Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

AGENDA/08/34

AGENDA/08/43

Bruxelles, vendredi 5 Décembre

Top News de la Commission européenne
du 8 décembre au 28 décembre 2008

Note de Background du Service du Porte-parole à l’attention des journalistes
La Commission se réserve le droit d'effectuer des changements

 

 

 

Lundi 8 décembre :
Améliorer l'efficacité énergétique des produits ménagers  3

Lundi 8 décembre:
Promotion du don et de la transplantation d'organes  4

Mardi 9 décembre:
Présentation des défis auxquels les régions devront faire face en Europe
avec une perspective en 2020
  5

Mardi 9 – Mercredi 10 décembre :
Les décideurs politiques européens discutent des futures infrastructures de recherche de l'UE avec des chercheurs de premier plan  6

Mercredi 10 décembre (date à confirmer) :
Rapport de la Commission sur la mise en œuvre de la directive libre circulation dans les États membres  7

Mercredi 10 décembre :
Le paquet «médicaments»  8

Mercredi 10 – Jeudi 11 décembre :
Forum européen de la Santé: "Développer et mettre en œuvre la santé
dans l'Union Européenne
  9

Vendredi 12 décembre :
Culture en mouvement 10

Vendredi 12 décembre :
Suite à l’adhésion de la Suisse, l’espace Schengen englobe désormais 25 pays  11

Vendredi 12 décembre:
Huitième rapport sur les préparatifs pratiques en vue du futur élargissement
de la zone euro
  12

Mardi 16 décembre :
Un nouveau cadre pour la coopération Européenne en matière d'éducation
et de formation
  13

Mardi 16 décembre :
Plan d'action sur les systèmes de transport intelligents et proposition de directive  14

Mardi 16 décembre :
La révision du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM) 16

Mardi 16 Décembre :
Des compétences nouvelles pour des emplois nouveaux  17

Mercredi 17 décembre :
D'importantes mesures en faveur des travailleurs sont attendues
cette semaine au PE
  18

Jeudi 18 et vendredi 19 décembre :
Le Conseil décide des possibilités de pêche pour 2009 sur la base
de la proposition de la Commission
  20

Lundi 22 décembre :
Sommet UE‑Brésil 21

 


Lundi 8 décembre : Améliorer l'efficacité énergétique des produits ménagers

La nouvelle :

Le comité de réglementation sur l’écoconception se réunira le 8 décembre pour donner son opinion au sujet des nouvelles normes énergétiques pour les ampoules électriques à usage domestique, une décision qui pourrait signifier la suppression progressive des ampoules à incandescence.

Le contexte :

L'écoconception vise à améliorer la performance environnementale de l'énergie en utilisant des produits tels que les appareils électroménagers, et en particulier en réduisant leur consommation d'énergie. La directive-cadre écoconception définit les principes, conditions et critères qui doivent présider à l'élaboration, par la Commission, des exigences environnementales pour les appareils consommateurs d'énergie. Ceci se fait pour certains produits au moyen de mesures d'exécution adoptées par la Commission après consultation des parties intéressées, évaluation de l'incidence, suite au vote des délégations des Etats membres, et au scrutin du Parlement européen et du Conseil.

En principe, la directive-cadre englobe tous les produits consommateurs d'énergie, mais en pratique, la Commission se concentre sur les produits qui ont un impact environnemental significatif et en particulier sur ceux qui présentent un grand potentiel pour une haute efficacité énergétique. Les mesures s'appliquent à tous les produits qui sont mis sur le marché européen. Pour cette occasion, le comité examinera les mesures prévues pour augmenter l'efficacité de l'éclairage domestique.

L'évènement :

Un briefing technique OFF the record sur le sujet sera donné dans la salle de presse du Berlaymont à 10h45.

Si le vote est positif (sujet à une majorité qualifiée des Etats membres), la mesure sera présentée au cours de l'après-midi par MM. Piebalgs, membre de la Commission, et Borloo, ministre français, dont le pays assure la présidence de l'UE, dans le bâtiment du Conseil (où se tiendra le Conseil Énergie).

Disponible sur EbS (à confirmer)

Les sources :

Site internet de la Commission européenne sur la directive ecoconception :

http://ec.europa.eu/energy/efficiency/ecodesign/eco_design_en.htm

 

Blog du commissaire Piebalgs:

http://blogs.ec.europa.eu/piebalgs/

 

I-053282  Efficacité énergétique: bâtiment Berlaymont

I-052158  Efficacité énergétique

Les contacts :

Ferran Tarradellas Espuny          +32 2 296 6293              ferran.tarradellas@ec.europa.eu

Marilyn Carruthers                      +32 2 299 9451              marilyn.carruthers@ec.europa.eu


Lundi 8 décembre: Promotion du don et de la transplantation d'organes

La nouvelle:

La Commission européenne adoptera une proposition de directive et un plan d'action relatifs aux organes humains.

La directive définit des principes de base sur la sécurité et la qualité des activités de don et d'obtention d'organes humains. Elle est complétée par un plan d'action qui propose dix actions ayant pour objectif de renforcer la coordination entre les États membres de l'Union dans le domaine du don et de la transplantation d'organes.

Le contexte:

Le nombre de dons d'organes effectués au sein de l'Union européenne reste stable depuis plusieurs années et la plupart des pays connaissent une grave pénurie. Le manque d'organes destinés à la transplantation signifie que des maladies qui, en théorie, pourraient être soignées ont une issue fatale pour les personnes qui en sont atteintes.

À l'heure actuelle, près de 40 000 patients sont inscrits sur des listes d'attente en Europe. Le taux de mortalité des personnes en attente d'une greffe du cœur, du foie ou du poumon s'établit généralement entre 15 et 30%.

L'événement:

Conférence de presse avec la commissaire Androulla Vassiliou dans la salle de presse du Berlaymont à Bruxelles à 12h30.

Exposé technique (heure à confirmer)

Diffusé sur EbS

Les sources:

Site de la Commission européenne sur le don d'organes:

http://ec.europa.eu/health/ph_threats/human_substance/organs_fr.htm

 

Site de la commissaire A. Vassiliou:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/vassiliou/index_fr.htm

Les contacts:

Nina Papadoulaki                       +32 2 29  86378  haravgi-nina.papadoulaki@ec.europa.eu

Antonie Kerwien             +32 2 29  72686  antonie.kerwien@ec.europa.eu


Mardi 9 décembre: Présentation des défis auxquels les régions devront faire face en Europe avec une perspective en 2020

La nouvelle :

La commissaire Hübner présentera les résultats du nouveau rapport "RÉGIONS 2020", qui constitue la première base analytique pour le débat sur la future politique de cohésion.

