Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT PL

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° 41/2013

Le 22 mai 2013

FR

La société civile presse le Conseil de mettre
un terme à la fraude fiscale

Le CESE invite instamment le Conseil à envoyer le bon signal aux citoyens européens et à prouver que l'Europe est en mesure de s'attaquer à cette question fondamentale. La fraude fiscale coûte 1 000 milliards d'euros par an, soit 2000 euros pour chacun des 500 millions de citoyens européens.

Henri Malosse, président du CESE, a dénoncé la fraude fiscale en la qualifiant de vol, et a ajouté qu'en ces temps de crise, aucune société européenne ne peut se permettre des pertes d'une telle ampleur.

Cet argent est en effet perdu au détriment de l'enseignement et des soins de santé. L'Espagne a dû réaliser des économies de 10 milliards d'euros en réduisant le budget alloué à la santé et aux programmes d'éducation. Une lutte efficace contre la fraude fiscale permettrait d'épargner des milliards d'euros et de faciliter ainsi la vie quotidienne de la population.

En tant que porte-parole des citoyens ordinaires, le CESE soutient la proposition de la Commission relative à un système automatique d'échange de données. Le Comité aimerait également que des instruments plus puissants soient mis en place pour lutter contre l'évasion fiscale, comme l'a proposé Petru Dandea, rapporteur de l'avis sur la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales:

  • Les listes noires de paradis fiscaux ne doivent pas se limiter aux pays tiers, mais concerner également les juridictions des États membres et les entreprises qui opèrent dans ces zones.

  • L'inscription des paradis fiscaux sur une liste noire doit s'accompagner de sanctions efficaces.

  • Toute solution durable requiert l'harmonisation du système de fiscalité indirecte.

  • La fiscalité doit être intégrée dans l'analyse annuelle de la croissance et le semestre européen.

En ces temps de crise, l'Europe doit renforcer la solidarité entre les citoyens et entre les États membres. C'est ce signal que la société civile attend du Conseil européen du 22 mai.

Consultez l'avis du CESE: http://www.eesc.europa.eu/?i=portal.fr.eco-opinions&itemCode=25545.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Unité Presse du CESE

Courriel: press@eesc.europa.eu

Tél.: +32 2 546 8722

Le Comité économique et social européen assure la représentation des différentes composantes à caractère économique et social de la société civile organisée. Il constitue un organe institutionnel consultatif, établi en 1957 par le traité de Rome. Grâce à sa mission de consultation, ses membres, et donc les organisations qu'ils représentent, peuvent participer au processus décisionnel de l'Union européenne. Il compte 344 membres venus de l'Europe entière, qui sont nommés par le Conseil.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website