Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

Commission européenne

Top News

Bruxelles, vendredi 21 juin 2013

Top News de la Commission européenne
22 juin – 19 juillet 2013

Note de Background du Service des porte-parole à l'attention des journalistes
La Commission se réserve le droit d'effectuer des changements

Lundi 24 juin - vendredi 28 juin: Semaine européenne de l'énergie durable 2013 3

Lundi 24 juin: Communication conjointe: vers une approche globale de l'UE face à la crise syrienne 5

Mardi 25 juin: Présentation de l'édition 2013 de «Regards sur l'éducation» par l'OCDE et la Commission 6

Mardi 25 juin: Les régions ultrapériphériques d’Europe présentent des plans concrets pour moderniser leurs économies et assurer une croissance durable 8

Mercredi 26 juin: Rapport sur le progrès des stratégies nationales d'intégration des Roms 9

Mercredi 26 juin: La Commission européenne propose un nouveau cadre d’investissement à long terme 12

Mercredi 26 juin: La Commission européenne propose une initiative relative aux marchés publics électroniques 13

Jeudi 27 juin: Accord politique sur la réforme de la PAC 15

Lundi 8 juillet: La Commission publie ses statistiques annuelles sur le programme Erasmus 17

Mercredi 10 juillet: Paquet "investissement dans l'innovation" 19

Mercredi 10 juillet: La Commission adopte une communication sur l'enseignement supérieur européen dans le monde 21

Lundi 24 juin - vendredi 28 juin: Semaine européenne de l'énergie durable 2013

La nouvelle:

L'énergie durable est au cœur de la stratégie «Europe 2020» pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Afin de souligner l’importance d'évoluer vers plus d'efficacité énergétique et d'énergie renouvelable, la Commission européenne (DG Énergie et EACI, l'agence exécutive pour la compétitivité et l’innovation) organise, à Bruxelles, la huitième édition de la semaine européenne de l’énergie durable.

Le contexte:

Cette année, le thème principal est «Financement et énergie durable». Il sera débattu principalement du rôle que le secteur privé peut jouer en tant que source importante de financement et de la manière dont les fonds publics disponibles aux niveaux national et européen peuvent être utilisés le plus efficacement possible. L’ordre du jour inclura des présentations sur les bonnes pratiques en matière de financement ainsi qu'un débat sur la manière d’améliorer les cadres réglementaires. Une fois de plus, la semaine européenne de l’énergie durable constituera une excellente occasion de sensibiliser l'opinion, d'engager des débats, de présenter et promouvoir les technologies les plus récentes et innovantes en matière d’énergie durable.

L’événement:

La semaine sera marquée par une conférence de haut niveau, qui se tiendra du 25 au 27 juin, et plus de 40 sessions distinctes qui se dérouleront dans le bâtiment Charlemagne de la Commission européenne et au Comité des régions.

Le 24 juin, le commissaire européen chargé de l’énergie, M. Oettinger, ouvrira la semaine européenne pour l’énergie durable par la prestigieuse cérémonie de remise du prix européen de l'énergie durable et du prix ManagEnergy, au théâtre Viage dans la galerie Anspach. Le commissaire et le membre du Parlement européen Maria da Graça CARVALHO attribueront six prix: cinq aux lauréats du Prix européen de l'énergie durable (catégories: communiquer, consommer, apprendre, voyager et vivre) et un au lauréat du prix ManagEnergy, qui récompense la meilleure pratique en matière d'action locale et régionale dans le domaine de l'énergie.

En parallèle et sur l’ensemble de la semaine, des centaines de manifestations et d’activités liées à l’énergie durable seront organisées dans environ quarante pays, européens ou non, dans des capitales, mais aussi dans des villes et des villages. D'intéressants ateliers et expositions seront mis sur pied pour expliquer aux petites entreprises et aux ménages comment participer à l’effort collectif d'amélioration de l’efficacité énergétique.

