Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT PL

CES/13/27

22 mars 2013

Des débats publics informés et structurés: une condition pour une politique énergétique efficace de l'UE

Si l'UE veut atteindre ses objectifs dans le domaine de la politique énergétique, elle doit y associer la société, affirme le Comité économique et social européen (CESE) dans un avis qui appelle à l'établissement d'un Dialogue européen pour l'énergie (DEE).

L'avis en question a été remis à Günther Oettinger, commissaire européen chargé de l'énergie, lors de la session plénière du CESE qui s'est tenue hier. Il a été élaboré par Richard Adams (Royaume-Uni, groupe des activités diverses) à la demande de la Commission européenne.

Pour le Comité, ce Dialogue européen pour l'énergie est appelé à devenir un espace de débat sur la politique énergétique, à la fois coordonné, à plusieurs niveaux et tourné vers l'action, au sein des États membres et entre ceux-ci. Il sera synonyme d'informations fiables sur l'énergie et abordera des questions concrètes dans un langage que tout le monde peut comprendre.

Il impliquera les citoyens en expliquant les compromis entre les différents enjeux et en permettant l'expression des préférences. Il offrira un "espace de négociation" où les choix politiques pourront être débattus avec en toile de fond l'impact social, les questions d'acceptation par la société, les investissements et la stratégie en matière de ressources.

Dans la mesure où il s'agit d'un concept absolument nouveau, le DEE ne remplacera ni ne fera double emploi avec les mécanismes existants, mais les complétera en y ajoutant l'engagement du public et la participation des citoyens, explique le CESE. Il "stimulera et renforcera le débat aux échelons national, régional et local, en conjuguant les connaissances, les expériences et les avis tirés de la vie de tous les jours et une expertise professionnelle", précise le CESE.

"Nous entrons dans une phase d'intense débat politique sur l'énergie: peut-elle être durable, sûre, compétitive et abordable?", note M. Adams, en ajoutant qu'"une prise de conscience accrue et une meilleure compréhension des questions énergétiques renforceront la confiance du monde politique dans le soutien des citoyens dans l'accomplissement de la tâche difficile qui consiste à prendre des décisions à long terme."

"Européaniser davantage la politique énergétique nous impose d'intensifier la participation des citoyens européens", confirme le commissaire Oettinger.

Le Dialogue européen sur l'énergie contribuera donc à la prise de décision politique pour toutes les formes d'énergie et son rôle dans le renforcement des convergences au niveau de l'UE sera reconnu et mis en œuvre en lien étroit avec les enjeux énergétiques au-delà de 2020 et les actions liées au climat.

Le CESE jouera un rôle moteur dans l'établissement de ce Dialogue européen sur l'énergie engagé "à l'échelon national, régional, des agglomérations et local", avec le soutien de la Commission européenne et la participation directe de tous les acteurs de la chaîne énergétique.

Le CESE entend développer des alliances avec l'ensemble des parties intéressées et associer la société civile des différents États membres en commençant par la France, à l'occasion d'une conférence qui se tiendra le 14 mai 2013.

Le DEE est un exercice pratique à grande échelle de démocratie participative, constituant une véritable interface avec la démocratie participative sur une question vitale pour chacun", conclut M. Adams.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter:

Unité Presse du CESE

Courriel: PressEESC@eesc.europa.eu

Tél: +32 2 546 8207


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website