Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: none

   PREAMBULE
   le conseil europeen a commemore le 25eme anniversaire de la signature
   du traite de rome,en rappelant l'importance de la contribution
   apportee par la communaute europeenne,durant un quart de siecle,a la
   realisation des objectifs de progres economique et social dans les
   pays membres. il souligne l'importance des progres qui ont ete
   realises dans la voie de l'union,en depit des difficultes economiques
   mondiales des dix dernieres annees.
   le conseil europeen a confirme sa volonte de poursuivre sur la voie
   d'une plus grande integration economique.
   le conseil europeen a consacre la majeure partie de sa reunion a la
   discussion de la situation economique et sociale,sur base du rapport
   de la commission.
   l'economie mondiale se trouve dans une crise majeure de nature
   structurelle qui affecte tous les pays. cette crise ne pourra etre
   surmontee que si tous les gouvernements prennent les mesures
   necessaires avec l'appui de tous les milieux economiques et sociaux.
   si les particularites des situations de chaque etat membre peuvent
   appeler des politiques et solutions differenciees pour combattre la
   crise economique,tous les pays de la communaute sont confrontes avec
   les memes risques et ont un meme interet a combattre le chomage et a
   restaurer la croissance economique dans la stabilite monetaire et en
   assurant la competitivite de leurs economies.
   le conseil europeen a note des signes d'amelioration conjoncturelle
   pour 1982. mais une legere reprise est insuffisante pour arreter la
   progression du chomage dont le niveau eleve,plus particulierement
   chez les jeunes,cree une situation intolerable;en outre,cette reprise
   ne peut,a elle seule,resoudre les problemes structurels fondamentaux
   de la communaute,notamment un taux d'inflation en moyenne trop eleve
   une insuffisance de l'investissement productif et une dependance
   energetique encore trop grande.
   le conseil europeen estime necessaire un ensemble d'actions concretes
   et complementaires.
   POLITIQUES A L'INTERIEUR DE LA COMMUNAUTE
   4. le conseil souligne la necessite d'une politique coordonnee de
   promotion de l'investissement et de lutte contre le chomage.
   une telle action concertee doit etre accompagnee du renforcement des
   efforts de maitrise de l'evolution de tous les couts de production.
   il faut mettre d'avantage l'accent sur l'investissement productif
   prive et public. il est essentiel a ce propos que les partenaires
   sociaux contribuent a la realisation de ces objectifs.
   5. en matiere d'investissements,le conseil europeen a exprime sa
   preoccupation devant le taux d'investissement productif en europe,
   surtout dans les secteurs d'avenir,qui demeure trop faible par
   rapport a son pib. il est donc convenu de la necessite pour la
   communaute et chaque etat membre de prendre,des cette annee,chacun
   pour ce qui le concerne,toute mesure ou initiative appropriee pour
   renverser la tendance.
   il confirme a cet egard l'importance qu'il attache a la reduction des
   taux d'interet et au renforcement des instruments de credit
   communautaire au benefice de l'investissement,notamment dans le
   domaine de l'energie et du developpement industriel et agro
   -alimentaire.
   le conseil europeen demande a la commission de faire toute
   proposition qu'elle jugera utile et au conseil d'arreter les moyens
   et les procedures pour atteindre ces objectifs.
   un premier rapport sera fait pour la reunion du conseil europeen de
   juin sur les suites concretes donnees a ces orientations.
   6. le conseil europeen souligne l'importance du maintien et du
   developpement du marche interieur de la communaute qui,grace aussi a
   une politique exterieure plus active,assure a celle-ci une dimension
   continentale,comparable a celle des principaux ensembles economiques
   du monde. cette dimension permet le developpement de strategies
   industrielles communautaires ainsi que d'une politique de la
   technologie et de l'innovation.
   le secteur des services revet une importance particuliere dans ce
   contexte.
   les politiques industrielle,de l'energie et de la recherche ainsi que
   la politique agricole sont de celles ou la dimension communautaire
   peut apporter le plus.
   le conseil europeen demande au conseil,dans toutes ses formations,de
   renforcer ces politiques sur la base de propositions de la
   commission.
   un rapport sera fait pour la reunion du conseil europeen a la fin de
   l'annee sur les suites donnees a ces orientations.