  1. Disponible sur EbS.

Les sources:

Pour de plus amples informations sur les journées de l'énergie, le programme de la conférence et les modalités d'inscription, consultez le site web de la semaine européenne de l’énergie durable: http://www.eusew.eu/ (en anglais)

  1. I-075959 UE: Énergie durable 2013

Les contacts:

Marlene Holzner +32 2 296 01 96

Nicole Bockstaller +32 2 295 25 89

Lundi 24 juin: Communication conjointe: vers une approche globale de l'UE face à la crise syrienne

La nouvelle:

La Commission européenne et le SEAE adopteront, le lundi 24 juin, la communication conjointe «Vers une approche globale de l'UE face à la crise syrienne». Cette communication présente les principaux éléments d’une approche globale de l’UE en réaction au conflit et à ses conséquences, tant en Syrie que dans les pays voisins, y compris leurs communautés d’accueil. Elle met également en lumière les mesures et initiatives qui ont déjà été prises par le Haut Représentant et la Commission européenne.

Le contexte:

Depuis le début du conflit, la situation en Syrie s'est détériorée de manière spectaculaire: plus de 80 000 décès et 1,6 million de réfugiés ont été dénombrés jusqu'en juin 2013.

La première priorité de l'UE a toujours consisté à favoriser un règlement politique du conflit ouvrant la voie à une transition vers un processus démocratique. Dans ce cadre, l’UE s’est félicitée de l’appel lancé conjointement par les États‑Unis et la Russie en faveur de la tenue d’une conférence de paix consacrée à la Syrie, en vue de promouvoir un processus politique fondé sur les principes énoncés dans le communiqué de Genève du 30 juin 2012.

Parallèlement à son action sur le plan politique, l’UE a mobilisé tous ses instruments afin de contribuer à une réaction internationale élargie. Elle est le premier fournisseur d’aide humanitaire. Au total, l’effort financier consenti en réaction à la crise est déjà supérieur à 850 millions d’euros.

L’événement:

16h30 Conférence de presse après le Conseil «Affaires étrangères».

  1. Disponible sur EbS

Les contacts:

Michael Mann +32 2 299 97 80

Maja Kocijancic +32 2 298 65 70

Nabila Massrali +32 2 296 92 18

Peter Stano +32 2 295 74 84

Anca Paduraru +32 2 296 64 30

Mardi 25 juin: Présentation de l'édition 2013 de «Regards sur l'éducation» par l'OCDE et la Commission

La nouvelle:

Le 25 juin, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Commission européenne présenteront le rapport intitulé «Regards sur l'éducation» 2013, qui fournit des informations et données essentielles sur l'éducation et la formation dans les pays de l'OCDE et les pays partenaires, parmi lesquels 21 États membres de l'UE. Ce rapport permet aux dirigeants de comparer les systèmes d'éducation et de formation et de tirer des enseignements pour leurs actions futures.

Le dernier rapport annuel en date comprend des données relatives aux dépenses consacrées à l'éducation, de nouveaux indicateurs quant au lien entre les niveaux d'instruction et l'emploi, des données relatives à la crise économique, qui démontrent que l'éducation constitue la meilleure protection contre le chômage, ainsi que des données et analyses sur les tendances observées.

Le contexte:

Le rapport présente des données émanant des 34 pays membres de l'OCDE, à savoir 21 États membres de l’Union européenne (l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède), 4 autres pays européens (l’Islande, la Norvège, la Suisse et la Turquie) et 9 pays non européens (l’Australie, le Canada, le Chili, la Corée, les États-Unis, Israël, le Japon, le Mexique, la Nouvelle-Zélande). Des données sont également présentées pour le Brésil, la Russie et – dans certains cas – l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, l’Argentine, la Chine, l’Inde et l’Indonésie.

Six États membres de l'UE ne sont pas concernés par le rapport parce qu'ils ne sont pas membres de l'OCDE: la Bulgarie, Chypre, la Lettonie, la Lituanie, Malte et la Roumanie.

Le rapport sera présenté par M. Andreas Schleicher, directeur adjoint chargé des questions d'éducation et de compétences au sein de l'OCDE, et M. Xavier Prats Monné, directeur général adjoint à la direction générale de l’éducation et de la culture au sein de la Commission européenne.

