Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN

Commission européenne

Top News

Bruxelles, vendredi 12 avril 2013

Top News de la Commission européenne
13 avril – 10 mai 2013

Note de Background du Service des porte-parole à l'attention des journalistes
La Commission se réserve le droit d'effectuer des changements

Vendredi 12 avril - lundi 15 avril: Visite du président Barroso à New York 2

Lundi 15 avril: La lutte contre la traite des êtres humains: entrée en vigueur de la directive de l'UE 4

Mardi 16 avril: La Commission européenne propose un projet de loi sur la publication d'informations non financières et d'informations relatives à la diversité 6

Mardi 16 avril: Renforcement de la préparation de l'Europe contre les catastrophes naturelles et d'origine humaine 8

Jeudi 18 avril: La politique de cohésion tient ses promesses dans tous les domaines de l'action politique de l'UE et contribue efficacement à la croissance 10

Mercredi 24 avril: La Commission adopte un livre vert sur un monde audiovisuel totalement convergent 11

Jeudi 25 avril: La Commission adopte son paquet mensuel d'infractions 13

Vendredi 26 avril: La Commission propose des mesures en faveur de la mobilité des travailleurs 14

Date à confirmer: La Commission européenne adopte une proposition de directive sur les comptes bancaires 16

Vendredi 12 avril - lundi 15 avril: Visite du président Barroso à New York

La nouvelle:

Vendredi 12 avril, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, prononcera un discours à New York sur le «nouveau partenariat transatlantique pour la croissance et l'emploi». Il y sera question du partenariat noué entre l'Union européenne et les États-Unis en vue de favoriser la croissance et d'améliorer les perspectives d'emploi. L'événement est organisé par Bloomberg et par l'European American Chamber of Commerce (EACC) de New York.

Lundi 15 avril, M. Barroso participera à un débat thématique de haut niveau organisé par l'ONU, intitulé «Les Nations unies et la gouvernance économique mondiale». Ce débat, qui portera sur les diverses formes d'interaction entre le G20 et les autres pays, a été programmé de manière à intervenir peu avant les réunions de printemps des ministres des finances et des gouverneurs de banque centrale à Washington.

Lors de sa visite à New York, M. Barroso s'entretiendra avec le secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-Moon. Leur discussion portera sur le changement climatique et l'énergie durable. Le président Barroso réaffirmera également l'engagement de l'Europe à l'égard des objectifs du Millénaire pour le développement. Les questions de sécurité internationale concernant la Syrie, le Mali, la Guinée-Bissau et le projet de paix au Moyen-Orient devraient aussi figurer à l'ordre du jour.

M. Barroso rencontrera en outre le président de l'Assemblée générale des Nations unies, M. Vuk Jeremić. Il sera question du suivi de la conférence de Rio+20, du programme de développement pour l'après-2015 et de la coopération entre l'Union européenne et les Nations unies dans le domaine des droits de l'homme.

L’événement:

Le 12 avril à 14 heures (heure locale de New York) – Retransmission en direct du discours du président Barroso sur le «nouveau partenariat transatlantique pour la croissance et l'emploi».

Le 15 avril à 9 h 30 (heure locale de New York) – Retransmission en direct du discours du président Barroso lors du débat thématique de haut niveau de l'ONU intitulé «Les Nations unies et la gouvernance économique mondiale»:

http://webtv.un.org/

  1. Disponible sur EbS.

Les sources:

L'European American Chamber of Commerce:

http://www.eaccny.com/

Site de retransmission web de l’ONU:

http://webtv.un.org/

Site web du président Barroso:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/president/index_fr.htm

Les contacts:

Leonor Ribeiro Da Silva +32 2 298 81 55 leonor.ribeiro-da-silva@ec.europa.eu

Raquel Patricio Gomes +32 2 297 48 14 raquel-maria.patricio-gomes@ec.europa.eu

Lundi 15 avril: La lutte contre la traite des êtres humains: entrée en vigueur de la directive de l'UE

La nouvelle:

Le nombre de personnes victimes de la traite vers et depuis l'UE est en hausse, mais moins de trafiquants finissent derrière les barreaux. Avec l'entrée en vigueur de la directive concernant la prévention de la traite des êtres humains, présentée en 2011, la Commission européenne appelle à davantage d'efforts pour freiner cette tendance inquiétante en veillant à ce que les législations ambitieuses et des mesures pour lutter contre la traite des êtres humains sont élaborées et mises en œuvre conformément à la directive. La Commission va également publier des statistiques récentes sur le nombre de personnes victimes de la traite à l'intérieur et vers l'Union européenne et des informations facile à utiliser sur les droits à l'assistance juridique, l'aide médicale, le séjour, et plus encore. Avoir une vue d'ensemble plus claire des droits accordés en vertu de la législation de l'UE, aidera les victimes et les praticiens travaillant dans le domaine de la traite des êtres humains, afin de comprendre leurs droits et de les appliquer plus efficacement.

Le contexte:

La date limite pour la transposition de la directive concernant la prévention de la traite des êtres humains a expiré le 6 Avril 2013. Si la directive est entièrement transposée, elle a le potentiel d'avoir un impact réel et concret sur la vie des victimes et d'empêcher que d'autres personnes deviennent victime de ce crime dévastateur. Les nouvelles règles couvrent des actions dans différents domaines tels que les dispositions du droit pénal, la poursuite des contrevenants, soutien des victimes et des droits des victimes dans la procédure pénale, la prévention et le suivi de la mise en œuvre.

Dans le but de soutenir et de compléter la mise en œuvre de la législation européenne sur la traite, la Commission a adopté l'an dernier une stratégie de l'UE en se focalisant sur des actions concrètes, notamment pour fournir des informations sur les droits des victimes.

L’événement:

L'IP et MEMO seront disponibles le jour même.

12h30 Conférence de presse avec Cecilia Malmström, Commissaire européenne chargée des Affaires Intérieures.

  1. Disponible sur EbS

Les sources:

Site web de la Commissaire Cecilia Malmström, Responsable des affaires intérieures

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/malmstrom/welcome/default_en.htm

Site web de la Commission européenne sur la lutte contre la traite des êtres humains:

http://ec.europa.eu/anti-trafficking/index.action?breadCrumbReset=true

Site web de DG Home Affairs:

http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/index_en.htm

  1. I-073610 Traite des êtres humains – témoignages des victimes

Les contacts:

Michele Cercone: +32 229-80963 Michele.Cercone@ec.europa.eu

Tove Ernst: +32 229-86764 Tove.Ernst@ec.europa.eu

Mardi 16 avril: La Commission européenne propose un projet de loi sur la publication d'informations non financières et d'informations relatives à la diversité

La nouvelle:

Le 16 Avril, la Commission européenne adoptera une proposition de directive renforçant la transparence de certaines grandes entreprises en matière sociale et environnementale. Les entreprises concernées devront fournir des informations sur les politiques, les risques et les résultats en ce qui concerne la protection de l'environnement, les aspects sociaux, ceux liés aux employés, le respect des droits de l'homme, la lutte contre la corruption, et la diversité au sein des conseils d'administration.

Le contexte:

La législation actuelle de l'UE sur la publication de l'information non financière, en particulier la quatrième directive sur le droit des sociétés sur les comptes annuels, permet aux entreprises de choisir de rendre publiques certaines informations sur les aspects écologiques, sociaux et autres de leurs activités. Cependant, il apparaît que les exigences de la législation en vigueur sont parfois imprécises, inefficaces et appliquées de manière différente selon les États membres. Actuellement, moins de 10% des plus grandes entreprises de l'UE communiquent de telles informations régulièrement.

Pourtant, les entreprises qui font preuve de transparence arrivent à dégager de meilleures performances économiques, à obtenir des coûts de financement plus faibles, à attirer et à conserver des employés talentueux, et ont finalement plus de succès. De plus, les investisseurs et les consommateurs exigent de plus en plus ce genre d'informations.

Certains États membres ont introduit des obligations d'information qui vont au-delà de la quatrième directive sur le droit des sociétés. Cette proposition législative vise à améliorer la situation à l'échelle européenne.

L’événement:

Le commissaire Barnier présentera la proposition lors d'une conférence de presse à Strasbourg à 15h. Un briefing technique off the record aura lieu à Bruxelles à 11h15.

Un communiqué de presse et un MEMO seront disponibles le jour-même.