   7. en matiere d'emploi,le conseil reconnait que,outre des efforts
   accrus d'investissement productif et de maitrise des couts de
   production,la gravite du chomage demande des actions specifiques a
   effets rapides.
   pour contribuer a definir progressivement une politique sociale
   europeenne les etats membres prendront des mesures visant plus
   particulierement la formation professionnelle des jeunes.
   en tant que premier pas,les etats membres s'efforceront d'assurer au
   cours des 5 prochaines annees a tous les jeunes se presentant sur le
   marche du travail pour la premiere fois,l'acquisition d'une formation
   professionnelle ou d'une premiere experience de travail dans le cadre
   de programmes speciaux en faveur des jeunes ou dans le cadre de
   contrats d'emploi;le conseil est invite a faire rapport au conseil
   europeen,lors de sa session de la fin de l'annee,sur les decisions et
   mesures prises dans ce but,tant par les etats membres que dans le
   cadre de la communaute. a cette fin une reunion speciale du conseil
   etudiera les mesures specifiques de promotion de l'emploi. les etats
   membres se consulteront sur leurs mesures nationales d'amenagement du
   temps de travail.
   8. le conseil europeen constate que le systeme monetaire europeen a
   bien fonctionne durant ses trois premieres annees. il convient de lui
   donner une nouvelle impulsion en renforcant la convergence economique
   les mecanismes du systeme,le role de l'ecu et la cooperation
   monetaire entre la communaute et les pays tiers. il demande au
   conseil eco / fin de lui faire rapport.
   POLITIQUE ECONOMIQUE INTERNATIONALE
   le conseil europeen attend du sommet de versailles au debut juin que
   s'etablisse entre les grands partenaires industrialises une
   cooperation renforcee,en particulier en vue de favoriser une baisse
   des taux d'interet,diminuer la volatilite des taux de change et de
   renforcer les relations nord sud. cette cooperation doit etre basee
   sur une definition commune des obligations qui incombent a chacun.
   la communaute est prete a apporter sa contribution a une telle
   cooperation et soumettra des propositions a cet egard.
   la persistance de taux d'interet reels eleves sur les marches
   financiers internationaux jointe a l'insuffisance de l'activite
   economique et a la faiblesse de la demande globale,entraine une
   baisse sensible de l'investissement productif et contribue a
   l'aggravation du chomage,etant donne que les entreprises,dont la
   liquidite et les profits sont fortement comprimes,reduisent leurs
   investissements et leurs effectifs. cette evolution est
   particulierement preoccupante a un moment ou l'ajustement des
   structures industrielles,suite aux chocs petroliers et la resorption
   du chomage,exigent un accroissement de la part de l'investissement
   dans la demande globale.
   les taux d'interet eleves alourdissent aussi considerablement le
   service de la dette publique de nombreux pays industrialises et de
   pays en voie de developpement.
   les fluctuations des taux de change qui ne sont pas justifiees par
   les donnees fondamentales de l'economie,constituent aussi un facteur
   d'incertitude et affectent les echanges internationaux.
   la coordination des politiques des grands pays industriels dans le
   domaine des marches de change pour eviter des fluctuations
   desordonnees des cours conserve toute son urgence.
   la communaute insiste aupres du japon pour qu'il ouvre son marche et
   l'integre davantage dans le commerce international. le japon doit
   mener une politique economique,commerciale et en matiere de change
   plus compatible avec l'equilibre des charges a assumer par l'ensemble
   du monde industrialise et contribuer ainsi a assurer la reprise
   economique.
   le conseil entend perseverer dans une politique de cooperation active
   en faveur des pays en voie de developpement et souhaite la relance
   rapide du dialogue nord sud. le conseil europeen rappelle que les
   pays de l'est ont egalement des responsabilites dans ce cadre.
   CONCLUSIONS
   14. le conseil europeen souligne que le redressement economique des
   pays europeens depend d'actions internes et de facteurs exterieurs
   que la communaute doit concourir a mieux maitriser au sein d'une
   cooperation internationale accrue et mieux organisee. a cet egard,le
   renforcement de l'unite europeenne par la realisation d'une meilleure
   convergence des politiques economiques en son sein et d'une meilleure
   coordination des actions de redressement economique est de nature a
   renforcer son role international
   le conseil europeen fera,lors de sa session de fin d'annee,un premier
   bilan de la mise en oeuvre des actions qu'il vient de decider et
   degagera de nouvelles orientations.
   MANDAT DU 30 MAI
   le conseil europeen a entendu un rapport de m. tindemans sur l'etat
   d'avancement des travaux du conseil(ministres affaires etrangeres)
   sur le mandat
   le conseil europeen demande au conseil des ministres(affaires
   etrangeres)de mettre tout en oeuvre afin de rendre possible des
   decisions dans les meilleurs delais.
   MEMORANDUM DU GOUVERNEMENT GREC
   le conseil europeen a pris acte d'une declaration du premier ministre
   grec. la commission entreprendra une etude du memorandum soumis par
   le gouvernement grec et fera rapport au conseil.
