You are here:

Développement et coopération

Plus de la moitié des fonds visant à aider les pays en développement provient de l'Union européenne et de ses États membres, ce qui fait de l'UE le principal pourvoyeur d'aide au monde. La plus grande partie de cette aide est destinée aux pays les moins avancés et à faibles revenus.

Montant de l'aide au développement de l'UE

En 2013, l'aide au développement de l'UE — prélevée sur les fonds européens et sur les budgets nationaux des États membres — totalisait 56,2 milliards d'euros.

Cette somme correspond à 0,43 % du revenu national brut (RNB) de l'UE. Les pays de l'UE se sont engagés à atteindre l'objectif de 0,7 % du RNB d'ici à 2015.

Éradiquer la pauvreté pour le nouveau millénaire

Éradiquer durablement la pauvreté est l'objectif prioritaire de la politique de développement de l'UE. Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations unies sont essentiels à cet égard. Ils visent entre autres à réduire de moitié l'extrême pauvreté, à combattre l'épidémie de VIH/sida et à assurer l'enseignement primaire pour tous.

Si le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue a diminué de 600 millions depuis 1990, les progrès réalisés pour atteindre d'autres OMD sont moins encourageants, tels que ceux visant à réduire la mortalité maternelle et infantile et à assurer un approvisionnement en eau potable. L'UE a donc alloué un milliard d'euros supplémentaires pour aider 79 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique à réaliser les OMD pour lesquels ils n'ont que peu progressé.

Promouvoir le développement en 2015

L'UE a fait de 2015 l'Année européenne pour le développement. Cette campagne d’un an a pour but de montrer où va l’aide au développement de l’UE et comment elle contribue à lutter contre la pauvreté.  Elle vise également à expliquer comment la lutte contre la pauvreté dans le monde profite à tous et à inciter un plus grand nombre d’Européens à participer aux activités de développement.

Après 2015

L’actuelle série d’OMD expirera et sera remplacée par un nouveau cadre en 2015. En juin 2014, la Commission a publié une communication intitulée «Une vie décente pour tous: de la vision à l'action collective» Choisir les traductions du lien précédent   English (en) . Ce document définit le programme de l’UE après 2015 en vue d'éradiquer la pauvreté et de promouvoir un développement durable, ainsi que la nécessité de mettre en place un nouveau partenariat mondial.

Aider les pays et les populations à sortir de la pauvreté

Au fil des ans, l'UE a soutenu les efforts de nombreux pays pour éradiquer la pauvreté et bâtir un avenir meilleur pour leurs habitants. Il s'agit souvent d'un exercice de longue haleine.

Timor-Oriental: créer un environnement sain pour les enfants

Un des principaux défis du Timor-Oriental en matière de développement est le manque d’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires. De nombreux enfants de moins de cinq ans meurent de diarrhée provoquée par des infections dues à l'eau et de maladies respiratoires aiguës.

Un projet de l’UE vise à donner plus de 5 000 ménages un accès à l’eau potable. Des activités associant les populations et les écoles sont déjà en cours. Les familles ont été encouragées à construire des latrines, faisant passer de 35 à 65 % le taux de personnes ayant accès à des toilettes.

Lire l'histoire de Ludivina Choisir les traductions du lien précédent   English (en) , un des enfants dont la vie s'est améliorée grâce au projet.  

Des populations maîtresses de leur avenir

La politique de développement de l'UE vise à permettre aux populations défavorisées des pays en développement de prendre en main leur propre développement. En d’autres termes, il s'agit:

  • de traiter les causes de leur vulnérabilité, notamment le manque d'accès à la nourriture, à l'eau potable, à l'éducation, à la santé, à l'emploi, aux terres, aux services sociaux, aux infrastructures et à un environnement sain;
  • d'éradiquer les maladies et de favoriser l'accès à des médicaments bon marché afin de combattre des épidémies telles que le VIH/sida;
  • de réduire la dette des pays en développement, de sorte qu'ils puissent allouer davantage de ressources à des investissements publics essentiels au lieu de payer des intérêts aux riches bailleurs de fonds des pays industrialisés;
  • d'encourager l'autonomie et les stratégies de lutte contre la pauvreté;
  • de consolider le processus démocratique;
  • de mieux faire respecter les droits de l’homme, y compris l'égalité entre les femmes et les hommes;
  • d'encourager un environnement économique plus stable, propice à la croissance des entreprises et à la création d'emplois.

Exemple: Afrique

S’attacher à prévenir les mutilations génitales féminines

Des millions de filles et de femmes dans le monde sont encore menacées de mutilations génitales, en particulier dans les pays en développement. Des progrès sont toutefois enregistrés. Ainsi, grâce à un projet mené par l'UE en coopération avec l’Unicef au Sénégal, plus de 5 300 communautés ont renoncé à cette pratique en un peu moins d’une décennie. Grâce à son plan d’action national visant à éradiquer les mutilations génitales féminines d'ici à la fin de 2015, le Sénégal est en passe de devenir le premier pays au monde à déclarer l’abandon total de cette pratique.

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une initiative qui a contribué à sauver des milliers de filles des mutilations génitales en Égypte, en Éthiopie, en Érythrée, au Sénégal et au Soudan.