You are here:

Politique des transports de l'UE

Les transports constituent un secteur économique clé (valeur ajoutée brute: 4,8 % au total pour les 28 pays de l’Union européenne, soit 548 milliards d’euros), qui génère 11 millions d’emplois en Europe.

La Commission européenne élabore et encourage des politiques de transports efficaces, sûres, fiables et durables, afin de créer les conditions favorables à une industrie compétitive et créatrice d'emplois et de richesses.

Les grands défis des transports européens

L'UE cherche à contribuer par son action à relever les grands défis des systèmes de transports, à l'heure où nos sociétés deviennent de plus en plus mobiles.

  • Densité du trafic: ce problème, qui touche aussi bien la circulation routière que le trafic aérien, coûte chaque année à l'Europe environ 1 % de son PIB, alors que le transport de marchandises et de passagers devrait encore s'intensifier.
  • Dépendance vis-à-vis du pétrole: même si l'efficacité énergétique des transports s'est améliorée, le secteur dépend encore du pétrole pour 96 % de ses besoins en énergie. Or, le pétrole va se raréfier et proviendra de plus en plus de régions instables. On estime que son prix aura doublé en 2050 par rapport à son niveau de 2005.
  • Émissions de gaz à effet de serre: d'ici à 2050, l'UE doit réduire les émissions du secteur des transports de 60 % par rapport aux niveaux de 1990, afin de limiter le réchauffement planétaire à 2°C.
  • Infrastructures: la qualité varie d'un pays à l'autre de l'UE.
  • Concurrence: le secteur des transports de l'UE doit faire face à la concurrence croissante de marchés en pleine expansion dans d'autres régions du monde.

Les transports de l'UE en chiffres: tableau de bord, infographie et guide statistique

Réussites de l'UE dans le secteur des transports

Grâce à la politique menée par l'UE, le secteur des transports a enregistré des progrès considérables ces 20 dernières années Choisir les traductions du lien précédent   English (en) :

  • une sécurité accrue des transports aérien, maritime et routier;
  • une amélioration des horaires de travail pour les travailleurs du secteur;
  • un plus grand choix de modes de transport pour les particuliers et les entreprises;
  • moins de pollution;
  • des avancées technologiques favorisant les transports plus propres.

Concurrence renforcée

Transport routier: les transporteurs peuvent exercer leurs activités ailleurs que dans leur pays d'origine, ce qui réduit le nombre de retours à vide lors des déplacements internationaux. Cette souplesse nouvelle encourage la concurrence, améliore la qualité des services de fret et de transport de passagers, réduit les coûts et rend les déplacements plus efficaces, limitant ainsi la pollution. En outre, l'harmonisation des normes techniques a amélioré la sécurité.

Trafic aérien: il est de plus en plus facile et bon marché de voyager en avion. De nouvelles compagnies aériennes voient le jour, tandis que davantage de liaisons et des centaines de services relient de très nombreux aéroports dans toute l’Europe. L'initiative «Ciel unique européen Choisir les traductions du lien précédent   English (en) » de l'UE contribuera à développer cette tendance. En vertu des accords dits «ciel ouvert», toute compagnie aérienne de l'UE peut décoller de l'aéroport européen de son choix à destination de n'importe quelle ville d'un autre pays. Ce type d'accords a déjà été conclu avec les États-Unis, le Canada, Israël, les pays des Balkans, le Maroc, la Jordanie, la Géorgie et la Moldavie, et d'autres vont suivre. Voir les relations de l'UE avec le reste du monde dans le domaine aérien, par pays.

Chemin de fer: toute entreprise ferroviaire agréée peut désormais proposer ses services dans l’ensemble de l’UE. Le réseau ferroviaire à grande vitesse s'est rapidement développé ces dernières années, permettant aux passagers de voyager plus vite et moins cher. D’autres améliorations sont prévues.

Transport maritime: 75 % des échanges commerciaux entre l'Europe et les autres pays et 40 % du fret intra-européen passent par la mer, tandis qu'environ 400 millions de passagers empruntent les voies navigables européennes chaque année. L’ouverture du marché des transports maritimes a permis aux compagnies maritimes de travailler et de s'établir librement dans d’autres pays. En 2014, le Conseil et le Parlement européen ont décidé de promouvoir d'ici à 2025 le développement d'un réseau de stations de ravitaillement en gaz naturel liquéfié dans les grands ports maritimes qui composent le réseau transeuropéen, ainsi que d'un système d'alimentation électrique à quai. 

Droits des passagers

Les voyageurs dans l'UE sont protégés par les meilleurs droits des passagers au monde, pour tous les modes de transport: avions, trains, bateaux, autobus et autocars.

Téléchargez l'app sur les droits des passagers dans l'UE

Sécurité des transports

  • Le nombre de décès sur les routes européennes a diminué de moitié entre 1992 et 2010 (de 70 000 à 31 000). Il a encore reculé de 17 % entre 2010 et 2013. L'UE est donc en bonne voie pour atteindre son objectif de réduire de 50 % le nombre de tués sur les routes d'ici 2020.
  • Les compagnies aériennes dangereuses sont interdites de vol en Europe.
  • Des règles plus strictes en matière de sécurité maritime ont été introduites: elles prévoient notamment l'inspection plus rigoureuse des navires, des sanctions en cas de pollution résultant d’une négligence grave et une accélération de l'abandon des pétroliers à simple coque.
  • L'UE établit des normes en matière de sécurité et de sûreté et ne finance les nouveaux projets d'infrastructures que s'ils respectent ces normes.
  • L’UE collabore avec des institutions telles que l’Organisation de l’aviation civile internationale Choisir les traductions du lien précédent   English (en) et l'Organisation maritime internationale pour promouvoir l'adoption de normes de sécurité et de sûreté dans le reste du monde.

Transport durable et intelligent

L’UE soutient la recherche et le développement de nouvelles technologies de transport respectueuses de l'environnement, ainsi que leur mise en œuvre effective.

Par exemple, de nouvelles règles imposent aux pays de l'UE de créer un nombre minimum de stations de rechargement et de ravitaillement, afin de promouvoir les technologies propres (véhicules roulant à l'électricité ou à l'hydrogène et camions, chalands et navires fonctionnant au gaz).

Infrastructures et financement

L'UE a adopté une nouvelle politique en matière d'infrastructures de transports, qui vise à relier le continent d'est en ouest et du nord au sud. Elle cherche à connecter les réseaux de transport nationaux, à supprimer les goulets d’étranglement qui continuent d’entraver le bon fonctionnement du marché unique et à surmonter les obstacles techniques tels que les normes ferroviaires incompatibles.

Financée par le mécanisme pour l'interconnexion en Europe Choisir les traductions du lien précédent   English (en) , avec un budget de 26 milliards d'euros jusqu'en 2020, cette politique profitera également du plan d'investissement sur 3 ans mis en place par la Commission, qui vise à libérer au moins 315 milliards d'euros d'investissements publics et privés d'ici 2017.