  1. Disponible sur EbS

Les sources:

Rapports non financiers:

http://ec.europa.eu/internal_market/accounting/non-financial_reporting/index_fr.htm

Site internet du Commissaire Michel Barnier:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/barnier/index_fr.htm

Les contacts:

Chantal Hughes +32 2 296 44 50 Chantal.Hughes@ec.europa.eu

Carmel Dunne +32 2 299 88 94 Carmel.Dunne@ec.europa.eu

Audrey Augier +32 2 297 16 07 Audrey.Augier@ec.europa.eu

Mardi 16 avril: Renforcement de la préparation de l'Europe contre les catastrophes naturelles et d'origine humaine

La nouvelle:

Le 16 avril 2013, la Commission européenne présentera un livre vert sur l'assurance contre les catastrophes naturelles ou d'origine humaine, qui sera assorti d'une consultation. La Commission entend lancer ainsi un vaste débat sur les moyens de relever les défis complexes liés à des catastrophes de plus en plus fréquentes, ainsi qu'une réflexion sur les possibilités de solution offertes par une assurance contre les catastrophes.

La Commission présentera le même jour une stratégie d'adaptation visant à renforcer la résilience de l'Europe contre les effets négatifs du changement climatique.

Le contexte:

Comme beaucoup d'autres régions du monde, l'Union européenne est exposée aux effets négatifs du changement climatique qui se multiplient et à presque tous les types de catastrophes naturelles. Celles-ci entraînent non seulement des pertes de vies humaines mais aussi des dégâts représentant des milliards d'euros chaque année, nuisant ainsi à la stabilité économique et à la croissance. Il s'agit donc là d'un enjeu important pour les particuliers et les entreprises de toute l'Union.

Le livre vert soulève plusieurs questions relatives à l'adéquation et à la disponibilité d'une assurance contre les catastrophes. Il a pour vocation de sensibiliser les parties concernées à ces questions et de déterminer si des mesures prises à l'échelle de l'UE peuvent ou non s'avérer utiles ou justifiées pour augmenter la couverture d'assurance et améliorer le marché de l'assurance contre les catastrophes dans l'Union européenne.

L'objectif global de la stratégie d'adaptation est de contribuer à une Europe plus résiliente au changement climatique. L'intention est de faire cela en encourageant et en soutenant l'action dans trois domaines prioritaires: promouvoir et soutenir les actions des États membres, promouvoir l'adaptation dans les principaux secteurs vulnérables au niveau de l'UE, et assurer une prise de décision mieux informée.

La stratégie d'adaptation est adressée aux autres institutions de l'UE pour leurs réponses. La Commission tiendra une conférence des parties prenantes sur la stratégie le 29 Avril à Bruxelles.

La consultation publique sera ouverte jusqu’au 30 juin 2013.

L’événement:

Le communiqué de presse et la communication seront disponibles le jour même.

  1. Disponible sur EbS

Les sources:

Site web du commissaire Barnier:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/barnier/index_fr.htm

Commissioner Connie Hedegaard's website:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/hedegaard/index_en.htm

Les contacts:

Chantal Hughes +32 2 296 44 50 Chantal.Hughes@ec.europa.eu

Carmel Dunne +32 2 299 88 94 Carmel.Dunne@ec.europa.eu

Audrey Augier +32 2 297 16 07 Audrey.Augier@ec.europa.eu

Isaac Valero Ladron +32 2 296 49 71 Isaac.Valero-Ladron@ec.europa.eu

Stephanie Rhomberg +32 2 298 72 78 Stephanie.Rhomberg@ec.europa.eu

Jeudi 18 avril: La politique de cohésion tient ses promesses dans tous les domaines de l'action politique de l'UE et contribue efficacement à la croissance

La nouvelle:

Jeudi 18 avril, la Commission européenne fournira une vue d'ensemble sur les résultats obtenus par les fonds structurels dans tous les domaines de l'action politique de l'Union européenne dans tous les États membres. Le «rapport stratégique» sur la mise en œuvre des programmes relevant de la politique de cohésion pour la période 2007-2013 rassemble les informations communiquées par les États membres, reposant principalement sur les données recueillies en 2011. La Commission trouve là l'occasion de souligner le rôle que la politique de cohésion peut jouer dans la reprise économique de l'UE.