L’événement:

11h00 – 12h30: Exposé technique officiel dans la salle Schuman, bâtiment Berlaymont, à Bruxelles.

L'exposé sera retransmis en direct sur le site web suivant:

http://scic.ec.europa.eu/streaming/index.php?es=2&sessionno=84f74ce4511e0c9531af1182fb636f0f

  1. EbS l'enregistrera et le retransmettra plus tard dans la journée.

Les sources:

Commission européenne: Éducation et formation:

http://ec.europa.eu/education/index_fr.htm

Site web de la commissaire Mme Vassiliou:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/vassiliou/index_fr.htm

OCDE: Éducation:

http://www.oecd.org/fr/edu/

Les contacts:

Dennis Abbott +32 2 295 92 58

Dina Avraam +32 2 295 96 67

Mardi 25 juin: Les régions ultrapériphériques d’Europe présentent des plans concrets pour moderniser leurs économies et assurer une croissance durable

La nouvelle:

Le 25 juin, Johannes Hahn, membre de la Commission chargé de la politique régionale, rencontrera les présidents et vice-présidents des régions ultrapériphériques d’Europe (RU). Ceux­‑ci dévoileront les plans d’action qu’ils ont élaborés, en tenant compte des caractéristiques territoriales spécifiques et des priorités de développement de leurs régions respectives, afin de tirer le meilleur parti des fonds structurels de l’UE de façon à encourager les investissements.

Le contexte:

Les plans d’action exposeront la manière dont les îles vont diversifier et moderniser leurs économies, comme l'a demandé la Commission dans sa communication intitulée «Les régions ultrapériphériques de l’Union européenne – Vers un partenariat pour une croissance intelligente, durable et inclusive». Ces plans seront essentiels pour élaborer la stratégie pour la nouvelle période de financement 2014-2020, en ce qui concerne non seulement l’utilisation des Fonds structurels, mais également des autres programmes de l'UE.

Les régions ultrapériphériques comptent huit îles: les Açores, les îles Canaries, la Guadeloupe, la Guyane française, Madère, la Martinique, la Réunion et Saint‑Martin.

L’événement:

Le mardi 25 juin, au BERLAYMONT, 11e étage:

14 h15: Allocution d’ouverture du commissaire Hahn lors de la réunion avec les présidents des RU

16 h00: Conférence de presse (même lieu)

  1. Disponible sur EbS

Un communiqué de presse et le discours du Commissaire seront publiés via RAPID.

Les sources:

Site web du commissaire Hahn:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/hahn/index_fr.cfm

La politique régionale et les régions ultrapériphériques:

http://ec.europa.eu/regional_policy/activity/outermost/index_fr.cfm

Politique régionale:

http://ec.europa.eu/regional_policy/index_fr.cfm

Les contacts:

Shirin Wheeler +32 2 296 65 65

Annemarie Huber +32 2 299 33 10

Mercredi 26 juin: Rapport sur le progrès des stratégies nationales d'intégration des Roms

La nouvelle:

La Commission européenne présentera son dernier rapport sur l'intégration des Roms dans les Etats membres. Le rapport fait le point sur la façon dont les États membres mettent en œuvre leurs plans nationaux visant à améliorer les conditions de vie des communautés Roms dans leur pays sous le cadre de l'UE pour les stratégies nationales d'intégration des Roms.

La Commission donnera également essayé d'avancer l'intégration des Roms en présentant une recommandation aux États membres, qui sera adopté par le Conseil.

Le contexte:

L'intégration des Roms est dans l'intérêt des États membres, en particulier pour ceux avec une forte minorité Roms. Les Roms représentent une proportion importante et croissante de la population d'âge scolaire et de la main-d'œuvre future. Dans des pays comme la Bulgarie et la Roumanie, pour tous les quatre à cinq nouveaux entrants sur le marché du travail sont des Roms. Les politiques d'activation du travail efficace et des services de soutien individualisés et accessibles pour les demandeurs d'emploi Roms sont essentiels pour permettre aux personnes Roms d'atteindre leur potentiel et de participer activement et équitablement dans la société.