   RELATIONS TRANSATLANTIQUES
   le conseil europeen a examine l'etat des relations transatlantiques.
   il souligne l'importance qu'il attache aux liens avec les etats-unis
   et sa volonte de developper davantage les consultations entre
   europeens et americains.
   il apprecie la declaration faite par le president reagan a l'occasion
   du 25e anniversaire des traites de rome,et selon laquelle les etats
   -unis considerent une europe unie comme un partenaire avec lequel ils
   confirment leur volonte de poursuivre une cooperation etroite
   conforme a l'importance economique et politique de l'europe et a son
   role dans le monde.
   RELATIONS EST-OUEST
   les chefs d'etat ou de gouvernement constatent que la situation en
   pologne continue a peser sur les relations est - ouest et affecte par
   consequent les rapports des dix avec la pologne et avec l'urss,qui
   porte une responsabilite certaine dans cette situation.
   les dix rappellent leurs declarations anterieures quant aux graves
   repercussions de la situation presente en pologne sur la securite et
   la cooperation en europe,et sur l'ensemble des relations est - ouest.
   ils renouvellent leur appel afin que les autorites polonaises,dans
   les plus brefs delais,levent la loi martiale,liberent les personnes
   arretees et restaurent un dialogue reel avec l'eglise et solidarite.
   les dix ont,par ailleurs,pris connaissance avec preoccupation des
   declarations recentes des autorites polonaises concernant la
   possibilite de depart pour les personnes detenues dans le pays.
   ils rejettent toute tentative de faire pression sur les interesses.
   ils interpreteraient une telle politique comme une nouvelle
   aggravation de la situation en pologne et une grave atteinte aux
   droits fondamentaux de l'homme.
   (la delegation hellenique a marque sa reserve la partie de la
   premiere phrase qui indique que la situation en pologne affecte les
   rapports des dix avec l'urss)
   les chefs d'etat et de gouvernement ont examine l'etat des relations
   economiques entre leurs propres pays et ceux de l'europe de l'est,
   compte tenu notamment du role important que jouent les echanges de
   la communaute avec ces pays.
   ils ont reconnu le role que les contacts et la cooperation
   economiques et commerciaux ont joue dans la stabilisation et le
   developpement des relations est ouest considerees dans leur ensemble
   role qu'ils souhaitent voir se poursuivre sur la base d'un reel
   interet mutuel. ils ont discute de la base sur laquelle ont ete
   menees les relations economiques et commerciales entre l'est et
   l'ouest.
   les chefs d'etat et de gouvernement sont convenus que ces questions,y
   compris la question importante de la politique en matiere de credits
   qui leur est liee,devraient faire l'objet d'un examen attentif de la
   part de la communaute europeenne,des gouvernements des etats membres
   et d'autres gouvernements,aussi bien au niveau national qu'a veau
   international et en etroite consultation avec les autres pays de
   l'ocde.
   (la delegation hellenique a marque sa reserve sur la partie de ce
   texte qui commence par"ils ont discute"qui se termine par"les autres
   pays de l'ocde". )
   le conseil europeen regrette que les violations des principes de
   l'acte final d'helsinki,dont la repression intervenue en pologne
   constitue un aspect particulierement grave,aient empeche d'aboutir a
   madrid a des resultats positifs et risque de mettre en danger le
   processus de la csce dans son ensemble.
   il constate que l'ajournement de la reunion de madrid a ete
   necessaire pour preserver le processus de la csce auquel les dix
   restent profondement attaches.
   l'objectif des dix demeure l'adoption d'un document substantiel et
   equilibre.
   ils expriment l'espoir que,lors de la reprise de la reunion de madrid
   en novembre,les circonstances qui prevaudront seront davantage
   propices a une conclusion positive.
   AFGHANISTAN
   a la suite de la journee internationale de l'afghanistan,le conseil
   europeen estime qu'il convient d'attirer particulierement l'attention
   sur la situation tragique de ce pays,qui en est actuellement a sa
   troisieme annee d'occupation militaire. le corps expeditionnaire
   sovietique y a ete recemment renforce;la repression de la population
   civile se poursuit sans repit et chaque jour voit augmenter le nombre
   total de refugies,qui atteint deja quelque trois millions,soit un
   cinquieme de la population.
   selon le conseil europeen il est plus que jamais necessaire de hater
   la recherche d'une solution politique au probleme de l'afghanistan.
   une telle solution ne peut etre fondee que sur le retrait total des
   troupes sovietiques et le respect de l'independance,de la
   souverainete et du non-alignement de l'afghanistan. le conseil
   reaffirme avec force la position adoptee par les conseils europeens
   de luxembourg et de londres et la volonte des dix de contribuer dans
   toute la mesure de leurs moyens a un reglement acceptable. il denonce
   l'attitude negative de l'union sovietique,qui a rejete successivement
   les propositions formulees par les dix,par le mouvement des non
   alignes,par la conference islamique et par l'assemblee generale des
   nations unies.
   le conseil se felicite de la nomination par le secretaire general des
   nations unies d'un representant personnel pour la question afghane et
   exprime l'espoir que cette initiative contribuera a degager une
   solution conforme aux principes enonces dans les resolutions de
   l'assemblee generale.