Le contexte:

Alors qu'il reste encore plus de quatre ans avant l'achèvement des programmes en 2015, les investissements effectués jusqu'à présent au titre des fonds structurels (Fonds européen de développement régional, Fonds de cohésion et Fonds social européen) ont déjà entraîné des progrès et des améliorations dans tous les domaines de la vie quotidienne.

Le «rapport stratégique» donne un aperçu de l'état d'avancement de la mise en œuvre des objectifs de l'UE par chaque pays, conformément à la stratégie Europe 2020. Il encourage les États membres à mesurer les progrès accomplis dans des secteurs stratégiques clés tels que la recherche et l'innovation, les transports ferroviaires, l'énergie, le renforcement des capacités, les transports urbains durables, la création d'emplois et la formation.

Par l'intermédiaire de ses trois fonds — le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE) et le Fonds de cohésion — l'UE a investi 347 milliards € dans les 27 États membres pour la période 2007-2013. Cette somme représente 35 % du budget total de l'UE pendant cette même période (975 milliards €).

L’événement:

Le rapport sera présenté par le Commissaire Hahn le 18 avril, lors du point de presse de midi.

Le communiqué de presse (IP) et la note d’information (MEMO) seront disponibles le jour même.

  1. Disponible sur EbS.

Les sources:

http://ec.europa.eu/regional_policy/how/policy/strategic_report_en.cfm

Les contacts:

Shirin Wheeler +32 2 296 65 65 Shirin.wheeler@ec.europa.eu

Annemarie Huber +32 2 299 33 10 Annemarie.Huber@ec.europa.eu

Mercredi 24 avril: La Commission adopte un livre vert sur un monde audiovisuel totalement convergent

La nouvelle:

Le 24 avril, la Commission adoptera un livre vert intitulé: «Se préparer à un monde audiovisuel totalement convergent: croissance, création et valeurs». On assiste actuellement à une convergence rapide des médias audiovisuels et de l'internet. La consultation vise à déterminer quelles seraient les implications de la convergence dans le secteur audiovisuel pour la croissance économique et l'innovation des entreprises en Europe, le pluralisme des médias, la diversité culturelle et la protection des consommateurs, notamment des enfants. Une réflexion sur ce sujet est déjà en cours dans de nombreux États membres et la Commission souhaite maintenant lancer une vaste consultation publique au niveau européen sur l'impact de la convergence. Sans préjuger des résultats de cette consultation, on peut envisager, au titre du suivi, des dispositions réglementaires ou d'autres mesures politiques.

Le contexte:

De nombreux consommateurs possèdent aujourd'hui des téléviseurs à connectivité internet («télévision connectée»), regardent des films et des émissions télévisées sur des tablettes, des consoles de jeux ou des téléphones intelligents, et utilisent des services à la demande sur ordinateur. Cette mutation du paysage médiatique soulève de nouveaux problèmes. Les radiodiffuseurs font valoir que la concurrence est faussée parce que les nouveaux acteurs ne sont pas soumis aux mêmes exigences réglementaires. Dans le même temps, ces derniers ont la possibilité de proposer à leurs clients du contenu d'appel et des services à valeur ajoutée. D'autres préoccupations concernent le marché unique, car il semble que certains nouveaux dispositifs ne fonctionnent pas de la même manière dans tous les États membres (pour des raisons qui ne relèvent pas de la propriété intellectuelle). Les autres problèmes touchent à la protection des consommateurs et notamment des enfants: les utilisateurs s'attendent à un niveau de protection plus élevé pour les contenus télévisés que pour les contenus internet mais il devient de plus en plus difficile d'établir une distinction entre les deux.

Les appareils de télévision connectée sont actuellement au nombre de 40,4 millions en Europe et la majorité des foyers de l'UE pourraient en être équipés d'ici à 2016. Le nombre de vidéonautes dans le monde, quant à lui, pourrait pratiquement doubler pour atteindre 1,5 milliard.

L’événement:

Déclaration de Mme Kroes à la mi-journée.

IP et MEMO diffusés le jour même.