Dans un rapport du 23 mai 2012, la Commission européenne a appelé les États membres de l'UE à mettre en œuvre leurs stratégies nationales pour améliorer l'intégration économique et sociale de 10 à 12 millions de Roms en Europe. Les États membres ont élaboré ces plans en réponse à la cadre de l'UE de la Commission pour les stratégies nationales d'intégration des Roms adoptés le 5 Avril 2011 (voir IP/11/400, MEMO/11/216) qui a été approuvé par les dirigeants européens peu après (IP/11/789 ).

Le 15 mai 2013, la Commission a rencontré les principaux acteurs de la société civile Rom à la table ronde des Roms, pour aider à préparer le dernier rapport d'avancement (IP/13/437).

L’événement:

La vice-présidente Viviane Reding et le Commissaire László Andor tiendront une conférence de presse (détails à confirmer).

  1. Disponible sur EbS

IP sera disponible le jour même.

Les sources:

Justice Newsroom:

http://ec.europa.eu/justice/newsroom/index_en.htm

Site web de la vice-présidente Reding:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding

Site web du Commissaire Andor:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/andor/

  1. I-071075 Coopération territoriale européenne - l'emploi des Roms

    Les contacts:

Dennis Abbott +32 2 295 92 58

Dina Avraam +32 2 295 96 67

Jonathan Todd +32 2 299 41 07

Cécile Dubois +32 2 295 18 83

Mercredi 26 juin: La Commission européenne propose un nouveau cadre d’investissement à long terme

La nouvelle:

Le 26 juin, la Commission européenne proposera un nouveau cadre d’investissement à long terme, à l’intention des investisseurs désireux d’investir dans des entreprises et des projets nécessitant un financement à long terme, tels les projets d’infrastructure. Les Fonds européens d’investissement à long terme (FEILT) mettront les fonds des investisseurs à la disposition d’entreprises ayant besoin de ressources financières sur une longue période de temps. Sous réserve de satisfaire à l’ensemble des règles fixées, les FEILT seront ouverts aux investisseurs de tous types, dans toute l’Europe, sans la moindre bureaucratie. L'objectif est de débloquer et d'accroitre les sources de financement pour ces projets qui peuvent avoir un impact important sur la croissance et les emplois sur le long terme.

Le contexte:

Accroître le montant des financements non bancaires accessibles aux entreprises de toute l’Union est un objectif central de la Commission européenne. Les FEILT sont un élément important des travaux engagés en ce sens, annoncés dans l’Acte pour le marché unique II d’octobre 2012 (voir IP/12/1054) et le livre vert sur le financement à long terme de l’économie européenne (voir IP/13/274). Du fait de la fragmentation actuelle du marché des fonds d’investissement, les investisseurs potentiels peuvent avoir du mal à discerner ceux qui ont des objectifs d’investissement à long terme, ce qui restreint d’autant la capacité de croissance de ces fonds. La création des FEILT permettrait d’améliorer la situation. À la suite d’une consultation publique (voir IP/12/853) et de discussions approfondies avec de nombreuses organisations, la Commission a procédé à une analyse d’impact des différentes politiques envisageables pour développer les solutions d’investissement à long terme tout en assurant une protection adéquate des investisseurs.

L’événement:

Les modalités de la couverture médiatique seront annoncées ultérieurement.

Le communiqué de presse et la communication seront disponibles le jour même.

  1. Disponible sur EbS.

Les sources:

Pour en savoir plus:

http://ec.europa.eu/internal_market/finances/financing-growth/long-term/index_fr.htm

Les contacts:

Chantal Hughes +32 2 296 44 50

Carmel Dunne +32 2 299 88 94

Audrey Augier +32 2 297 16 07

Mercredi 26 juin: La Commission européenne propose une initiative relative aux marchés publics électroniques

La nouvelle:

Le 26 juin, la Commission européenne adoptera une communication sur «la passation électronique de bout en bout des marchés publics comme moyen de modernisation de l’administration publique» (c’est-à-dire la procédure allant de la publication électronique des avis jusqu’au paiement électronique) dans l’Union européenne.