Le rapport identifie quatre défis principaux avec une perspective en 2020 - adaptation à la mondialisation, changement démographique, changement climatique, et défi énergétique. Utilisant toute une série d'indicateurs, il étudie le degré de vulnérabilité des régions européennes face à ces défis, et examine les disparités potentielles que ceux-ci peuvent entraîner à travers l'UE.

Le contexte :

Dans le contexte d'un environnement global économiquement fragile, il apparaît plus clair que jamais que les politiques de l'UE doivent être adaptées pour faire face aux nouveaux défis. Etant l'un des secteurs dominants du budget de l'UE, il est essentiel que la politique de cohésion soit en mesure d'affronter ces nouveaux défis et d'adapter ses priorités à l'investissement.

Le rapport marque l'une des premières étapes dans le processus de réflexion sur le financement et les priorités futures de la politique.

L'événement :

Conférence de presse de la Commissaire Hübner à Bruxelles sur  "REGIONS 2020" à 11.30

Couverture EbS

Les sources :

SPEECH/08/652 EN – "Regional challenges at 2020 horizon", Réunion informelle des Ministres en charge de la politique de cohésion– 28/11/2008, Marseille

 

SPEECH/08/366 EN – "EU regional policy post-2013: more of the same, or a new beginning?" – 1/7/2008 European Policy Centre, Brussels

 

Plus d'informations sur la politique régionale:

http://ec.europa.eu/regional_policy/index_fr.htm

 

Site de la Commissaire Hübner:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/hubner/index_fr.htm

Les contacts :

Dennis Abbott                +32 2 29 59258              dennis.abbott@ec.europa.eu

Constantina Avraam       +32 2 29 59667              constantina.avraam@ec.europa.eu


Mardi 9 – Mercredi 10 décembre : Les décideurs politiques européens discutent des futures infrastructures de recherche de l'UE avec des chercheurs de premier plan

La nouvelle :

La Commission européenne organise une conférence conjointement avec le ministère français de la recherche et le forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche afin d'examiner comment les infrastructures européennes de recherche peuvent maximiser les ressources et constituer des capacités de recherche et d'innovation technologique de classe mondiale : la conférence européenne sur les infrastructures de recherche (ECRI) 2008, est un des événements majeurs de la Présidence Française de l'UE dans le domaine de la recherche.

Le contexte :

Les infrastructures de recherche telles que les sources de rayonnement, les lasers à grande échelle, les banques de données génomiques, les observatoires des sciences de l'environnement, les systèmes d'imagerie avancés et les centres d'essai de nouveaux matériaux sont au cœur des processus de recherche et d'innovation en Europe. Améliorer la capacité et la performance des infrastructures de recherche existantes et préparer la prochaine génération d'infrastructures est une priorité essentielle du 7e PC et du processus de Lisbonne pour la croissance et l'emploi.

La conférence européenne sur les infrastructures de recherche se tient tous les deux ans. Cette année (ECRI 2008), elle sera principalement axée sur le renforcement de la coopération paneuropéenne et l'amélioration des transferts de technologie entre recherche et applications industrielles. Elle réunira 600 décideurs politiques de haut niveau, gestionnaires d'infrastructures de recherche, chercheurs de premier plan et représentants de l'industrie de 30 pays. Ils débattront d'un large éventail de questions telles que la satisfaction des besoins économiques, industrielles et sociétaux, le recrutement de chercheurs, la constitution de capacités, la gouvernance et la conception de la prochaine génération d'infrastructures de recherche.

L'événement :

9 décembre : une conférence de presse se tiendra à 12h30 dans la salle de conférence du palais des congrès, à Versailles, en présence du commissaire Janez Potočnik, de Valérie Pécresse, ministre française de l'enseignement supérieur et de la recherche, de M. Vlastimil Růžička, vice-premier ministre tchèque chargé de l’éducation, de la jeunesse et des sports, de Mme Annette Schavan, ministre allemande de la recherche et de M. Carlo Rizzuto, président du forum stratégique européen sur les infrastructures de recherche (ESFRI).

La conférence de presse sera suivie d'un programme de presse de deux jours pour les journalistes qui comprendra des visites des infrastructures présentes dans la région de Versailles/Saclay. Les journalistes interessés doivent contacter Patrick Vittet-Phillippe.

Les sources :

IP/08/1142 : sur les infrastructures européennes de recherche:

MEMO/08/504 sur les infrastructures européennes de recherche:

Site de M. Potočnik, membre de la Commission:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/potocnik/indexfl_en.htm

Les contacts :

Patrick Vittet-Philippe     +32 477 274 663            patrick.vittet-philippe@ec.europa.eu

Catherine Ray                +32 2 296 9921 catherine.ray@ec.europa.eu


Mercredi 10 décembre (date à confirmer) : Rapport de la Commission sur la mise en œuvre de la directive libre circulation dans les États membres

La nouvelle :

La Commission devrait adopter un rapport sur la directive 2004/38/CE relative au droit des citoyens de l’Union et des membres de leur famille à circuler et à séjourner librement sur le territoire des États membres.

Le rapport de la Commission a pour objet de rendre compte de la manière dont les États membres ont transposé et appliqué la directive depuis son adoption.

Le contexte :

La directive 2004/38/CE a été adoptée le 29 avril 2004 par le Parlement européen et le Conseil. Le délai imparti aux États membres pour mettre en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à la directive est arrivé à expiration le 30 avril 2006.

Cette directive visait à remédier aux difficultés constatées dans le cadre de plusieurs rapports concernant les instruments relatifs à la libre circulation, comme la longueur des procédures administratives et les problèmes liés aux droits des membres de la famille, surtout lorsque ces derniers sont des ressortissants de pays tiers.

Les principales innovations et réalisations de la directive sont la mise en place d’un instrument législatif et d’un régime juridique uniques et simples, l’extension des droits au regroupement familial, la réduction des formalités administratives et l’institution d’un droit de séjour permanent au bout de cinq ans de résidence dans l’État membre d’accueil, tout comme la protection renforcée contre l’éloignement.

