Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE ES IT PL

CES/13/47

26 juin 2013

De l'ambition, Mesdames et messieurs de l'EU!

La crise a montré les limites et les contradictions de l'Union économique et monétaire (UEM) et de la politique d'austérité : l'euro, privé des outils de gouvernance économique, s'est révélé trop fragile. Face à ce constat, les leaders politiques n'ont pas d'autre choix que de prendre le chemin des réformes qui s'imposent. À défaut de retrouver le courage et la volonté politique qui leur ont manqué en 2000, c'est l'avenir de l'euro et le modèle social européen qui est en danger.

En privilégiant l'austérité, l’Europe a joué contre elle-même, approfondissant la récession. La crise a fait éclater les contradictions inhérentes à la structure d'une UEM qui n'a pas intégré les éléments de gouvernance et les transferts de compétences pourtant indispensables. Face à l'urgence et alors que les Traités actuels permettent de prendre les mesures qui s'imposent, le Comité économique et social européen (CESE) défend une voie d'action incontournable: finir de compléter l'UEM.

En parallèle, l'insoutenable dégradation des conditions de vie de millions d'hommes et de femmes en Europe rend encore plus nécessaire les réflexions menées autour de la dimension sociale de l'UE. C'est ainsi que pour le CESE sollicité par le Président Van Rompuy dès janvier 2013, l'Europe doit doter l'UEM d’un pilier social c’est-à-dire d'un programme européen d’action social basé sur trois axes:

  • la réindustrialisation, la promotion de l’entreprenariat, une formation de qualité ;

  • la lutte contre le chômage, la garantie de droits sociaux, des investissements sociaux;

  • une gouvernance rénovée et plus équilibrée.

À terme, l'UE ne pourra pas faire l'économie de changements fondamentaux dans les Traités: mettre en œuvre une véritable gouvernance économique européenne; se diriger vers une union politique et sociale, impliquant les partenaires sociaux ; et renforcer le rôle de l'UE au niveau international.

Les Européens attendent la mise en œuvre d'une véritable stratégie ambitieuse pour sortir de la crise. Pour le CESE, le niveau très inquiétant du chômage des jeunes exige ainsi un budget plus crédible que celui inadapté doté des 6 milliards d'euros contre les 60 milliards pour le plan d'aide aux banques. En revanche, il souligne les nombreuses pistes inexplorées au sein même de la Société civile, des initiatives à lancer comme les Social Eurobonds ou le réseau européen de l'enseignement pour les travailleurs sans emploi ou Bonds de formation transfrontalière.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Unité Presse du CESE

Courriel: press@eesc.europa.eu

Tél.: +32 2 546 8722

________________________________________________________________________

Le Comité économique et social européen assure la représentation des différentes composantes à caractère économique et social de la société civile organisée. Il constitue un organe institutionnel consultatif, établi en 1957 par le traité de Rome. Grâce à sa mission de consultation, ses membres, et donc les organisations qu'ils représentent, peuvent participer au processus décisionnel de l'Union européenne. Il compte 344 membres venus de l'Europe entière, qui sont nommés par le Conseil.

_______________________________________________________________________________


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site