La communication expose les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la «passation électronique de bout en bout des marchés publics» annoncée dans la communication de 2012 intitulée «Une stratégie pour la passation électronique des marchés» (cf. IP/12/389). Elle recense les domaines dans lesquels l’UE et les États membres devraient prendre des mesures afin d’accomplir la transition vers la passation électronique de bout en bout des marchés publics:

  • faire de la facturation électronique la règle au lieu de l’exception dans le cadre des marchés publics

  • réaliser des travaux de normalisation

  • élaborer des stratégies nationales en faveur de la passation électronique de bout en bout des marchés publics

  • mettre en commun les meilleures pratiques.

Cette initiative a pour but de maximiser les effets bénéfiques pour l’économie de l’Union européenne et de permettre aux entreprises européennes et aux pouvoirs adjudicateurs de tirer pleinement parti des avantages du marché numérique unique.

Le contexte:

Dans le contexte actuel d’assainissement budgétaire, la gestion des marchés publics revêt une importance primordiale. L’achat public de fournitures, de travaux ou de services représentant 19 % du PIB de l’UE, une gestion plus efficace des marchés publics peut permettre d’améliorer sensiblement l’efficience générale des dépenses publiques. L’efficacité de l’administration publique est essentielle à la compétitivité de l’économie de l’Union européenne. Sa modernisation fait partie des cinq priorités recensées par la Commission en 2012 puis en 2013 dans son examen annuel de la croissance. La réforme des procédures de passation des marchés publics, la dématérialisation de l’administration publique, la réduction des charges administratives et l’augmentation de la transparence sont autant de vecteurs de croissance.

La transition vers la passation électronique de bout en bout de marchés publics peut générer d’importantes économies et favoriser une réorganisation de certains domaines de l’administration publique; en contribuant à l’ouverture du marché unique et en encourageant l’innovation et la simplification, elle agit comme un vecteur de croissance. Elle peut également faciliter la participation des PME aux marchés publics en réduisant les charges administratives, en améliorant la transparence entourant les perspectives commerciales et en diminuant les coûts de participation.

Pour tirer profit de la passation électronique de marchés, la Commission a proposé à la fin de l’année 2011, dans le cadre de la modernisation du cadre juridique des marchés publics, de rendre obligatoirement électroniques les phases de publication d’avis de marché, d’accès aux documents de marché et de soumission des offres.

Pour promouvoir encore davantage le recours par les organisations du secteur public aux moyens électroniques de communication et de traitement des transactions lorsqu’elles achètent des fournitures et des services ou qu’elles lancent des appels d'offres concernant des travaux publics, la Commission engage à présenter une série d’actions destinées à mieux soutenir la mise en œuvre par les États membres de la passation électronique de bout en bout.

L’événement:

Les modalités de la couverture médiatique seront annoncées ultérieurement.

Un communiqué de presse sera diffusé le jour même.

  1. Diffusion sur EbS

Les sources:

Pour de plus amples informations:

http://ec.europa.eu/internal_market/publicprocurement/e-procurement/index_fr.htm

http://ec.europa.eu/internal_market/payments/einvoicing/index_fr.htm

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/barnier/index_fr.htm

Les contacts:

Chantal Hughes +32 2 296 44 50

Carmel Dunne +32 2 299 88 94

Audrey Augier +32 2 297 16 07

Jeudi 27 juin: Accord politique sur la réforme de la PAC

La nouvelle:

Un accord politique est attendu entre la Commission, le Conseil, le Parlement européen pour la dernière semaine de juin. Un accord politique marque la fin des négociations politiques. L'adoption formelle n'intervient qu'ultérieurement (notamment, lorsque les textes ont été traduits dans toutes les langues) et qu'ils sont approuvés par le Parlement européen et le Conseil, au terme d'un processus marquant la première réforme de la PAC sous le régime de la co-décision.