L’événement :

Conférence de presse du vice-président Jacques Barrot, en salle de presse du Berlaymont à Bruxelles, jour et heure à confirmer.

Disponible sur EbS

Les sources :

Site internet de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/justice_home/index_en.htm

 

Site internet du commissaire Barrot:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/barrot/welcome/default_en.htm

Les contacts :

Michele Cercone            +32 2 298 09 63 michele.cercone@ec.europa.eu

Riccardo Mosca             +32 2 296 14 04 Riccardo.mosca@ec.europa.eu


Mercredi 10 décembre : Le paquet «médicaments»

La nouvelle :

À l'issue d'une vaste consultation des parties prenantes, la Commission se propose de soumettre au Conseil des ministres et au Parlement européen un ensemble de propositions sur l’avenir du marché unique des médicaments à usage humain en soulignant sa vision et sa stratégie pour le secteur ainsi qu’en définissant des domaines d’action concrets.

Le train de mesures inclura des propositions pour une législation des produits pharmaceutiques (marché unique) et le renforcement de la pharmacovigilance (incluant la stratégie applicable en matière de contrefaçon et l'information des patients).

Le contexte :

Le secteur pharmaceutique européen contribue de manière appréciable à la vie économique, sociale et scientifique de l'Union européenne. Les entreprises pharmaceutiques comptent environ 645 000 salariés en Europe (2007) dont quelque 100 000 personnes dans la recherche et le développement. Elles contribuent de manière significative à la balance commerciale de l’Union européenne (49 milliards d’euros en 2007) et investissent largement dans la base scientifique européenne (26 milliards d’euros en 2007).

La politique de l’Union européenne dans le domaine des médicaments à usage humain a toujours eu la double mission de protéger la santé publique tout en assurant un environnement qui stimule l’innovation et soutient la compétitivité de l’industrie européenne. Au début du XXIe siècle, nous sommes désormais confrontés à de nouveaux défis scientifiques et économiques dans le domaine de la santé publique:

  • la mondialisation du secteur et l'internationalisation croissante de la chaîne de valeur
  • le bon fonctionnement du marché intérieur dans une Europe en cours d’élargissement
  • les progrès de la science et de la technologie.

L’événement :

Le vice-président Verheugen donnera une conférence de presse dans la salle de presse du Berlaymont. Heure à confirmer

Disponible sur EbS.

Les sources :

IP/06/1282 – Forum pharmaceutique

SPEECH/06/547 – Delivering better information, better access and better prices

IP/08/1451 – le Forum pharmaceutique couronné de succès

 

Le Forum pharmaceutique

http://ec.europa.eu/pharmaforum/

http://ec.europa.eu/enterprise/phabiocom/comp_pf_fr.htm

 

L’avenir des médicaments à usage humain en Europe:

http://ec.europa.eu/enterprise/pharmaceuticals/pharmacos/docs/doc2007/2007_07/consultationpaper-2007-07-19.pdf

 

Site web du vice-président Verheugen:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/verheugen/index_fr.htm

Les contacts :

Ton Van Lierop             + 32 2 29665.65 Ton.vanlierop@ec.europa.eu

Catherine Bunyan          + 32 2 299.65.12            Catherine.bunyan@ec.europa.eu


Mercredi 10 – Jeudi 11 décembre : Forum européen de la Santé: "Développer et mettre en œuvre la santé dans l'Union Européenne

La nouvelle:

Afin de renforcer l'implication des parties concernées dans la Politique européenne de la Santé, la Commissaire chargée de la Santé Androulla Vassiliou inaugurera le 3ème Forum de la Santé  à Bruxelles.

La conférence est ouverte à tous ceux qui sont intéressés par la politique européenne de la santé, et portera sur les thèmes suivants:

  1. Comment la Stratégie européenne pour la Santé peut-elle influencer le statut de la santé, les déterminants de la santé et les systèmes des soins dans l'Union Européenne?
  2. Quels sont les défis de la mise en œuvre de la Stratégie pour la Santé et comment les parties concernées peuvent-elles être impliquées dans le processus?

Les ateliers porteront sur:

-         les styles de vie sains pour les jeunes

-         la campagne "l'Europe pour les Patients"

-         comment maximiser les bénéfices sanitaires pour les citoyens à travers les nouvelles technologies?

Le contexte :

Le forum européen de la santé est un mécanisme qui permet à la Commission Européenne d'avoir les réactions des parties concernées sur la mise en œuvre de la Politique Européenne de la Santé et d'identifier le besoin de nouvelles initiatives au sein de celle-ci.

Il est aussi l'occasion de mettre en commun et d'échanger les meilleures procédés pour  la mise en œuvre des politiques de santé publique tant au niveau européen que national, régional et local.

L'événement :

10 décembre : La Commissaire Vassiliou inaugurera la conférence le à 17h00 dans le foyer (Piazza) du bâtiment Berlaymont de la Commission Européenne à Bruxelles.

11 décembre : La conférence aura lieu dans le bâtiment Charlemagne à Bruxelles.

Les participants sont priés de s'inscrire sur le site:

https://webgate.ec.europa.eu/fmi/scic/Health08/start.php

Couverture EbS

Les sources :

Site internet de la conférence:

http://ec.europa.eu/health/ph_overview/health_forum/open_2008/index_en.htm

 

Site internet de la campagne "l'Europe pour les Patients":

http://ec.europa.eu/health-eu/europe_for_patients/index_en.htm

Diffusion sur internet:
http://ec.europa.eu/health/ph_overview/health_forum/open_2008/video_en.htm

Les contacts :

Nina Papadoulaki           +32-2-29 86378 haravgi-nina.papadoulaki@ec.europa.eu

Antonie Kerwien +32-2-29 72686              antonie.kerwien@ec.europa.eu


Vendredi 12 décembre : Culture en mouvement

La nouvelle :

La première conférence sur le programme Culture, organisée à Bruxelles, présentera les résultats de projets passés et de projets en cours dans le cadre des deux programmes phares financés par la Commission dans le domaine de la culture: le programme Culture 2000 (2000-2006) et le programme Culture (2007 - 2013).

Cette manifestation doit permettre l'échange d'expériences et de bonnes pratiques entre les acteurs culturels.

