Navigation path

Left navigation

Additional tools

Non au statu quo: les budgets de l'UE doivent offrir des perspectives, déclare Hans-Joachim Wilms, vice-président du CESE

European Economic and Social Committee - CES/13/32   18/04/2013

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

CES/13/32

18 avril 2013

Non au statu quo: les budgets de l'UE doivent offrir des perspectives, déclare Hans-Joachim Wilms, vice-président du CESE

17 avril, Bruxelles: Hans-Joachim Wilms est nommé vice-président du Comité économique et social européen (CESE) en charge du budget. En sa qualité de président du secrétariat du groupe budgétaire, il continuera de soutenir la position qu'il a défendue dans plusieurs avis, à savoir que, compte tenu des missions ambitieuses de l'Union, une augmentation du budget de l'UE est nécessaire pour relancer la croissance et l'emploi.

Cela fait plus de quarante ans que le Barmstedtois Hans-Joachim Wilms participe activement au mouvement syndical. Tour à tour élu secrétaire, chef de division à l'administration centrale et vice-président du syndicat allemand des horticulteurs, des agriculteurs et des bûcherons, il en devient le président en 1993. En janvier 1996, il devient membre du bureau fédéral de la confédération syndicale allemande de la construction, de l'agriculture et de l'environnement (IG BAU), où il se charge du secteur "Europe" et, en 1999 puis en 2005, il est élu au poste de vice-président fédéral d'IG BAU et s'occupe des secteurs "finances" et "développement durable". En tant que délégué aux affaires européennes du bureau fédéral d'IG BAU, il transfère son activité professionnelle à Bruxelles en septembre 2009. Membre du groupe des travailleurs du CESE depuis 1994, il a été rapporteur de plus de 20 avis et présidé, de 2008 à 2010, la section spécialisée "Agriculture, développement rural, environnement". Par ailleurs, il présidait depuis novembre 2010 l'Observatoire du développement durable du Comité.

Le vice-président Hans-Joachim Wilms estime que la proposition de la Commission concernant le cadre financier 2014-2020 est beaucoup trop axée sur le maintien du statu quo, aussi bien eu égard au volume des ressources affectées qu'à la structure du budget. Ainsi, les fonds mis à disposition ne sont adaptés ni en termes de volume, ni en termes de qualité, aux défis qui attendent l'UE. M. Wilms souligne qu'une plus grande liberté budgétaire est nécessaire et que l'inflation entraîne une réduction du budget, ce qui est intenable à long terme. Si le vice-président se félicite de la proposition de la Commission visant à accroître les financements dans les domaines de la recherche et du développement et en matière de lutte contre le chômage des jeunes, il exige toutefois que les institutions européennes offrent des perspectives en renforçant l'innovation et, de cette façon, combattent l'euroscepticisme.

Pour ce qui est des dépenses, M. Wilms estime qu'il faut déterminer les secteurs dans lesquels un euro dépensé au niveau de l'UE rapporte davantage qu'un euro dépensé au niveau national. Selon lui, les biens concernés sont les biens publics européens, qui ne peuvent être produits de façon optimale à l'échelle nationale et pour lesquels une intervention de l'UE est donc nécessaire. Parmi ces biens publics européens figurent la recherche et le développement, la défense commune, la sécurité alimentaire, l'immigration et le droit d'asile, la lutte contre le changement climatique et les investissements d'infrastructure à l'échelle de l'Europe dans les domaines de l'énergie, de la communication et du marché unique. En plus de s'occuper des questions budgétaires, M. Wilms poursuivra ses activités dans le domaine de la durabilité. En outre, il s'emploiera à ce que la société civile participe activement à la création d'une zone de libre-échange entre l'UE et les États-Unis.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Unité Presse du CESE

Courriel: press@eesc.europa.eu

Tél:+32 2 546 8207

_______________________________________________________________________________

Le Comité économique et social européen assure la représentation des différentes composantes à caractère économique et social de la société civile organisée. Il constitue un organe institutionnel consultatif, établi en 1957 par le traité de Rome. Grâce à sa mission de consultation, ses membres, et donc les organisations qu'ils représentent, peuvent participer au processus décisionnel de l'Union européenne. Il compte 344 membres venus de l'Europe entière, qui sont nommés par le Conseil.

_______________________________________________________________________________


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website