Les principaux éléments de la réforme ont pour objectif de rendre la PAC "plus juste et plus verte", comme cela a été proposé par le Commissaire Cioloş en octobre 2011 (voir IP/11/1181, MEMO/11/685). En 2011, le Commissaire a défini 10 objectifs principaux pour la réforme – ces derniers feront probablement tous partie de l'accord final.

Le concept de verdissement, qui prévoit de lier 30% des paiements directs à certaines pratiques agricoles durables, constitue l'un des changements les plus importants. En d'autres mots, la PAC rétribuera les agriculteurs pour les biens publics qu'ils fournissent.

Plusieurs éléments sont nécessaires pour parvenir à une PAC "plus juste". Le point central réside dans la réponse apportée à la question de savoir qui obtient quelle part des paiements directs. Cette fois, on s'attend à ce que la réforme mène à un accord sur une distribution plus juste des fonds pour les paiements directs entre les Etats Membres ("convergence externe"), de telle sorte que le paiement moyen dans chaque Etat Membre atteigne au moins 75% de la moyenne de l'Union européenne. (Actuellement, les paiements moyens varient de 40% de la moyenne UE à plus de 250%.).

La question se pose ensuite d'une distribution des fonds plus juste au sein des Etats Membres – il s'agit en particulier pour les Etats de l'UE-15, où les allocations se basent en général sur des références historiques de production qui remontent à 2000-2002, d'évoluer vers des paiements à l'hectare. Sur cette question de la "convergence interne", les négociations envisagent plusieurs critères de redistribution. D'autres aspects de ce débat incluent des mesures visant à réduire les paiements des exploitations les plus grandes ("plafond et dégressivité"); un système plus simple pour les exploitations les plus petites ("dispositif pour les petits agriculteurs"); et un taux plus élevé de paiements pour les jeunes agriculteurs, afin de soutenir le renouvellement des générations d'agriculteurs.

Pour ce qui est des mesures de marché, la réforme mènera probablement à la fin du régime des quotas de sucre. La réforme apportera également une base juridique plus claire pour un instrument général de gestion de crise de marché afin de répondre à des situations imprévues (par exemple la crise de l'e-coli dans le secteur maraîcher en 2011), ce qui constituera un autre changement significatif.

Dans le cadre du Développement rural – le 2ème pilier de la PAC – les règles s'appuieront sur le succès atteint dans les années précédentes, avec une flexibilité accrue pour les Etats Membres. Les changements proposés comprennent également de nouvelles définitions, plus objectives, des zones de contraintes naturelles; un nouveau Partenariat européen pour l'innovation, dont l'objectif est de rapprocher les agriculteurs et les chercheurs afin d'accélérer le transfert technologique des laboratoires vers le terrain; des mesures visant à encourager plus de coopération entre les agriculteurs par le biais d'organisations de producteurs et d'organisations interbranches, ou par le biais de circuits courts d'approvisionnement; enfin, entre autres, des outils permettant aux agriculteurs de s'assurer contre les risques.

L’événement:

Mercredi 26 juin (horaire à confirmer): Conférence de presse du Commissaire Dacian Cioloș, du Président du Conseil Simon Coveney et du Président de la Commission Agriculture du Parlement européen Paolo De Castro.

Jeudi 27 juin (horaire à confirmer): Conférence de presse du Commissiare Dacian Cioloș dans la salle de presse du Berlaymont.

  1. Disponible sur EbS

Une IP et un MEMO seront disponibles le jour de la conclusion de l'accord politique.

Les sources:

Site Internet de la DG AGRI:

http://ec.europa.eu/agriculture/cap-post-2013/index_fr.htm

  1. I-066721 Agriculture et développement rurale - Eté : 2010

Les contacts:

Roger Waite +32 2 296 14 04

Fanny Dabertrand +32 2 299 06 25

Lundi 8 juillet: La Commission publie ses statistiques annuelles sur le programme Erasmus

La nouvelle:

Le 8 juillet, la Commission présentera les derniers chiffres relatifs à la mobilité des étudiants dans le cadre du programme Erasmus.

