Navigation path

Left navigation

Additional tools

Groupe BEI : une réponse vigoureuse à la crise

European Investment Bank - BEI/14/33   19/02/2014

Other available languages: EN DE DA ES NL IT PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO HR

Conférence de presse annuelle 2014 Communiqué de presse

2014-033-FR

Groupe BEI : une réponse vigoureuse à la crise

19 février 2014Le Groupe BEI, qui joue un rôle essentiel dans la réponse de l’Union européenne à la crise, a considérablement renforcé son soutien financier pour encourager la croissance et l'emploi en Europe en 2013. Constitué de la Banque européenne d'investissement (BEI) et du Fonds européen d'investissement (FEI), le Groupe a apporté un soutien anticyclique robuste à l'économie, avec des financements de près de 75,1 milliards d’EUR, soit une hausse de 37 % par rapport à 2012. Au sein de l'UE, son concours a atteint 67,1 milliards d’EUR (soit une progression de 42 %). Il faut en particulier souligner l’accès nettement amélioré des petites et moyennes entreprises (PME) aux financements qu’a permis l'activité du Groupe BEI. Les PME constituent l’épine dorsale de l’économie européenne. S’exprimant à ce sujet, M. Werner Hoyer, président du Groupe BEI, a déclaré : « Avec 21,9 milliards d’EUR, le soutien aux PME est devenu la principale contribution à nos objectifs stratégiques. Il s'agit là d’un record historique ! ».

La Banque européenne d'investissement a signé des prêts à l'appui des PME et des entreprises de taille intermédiaire de 18,5 milliards d’EUR tandis que, de son côté, le Fonds européen d'investissement s’est engagé à hauteur de 3,4 milliards d’EUR. Ce concours a permis au Groupe de mobiliser, aux côtés de partenaires financiers du secteur privé, plus de 50 milliards d’EUR en faveur des PME. Au total, 230 000 entreprises ont bénéficié d'une aide directe ou indirecte par l'intermédiaire de l'activité du Groupe BEI. Ces entreprises emploient 2,8 millions de personnes dans l'ensemble de l'Europe.

En outre, le Groupe BEI a clairement mis l'accent sur la recherche et l'innovation puisqu’il a fourni une aide financière de 17,2 milliards d'EUR pour renforcer la compétitivité de l'économie européenne. Afin de développer le rôle du FEI, dont la Banque est l'actionnaire majoritaire, le Conseil d'administration de la BEI a décidé, en décembre 2013, d’en renforcer les moyens en augmentant son capital et en lui confiant un mandat élargi. M. Hoyer a déclaré : « Le FEI est un instrument très puissant pour apporter une réponse aux lacunes du marché ; pour ce faire, il propose des produits divers (apport de fonds propres, garanties et prêts) qui permettent aux entreprises de surmonter les obstacles actuels à l’accès aux financements ».

La BEI, en tant que banque de l'UE, reste très engagée dans les autres domaines d’action prioritaires de l’Union : à l'échelle mondiale, elle a signé des prêts d'un montant de 19 milliards d'EUR dans le domaine de l'action en faveur du climat et de 15,9 milliards d'EUR dans le secteur des infrastructures stratégiques. En outre, la Banque a mis en œuvre de nouveaux instruments sur mesure tels que le Mécanisme de financement du commerce extérieur, le Fonds de garantie à l’appui des PME et les obligations de projet.

La BEI a également lancé, en juillet 2013, un programme dédié à l'emploi des jeunes (« Compétences et emplois – Investir pour la jeunesse »), d’un volume de prêt initial de 6 milliards d’EUR, dans le but de participer au combat que l'Europe mène contre le chômage des jeunes. M. Hoyer a déclaré : « Je suis très fier que nous ayons largement dépassé le montant sur lequel nous nous étions au départ engagés dans le cadre de ce programme. En tout juste six mois, la BEI a accordé des prêts à hauteur de 9,1 milliards d'EUR pour apporter une réponse au chômage des jeunes. C'est une grande réussite ! ».