Le contexte :

Le programme Culture (2007-2013) de l'Union européenne dispose d'un budget de 400 millions d'euros pour des projets et des initiatives destinés à célébrer la diversité culturelle de l'Europe et à valoriser notre patrimoine culturel commun grâce au développement de la coopération transfrontalière entre les acteurs et les institutions du secteur culturel.

Culture 2000 était un programme communautaire établi pour une période de sept ans (2000-2006), dont l'objectif était d'accorder des subventions à des projets de coopération culturelle dans tous les domaines artistiques et culturels (arts du spectacle, arts plastiques et visuels, littérature, patrimoine, histoire de la culture, etc.).

L'événement :

La Conférence sera inaugurée par Mme Odile Quintin, directeur général de la DG éducation et culture.

Lieu:     Bâtiment Charlemagne 170 rue de la Loi - 1000 Bruxelles – de 8h30 à 18h00.

La manifestation comprendra des sessions plénières ainsi qu'une exposition, à entrée libre, présentant 35 projets, et offrira l'occasion de tisser des réseaux. Pendant les sessions plénières, dix projets sélectionnés seront présentés, qui portent sur les thèmes suivants:

-         Mobilité des artistes/Circulation des œuvres;

-         Accès à la culture/Culture et éducation;

-         Accès au patrimoine culturel;

-         Dialogue interculturel (Année européenne 2008);

Créativité et innovation (Année européenne 2009).

Les sources :

Page «Culture» du site internet de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/culture/index_fr.htm

 

Programme de la conférence:

http://ec.europa.eu/culture/news/pdf/programme_conference.pdf

Les contacts :

John R. Macdonald        +32 2 295 52 67 John.Macdonald@ec.europa.eu

Sophie Andersson          +32 2 295 02 08 Sophie.Andersson@ec.europa.eu


Vendredi 12 décembre : Suite à l’adhésion de la Suisse, l’espace Schengen englobe désormais 25 pays

La nouvelle :

La Suisse adhérera à l’espace Schengen le 12 décembre 2008. La décision du Conseil de lever les contrôles aux frontières avec la Suisse sera officiellement approuvée par les ministres de l’intérieur de l’Union européenne lors de la session du Conseil du 27 novembre prochain.

Suite à l’adhésion de la Suisse, l’espace Schengen élargi comptera 25 pays, à l’intérieur desquels les personnes pourront se déplacer librement, sans contrôles aux frontières intérieures.

Les contrôles dans les aéroports seront levés à partir du 29 mars (sous réserve que l’évaluation qui sera conduite en février débouche sur des conclusions positives).

Le contexte :

C’est en juillet 2002 que se sont ouvertes les négociations d’association avec la Suisse, qui souhaitait participer à l’acquis de Schengen. En juin 2005, les Suisses ont approuvé par référendum cette association de leur pays à l’espace Schengen. Les accords d’association de la Suisse à l’acquis de Schengen/Dublin sont entrés en vigueur le 1er mars 2008.

L'acquis de Schengen abolit les contrôles aux frontières intérieures des États membres de l’espace Schengen, pour ne plus laisser subsister qu’une frontière extérieure unique, où les contrôles sont pratiqués en application d’un ensemble de règles communes, valables pour tous les États membres en question. L'acquis de Schengen a été intégré au cadre juridique de l'Union européenne par les protocoles annexés au traité d'Amsterdam en 1999.

Le dernier élargissement de l’espace Schengen, qui concernait 9 nouveaux États membres (République tchèque, Estonie, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Malte, Pologne, Slovaquie et Slovénie), a eu lieu le 21 décembre 2007.

L'événement :

À décider.

Les sources :

IP/07/1968 – sur le dernier élargissement de l'espace Schengen en 2007

MEMO/07/618 – «L'élargissement de l'espace Schengen en dates et en chiffres»

 

Site web de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/justice_home/faq/freetravel/faq_freetravel_en.htm

 

Site web du vice-président et commissaire Jacques Barrot:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/barrot/welcome/default_fr.htm

 

I-042167: Elargissement UE: la frontière nord

Les contacts :

Michele Cercone            +32 2 298 0963  michele.cercone@ec.europa.eu

Riccardo Mosca             +32 2296 1404   Riccardo.mosca@ec.europa.eu


Vendredi 12 décembre: Huitième rapport sur les préparatifs pratiques en vue du futur élargissement de la zone euro

La nouvelle :

La Commission va passer en revue les préparatifs pratiques en vue de l’adoption de l’euro en Slovaquie, ainsi que les éventuels changements intervenus dans d’autres pays de l’Union européenne qui n’ont pas encore adopté la monnaie unique (et qui ne bénéficient pas d’une clause de non-participation («opt out») : autrement dit, les pays qui font l'objet d'une dérogation). Le dernier rapport a été publié en juillet.  La Slovaquie adoptera l’euro le 1er janvier 2009.

Le huitième rapport s’intéressera particulièrement aux derniers préparatifs avant le passage de la Slovaquie à la monnaie unique, et notamment à l’introduction des espèces en euro dans l’économie et à la préparation du secteur privé et du public en général.

Le contexte :

Le rapport sur les préparatifs pratiques en vue du passage à l’euro et le document de travail des services de la Commission qui l'accompagne sont des documents distincts des rapports de convergence qui permettent à la Commission d'examiner régulièrement, ou à la demande d'un État membre, si les critères de Maastricht sont respectés en vue de l'adoption de l'euro. Ce rapport examine les projets et scénarios relatifs à l'introduction de l'euro, en particulier la date cible pour l'adoption de la monnaie unique, la durée de la période pendant laquelle la monnaie nationale restera en circulation parallèlement à l'euro, la date à laquelle les banques et les détaillants recevront des espèces en euros et le nombre de kits en euros disponibles avant la date effective d'introduction de la monnaie unique afin que les consommateurs puissent effectuer leurs achats en euros dès le premier jour.    

L'Union monétaire européenne a été créée en 1999, et le taux de change des monnaies de 12 États membres par rapport à l'euro a alors été irrévocablement fixé. Les billets et pièces en euros sont apparus trois ans plus tard, le 1er janvier 2002.