   MOYEN-ORIENT
   le conseil europeen a examine les developpements de la situation au
   moyen orient.
   vivement preoccupe par les graves evenements qui se deroulent en
   cisjordanie,le conseil europeen lance un appel pressant pour que soit
   mis fin a ce dangereux enchainement de violence et de repression.
   il denonce particulierement les mesures imposees a la population
   palestinienne,telles que la destitution par les autorites
   israeliennes de maires democratiquement elus,ainsi que les atteintes
   portees aux libertes et droits des habitants de ces territoires,qui
   s'ajoutent aux mesures prises par israel a l'egard du golan,et qui ne
   peuvent que nuire aux perspectives de paix.
   inquiet de la poursuite des affrontements au liban,le conseil
   europeen demande instamment a toutes les parties interessees de
   renoncer a la violence et d'assurer les conditions du respect de la
   pleine souverainete et de l'integrite territoriale du pays.
   il a en outre reaffirme la volonte maintes fois exprimee par les dix
   de contribuer a l'etablissement d'une paix juste et durable au moyen
   orient.
   la participation de quatre pays membres de la communaute europeenne a
   la force multinationale et d'observateurs au sinai(mfo)constitue une
   contribution positive dans la perspective de l'achevement de
   l'evacuation,le 25 avril,du sinai par israel.
   AMERIQUE CENTRALE
   le conseil europeen a examine la situation en amerique centrale.
   l'accroissement continu des tensions dans cette region lui cause de
   serieuses preoccupations. aussi accueille-t-il avec interet toute
   initiative susceptible de mettre fin a la violence et de conduire par
   le dialogue et dans le respect des regles democratiques et des droits
   de l'homme a la restauration de la paix dans la region,tout en
   sauvegardant les souverainetes nationales et la volonte des peuples.
   dans ce contexte,il a note avec interet les suggestions faites par
   plusieurs pays de la region.
   constatant que les tensions et conflits qui sevissent en amerique
   centrale ont souvent pour origine les graves problemes economiques et
   les inegalites sociales que la conjoncture mondiale aggrave au
   detriment des pays les plus demunis,le conseil europeen estime que la
   communaute internationale ne peut rester indifferente a ces maux.
   il se felicite des efforts deployes pour leur porter remede et il
   souhaite notamment que l'initiative des pays du groupe de nassau y
   contribue dans le sens des principes enonces plus haut.
   la communaute et ses etats membres ont,eux aussi,deja fourni dans le
   passe une aide substantielle a la region.
   le conseil europeen est convenu toutefois que l'aide accordee par les
   etats membres de la cee et par la communaute elle-meme en vue du
   developpement de l'amerique centrale et des caraibes,devrait etre
   coordonnee et augmentee dans la limite de leurs possibilites.
   le conseil europeen a charge les ministres des affaires etrangeres de
   definir,sur la base de propositions de la commission,les modalites
   selon lesquelles cette aide communautaire serait octroyee.
   TURQUIE
   le conseil europeen a entendu le rapport que le president du conseil
   de ministres m. leo tindemans lui a fait concernant l'execution du
   mandat qui lui a ete confie par les dix,le 23 fevrier.
   il a exprime son appreciation pour la maniere dont la tache a ete
   accomplie.
   m. leo tindemans a nettement marque au gouvernement turc les graves
   preoccupations que suscite au sein des dix le probleme du respect des
   droits de l'homme en turquie et souligne la necessite pour ce pays de
   revenir au plus tot a un regime democratique,ce qui suppose la
   liberation notamment des personnes arretees pour des delits d'opinion
   ou pour leurs activites syndicales et l'abolition de la loi martiale.
   ses interlocuteurs l'ont assure du retour du pays a la democratie
   dans un delai de deux ans au plus tard. selon leurs declarations,le
   referendum pour l'approbation d'une constitution democratique aurait
   lieu en novembre 1982,et les elections legislatives en automne 1983
   ou au plus tard au printemps 1984.
   le conseil europeen compte que la visite de m. leo tindemans aura
   contribue a la realisation de ses objectifs,auxquels les dix
   attachent une importance essentielle.

Side Bar