Navigation path

Left navigation

Additional tools

Important soutien européen pour le premier grand projet solaire en Afrique du Nord

European Investment Bank - BEI/12/166   19/11/2012

Other available languages: EN DE

communiquÉ de presse conjoint

BEI/12/166

19 novembre 2012

Important soutien européen pour le premier grand projet solaire en Afrique du Nord

Le premier projet solaire mis en œuvre en Afrique du Nord bénéficie d’un très important soutien européen de 345 millions d’EUR*, soit plus de la moitié du coût total du projet.

Un engagement financier de 300 millions d’EUR a été signé ce jour à Marrakech, au Maroc, par la Banque européenne d'investissement (BEI), l'Agence française de développement (AFD), la KfW Entwicklungsbank (KfW) et MASEN, le promoteur du complexe solaire de Ouarzazate. La mise en place de cette enveloppe de prêts a été facilitée par l'octroi d'une aide non remboursable de 30 millions d'EUR de l'Union européenne en décembre 2011.

Le soutien financier européen porte sur la première phase du complexe solaire de Ouarzazate, qui consiste en la construction d'une centrale solaire à concentration (CSC) et à capteurs cylindro-paraboliques d’une capacité brute installée comprise entre 125 et 160 MW, pour une capacité de stockage d’énergie de trois heures au minimum. Il s’agira du premier projet du Plan solaire marocain et du plus important à ce jour du Plan solaire méditerranéen, qui vise l’installation de 20 GW de capacité supplémentaire de production d’énergie d’origine renouvelable à l’horizon 2020.

Le complexe solaire de Ouarzazate est conçu pour atteindre une capacité potentielle de 500 MW, soit l’équivalent de l'alimentation en électricité d’une ville d’un million et demi d’habitants. Une fois intégralement réalisé, ce complexe sera l'un des plus grands au monde. Sa première phase permettra, à elle seule, d’éviter l’émission de 110 000 tonnes de dioxyde de carbone par an et de mettre en place une source d’énergie renouvelable tout en augmentant la sûreté énergétique du Maroc. Le projet créera en outre des emplois et contribuera à l’émergence d’une industrie solaire intégrée localement.

Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI, a déclaré à cette occasion : « En tant que chef de file des institutions financières européennes participant à ce projet, la BEI est fière de pouvoir apporter son financement, mais aussi l'expertise technique qu'elle a acquise dans toute l'Europe et pour toutes les sources d'énergie renouvelables. La première phase du projet Ouarzazate est une étape importante pour le succès du Plan solaire méditerranéen. Elle représente un signal fort pour un avenir plus « vert » sur le plan du développement technologique, économique et énergétique ainsi qu’en matière d’emploi. »

Eneko Landaburu, ambassadeur et chef de la délégation de l’Union européenne au Maroc, s’est quant à lui exprimé en ces termes : « L’UE et le Maroc partagent des possibilités et des contraintes similaires dans le domaine de l'énergie, d'où l'importance de favoriser l’intégration progressive de nos marchés énergétiques respectifs ainsi que le développement concomitant des énergies renouvelables. Aujourd’hui, grâce à l’aide non remboursable de sa Facilité d’investissement pour le voisinage et au prêt de la Banque européenne d'investissement, l'Union européenne soutient avec force le premier projet emblématique du Plan solaire marocain. »

« La réalisation de cette centrale électrique solaire permettra la diffusion au Maroc d'une technologie à faible intensité de carbone et respectueuse du climat. Parallèlement, le pays peut ainsi réduire sa dépendance à l’égard des importations d’énergie. Avec cette centrale, nous franchissons un grand pas vers la concrétisation de l’ambitieux projet consistant à doter bon nombre des pays d’Afrique du Nord de sources d’énergie renouvelables », a déclaré Norbert Kloppenburg, membre du directoire de la KfW.

Le projet est conforme aux objectifs de l'Union européenne et aux objectifs stratégiques du mandat FEMIP en ce qui concerne la viabilité environnementale et l'atténuation des changements climatiques, ainsi que leurs incidences sur la demande en énergie.

La première phase du complexe solaire de Ouarzazate sera mise en exploitation en 2015.

*Soutien européen :

- BEI : 100 millions d’EUR sur une contribution totale de 300 millions d’EUR (financement approuvé par le Conseil d’administration de la BEI le 13 décembre 2011)

- UE : 30 millions d’EUR (aide non remboursable)

- AFD : 100 millions d’EUR

- KfW et ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) : 100 millions d’EUR

- KfW et ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sûreté nucléaire (BMU) : 15 millions d’EUR

Notes aux responsables de publication 

BEI

La BEI est le principal investisseur financier dans le bassin méditerranéen via la FEMIP, la Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat qui a été créée en octobre 2002. La FEMIP apporte un soutien concret au développement économique et social du bassin méditerranéen dans le but d’améliorer les conditions de vie dans les pays partenaires. À la fin de 2010, cet engagement représentait un investissement total de plus de 12 milliards d’EUR.

www.bei.org/femip

AFD

L’Agence française de développement (AFD) est une institution financière au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays en développement et de l’Outre-mer. Elle finance des projets, des programmes et des études au moyen de subventions, de prêts, de fonds de garantie et de contrats de désendettement et de développement. Par ailleurs, elle accompagne ses partenaires basés dans les pays en développement dans le processus de renforcement de leurs capacités.

Partie intégrante du KfW Bankengruppe, la KfW Entwicklungsbank est la première banque de développement allemande. La promotion d’un approvisionnement énergétique respectueux de l’environnement et durable dans les pays en développement revêt pour elle une importance toute particulière. Ces cinq dernières années, les engagements de la KfW à ce titre ont atteint 5,2 milliards d’EUR. Rien qu’en 2011, un quart environ de tous ses engagements financiers concernait les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. La même année, elle a alloué 921 millions d’EUR (soit 70 % de l’ensemble de ses engagements dans le secteur de l’énergie) aux énergies renouvelables. D’après le rapport général de situation établi par REN21, la KfW Entwicklungsbank est ainsi devenue l'un des principaux bailleurs de fonds du secteur des sources d'énergie renouvelables dans les pays en développement.

Contact pour la presse :

BEI Anne-Cécile Auguina.auguin@bei.org ; tél. +352 621 36 19 48.

Site Web : www.eib.org/press - Bureau de presse : +352 4379 21000 – press@eib.org


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website