L'évènement :

Publication d'un communiqué de presse

Les sources :

Septième rapport sur les préparatifs pratiques en vue du futur élargissement de la zone euro (publié le 18.7.2008) :

http://ec.europa.eu/economy_finance/publications/publication_summary12995_en.htm

IP/08/1183 : Préparatifs pratiques en vue de l’introduction de l’euro: compte à rebours pour la Slovaquie

Rapport de convergence 2008 :

http://ec.europa.eu:8082/economy_finance/publications/publication_summary12576_en.htm

IP/08/715 : La Commission évalue l’état de préparation à l’euro de 10 pays de l'UE et propose que la Slovaquie rejoigne la zone euro en 2009

Tous les documents relatifs à l'euro se trouvent à l'adresse :

http://ec.europa.eu/economy_finance/the_euro/the_euro6480_fr.htm

Site web du commissaire Joaquín Almunia :

http://ec.europa.eu/commission_barroso/almunia/index_fr.html

 

I-052749: Introduction de l'euro en Slovénie

I-055762: Introduction de l'euro à Malte

I-055763: Introduction de l'euro à Chypre

Les contacts :

Amelia Torres                + 32 2 295 4629 amelia.torres@ec.europa.eu

Marisa González            + 32 2 295 1925 marisa.gonzales-iglesias@ec.europa.eu


Mardi 16 décembre : Un nouveau cadre pour la coopération Européenne en matière d'éducation et de formation

La nouvelle :

La Commission va adopter une Communication qui établit les défis à long terme des systèmes Européens d'éducation et formation, les priorités immédiates de la coopération en 2009-2010 et les outils pour soutenir la coopération entre les Etats Membres et mesurer les progrès au niveau Européen. 

Les défis à long terme:

  • Que l'apprentissage tout au long de la vie et la mobilité des personnes en matière d'éducation et de formation deviennent une réalité
  • Améliorer la qualité de l'offre et les résultats
  • Promouvoir l'équité et la citoyenneté active
  • Améliorer l'innovation, la créativité et l'entrepreneuriat à tous les niveaux de l'éducation et la formation

Le contexte :

Ces dernières années, les Etats Membres et la Commission ont renforcé leur collaboration politique à l'échelle européenne dans le domaine de l'éducation et de la formation. L'attention est surtout portée sur l'échange de pratiques et le développement d'outils communs pour faire face à des défis tels que le besoin en compétences, le vieillissement de la population et la mondialisation. L'importance de l'éducation pour l'UE a été soulignée dans la Communication de la Commission du 26 Novembre sur le "Plan de relance de l'économie européenne" qui appelle les Etats Membres à augmenter l'investissement dans la recherche et l'éducation afin de stimuler la croissance et la productivité.

Alors que certains Etats Membres se classent, dans le domaine, parmi les meilleurs au niveau mondial, les mauvais résultats de certains autres expliquent que des questions telles que l'alphabétisation et la fin prématurée de la scolarité restent des défis majeurs pour l'Europe. Encore aujourd'hui, un jeune sur six quitte l'école en n'ayant pas ou tout juste achevé le cursus obligatoire. Un grand nombre d'élèves d'origine d'immigrée ont un taux de succès inférieur à leurs camarades natifs du pays. La probabilité que des adultes avec un faible niveau d'éducation reprennent des études ou une formation est sept fois moindre que pour ceux qui ont atteint un niveau d'éducation supérieur. Davantage d'étudiants et de personnes en formation devraient avoir la possibilité d'effectuer une partie de leurs études à l'étranger.

La prochaine Communication fixera les priorités de la collaboration entre la Commission, les Etats Membres et la société civile dans les années à venir. La crise économique actuelle ne doit pas nous faire oublier l'importance d'établir des stratégies à long terme pour les politiques d'éducation et de formation. Celles-ci nous aideront, en effet, à affronter avec confiance les défis à venir.

L'événement :

Conférence de presse dans la salle de presse du Berlaymont. (tbc)

Couverture EbS (tbc)

Les sources :

Discours du Commissaire Figel' "Lifelong learning for all: how long to get there?":

http://ec.europa.eu/commission_barroso/figel/speeches/docs/08_10_29_Unesco_en.pdf

IP/08/1127: "Le rapport annuel sur les systèmes d’enseignement de l’Union confirme une progression lente mais continue"

Le site web de la Commission Européenne sur les politiques de l'éducation et la formation:

http://ec.europa.eu/education/lifelong-learning-policy/doc28_fr.htm

I-044049 : Education - 2004

Les contacts :

John MacDonald            +32.2.295.52.67 john.macdonald@ec.europa.eu

Sophie Andersson          +32.2.295.02.08 sophie.andersson@ec.europa.eu


Mardi 16 décembre : Plan d'action sur les systèmes de transport intelligents et proposition de directive

La nouvelle :

Le plan d'action sur les systèmes de transport intelligents (STI) fait suite à l'examen à mi-parcours, en 2006, du livre blanc sur la politique des transports, qui a mis en évidence le rôle important que les technologies de l'information et de la communication (c'est-à-dire les systèmes de transport intelligents) peuvent jouer dans l'amélioration de la durabilité (sécurité, respect de l'environnement, efficacité et continuité) du transport routier.

Ce plan d'action définit des domaines prioritaires en vue d'accélérer le déploiement coordonné et l'utilisation des applications et services STI dans l'Union européenne. Il prévoit des mesures spécifiques dans six domaines:

-         Utilisation optimale des données relatives aux routes et au trafic

-         Gestion du trafic et du fret

-         Sécurité routière

-         Intégration des STI dans les véhicules

-         Protection et fiabilité des données

-         Coordination européenne dans le domaine des STI

 

Le plan d'action est accompagné d'une proposition de directive établissant un cadre pour sa mise en œuvre. La Commission soutiendra les obligations imposées aux États membres en établissant des spécifications communes destinées à assurer le déploiement coordonné de STI interopérables à l'échelle de l'Union européenne. Elle sera assistée dans ses travaux d'un comité européen sur les STI (composé de représentants des États membres), pour échanger des informations et décider des actions à mettre en œuvre, et d'un groupe consultatif européen sur les STI (composé de représentants, par exemple, des entreprises du secteur, des opérateurs de transport, des usagers et d'autres organisations et associations concernées), pour la conseiller sur les aspects commerciaux, techniques et pratiques.

Le contexte :

La circulation routière augmente rapidement en Europe: en effet, le nombre de voitures et de camions, mais aussi la distance qu'ils parcourent, ne cessent de croître. D'où la multiplication des d'embouteillages, l'envolée des factures de carburant et la hausse des émissions de CO2. En outre, plus de 40 000 personnes meurent chaque année sur les routes de l'Union européenne. La construction de nouvelles routes ou l'extension des routes ne saurait être une solution à ces problèmes.