Malgré la crise en Europe, la BEI a par ailleurs continué de jouer son rôle sur le plan international. En 2013, elle a affecté 7,7 milliards d’EUR à l’appui de projets à l’extérieur de l’Union européenne. Dans le cadre de son activité de collecte de ressources, elle a placé près de la moitié de ses emprunts obligataires auprès d’investisseurs hors UE, jouant ainsi une fois encore un rôle de premier plan générateur de valeur ajoutée dans l’acheminement de l’investissement international dans l’UE. En 2013, la Banque a réalisé l’un des plus gros programmes de levée de fonds de son histoire (72 milliards d’EUR) et se maintient ainsi, sous l’angle de la collecte de ressources, loin devant les autres institutions de financement supranationales.

La BEI présente une assise financière solide, comme en témoigne l’amélioration de son ratio d’adéquation des fonds propres, qui est passé de 23,1 % à 28,7 % en 2013 après une augmentation de capital décidée par les actionnaires de la Banque, les 28 États membres de l’UE, en 2012. La qualité de ses actifs reste solide, puisque les prêts dépréciés ne représentent que 0,2 % environ de son portefeuille et que ses liquidités, à 66 milliards d’EUR, sont maintenues à des niveaux prudents. À la fin 2013, la BEI affichait un actif total de 512 milliards d’EUR et ses fonds propres avaient augmenté pour atteindre près de 58 milliards d’EUR.

À l’avenir, le groupe BEI poursuivra son action anticyclique pour soutenir la croissance et l’emploi en Europe. Cette tâche est une priorité, au vu de la longueur et de la profondeur de la crise qui pèse sur la croissance à long terme sur notre continent. S’exprimant à ce sujet, Werner Hoyer a déclaré : « L’investissement demeure inférieur aux niveaux d’avant la crise presque partout en Europe, ce qui entrave le potentiel de croissance des États membres. Nous perdons par ailleurs du terrain car des pays hors UE améliorent leur compétitivité en investissant beaucoup plus que l’UE et la plupart de ses États membres dans les technologies et dans l’innovation. »

L’Europe doit par conséquent prendre des mesures supplémentaires. « Nous devons investir davantage. Nous devons en particulier investir beaucoup plus dans la recherche, le développement et l’innovation ainsi que dans les infrastructures du XXIe siècle pour accroître notre compétitivité. Aujourd’hui, nous sommes encore en position de force pour le faire. Mais si nous ne faisons pas les efforts nécessaires, nous irons au-devant de grandes difficultés au vu de la forte concurrence qui règne à l'échelle mondiale, » a fait remarquer le président de la BEI, tout en précisant que le Groupe BEI continuera à apporter une contribution substantielle aux efforts déployés par l’Europe pour relever les défis auxquels elle est actuellement confrontée.

Note aux responsables de publication

Les données financières ne sont pas auditées et sont par conséquent provisoires.

La Banque européenne d’investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne (UE), est l’institution de financement à long terme de l’UE. La BEI met à disposition des financements à long terme destinés à appuyer des investissements de qualité afin de contribuer à la réalisation des grands objectifs de l’UE.

La présentation Powerpoint du président est disponible sur www.bei.org/press

Contacts pour la presse

Christof Roche, courriel : c.roche@bei.org, mob. (+0032) 47 96 505 88 ;

Sabine Parisse, courriel : s.parisse@bei.org, mob. (+352) 621 45 91 59 ;

Rainer Schlitt, courriel : r.schlitt@bei.org, mob. (+352) 621 36 25 09 ;

Secrétariat du Service de presse, courriel : presse@bei.org, tél. (+352) 4379-21000, fax (+352) 4379-61000

Questions générales

Infodesk de la BEI

Courriel : info@bei.org, tél. (+352) 4379-22000, fax (+352) 4379-62000


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website