Le contexte:

Les premiers étudiants Erasmus — un peu plus de 3 000 jeunes provenant de 11 pays — sont partis étudier à l’étranger en 1987. Aujourd’hui, plus de 250 000 étudiants bénéficient chaque année de ce programme d’échange extrêmement populaire, qui couvre tous les pays de l’UE, ainsi que la Suisse, l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Turquie.

Erasmus est ouvert aux étudiants et aux enseignants. La plupart des participants déclarent avoir vécu une expérience enrichissante à la fois sur le plan personnel et sur le plan professionnel. Parmi les personnalités ayant pris part au programme figurent Mme Cecilia Malmström, commissaire européenne chargée des affaires intérieures, M. Jyrki Katainen, Premier ministre finlandais, Mme Helle Thorning-Schmidt, Première ministre danoise, et M. Jakub Chrenowicz, premier chef d’orchestre de l’opéra et de la philharmonie de Podlachie en Pologne.

Au niveau institutionnel, le programme Erasmus finance également des projets communs, des écoles d’été et des réseaux. Parallèlement à la mobilité du personnel enseignant, ces éléments contribuent à améliorer la qualité de l’enseignement actuel et à ouvrir les universités et les écoles supérieures à la coopération avec le monde.

Le nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport, dont le lancement est prévu pour janvier 2014, s’appuiera sur l’héritage d’Erasmus en offrant à 4 millions de personnes (âgées de moins de 25 ans pour la plupart) la possibilité d’étudier, de se former, d’enseigner ou de travailler bénévolement à l’étranger d’ici 2020. L’expérience internationale et les compétences acquises par les participants améliorent leur capacité d’insertion professionnelle et leurs perspectives de carrière. Le nouveau programme devrait être doté d’un budget d’environ 14,5 milliards d’euros pour la période 2014-2020 — une augmentation de 40 % par rapport aux programmes actuels.

L’événement:

Mme Androulla Vassiliou, commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, présentera les principales statistiques relatives au programme Erasmus pour l’année universitaire 2011-2012. Un communiqué de presse sera disponible le jour même.

Les sources:

Informations sur le programme Erasmus:

http://ec.europa.eu/education/lifelong-learning-programme/erasmus_fr.htm

Informations sur Mme Androulla Vassiliou:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/vassiliou/index_fr.htm

Les contacts:

Dennis Abbott +32 2 295 92 58

Dina Avraam +32 2 295 96 67

Mercredi 10 juillet: Paquet "investissement dans l'innovation"

La nouvelle:

La Commission va présenter un paquet "investissement" s'élevant à plusieurs milliards d'euros, afin de stimuler la recherche et l'innovation dans les secteurs déterminants pour l'économie et la société européennes. Ce paquet sera financé grâce à des partenariats publics-privés (PPP), et sera destiné aux domaines tels que les médicaments innovants et l'aéronautique.

Un soutien financier, fourni par le prochain programme de recherche et d'innovation de l'UE (Horizon 2020), permettra de lever des fonds supplémentaires venant de l'industrie et des États membres de l'UE. Les PPP ont pour but de répondre à des défis majeurs, tels que la réduction des émissions de carbone et la mise au point de la prochaine génération d'antibiotiques. Ils permettront également d'accroître la compétitivité de l'industrie de l'UE, y compris les PME, et de créer de nouveaux emplois dans les secteurs en plein essor et les secteurs émergents.

De plus, des propositions visant à mettre les ressources des États membres en commun seront émises, afin de concevoir de nouveaux traitements contre les maladies liées à la pauvreté, de développer les technologies de mesures pour la compétitivité industrielle, de soutenir les PME de haute technologie, et de trouver des solutions pour que les personnes âgées et handicapées puissent vivre en sécurité chez elles. Le paquet visera aussi à prolonger une initiative ayant pour but de rassembler des investissements dans la recherche consacrée à la gestion du trafic aérien, en soutien au ciel unique européen.