  1. Disponible sur EbS

Les sources:

Stratégie numérique pour l'Europe - Convergence

http://ec.europa.eu/digital-agenda/en/connectedTV

Les contacts:

Ryan Heath +32 2 296 17 16 Ryan.HEATH@ec.europa.eu Twitter: @RyanHeathEU

Linda Cain +32 2 299 90 19 Linda.Cain@ec.europa.eu

Jeudi 25 avril: La Commission adopte son paquet mensuel d'infractions

La nouvelle:

Le 25 avril 2013, la Commission européenne adoptera le paquet mensuel d'infractions. Ces décisions concernent tous les Etats membres et la plupart des politiques de l'UE et visent à faire appliquer le droit européen partout en Europe, dans l'intérêt des citoyens et des entreprises.

Le contexte:

En vertu de l'article 258 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, la Commission a le pouvoir d'engager des poursuites contre un Etat membre qui ne respecte pas ses obligations au regard du droit européen.

Il existe trois étapes successives: Lettre de mise en demeure, Avis motivé et Saisine de la Cour de Justice.

Si, en dépit d'une condamnation par la Cour, l'Etat membre ne se met pas en conformité avec le droit européen, une nouvelle infraction est engagée conformément à l'article 260 du traité. Après un seul avertissement, la Commission peut traduire de nouveau un Etat membre devant la Cour et peut aussi proposer d'imposer des astreintes financières sur la base de la durée et de la gravité de l'infraction et de la taille de l'Etat membre.

L’événement:

Un mémo sur l'ensemble des saisines et des avis motivés adoptés, des communiqués de presse sur chaque saisine et un mémo sur la procédure elle-même seront disponibles le jour-même sur Rapid:

http://europa.eu/rapid/

Les sources:

Pour de plus amples informations sur les infractions:
http://ec.europa.eu/eu_law/infringements/infringements_en.htm

Sur la procédure générale des infractions: MEMO/12/12

Les contacts:

Sur la coordination du paquet Infractions:

Olivier Bailly +32 2 296 87 17 olivier.bailly@ec.europa.eu

Jonathan Todd +32 2 299 41 07 jonathan.todd@ec.europa.eu

Pour toute question sur une infraction en particulier, merci de contacter le porte-parole concerné.

Vendredi 26 avril: La Commission propose des mesures en faveur de la mobilité des travailleurs

La nouvelle:

Le vendredi 26 avril, la Commission européenne devrait adopter une directive destinée à faciliter la libre circulation des travailleurs dans l’Union européenne. L’initiative vise à prévenir toute discrimination à l’encontre des travailleurs migrant dans l’Union et à atténuer les effets des pratiques abusives dont ils sont victimes, l’objectif étant d’accroître la mobilité des travailleurs en Europe.

Concrètement, la directive proposée impose aux États membres de prendre des mesures pour permettre de mieux appliquer et faire respecter la libre circulation des travailleurs: les États membres devront, notamment, créer des organismes nationaux pour informer les travailleurs migrant dans l’Union de leurs droits, prévoir des voies de recours à l’échelon national et permettre à des organisations de la société civile d’engager des procédures administratives ou judiciaires au nom de travailleurs victimes de discrimination.

La libre circulation des travailleurs profite aux intéressés, aux pays d’accueil, aux pays d’origine et à l’économie européenne tout entière, notamment en ce qu’elle permet de mieux concilier l’offre et la demande de compétences particulières.

Le contexte:

Tous les citoyens de l’Union européenne ont le droit de travailler et de vivre dans un autre État membre sans subir de discrimination fondée sur la nationalité, y compris en ce qui concerne l’accès à l’emploi, la rémunération et les autres conditions de travail. Ce droit est consacré par le traité sur l’Union européenne et constitue un principe de base du marché unique.

Or, il arrive souvent que des citoyens se rendant dans un autre État membre s’y retrouvent sans protection ni informations et ne sont pas en mesure de franchir les obstacles qui se dressent devant eux:

  • ils se voient appliquer des conditions de recrutement différentes de celles appliquées aux ressortissants du pays d’accueil,

  • la nationalité est imposée comme condition d’accès à certains emplois,

  • des quotas de ressortissants du pays sont appliqués dans certains secteurs (dans le sport professionnel, par exemple),

  • ils se voient proposer des conditions de travail différentes (rémunération, perspectives de carrière, grade, etc.),

  • le bénéfice d’avantages sociaux est subordonné au respect de conditions que les ressortissants du pays remplissent plus aisément (condition de résidence, par exemple),

  • l’expérience et les qualifications professionnelles qu’ils ont acquises dans un autre pays ne sont pas reconnues.