Les systèmes de transport intelligents peuvent remédier en partie à ces problèmes en améliorant la sécurité, l'efficacité, la compétitivité, la durabilité et la fiabilité du transport. Pour ce faire, ils utilisent les technologies de l'information et de la communication les plus récentes (téléphone, satellite, ordinateur, etc.). Les systèmes d'information sur le trajet ou les systèmes de navigation ou de contrôle électronique de la stabilité sont autant d'exemples de STI utilisés dans le transport routier.

Toutefois, l'utilisation des STI dans le transport routier en Europe reste inégale et les bonnes solutions et stratégies en la matière ne sont, le plus souvent, appliquées qu'à l'échelle locale. L'existence d'une multiplicité de solutions nationales, régionales et locales ralentit la généralisation de ces systèmes et rend impossible la prestation d'un service continu. Pour remédier à ces problèmes et exploiter pleinement l'énorme potentiel des STI, au bénéfice non seulement des usagers de la route mais aussi de toutes les parties prenantes (les entreprises et les pouvoirs publics notamment), une nouvelle initiative s'impose.

L'événement :

à confirmer


Les sources :

Politique européenne des transports à l’horizon 2010: l’heure des choix

http://ec.europa.eu/transport/white_paper/index_fr.htm

 

Examen à mi-parcours du livre blanc sur les transports publié en 2001 par la Commission européenne

http://ec.europa.eu/transport/transport_policy_review/index_fr.htm

 

Site web de la direction générale des transports:

http://ec.europa.eu/transport/index_fr.html

 

Site web du commissaire Tajani:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/tajani/index_fr.htm

Les contacts :

Fabio Pirotta      +32 2 29 67284 fabio.pirotta@ec.europa.eu

Andrea Maresi   +32 2 29 90403 andrea.maresi@ec.europa.eu


Mardi 16 décembre : La révision du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)

La nouvelle :

Comme annoncé le 26 novembre dernier dans le plan de relance économique européen; la Commission européenne proposera une révision du règlement qui régit le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation. L'objectif de cette révision, qui est aussi basée sur le premier rapport annuel publié en juillet 2008 sur le fonctionnement du Fonds, est d'accroitre la performance du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation en tant qu’instrument destiné à répondre à des situations de crise et pour améliorer encore son action sur la création de formations et les possibilités de nouveaux postes de travail offertes aux travailleurs de l’Europe.

La proposition de la Commission sera soumise au Parlement européen et au Conseil.

Le contexte :

Le FEM est un instrument de solidarité qui aide les travailleurs victimes des conséquences de la mondialisation, à retourner sur le marché du travail. Il a été créé à la fin de 2006.

Le FEM peut accorder une aide financière dans les cas où plus de 1 000 salariés d’une entreprise ou d’un secteur régional sont licenciés à la suite de modifications majeures de la structure du commerce mondial se traduisant par un accroissement considérable des importations dans l'UE ou par une diminution rapide des parts de marché de l'UE.

Ce Fonds appuie les mesures actives du marché du travail, son objectif étant la réinsertion aussi rapide que possible des travailleurs licenciés dans le marché de l’emploi. Ces mesures peuvent consister, entre autres, en une aide à la recherche d’un emploi, en conseils professionnels, en formations adaptées aux besoins et en actions de recyclage comportant l’acquisition de compétences dans le domaine des TI et la certification de l’expérience acquise ainsi qu’une aide à l’exercice d’une activité indépendante.

Jusqu’à présent huit demandes ont été approuvées et suivies de l’octroi d’une aide financière du FME de plus de 32 millions d’euros. Quatre demandes supplémentaires introduites par l’Italie pour des travailleurs du textile viennent d’être approuvées par l’autorité budgétaire. Jusqu’à présent, le FME est intervenu pour des cas de licenciement dans le secteur automobile en France, au Portugal et en Espagne, dans le secteur de la téléphonie mobile en Allemagne et en Finlande, et dans le secteur du textile à Malte, en Lituanie et en Italie.

Dans le cadre de ce processus de révision, toutes les options sont actuellement à l’étude.

L’événement :

Une présentation par la Commission et éventuellement une conférence de presse. Un communiqué de presse sera publié.

Les sources :

Le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM):

http://ec.europa.eu/employment_social/egf/keydocs_fr.html

MEMO/08/464: le rapport annuel du Fonds européen d’ajustement à la mondialisation (FEM)

La stratégie européenne pour l’emploi et la croissance :

http://ec.europa.eu/growthandjobs/index_fr.htm

Le site Web du commissaire Špidla:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/spidla/index_fr.cfm

I-055179: Faire face à la mondialisation

Les contacts :

Chantal Hughes             +32 2 296 44 50 chantal.hughes@ec.europa.eu

Giles Goodall                 +32 2 298 48 86 giles.goodall@ec.europa.eu


Mardi 16 Décembre : Des compétences nouvelles pour des emplois nouveaux

La nouvelle :

La Commission propose une initiative qui a pour but d'améliorer, à l'échelle tant européenne que nationale, la capacité de prévision et d'anticipation des compétences requises par les citoyens et les entreprises. Cela permettra de garantir une meilleure adéquation entre les compétences et les besoins futurs du marché du travail.

La communication de la Commission présente une évaluation préliminaire des besoins futurs (jusqu'en 2020) de l'Union en matière de compétences et d'emplois. Elle propose une série d'actions visant à organiser cette évaluation sur une base permanente, à mettre en commun les efforts des États membres et d'autres organisations internationales et à améliorer l'information sur les besoins futurs.

Le contexte :

Dans l'ensemble de l'Europe, les progrès technologiques, la mondialisation, le vieillissement de la population et l'évolution des structures sociales ont pour effet d'accélérer les changements relatifs aux marchés du travail et aux compétences requises, pour les emplois tant neufs qu'existants.

La mise à profit des nouvelles possibilités de création d'emplois requiert non seulement l'amélioration des compétences actuelles, mais également la capacité de prévoir quelles aptitudes et compétences seront nécessaires demain. C'est d'autant plus important dans le climat actuel d'incertitude économique. La main-d'œuvre de l'UE doit être formée le mieux possible pour relever les défis de l'avenir incertain.

