Navigation path

Left navigation

Additional tools

L’Europe renforce son engagement à soutenir l’action pour le climat dans les Antilles

European Investment Bank - BEI/12/29   27/02/2012

Other available languages: EN DE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BEI/12/29

Le 27 février 201 2

L’Europe renforce son engagement à soutenir l’action pour le climat dans les Antilles

Les petits États insulaires des Antilles vont bénéficier de nouvelles initiatives de financement et d’assistance technique pour leurs investissements visant à réduire l’impact du changement climatique et les émissions de gaz à effet de serre. La Banque européenne d’investissement (BEI), par l’intermédiaire de la Banque de développement des Caraïbes (BDC), va apporter 65 millions d’USD à un programme de prêts consacré à l’action pour le climat dans dix-huit pays.

Ce programme fait l’objet d’un accord officiel signé au siège de la Banque européenne d’investissement à Luxembourg par MM. Warren Smith et Werner Hoyer, respectivement présidents de la BDC et de la BEI, durant une visite officielle de haut niveau destinée à renforcer la coopération entre les deux institutions. Cette visite incluait un atelier conjoint organisé par les deux Banques pour discuter de leur partenariat au sein de l’action pour le climat dans les Antilles ainsi qu’un échange de vues avec Plutarchos Sakellaris, vice-président de la BEI chargé des opérations dans cette région, concernant la coopération future.

« La Banque européenne d’investissement est consciente des menaces que le changement climatique fait peser sur les petits États insulaires des Antilles. Grâce à cette coopération étroite avec la Banque de développement des Caraïbes, nous allons pouvoir procurer des financements à long terme qui apporteront une contribution précieuse à des projets dans toute la région », a déclaré le président de la BEI.

« Faire face au changement climatique est sans aucun doute l’un des défis les plus ardus que doit actuellement relever la région des Antilles, et ce défi va demander la mobilisation de ressources considérables. La Banque de développement des Caraïbes salue cette occasion de collaborer avec la Banque européenne d’investissement pour financer des projets admissibles relevant de l’action pour le climat dans les dix-huit États qui sont ses actionnaires et ses emprunteurs et de profiter de l’expérience et du savoir-faire considérables que la BEI met en œuvre dans la région », a déclaré Warren Smith, président de la BDC.

Le programme de prêts consacré à l’action pour le climat fournira des ressources à long terme à des conditions avantageuses pour des projets publics ou privés qui participent à la réduction des émissions de carbone ou contrecarrent les effets attendus des bouleversements du climat terrestre. Ces financements seront complétés par de l’assistance technique destinée à améliorer les connaissances spécialisées en matière d’action pour le climat et à aider à la préparation de projets particuliers. L’engagement de la BEI fait suite à la reconnaissance officielle par l’Union européenne, dans sa déclaration commune de 2008 avec le CARIFORUM sur les changements climatiques, du niveau élevé des investissements requis pour financer des initiatives d’adaptation et d’atténuation.

Les projets admissibles à un financement dans le cadre du nouveau programme de prêts consacré à l’action pour le climat doivent porter sur l’adaptation aux changements climatiques, les énergies renouvelables, les transports durables, l'exploitation forestière, les innovations sobres en carbone et les initiatives novatrices dans le domaine du changement climatique. Des études préalables ont montré qu’il existait une forte demande de financements de ce type aux fins suivantes : modernisation des réseaux d’eau et d’assainissement afin de faire face aux surcotes dues aux ondes de tempête et plus généralement à l’élévation du niveau de la mer, protection des réseaux de transport vulnérables, amélioration de la protection du littoral, ou encore dispositifs de drainage permettant de réduire le risque d’inondation en cas d’ouragan.

Les pays bordant la mer des Caraïbes sont exposés aux effets écologiques et socio-économiques néfastes que devraient engendrer les modifications du climat et l’accroissement de la fréquence et de l’ampleur des événements météorologiques extrêmes. Par leur petite taille, la proximité de leurs centres de population avec les côtes, leurs ressources naturelles limitées et leur économie vulnérable aux chocs extérieurs, les petits États insulaires de la région sont encore pus fragiles.

La BEI, l'institution de financement à long terme de l'Union européenne, collabore étroitement avec la BDC depuis 1978. Cette coopération les a amenées à cofinancer des investissements dans l’approvisionnement en électricité, de nouvelles installations aéroportuaires en Jamaïque et à la Barbade, des projets et des entreprises de petite ou moyenne dimension dans toute la région, ainsi qu’à établir un partenariat au titre du plan d'action conjoint pour les Caraïbes.

Note aux responsables de publication

  • La Banque européenne d’investissement (BEI), dont les actionnaires sont les États membres de l’Union européenne (UE), est l’institution de financement à long terme de l'UE. La BEI met à disposition des financements à long terme destinés à appuyer des investissements de qualité afin de contribuer à la réalisation des grands objectifs de l’UE. La BEI est, depuis 1963, un partenaire du développement de nombreux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), au titre d’une série de mandats de prêt que lui confie le Conseil européen. Les prêts de la BEI dans les pays ACP sont destinés à appuyer la lutte contre la pauvreté et à favoriser une croissance économique durable. Ces prêts peuvent être financés soit sur les ressources propres de la BEI, soit sur celles de la Facilité d’investissement (FI), un fonds renouvelable alimenté par les États membres de l’UE via le Fonds européen de développement.

  • La Banque de développement des Caraïbes (BDC) est une institution financière régionale établie par un accord signé à Kingston, Jamaïque, en 1969. La BDC a été créée pour contribuer à la croissance et au développement économique harmonieux de ses États membres dans les Antilles, particulièrement en se penchant sans délai sur les besoins des pays les moins développés de la région. L’objectif premier de la BDC à moyen terme est d’aider les États auxquels elle prête à réduire la pauvreté en se dotant d’une croissance économique durable et à renforcer leur résistance face aux chocs externes. Sa stratégie pour ce faire mise principalement sur le soutien à quelques grandes causes : une croissance économique large et un développement social participatif, la viabilité environnementale et la gestion des risques de catastrophes naturelles, la bonne gouvernance, la coopération et l’intégration au sein de la région, et l’efficacité et l’efficience organisationnelles. La BDC contribue au financement de projets publics et privés directement liés au développement de l’économie dans ses dix-huit États membres et emprunteurs.

Contacts pour la presse


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website