Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT PL

CES/13/79
Le 11 décembre 2013

Le déclin inévitable de l'industrie sidérurgique européenne?

Dépendant de secteurs tels que l'automobile et la construction, l'industrie sidérurgique européenne a été touchée de plein fouet par la crise économique. Nombre d'unités de production ont fermé, entraînant la perte de plus de 60 000 emplois. La Commission européenne vient de lancer un Plan d'action pour l'industrie sidérurgique européenne, mais le Comité économique et social européen (CESE) considère que ce n'est pas suffisant.

Dans son avis adopté le 11 décembre, le CESE demande que le plan d'action à long terme soit assorti de solutions à court terme et plus concrètes. "Le CESE se félicite de la proposition de la Commission visant à soutenir la demande à la fois intérieure et extérieure d'acier produit dans l'UE, et à garantir que des pratiques commerciales loyales permettent aux entreprises sidérurgiques de l'Union d'avoir accès aux marchés des pays tiers. Mais ce n'est pas suffisant. Les politiques générales et à long terme doivent être assorties de mesures rapides et concrètes", a déclaré Claude Rolin (groupe des Travailleurs, Belgique), rapporteur de l'avis.

"Il convient en particulier d'être attentif aux spécificités du secteur. Par exemple, il y a lieu de prendre des mesures compensatoires pour contrebalancer les augmentations des prix de l'électricité dans l'UE, et les objectifs en matière de changement climatique appliqués à l'industrie sidérurgique doivent être réalisables sur le plan technique et économique", a ajouté Zbigniew Kotowski (groupe des Activités diverses, Pologne), corapporteur.

Le CESE considère que le Plan d'action est plutôt vague et n'aborde pas de manière adéquate la dimension cyclique de la crise. Afin de veiller à ce que le secteur reste un élément stratégique pour l'industrie manufacturière européenne et l'emploi et d'éviter que son déclin ne se poursuive, le CESE invite la Commission européenne à prendre d'urgence les mesures suivantes:

  • entreprendre une évaluation détaillée de la capacité existante

  • faciliter l'utilisation et le transport de ferraille et prévenir les exportations illégales

  • garantir une vision suffisamment sectorielle lors de l'affectation des Fonds structurels de l'UE

  • mettre en place des mesures temporaires avec le soutien des pouvoirs publics pour que l'industrie sidérurgique puisse garder sa main-d'œuvre

  • relancer la demande dans les secteurs en aval

  • soutenir bien davantage, également au moyen d'aides publiques, les investissements dans les nouvelles technologies et les nouveaux procédés, de manière à poursuivre la modernisation des installations et des usines

  • introduire un modèle durable de production de l'acier

  • concentrer le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation sur l'anticipation du changement, par exemple en facilitant l'introduction de nouvelles technologies et en aidant les travailleurs à s'adapter à celles-ci.

Pour de plus amples informations:

Unité Presse du CESE

Courrier électronique: press@eesc.europa.eu

Tél.: +32 2 546 8641

_______________________________________________________________________________

Le Comité économique et social européen assure la représentation des différentes composantes à caractère économique et social de la société civile organisée. Il constitue un organe consultatif institutionnel, établi en 1957 par le traité de Rome. Grâce à sa mission de consultation, ses membres, et donc les organisations qu'ils représentent, peuvent participer au processus décisionnel de l'Union européenne. Il compte 353 membres venus de l'Europe entière, qui sont nommés par le Conseil.

_______________________________________________________________________________


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website