Ces mesures contribueront à mieux faire coïncider l'offre de compétences et les besoins des employeurs, qui ne demandent pas seulement des compétences plus nombreuses, mais également les compétences adéquates. L'anticipation et la mise au point de nouvelles aptitudes et compétences devraient figurer parmi les priorités des décideurs politiques, des pouvoirs publics, des organismes d'éducation et de formation, des entreprises, des travailleurs et des étudiants.

L'Evénement:

Conférence de presse (informations à confirmer).

Les sources:

Initiative «Des compétences nouvelles pour des emplois nouveaux» :

http://ec.europa.eu/social/main.jsp?catId=568&langId=fr

Pour en savoir plus sur la stratégie européenne pour l'emploi :

http://ec.europa.eu/employment_social/employment_strategy/index_fr.htm

Pour en savoir plus sur la stratégie et la coopération européennes en matière d'éducation et de formation:

http://ec.europa.eu/education/lifelong-learning-policy/doc28_fr.htm

Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (CEDEFOP):

http://www.cedefop.europa.eu/

Site web du commissaire Špidla:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/spidla/index_fr.cfm

Site web du commissaire Figel':

http://ec.europa.eu/commission_barroso/figel/index_fr.htm

Les contacts:

Emploi, affaires sociales et égalité des chances:

Chantal Hughes             +32 2 296 44 50 chantal.hughes@ec.europa.eu

Giles Goodall                 +32 2 299 88 94             giles.goodall@ec.europa.eu

 

Éducation et formation:

John MacDonald            +32.2.295.52.67             john.macdonald@ec.europa.eu

Sophie Andersson          +32.2.295.02.08             sophie.andersson@ec.europa.eu


Mercredi 17 décembre : D'importantes mesures en faveur des travailleurs sont attendues cette semaine au PE

La nouvelle :

Au cours de cette session du Parlement européen à Strasbourg, deux votes importants sont attendus, qui pourraient avoir une incidence tout à fait positive sur les droits des travailleurs.

Le premier sera le vote du Parlement, en première lecture, sur la proposition de modification de la directive sur les comités d'entreprise européens. La proposition vise à encourager davantage la constitution de nouveaux comités et à améliorer la qualité des informations transmises et des consultations organisées dans les entreprises entre la direction et les salariés. Cette initiative est particulièrement importante dans le contexte de la crise financière actuelle, des restructurations qui interviennent dans toute l'Europe et des délocalisations. La Commission espère qu'un accord interviendra en première lecture cette année, sur la base de sa proposition et de l'avis conjoint rendu par les partenaires sociaux européens.

Le deuxième vote sera celui du Parlement, en deuxième lecture, concernant la révision de la directive sur le temps de travail, à la suite de la position commune adoptée par le Conseil le 9 juin dernier. La Commission souhaite que ce dossier, ouvert depuis longtemps, trouve une solution définitive le plus rapidement possible. Un accord est particulièrement important pour les pays confrontés à des problèmes de temps de garde et la Commission ne peut accepter de voir les systèmes de santé progressivement paralysés. La Commission soutient la position commune du Conseil, qui comporte des améliorations réelles pour les salariés et représente un compromis difficilement acquis. Tout accord final exigera le soutien du Conseil et du Parlement européen.

Le contexte :

Les comités d'entreprise européens sont des organes qui représentent les travailleurs européens d'une entreprise. Grâce à eux, les salariés sont informés et consultés par la direction sur l'évolution des activités de l'entreprise et sur toute décision importante au niveau européen et susceptible d'affecter leurs conditions d'emploi ou de travail. On dénombre environ 820 comités d’entreprise européens, auxquels participent dix-neuf mille représentants des travailleurs. Ces comités ont une incidence sur la vie de près de quinze millions de travailleurs.

La nouvelle initiative propose de modifier la directive de 1994 pour renforcer l'efficacité de ces comités. Si les comités d’entreprise européens ont été un succès dans de nombreux domaines, ils ne sont pas en mesure de jouer pleinement leur rôle dans l’anticipation et l’accompagnement du changement, ni dans le développement d'un authentique dialogue social transfrontalier.

Le cadre juridique de 1994 relatif aux comités d’entreprise européens doit donc être à la fois adapté aux modifications intervenues dans un environnement législatif, économique et social où la dimension transfrontalière prend une importance croissante, et clarifié à différents égards. L'objectif est que les comités d'entreprise européens fonctionnent avec une sécurité juridique accrue et que l’articulation avec les procédures d’information et de consultation à l’échelon national soit améliorée.

La directive sur le temps de travail limite la durée moyenne du travail à 48 heures par semaine. Les principaux points sur lesquels le Parlement et le Conseil sont divisés consistent à savoir si les périodes de garde (effectuées, par exemple, par les médecins hospitaliers qui acceptent de rester présents toute la nuit sur le lieu de travail pour s'occuper des urgences) doivent être entièrement comptabilisées comme du temps de travail, et s'il y a lieu d'abolir le système de dérogation, de «opt-out» (le «opt-out» est la possibilité, pour un travailleur, d'accepter de travailler plus que la limite normale de 48 heures par semaine en moyenne.)

La directive qui modifie l'actuelle directive sur le temps de travail est à l'étude depuis 2005. De nombreux États membres sont en infraction par rapport à la législation telle qu'elle est actuellement interprétée par la Cour de justice européenne (arrêts Simap/Jaeger). Conformément à ces arrêts, le temps de garde doit être considéré comme temps de travail. En l'absence d'une nouvelle directive, la Commission devrait engager des procédures d'infraction.

L'événement :

Vote du PE concernant la directive sur le temps de  travail et les comités d'entreprise européens à Strasbourg au cours de la session plénière du Parlement européen.

Diffusion sur EbS

Les sources :

Pour en savoir plus sur les comités d'entreprise européens :

http://ec.europa.eu/employment_social/labour_law/directives_fr.htm

 

Pour ne savoir plus sur le temps de travail :

http://ec.europa.eu/employment_social/labour_law/directives_fr.htm

 

Site web du commissaire Špidla :

http://ec.europa.eu/commission_barroso/spidla/index_fr.cfm

 

I-050500  Emploi: mobilité des travailleurs - exemples de travailleurs originaires de nouveaux Etats membres de l'UE, exerçant des métiers " qualifiés " et " moins qualifiés " dans différents secteurs d'activité, en Irlande, en Grande-Bretagne (Ecosse et Angleterre), ainsi qu'en Suède.

