuel moyen de la coopération n'est pas supérieur à 19 millions d'euros.

TITRE

Montant total (en euros)
Élections législatives 1999:

Groupe d'observateurs européens; soutien des ONG locales pour la formation et l'information des électeurs

7.000.000

Crise financière asiatique : fourniture urgente de contraceptifs15.000.000
Programme de développement du Leuser (1996-2003): conservation de la forêt tropicale dans un parc national, stabilisation des zones naturelles; recherche appliquée et programmes de surveillance

32.500.00

Projet de recensement des ressources et de surveillance des forêts : (1995-2000)

Aide à la gestion durable des ressources forestières

6.300.000

Projet relatif à la prévention et à la lutte contre les incendies de forêt: (achevé en juin 99)4.100.000
Programme de gestion forestière du Berau: (1996-2002) gestion durable des forêts tropicales au niveau opérationnel

9.000.000

Projet relatif aux forêts exploitées du sud et du centre du Kalimantan: (1998-2005) gestion durable des forêts

28.000.000

Bureau de liaison forestier: (1997-2004) assistance pour la mise sur pied d'une politique forestière; coordination générale des projets

5.000.000

Bassin d'irrigation de Lusi -Jratunseluna (1985-2000)8.340.000
Évaluation par satellite de la production rizicole en Indonésie SARI (1996-2001)3.000.000
Projet d'irrigation du Punggur Utara (1990-29.300.000

3. Coopération économique

La Commission est résolue à encourager la coopération économique avec l'Indonésie. Pour l'heure, celle-ci est limitée et n'existe que sur une base régionale dans le cadre de l'ANASE.

    4.  Études et planification

En juillet 1998, un mécanisme bilatéral de révision annuelle au niveau des hauts fonctionnaires (SOM) a été convenu, à l'instar de ce qui se fait déjà avec la Thaïlande et les Philippines. La Commission avait prévu qu'une première réunion de ce type se tiendrait en octobre 1999. À la demande de l'Indonésie, la réunion a été reportée. Les deux parties tentent actuellement de trouver une date dans le courant du premier semestre 2000.

B. Relations commerciales entre l'UE et l'Indonésie

Les relations commerciales entre l'Indonésie et l'UE sont bien développées, grâce à la politique indonésienne de diversification des exportations (qui sont passées des produits de l'agriculture et des matières premières aux biens de consommation durables, tels que les textiles, les chaussures, les meubles et l'électronique) adoptée au milieu des années 80.

L'UE est le deuxième partenaire commercial de l'Indonésie (après le Japon), et en 1998 elle a été la principale destination des exportations de biens de l'Indonésie autres que le pétrole et le gaz. Malgré le revers économique survenu en 1998, les importations de l'UE en provenance d'Indonésie ont atteint 8,935 milliards d'euros, ce qui représente une croissance de près de 7,3% par rapport à 1997. En 1998, les exportations de l'UE vers l'Indonésie ont été ramenées à 3,896 milliards d'euros (soit une diminution de 53% par rapport à 1997). Au cours du premier trimestre de 1999, le déficit de la balance commerciale de l'UE avec l'Indonésie a été ramené à 1, 258 milliards d'euros, mais reste important.

Au cours des 25 dernières années, L'UE a aussi été le plus grand investisseur direct étranger en Indonésie (206 millions d'euros en 1998).

C. L'Indonésie et la position commune de l'UE

À la suite des événements au Timor oriental, des mesures de restriction, parmi lesquelles un embargo sur l'exportation d'armes, de munitions et d'équipement militaire, ont été appliquées pour une période de quatre mois, qui expirait le 17 janvier 2000. La présidence a publié le 17 janvier 2000 une déclaration, soulignant que malgré l'expiration de l'embargo, la politique de l'UE concernant l'exportation d'armes resterait subordonnée à la stricte mise en oeuvre du code de conduite sur les exportations d'armes. L'UE a marqué sa préoccupation devant les événements intervenus aux Moluques et à Aceh, et devant la poursuite du conflit en Irian Jaya, et a affirmé son soutien à une Indonésie forte et unie.

D. Visites

Le commissaire Nielson a effectué une visite en Indonésie (et au Timor oriental) entre le 28 novembre et le 3 décembre 1999. Le président Wahid et cinq ministres de son gouvernement seront en visite à Bruxelles le 7 février 2000.


Side Bar