Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE ES NL IT EL PL RO

Communiqué de presse

L'Assemblée de l'UE des représentants régionaux et locaux

COR/12/93

Bruxelles, le 13 décembre 2012

Chômage des jeunes: la conférence "Jeunesse en mouvement" débat de la contribution des villes et des régions européennes

Lors de la conférence "Jeunesse en mouvement" organisée par le Comité des régions (CdR), le président Ramón Luis Valcárcel a souligné que "le soutien et l'expertise des collectivités locales et régionales sont essentiels pour réussir la mise en œuvre des mesures de lutte contre le chômage des jeunes". Des dirigeants politiques de tous les niveaux de gouvernement se sont réunis le 13 décembre pour débattre du chômage, de la formation et de la mobilité des jeunes d'un point de vue local et régional.

"Les villes et les régions comprennent mieux les réalités auxquelles sont confrontés les jeunes d'aujourd'hui et ce sont elles qui devraient créer et développer des programmes destinés aux jeunes", a indiqué le Président du CdR. "Ce sont les collectivités locales et régionales qui, par exemple, sont les mieux à même d'établir des liens avec les PME et ce sont ces mêmes collectivités qui peuvent jouer un rôle pour ce qui est de déterminer les inadéquations des compétences, d'offrir des formations professionnelles appropriées et d'encourager les investissements en réponse à la demande locale." Le Président Valcárcel a par ailleurs insisté sur la nécessité de renforcer la coopération interrégionale afin que les régions puissent travailler de concert pour promouvoir la mobilité des jeunes.

Le commissaire européen chargé de l'emploi, des affaires sociales et de l'inclusion, László Andor, est intervenu pendant la conférence pour y présenter le paquet "Emploi des jeunes", qui a été adopté au début du mois et qui introduit une "garantie pour la jeunesse" afin d'assurer que tous les jeunes possèdent un emploi, suivent des études ou une formation dans un délai de quatre mois à compter de la fin de leur scolarité. "La Commission européenne invite tous les États membres à mettre en place une garantie pour la jeunesse. Les collectivités locales et régionales ont un rôle essentiel à jouer pour assurer la réussite de ces projets. Nous devons établir d'urgence des partenariats solides entre tous les acteurs concernés afin de garantir des transitions plus fluides entre l'enseignement et l'emploi", a-t-il expliqué.

Alors qu'il présentait les travaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Yves Leterme, secrétaire général adjoint de l'OCDE chargé de l'éducation, des affaires sociales, de la gouvernance et de l'entrepreneuriat, a indiqué que "faire participer les collectivités locales et régionales à l'élaboration des politiques dans les domaines de la jeunesse, de l'éducation et de la formation professionnelle au sein de l'OCDE est une excellente idée". "Nous avons besoin de politiques européennes, certes, mais nous devons également nous assurer que ces mesures de portée générale sont adaptées sur le terrain."

Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée de l'éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, a insisté sur la valeur ajoutée de l'UE pour la politique d'éducation et de formation: "La stratégie Europe 2020, avec ses grands objectifs pour l'éducation et son initiative 'Jeunesse en mouvement', introduit un changement majeur dans la coopération européenne en matière d'éducation. L'UE apporte une valeur ajoutée aux travaux de nos collectivités locales et régionales, et je pense que nous devrions nous en réjouir. L'initiative 'Jeunesse en mouvement' contribue certainement à la prise de décisions efficaces en matière de politique d'éducation et de formation, ainsi qu'en matière d'investissements à l'échelle nationale, régionale et locale. Mais je pense qu'ensemble, en partenariat avec les gouvernements, ainsi qu'avec les autorités, les institutions et le personnel chargés de l'enseignement, nous pourrons faire beaucoup plus." Cet avis a été partagé par la première vice-présidente du CdR, Mercedes Bresso, qui a souligné que "dans le domaine de la politique de la jeunesse, l'Europe ne peut pas tout résoudre. Elle n'a ni les ressources, ni les compétences pour y parvenir. Cependant, sans les incitations européennes, les politiques en faveur de la jeunesse aux échelons national et régional manqueraient de perspectives et de convergence".

La conférence a également permis à Michel Delebarre, coordinateur de la plateforme de suivi de la stratégie Europe 2020 et sénateur-maire de Dunkerque, de présenter les résultats d'une enquête qui avait pour objet d'évaluer dans quelle mesure l'initiative "Jeunesse en mouvement" a eu les effets positifs attendus sur les villes et les régions. Les résultats révèlent que, du point de vue local et régional, l'initiative apporte une valeur ajoutée en abordant parallèlement plusieurs questions interdépendantes (l'enseignement supérieur et la formation professionnelle, l'éducation et la formation tout au long de la vie, la mobilité et le chômage, notamment). Toutefois, ils soulignent aussi que la coopération entre les différents niveaux de pouvoir est essentielle dans la mesure où l'UE et les gouvernements nationaux fixent les grandes lignes des politiques alors que les collectivités locales sont les mieux placées pour les mettre en œuvre de manière détaillée.

La manifestation était la première d'une série de conférences qui seront organisées au cours des 12 prochains mois afin d'examiner la mise en œuvre des sept initiatives phare de la stratégie Europe 2020 aux niveaux national et régional. En reliant l'éducation à l'emploi, l'initiative "Jeunesse en mouvement" vise à augmenter les niveaux d'éducation et de formation tout en réduisant les niveaux de chômage des jeunes, conformément à l'objectif plus large de l'UE d'atteindre d'ici à 2020 un taux d'emploi de 75 % pour la population en âge de travailler. Les villes et les régions de l'UE rencontrent de plus en plus de difficultés pour soutenir l'emploi des jeunes: les dépenses locales et régionales destinées aux politiques sociales et de l'emploi sont réduites, alors que le nombre de jeunes chômeurs augmente fortement en raison de la crise.

Les conclusions de la conférence orienteront la contribution du CdR lors de l'évaluation à mi-parcours de la stratégie Europe 2020. L'adoption de la contribution du CdR est prévue lors du Sommet européen des régions et des villes de 2014.

Pour en savoir plus:

Le Comité des régions

Le Comité des régions est l'Assemblée des représentants des pouvoirs locaux et régionaux de l'Union européenne. La mission de ses 344 membres, originaires des 27 États membres consiste à associer les autorités régionales et locales et les populations qu'elles représentent au processus décisionnel de l'UE et à les informer au sujet des politiques de l'UE. La Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil sont tenus de consulter le Comité dans les domaines de décision politique concernant les régions et les villes. Le Comité des régions peut également saisir la Cour européenne de justice en cas de violation de ses droits ou bien s'il estime qu'un texte de loi de l'UE viole le principe de subsidiarité ou ne respecte pas les compétences des autorités régionales et locales.

Consultez le site internet du CdR: www.cor.europa.eu

Pour nous suivre sur Twitter: @EU_CoR

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Nathalie Vandelle

Tél. +32 2 282 24 99

nathalie.vandelle@cor.europa.eu

Communiqués de presse précédents


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site