I-047217  Emploi: Illustration de l'emploi des femmes, des jeunes, des seniors et des immigrés dans les secteurs de l’industrie, de la recherche et du développement, ainsi que dans les services liés aux technologies de l’information et de la communication.

Les contacts :

Chantal Hughes             +32 2 296 44 50 chantal.hughes@ec.europa.eu

Giles Goodall                 +32 2 298 48 86 giles.goodall@ec.europa.eu


Jeudi 18 et vendredi 19 décembre : Le Conseil décide des possibilités de pêche pour 2009 sur la base de la proposition de la Commission

La nouvelle :

Le Conseil examinera et adoptera les possibilités de pêche pour 2009 sur la base de la proposition présentée par la Commission le 10 novembre.

Cette proposition couvre les principaux stocks commerciaux de l'Atlantique du Nord Est, mer du Nord incluse. Les possibilités de pêche arrêtées par le Conseil s’appliqueront à partir du 1er janvier 2009.

Le contexte :

La proposition de la Commission se fonde sur les avis scientifiques du Conseil international pour l'exploration de la mer (CIEM) et suit les principes déjà définis dans la déclaration de politique générale de la Commission publiée en mai.

La plupart des stocks de poisson présents dans la zone concernée continuant à faire l’objet d’une surpêche, la Commission propose de réduire leur exploitation à court terme afin de permettre leur reconstitution. Sont particulièrement concernés les poissons blancs de l’ouest de l’Écosse (pas de pêche ciblée), les stocks de cabillaud couverts par le plan de reconstitution (-25 %) et le hareng de l'ouest de l'Écosse ( 25 %).

La Commission propose également de fixer les captures à zéro pour certaines espèces de requins et de maintenir la fermeture de la pêcherie d'anchois du golfe de Gascogne jusqu'à ce l'état du stock puisse être évalué au printemps 2009.

À la suite de la révision du plan de reconstitution des stocks de cabillaud, un système de limitation de l'effort fondé sur le nombre de kilowatts-jours, plutôt que sur le nombre de jours en mer, sera également introduit dans les pêcheries de cette espèce.

L'événement :

Réunion du Conseil des ministres de la pêche + conférence de presse commune de la Commission et de la présidence à la suite de l'accord politique, salle de presse du Conseil, bâtiment Juste Lipse.

Les sources :

IP/08/1669 - Pêche: la politique des quotas porte ses fruits, mais davantage d'efforts s'imposent en 2009

IP/08/828 - La Commission propose dans sa déclaration de politique générale des changements fondamentaux concernant les régimes de gestion de la pêche pour 2009

 

Site web du commissaire Borg:

http://ec.europa.eu/commission_barroso/borg/index_fr.htm.

 

Sources externes - Avis du CIEM d'octobre 2008:

http://www.ices.dk/advice/icesadviceOCT2008.asp

 

I-054466  Pêche: opération Shark 2007

I-058337  Pêche: contrôle de la pêche au thon rouge

Les contacts :

Nathalie Charbonneau    +32 2 296 3763 nathalie.charbonneau@ec.europa.eu

Lone Mikkelsen             +32 2 296 0567 lone.mikkelsen@ec.europa.eu


Lundi 22 décembre : Sommet UE‑Brésil

La nouvelle :

L'Union européenne (UE) et le Brésil organiseront leur deuxième sommet à Rio de Janeiro. Les dirigeants participant à ce sommet procéderont à un échange de vues sur des questions telles que la coordination des réponses à apporter à la crise économique et financière internationale, conformément aux propositions formulées lors de la récente réunion du G‑20 à Washington, le changement climatique et l'énergie, les perspectives de reprise des négociations en vue de mener à bien le cycle de Doha, ainsi que les questions régionales sud‑américaines.

Ce sommet sera aussi l’occasion d’examiner l’évolution du partenariat stratégique entre l'Union européenne et le Brésil, lancé en 2007 à l'occasion du premier sommet UE‑Brésil, et de définir, dans un document dénommé «plan d’action conjoint», des lignes directrices relatives aux priorités pour les trois années à venir.

Le contexte :

Au cours des dernières années, le Brésil est devenu une puissance régionale et mondiale, grâce à son activité économique en croissance rapide et à sa volonté de prendre part aux discussions sur les grands défis mondiaux au sein des principales instances internationales, ces discussions concernant aussi bien la paix, la sécurité et la coopération au développement que la sécurité énergétique et le changement climatique.

Le partenariat stratégique entre l'UE et le Brésil fixe un nouveau niveau d'ambition dans la relation de l'UE avec le Brésil, puisqu’il concerne l’échelon politique le plus élevé et met l’accent sur la coopération internationale. Dans le même temps, ce partenariat se fonde sur une relation bilatérale déjà existante, en l’approfondissant et en l’élargissant dans des domaines comme les sciences, la technologie et l'innovation, le commerce et l'investissement, la politique régionale, les questions sociales et d'emploi, les migrations, etc.

Un plan d’action conjoint destiné à mettre en œuvre le partenariat stratégique est en cours d’élaboration et sera approuvé par les dirigeants participant au sommet. Les principaux éléments de ce plan d’action conjoint sont les suivants:

 

·         Promotion de la paix et de la sécurité globale grâce à un multilatéralisme effectif

·         Renforcement du partenariat économique, social et environnemental afin d’encourager le développement durable

·         Promotion de la coopération régionale

·         Promotion des sciences, de la technologie et de l'innovation

·         Promotion des échanges entre les peuples et des échanges culturels.

L'événement :

Sommet UE‑Brésil, Rio de Janeiro (Brésil), 22 décembre 2008

 

Couverture EbS

Les sources :

Communication du 30 mai 2007 intitulée «Vers l’établissement d’un partenariat stratégique entre l’Union européenne et le Brésil»

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2007:0281:FIN:FR:PDF

 

I-054600  Sommet UE/Brésil 2007: arrivées, tour de table et extraits de la conférence de presse

Les contacts :

Leonor Ribeiro da Silva               +32 2 2988155   leonor.ribeiro-da-silva@ec.europa.eu

Amadeu Altafaj Tardio                +32 2 2952658   amadeu.altafaj-tardio@ec.europa.eu


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website