Ces difficultés expliquent pourquoi la mobilité de la main-d’œuvre dans l’Union européenne est limitée: selon l’Enquête sur les forces de travail de l’Union européenne, en 2011, seuls 3,1 % des citoyens européens en âge de travailler (de 15 à 64 ans) vivaient dans un État membre autre que le leur. Une enquête Eurobaromètre (de septembre 2011) révèle que 15 % des citoyens européens n’envisagent pas de travailler dans un autre État membre en raison du trop grand nombre d’obstacles à franchir.

L’événement:

La Commission adoptera la proposition de Directive relative à des mesures facilitant l’exercice des droits conférés aux travailleurs dans le contexte de la libre circulation des travailleurs.

12h30 Conférence de presse du Commissaire Andor suivie d'un exposé technique "off-the-record".

Les documents IP et MEMO seront publiés le jour même.

  1. Disponible sur EbS

Les sources:

Travailler dans un autre pays de l’UE:

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?langId=fr&catId=25

Site web de M. Andor:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/andor

Les contacts:

Jonathan Todd +32 2 299 41 07 Jonathan.Todd@ec.europa.eu

Cécile Dubois +32 2 295 18 83 Cecile.Dubois@ec.europa.eu

Date à confirmer: La Commission européenne adopte une proposition de directive sur les comptes bancaires

La nouvelle:

La Commission européenne dévoilera une proposition de directive portant sur la transparence et la comparabilité des frais bancaires, le changement de compte bancaire et l'accès à un compte bancaire de base.

Le contexte:

La proposition de directive sur les comptes bancaires porte sur trois domaines:

  • la comparabilité des frais bancaires: l'objectif est de permettre aux consommateurs de comparer plus facilement les frais de tenue de compte bancaire facturés par les banques et autres prestataires de services de paiement dans l'UE;

  • le changement de compte bancaire: l'objectif est de mettre en place une procédure simple et rapide qui permette aux consommateurs qui le souhaitent de changer de compte bancaire pour un nouveau compte auprès de la même ou d'une autre banque ou établissement financier;

  • l'accès à un compte bancaire: l'objectif est de donner la possibilité à tous les consommateurs de l'UE, quels que soient leur pays de résidence et leur situation financière, d'ouvrir un compte de paiement leur permettant d'effectuer les principales opérations bancaires.

Grâce à une plus grande transparence et à une meilleure comparabilité des frais ainsi qu'à des procédures plus simples pour changer de compte bancaire, les consommateurs pourront bénéficier de meilleures offres et de coûts plus bas. Le secteur financier profitera quant à lui de la plus grande mobilité des consommateurs et d'une réduction des barrières à l'entrée sur le marché, notamment transfrontières. Enfin, pour que ces améliorations profitent au plus grand nombre, il est essentiel de garantir l'accès de chaque citoyen de l'Union à un compte de paiement de base.

Des efforts ont déjà été déployés dans ces domaines. La Commission a notamment adopté, en juillet 2011, une recommandation sur l'accès à un compte de paiement de base (cf. IP/11/897). Il est cependant nécessaire de mettre en place un ensemble plus complet de mesures juridiquement contraignantes concernant les comptes de paiement afin que le marché unique profite à tous les citoyens.

L’événement:

La proposition de directive sera présentée par les commissaires Michel Barnier et Tonio Borg lors d'une conférence de presse qui sera précédée d'un exposé technique (modalités à confirmer).

  1. Disponible sur EbS.

Le communiqué de presse et la communication seront disponibles le jour même.

Les sources:

Site web du Commissaire Borg:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/borg/

Site web du commissaire Barnier:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/barnier/index_fr.htm

Les contacts:

Chantal Hughes +32 2 296 44 50 Chantal.Hughes@ec.europa.eu

Frédéric Vincent +32 2 298 71 66 Frederic.Vincent@ec.europa.eu

Carmel Dunne +32 2 299 88 94 Carmel.Dunne@ec.europa.eu

Aikaterini Apostola + 32 2 298 76 24 Aikaterini@Apostola@ec.europa.eu


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site