RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


L'intégration des femmes dans la recherche

Archives

La question femmes et sciences se situe au cœur de la construction de l'espace européen de la recherche. Les femmes sont sous-représentées dans tous les secteurs scientifiques ; alors qu'elles représentent plus de 50% de la population scolarisée, elles ne constituent que 31,7% des chercheurs de l'enseignement supérieur de l'Union européenne (UE). Une participation pleine et entière des femmes dans toutes les disciplines scientifiques et à tous les niveaux, au même titre que les hommes, permettra de renforcer encore l'excellence et les progrès de la science européenne.

ACTE

Communication de la Commission, du 17 février 1999, "Femmes et sciences" : mobiliser les femmes pour enrichir la recherche européenne.

SYNTHÈSE

Contexte

Les femmes sont de plus en plus nombreuses dans la plupart des champs de la vie économique, sociale et politique, mais elles restent particulièrement peu présentes dans la recherche scientifique et le développement technologique. Malgré une présence significative (et parfois majoritaire) des femmes à l'issue des études universitaires, le taux de femmes aux différents échelons de la carrière scientifique va en s'amenuisant, pour devenir presque homéopathique au sommet de la hiérarchie.

Cette situation doit être corrigée du point de vue de l'égalité des chances entre les femmes et les hommes, qui est une exigence démocratique et une priorité de l'UE (articles 2 et 3 du traité). De plus, il serait préjudiciable de passer à côté de l'enrichissement que représente une plus grande implication des femmes dans la recherche, à la fois du point de vue des méthodes, des thèmes d'intérêt et des objectifs assignés à l'effort de recherche.

Intégration de l'égalité des chances dans le cinquième programme-cadre

La Commission a présenté la communication « Femmes et science » le 17 février 1999 qui vise à promouvoir l'égalité des chances dans le cadre des activités de recherche de l'UE et en particulier du Cinquième programme-cadre de recherche et développement (1998 - 2002).

Cette communication fait suite à la conférence co-organisée par la Commission et le Parlement européen les 28 et 29 avril 1998, au cours de laquelle des scientifiques et des décideurs politiques ont affirmé la nécessité d'intensifier les efforts afin d'accroître la présence des femmes dans la recherche en Europe.

Elle présente l'ensemble des mesures qui seront mises en œuvre dans le cadre du 5ème programme-cadre afin de promouvoir les femmes dans la recherche. Deux objectifs seront poursuivis :

  • l'établissement d'un dialogue entre États membres sur les mesures mises en oeuvre aux niveaux régional et national;
  • le développement d'une approche cohérente au sein de la politique de l'UE proprement dite (5ème programme-cadre).

Afin d'assurer une bonne adéquation de la recherche aux besoins des femmes, la Commission estime qu'un plancher de 40% doit être recherché pour la participation des femmes à tous les niveaux de la mise en œuvre et de la gestion des programmes de recherche (notamment dans les bourses de recherche Marie Curie, dans les assemblées consultatives et dans les panels d'évaluation du 5ème programme-cadre de RDT).

Des études d'impact seront menées au niveau de chaque programme spécifique pour étudier si les programmes de travail et les recherches financées prennent en compte les besoins des femmes et des hommes, lorsque ceux-ci sont potentiellement différents.

Les facteurs économiques et sociaux doivent être pris en compte, ainsi que le rôle essentiel de l'éducation et de la formation dans la promotion d'une participation plus active des femmes à la recherche.

L'intégration de l'égalité des chances ne doit pas se limiter à promouvoir la participation des femmes en tant que chercheurs, mais doit également assurer que la recherche réponde aux besoins de tous les citoyens, hommes et femmes.

Le Conseil estime que les deux objectifs les plus importants de la communication, sont :

  • stimuler le débat et l'échange d'expériences entre États membres ;
  • promouvoir la participation des femmes à la recherche communautaire sur la base d'une approche cohérente reposant sur les programmes-cadre de recherche.

Également, le Conseil invite les États membres à :

  • mettre à disposition les informations statistiques qui existent sur la participation des femmes dans les activités de recherche et développement;
  • participer activement au dialogue proposé par la Commission, en analysant la situation et en évaluant conjointement les politiques en cours. Les instituts de recherche, les organismes d'enseignement supérieur et les entreprises du secteur privé sont invités à participer à ce processus;
  • utiliser les moyens adéquats, y compris par le biais d'autres politiques nationales (par exemple les Plans d'action nationaux) pour promouvoir les femmes dans la recherche.

Nouveaux progrès de l'intégration des femmes dans la recherche

  • Le 6ème programme-cadre: la promotion de la participation équitable et sans restriction des femmes dans toutes les disciplines scientifiques et à tous les niveaux fait partie intégrante du 6ème programme-cadre de recherche. L'accent est placé sur le développement de synergies entre les politiques ou les actions nationales et régionales, afin de renforcer la participation des femmes dans la recherche industrielle et d'intégrer l'égalité des chances dans les institutions scientifiques;
  • Le groupe d'Helsinki « Femmes et science »: ce groupe vise à promouvoir l'égalité des sexes et la participation des femmes dans les domaines scientifiques à l'échelle européenne. Les assemblées se tiennent deux fois par an et constituent un forum important pour le dialogue sur les politiques nationales. Le principal rôle est d'échanger des points de vue, des expériences et des bonnes pratiques concernant les mesures et les politiques élaborées et mises en œuvre au niveau local, régional, national et européen ;
  • Le développement de réseaux: l'existence des réseaux (EN) est un outil essentiel pour faire entendre la voix des femmes scientifiques en Europe. Un des facteurs qui résulte de la sous-représentation des femmes dans les sciences et dans la recherche est justement l'isolement perçu et le manque de soutien rencontré individuellement par les femmes scientifiques dans leur branche ;
  • Les statistiques: pour mesurer les progrès collectifs de carrières des femmes scientifiques, il est crucial de disposer de statistiques (EN) et d'indicateurs régulièrement actualisés afin de vérifier si la situation s'améliore ou non et d'observer les variations selon les disciplines et les pays ;
  • Le groupe Enwise: la Commission a établi le groupe d'expertes Enwise (EN) (Enlarge « Women In Science » to East) pour analyser la situation des femmes scientifiques en Europe centrale et orientale et dans les pays Baltes ;
  • Le groupe d'experts « Femmes dans la recherche industrielle »: ce groupe vise à conseiller la Commission, les États membres et l'industrie privée sur les mesures à prendre pour encourager les employeurs du secteur privé à profiter des avantages financiers qu'ils pourront gagner à recruter des femmes pour leurs entreprises.

RÉFÉRENCES

Acte Entrée en vigueur Transposition dans les États membres Journal Officiel
COM(99) 76 final - - -

ACTES LIÉS

Résolution du Conseil, du 20 mai 1999, concernant les femmes et les sciences [Journal officiel C 201 du 16.07.1999].

Document de travail des services de la Commission : « Femmes et sciences : la dimension du genre, un levier pour réformer la science » [SEC(2001) 771 - Non publié au Journal officiel].

Dernière modification le: 24.04.2007
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page