Relations extérieures


Par son poids économique, commercial et financier, l'Union européenne (UE) occupe une place de premier plan sur la scène internationale. Premier bloc commercial au monde, forte de la deuxième devise mondiale, l'Union consacre également chaque année plus de 7 milliards d'euros à des projets d'aide au développement. Elle a conclu des accords commerciaux et de partenariat avec la plupart des pays et régions du monde.

Géant économique de près d'un demi-milliard d'habitants, l'Union européenne joue un rôle important dans les affaires mondiales — et son poids ne cesse de s’affirmer, du fait que les États membres font de plus en plus front commun en matière de politique étrangère.

Trois jeunes garçons en Asie centrale © EuropeAid

L'UE renforce ses relations avec les républiques d'Asie centrale.

L’UE organise régulièrement des sommets avec les États-Unis, le Japon, le Canada ou, plus récemment, la Russie, l’Inde et la Chine. Ses relations avec ces pays et d'autres États portent sur de nombreux domaines, y compris l'enseignement, l'environnement, les droits de l'homme et la lutte contre la criminalité.

Les États-Unis, premier partenaire commercial

L'UE veille à entretenir un partenariat efficace et équilibré avec les États-Unis, son premier partenaire commercial. Les deux parties ont créé en 2007 le Conseil économique transatlantique, organe politique chargé de veiller au renforcement de leurs liens économiques. Plus récemment, les États-Unis et l'Union européenne ont conclu un projet de coopération renforcée en matière de gestion de crise et de prévention des conflits. L'UE souhaite par ailleurs collaborer avec les États-Unis pour lutter contre le changement climatique et réformer le système bancaire au sortir de la crise financière.

La Russie, fournisseur de pétrole et de gaz

L'UE et la Russie travaillent à l'élaboration d'un nouvel accord régissant leurs relations. Les discussions sur ce projet ont débuté en juillet 2008, mais elles ont été suspendues pendant plusieurs mois à la suite du conflit opposant la Russie à la Géorgie. Conscients des liens de plus en plus étroits qui les unissent, la Russie et l'UE désirent renforcer leur coopération dans tous les domaines. L'UE souhaite en particulier approfondir le dialogue avec la Russie afin d'assurer la sécurité de son approvisionnement énergétique. En effet, la Russie fournit une grande part du pétrole et du gaz consommés en Europe. Or, l'approvisionnement a été perturbé à plusieurs reprises par des différends entre la Russie et les pays de transit, notamment l'Ukraine.

Un électeur en train de voter © ECHO

En déployant ses observateurs électoraux dans le monde entier, l'UE contribue au respect des droits de l'homme.

À la rencontre de nos voisins de l'Est

Outre la Russie, l'UE s'emploie à renforcer ses liens avec six autres pays de l'Est: la Géorgie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Moldavie, l'Ukraine et le Belarus. Elle propose d'augmenter les aides accordées à ces pays et leur offre la perspective d’accords de libre-échange s'ils entreprennent les réformes économiques et politiques nécessaires. Les pays qui bénéficieraient de ce «partenariat oriental» sont des pays de transit pour les exportations de pétrole et de gaz vers l'Europe. Tous doivent néanmoins consentir d’importants efforts en matière de démocratie et d'État de droit. L'UE est également préoccupée par la stabilité de cette région, après le conflit armé qui avait opposé la Russie et la Géorgie en août 2008 et s'est conclu par un cessez-le-feu négocié sous les auspices de l'UE.

Resserrer les liens avec la Méditerranée et le Moyen-Orient

En juillet 2008, l'UE a lancé l'«Union pour la Méditerranée», qui vise à resserrer les liens avec le Moyen-Orient et les pays voisins d'Afrique du Nord. Réunissant les 27 États membres de l'UE et 16 pays du pourtour méditerranéen, dont Israël, la Turquie ou encore la Syrie, cette nouvelle initiative englobe près de 800 millions de personnes. Elle entreprendra des projets communs visant à revitaliser cette région: nettoyage de la pollution, rénovation des ports, amélioration des liaisons maritimes, développement de l'énergie solaire, etc. La Ligue des États arabes et l'Autorité palestinienne y seront également représentées.

Relations avec d'autres blocs régionaux: l'Asie et l'Amérique latine

Parallèlement à ses relations bilatérales, l'UE intensifie ses relations avec des ensembles régionaux, en particulier en Asie et en Amérique latine. Elle a noué avec ses partenaires asiatiques en plein développement des «partenariats renforcés» afin de mieux équilibrer les aspects économiques, politiques, sociaux et culturels de leurs relations.

Les Balkans, dans l'antichambre de l'UE

Sept pays de la région des Balkans aspirent à devenir membres de l'Union européenne. La Croatie et l'ancienne République de Macédoine sont officiellement reconnus comme candidats à l'adhésion à l'Union. Cinq autres pays des Balkans occidentaux sont considérés comme des candidats potentiels: l'Albanie, la Bosnie-et-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro et la Serbie. Bien que le Kosovo se soit déclaré indépendant de la Serbie en 2008, aucun accord international n’a été conclu sur son statut. L'UE recherche activement une solution diplomatique à cette question, tout en apportant concrètement son aide au Kosovo: elle y a détaché 1 900 policiers et experts juridiques afin d'aider à renforcer l'État de droit.

Haut de la page

Haut de la page

Haut de la page



CONTACT

Demandes d'informations d'ordre général

Appelez le
00 800 6 7 8 9 10 11 Fonctionnement du service

Envoyez vos questions par courriel

Coordonnées des institutions, contacts avec la presse et visites

Aidez-nous à améliorer ce site

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

OuiNon

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?