Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Le plan de l'UE en faveur de l'informatique en nuage n'est pas à la hauteur des attentes

Comité économique et social - CES/13/2   16/01/2013

Autres langues disponibles: EN DE ES IT PL

CES/13/2

16 janvier 2013

Le plan de l'UE en faveur de l'informatique en nuage n'est pas à la hauteur des attentes

Si les projets conçus par l'UE entendent légitimement encourager l'usage de l'informatique en nuage, ils ne réussissent ni à promouvoir le développement des services en nuage, ni à favoriser l'émergence d'une infrastructure européenne dans ce domaine, signale le Comité économique et social européen dans un avis adopté aujourd'hui en session plénière.

Le Comité y évalue la récente communication de la Commission européenne sur le thème "Exploiter le potentiel de l'informatique en nuage en Europe" et propose une stratégie de rechange en trois axes, consistant à accroître l'utilisation du nuage, à développer des logiciels s'appuyant sur l'informatique en nuage et à mettre en place une infrastructure informatique en nuage en Europe.

Les ambitions de l'UE en matière d'informatique en nuage devraient aller au-delà d'une simple promotion de son utilisation. "Il conviendrait d'aider les entreprises et les administrations publiques à devenir actives dans ce domaine en offrant des services en nuage et de permettre à l'Europe de se muer en productrice en fournissant une infrastructure en nuage", affirme Éric Pigal (groupe des travailleurs, France), rapporteur pour cet avis.

Le CESE est convaincu que la réalisation de ces objectifs entraînera la création d’une production européenne d’énergie numérique. À défaut, l'Europe se trouvera en situation de dépendance croissance vis-à-vis des fournisseurs étrangers. M. Pigal souligne que "l'énergie numérique représente, au même titre que d'autres sources énergétiques comme le pétrole ou le gaz, un enjeu économique et stratégique".

Pour promouvoir l'utilisation du nuage, le CESE souscrit à la suggestion de la Commission d'en finir avec la surabondance de normes techniques et d'instaurer des régimes européens de certification pour les prestataires de services en nuage. Il se montre également favorable à l’élaboration de clauses contractuelles types pour les accords sur les niveaux de services dans le domaine de l’informatique en nuage et au développement de secteurs publics s'appuyant sur l'informatique en nuage.

Le Comité déplore néanmoins l'absence de mesures concrètes de sensibilisation et met en garde contre l'exclusion des plus vulnérables. "La Commission doit donner la priorité aux utilisateurs les moins sensibilisés et montrer aux PME les bénéfices qu'elles peuvent retirer de l'informatique en nuage", déclare M. Pigal.

Cependant, la promotion de l'usage du nuage ne mènera pas automatiquement au développement des services et de l'infrastructure en nuage. Le CESE préconise de prendre à cette fin des mesures d'encouragement spécifiques. "Dans les conditions actuelles du marché, le développement de l'usage du nuage en Europe renforcera inévitablement la position des acteurs non européens", explique M. Pigal.

Profondément préoccupé par l'oligopole qui prévaut sur le marché de l'informatique en nuage et la position dominante des acteurs non européens, il appelle l'UE à s'assurer que les acteurs européens bénéficient bien de la promotion de l'usage du nuage et que celle-ci leur permet de se développer. L'avis évoque la rigueur des normes européennes en matière de protection des données et la préférence du consommateur européen pour des fournisseurs locaux comme des conditions propices à l'émergence de fournisseurs européens.

Conscient des difficultés rencontrées par les utilisateurs dans les litiges les opposant à des fournisseurs d'autres pays, le Comité propose d'opter pour un règlement des litiges en ligne inspiré du dispositif qui a fait ses preuves dans le cas du commerce en ligne, tout aussi mondialisé et international que le nuage informatique. "Cette médiation, devant être indépendante et impartiale, pourrait être confiée à une agence européenne existante ou nouvelle. Son expertise et sa connaissance des dysfonctionnements récurrents pourraient en outre être mises à profit pour ajuster les pratiques et réglementations", signale M. Pigal.

Pour atteindre les objectifs mis en évidence dans son avis, le CESE préconise le recours à un financement européen et à des subventions nationales ciblés, ainsi que le lancement de projets européens par la voie d'appels d'offres.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Karin Füssl, chef de l'unité "Presse"

Courriel: karin.fussl@eesc.europa.eu

Tél: +32 2 546 8722


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site