You are here:

Un marché sans frontières

Au sein du marché unique de l'UE (appelé aussi parfois «marché intérieur»), les personnes, les biens, les services et les capitaux peuvent circuler aussi librement qu'à l'intérieur d'un même pays. La reconnaissance mutuelle joue un rôle essentiel dans la suppression des obstacles au commerce.

Les citoyens de l'UE peuvent étudier, vivre, faire leurs achats, travailler ou prendre leur retraite dans n'importe quel pays de l'UE, ou avoir accès à des produits issus de toute l'Union.

Abolition des barrières nationales

Pour créer ce marché unifié, des centaines d'obstacles techniques, juridiques et bureaucratiques qui entravaient le libre-échange et la libre circulation entre les pays membres de l'UE ont été supprimés.

Les entreprises ont ainsi pu développer leurs activités, tandis que la concurrence a fait baisser les prix et offert un choix plus large aux consommateurs:

  • les communications téléphoniques coûtent beaucoup moins cher qu’il y a 10 ans;
  • le prix des billets d’avion a chuté et les liaisons aériennes se sont multipliées;
  • un grand nombre de particuliers et d’entreprises peuvent maintenant choisir leurs fournisseurs d’électricité et de gaz.

Parallèlement, l'UE cherche à garantir que ces libertés accrues ne portent pas atteinte aux principes d'équité, de protection des consommateurs et de développement durable. Elle est aidée dans cette tâche par les différentes autorités de concurrence et de régulation européennes.

Un immense marché

Les entreprises européennes qui vendent leurs produits dans l'UE bénéficient d'un accès direct à près de 500 millions de consommateurs, ce qui les aide à rester compétitives. Le marché unique est également très attractif pour les investisseurs étrangers.

Enfin, l'intégration économique peut présenter un intérêt considérable en période de récession, en permettant aux pays de l'UE de maintenir les échanges commerciaux entre eux plutôt que de recourir à des mesures protectionnistes qui ne feraient qu'aggraver la situation.

Des obstacles subsistent

De nombreux obstacles subsistent toutefois dans les domaines où l'intégration est plus lente:

  • la diversité des systèmes fiscaux nationaux nuit à l'intégration et à l'efficacité du marché;
  • des marchés nationaux distincts subsistent pour les services financiers, l'énergie et le transport;
  • le commerce électronique entre les pays de l'UE se développe plus lentement qu'au niveau national et il existe des différences notables entre les règles, les normes et les pratiques appliquées dans chaque pays;
  • le secteur des services reste à la traîne par rapport aux marchés des biens (même si depuis 2006, les entreprises peuvent offrir une série de services dans d'autres États membres à partir de leur pays d'origine);
  • les règles relatives à la reconnaissance des qualifications professionnelles doivent être simplifiées pour permettre aux travailleurs qualifiés de trouver plus facilement un emploi dans un autre pays de l'UE.

Le marché des services financiers est un cas particulier: l'UE cherche en effet à rendre ce secteur plus sûr et plus solide, afin d'éviter que la crise de 2009 se reproduise. Pour cela, elle a adopté des mesures destinées à surveiller les établissements financiers, à réguler les produits financiers complexes et à obliger les banques à détenir davantage de capital. Grâce à la création de l'union bancaire, les mécanismes de surveillance et de résolution des banques ont été transférés du niveau national au niveau européen dans plusieurs États membres. L'UE prévoit également de mettre en place une union des marchés des capitaux, afin de:

  • réduire la fragmentation des marchés financiers;
  • diversifier les sources de financement;
  • renforcer les flux de capitaux entre les pays de l’UE;
  • améliorer l’accès au financement pour les entreprises, en particulier les PME.

Contrôle aux frontières extérieures

Les citoyens de l'UE n'ont pas besoin de passeport pour voyager au sein de l'espace Schengen, qui comprend actuellement 26 pays:

  • tous les pays de l’UE à l’exception de la Bulgarie, de la Croatie, de Chypre, de l’Irlande, de la Roumanie et du Royaume-Uni;
  • l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

Si les pays de l'espace Schengen ont abandonné les contrôles aux frontières nationales, ils les ont renforcés à leurs frontières extérieures.

Pour assurer la sécurité au sein de l'espace, les pays qui en font partie ont également renforcé leur coopération policière, notamment dans le domaine des poursuites et de la surveillance continue des suspects qui se déplacent d'un pays à l'autre Le système d'information Schengen permet aux autorités nationales responsables des contrôles aux frontières et aux autorités douanières et de police de faire circuler des signalements concernant des personnes recherchées ou portées disparues ou des véhicules ou documents volés.