Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

La Commission adopte l'action « eLearning » pour l'adaptation de nos systèmes d'éducation et de formation à l'économie de la connaissance et à la culture numérique

Commission Européenne - IP/00/522   24/05/2000

Autres langues disponibles: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL

IP/00/522

Bruxelles, le 24 mai 2000

La Commission adopte l'action « eLearning » pour l'adaptation de nos systèmes d'éducation et de formation à l'économie de la connaissance et à la culture numérique

Lors du Conseil européen de Lisbonne, les 23 et 24 mars 2000, les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont fixé à l'Union européenne l'objectif de « devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». L'Europe qui dispose pourtant d'un niveau d'éducation des citoyens parmi les plus élevés, ainsi que des capacités d'investissement nécessaires enregistre des retards importants dans l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication. eLearning vise à combler ces lacunes en intensifiant les efforts. Il met en oeuvre et prolonge en matière d'éducation et de formation le Plan d'action eEurope, ainsi notamment que les lignes directrices pour l'emploi.

Annoncée en mars dernier (voir IP/00/934) par Viviane Reding, commissaire en charge de l'Education et de la Culture, et sur sa proposition, l'initiative eLearning adoptée aujourd'hui par la Commission, en accord avec Mr Liikanen et Mme Diamantopoulou, veut mobiliser les communautés éducatives et culturelles, ainsi que les acteurs économiques et sociaux européens. Elle apporte une valeur ajoutée européenne aux actions en cours ou en préparation aux niveaux locaux, régionaux et nationaux. Cette communication de la Commission sera au centre des discussions du prochain Conseil des ministres de l'Education, le 8 juin 2000. eLearning fixe aux Européens plusieurs objectifs :

Objectifs en termes d'infrastructures

  • avant la fin de 2001, équiper toutes les écoles de l'Union européenne d'un accès à l'Internet, puis élargir, d'ici 2002, l'accès rapide à Internet et aux ressources multimédias pour tous les élèves dans les salles de classe. Pour les écoles, le ratio d'équipement devrait passer de 5 à 15 utilisateurs par ordinateur multimédia d'ici 2004.

  • favoriser la création, avant la fin de 2001, d'un réseau transeuropéen pour les communications scientifiques entre les instituts de recherche, les universités, les bibliothèques scientifiques et progressivement les écoles.

  • proposer aux organisations en charge de la formation professionnelle, aux centres d'apprentissage et aux entreprises, des infrastructures de qualité (hauts débits) pour l'accès à Internet. Les autres lieux d'apprentissage (bibliothèques, centres culturels, musées, etc.) doivent aussi être équipés, vu que la formation tout au long de la vie devient essentielle.

Objectifs de formation de la population à tous les niveaux

  • Au-delà de l'objectif d'accroître chaque année l'investissement par habitant dans les ressources humaines, il faut faire des écoles et des centres de formation des lieux d'acquisition de connaissances accessibles à tous les groupes de population. De plus et avant la fin de l'année 2002, la capacité des services d'orientation professionnelle devrait être renforcée, de façon à permettre à chacun d'avoir un accès aisé aux informations sur les possibilités de formation initiale et continue, et sur les compétences et qualifications demandées sur le marché du travail. Ce service devra permettre d'orienter ou réorienter sa trajectoire de formation et d'emploi.

  • Former, d'ici la fin de 2002, les enseignants à l'usage d'Internet et des ressources multimédias.

  • adopter un cadre européen de nouvelles compétences informatiques, linguistiques et techniques, sanctionnées par un diplôme européen pour les compétences de base en technologies de l'information.

Objectifs en termes de contenus éducatifs et de mise en réseau des écoles

  • développer des services et contenus multimédias de qualité. Pour cela, il faudra resserrer les liens entre l'industrie européenne du multimédia et les systèmes de formation. Des critères de qualité et des modalités d'évaluation de ces contenus seront nécessaires.

  • accélération de l'interconnexion des écoles et universités (campus virtuels). La Commission entend notamment renforcer l'initiative « European Schoolnet » entre les ministères de l'Education, favoriser la création de portails européens et la mise en place d'un réseau de formateurs experts dans l'utilisation des nouvelles technologies dans l'éducation et la formation.

L'initiative eLearning, assortie d'échéances précises et rapprochées, engage les Etats membres, le Conseil et la Commission à prendre les mesures relevant de leurs compétences. La Commission élaborera un cadre de suivi des actions entreprises (notamment des rapports d'étapes) qui sera soumis au Conseil Education. Elle soutiendra les Etats membres dans leurs efforts : en appui aux actions réalisées localement, la Commission mobilisera les instruments et les programmes communautaires pour la réalisation des objectifs partagés. Cette mobilisation se fera dans trois directions :

  • les Etats membres seront encouragés à utiliser leurs dotations au titre des fonds structurels, notamment pour l'équipement et la formation des enseignants et des formateurs et pour la création des centres locaux d'acquisition polyvalents.

  • contribution des programmes communautaires dans les domaines éducatifs, culturels et de formation (Socrates, Leonardo da Vinci, Culture 2000, Media Plus); de la recherche, tant technologique, avec les programmes IST et TEN-Telecom, que socio-économique, avec le programme TSER; et de la coopération internationale dans le cadre des programmes destinés aux pays candidats, du programme MEDA, etc.

  • étroite collaboration avec la Banque européenne d'investissement (BEI) pour renforcer l'industrie européenne du contenu multimédia dans les domaines de l'éducation et de la formation.

Le remodelage les programmes existants est actuellement en cours afin de contribuer à la réussite de l'initiative. En octobre 2000, un document de travail des services de la Commission présentera l'ensemble des actions au niveau communautaire prévues pour appuyer sa réalisation. eLearning devrait aussi s'insérer dans l'Agenda Social Européen qu'adoptera le Conseil européen de Nice en décembre 2000. La Commission prévoit la mise en place d'un site eLearning sur Internet pour stimuler l'échange ouvert des expériences et l'accès aisé à toutes les méthodes liées aux nouveaux contextes d'apprentissage, en cours de développement et d'amélioration permanente.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site