Le contexte:

L'importance des PPP a été clairement établie dans le contexte de deux initiatives phares, l'Union de l'innovation et la politique industrielle, ainsi que dans les propositions législatives pour le programme Horizon 2020. Certains des partenariats publics-privés, appelés initiatives technologiques conjointes (ITC), ont été présentés dans le cadre du septième programme-cadre de recherche. De nouvelles propositions législatives étaient nécessaires pour permettre la mise en œuvre de ces initiatives lors du prochain programme de recherche et d'innovation (Horizon 2020). Ces propositions seront soumises aux États membres de l'UE et au Parlement européen dans le cadre des propositions globales pour le programme Horizon 2020.

L’événement:

Une conférence de presse et un exposé technique auront lieu de jour de l'adoption du paquet. Des tables rondes destinées aux partenariats publics-privés et aux directeurs généraux des entreprises participant aux initiatives seront organisées. Ces évènements seront ouverts aux médias.

  1. Disponible sur EbS.

Un communiqué de presse, un MEMO, une communication et une fiche explicative à propos de chacun des partenariats seront disponibles le jour même.

Les sources:

Programme «Horizon 2020»:

http://ec.europa.eu/research/horizon2020/index_en.cfm (en anglais)

  1. I-075812 UE - Horizon 2020 - 2013

Les contacts:

Michael Jennings +32 2 296 33 88

Inma Martinez Garcia + 32 2 298 73 03

Mercredi 10 juillet: La Commission adopte une communication sur l'enseignement supérieur européen dans le monde

La nouvelle:

Les partenariats stratégiques établis avec des établissements d’enseignement supérieur des pays tiers rehaussent la qualité de l’enseignement supérieur européen et contribuent à l’innovation et à la création d’emplois en permettant à des diplômés européens de l'enseignement supérieur d'acquérir des compétences plus vastes et en attirant dans l'UE des étudiants, des chercheurs et des universitaires du monde entier. Les universités européennes ont tissé au sein de l'Europe des liens de tout premier ordre mais nombre d'entre elles sont dépourvues de stratégie claire pour le renforcement de leurs relations avec des partenaires de pays tiers. Par conséquent, le 10 juillet, la Commission européenne adoptera une communication sur l'enseignement supérieur européen dans le monde qui formulera des recommandations sur la stratégie que les 4 000 établissements européens d’enseignement supérieur peuvent élaborer pour promouvoir leur image au niveau international. Une enveloppe annuelle de plus de 400 millions € sera mise à la disposition des universités européennes pour leur permettre de collaborer avec des partenaires du monde entier dans le cadre du nouveau programme de l’UE pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport.

Le contexte:

L’enseignement supérieur est au cœur de la stratégie Europe 2020 et les universités ont un rôle clé à jouer pour permettre la mise en place en Europe d'une économie intelligente, durable et inclusive. Cela fait des décennies qu'une coopération s'est mise en place entre les universités européennes mais celles-ci doivent désormais, de toute évidence, nouer des partenariats par-delà les frontières de l'UE afin de pouvoir continuer à attirer les étudiants les plus brillants et rester compétitives dans un monde de l’enseignement supérieur de plus en plus globalisé.

L'Europe accueille actuellement 45 % des 4 millions d’étudiants qui partent chaque année étudier en dehors de leur pays d'origine. Ils sont attirés par des programmes d'études de premier ordre, l’excellence de l'enseignement dispensé et la diversité culturelle offerte. Si l'Europe toutefois veut conserver son avance face à la montée de la concurrence venant des pays d'Asie et d'Amérique latine, les États membres et la Commission doivent œuvrer de concert à la création des conditions propices au développement harmonieux de la coopération internationale.

L’événement:

La commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse, Mme Androulla Vassiliou, présentera la communication lors du point de presse de midi dans la salle de presse de la Commission (heure à confirmer). Le communiqué de presse et la communication seront disponibles le jour même.

  1. Disponible sur EbS.

Les sources:

Site web de la Commission européenne sur l’éducation et la formation

Informations sur Mme Androulla Vassiliou

Les contacts:

Dennis Abbott + 32 2 295 92 58

Dina Avraam + 32 2 295 96 67


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website