RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Utilisation prudente des agents antimicrobiens en médecine humaine

La présente recommandation invite les États membres à mettre en œuvre des stratégies spécifiques concernant l'utilisation prudente des agents antimicrobiens en médecine humaine. L'objectif est de contenir l'extension de la résistance aux antimicrobiens et, ainsi, de préserver l'efficacité de ces agents.

ACTE

Recommandation du Conseil, du 15 novembre 2001, relative à l'utilisation prudente des agents antimicrobiens en médecine humaine [COM(2001) 333 final Volume II - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Contexte

La proposition fait suite à la communication adoptée par la Commission élaborant une stratégie visant à faire face au phénomène inquiétant de la résistance aux agents antimicrobiens.

La recommandation sera mise en œuvre en coopération étroite avec le réseau de surveillance épidémiologique et de contrôle des maladies transmissibles dans la Communauté instauré en 1999. Le réseau fournit des informations importantes relatives à la propagation des maladies transmissibles dont l'utilisation des agents antimicrobiens constitue le principal outil du traitement.

Volets principaux

La recommandation est composée de 6 volets principaux :

  • la surveillance ;
  • le contrôle ;
  • la prévention ;
  • l'éducation ;
  • l'information ;
  • la recherche.

Les actions seront principalement mises en œuvre par un organisme national dans chaque État membre qui sera tenu d'élaborer une stratégie générale à cette fin. Un plan stratégique doit être transmis à la Commission dans un délai d'un an après l'adoption de la recommandation. Le plan doit être mis en place progressivement sur une période n'excédant pas quatre ans. Les États membres doivent soumettre, dans un délai d'un an et ensuite chaque année, un rapport sur la mise en œuvre des actions.

Surveillance

Il s'agit de mettre en place ou de renforcer les systèmes de surveillance de la résistance aux agents antimicrobiens et de leur consommation afin de rassembler des données fiables et comparables sur la susceptibilité des pathogènes aux agents antimicrobiens et sur la prescription et la consommation des agents. Ces informations devraient permettre l'analyse de l'évolution de ce problème et l'établissement d'un lien éventuel entre la prescription et la consommation des agents et le développement de pathogènes résistants.

Prévention et contrôle

Il convient d'élaborer des principes et des orientations concernant les bonnes pratiques de gestion des maladies. Ceci concerne notamment le contrôle des agents et la prévention des maladies.

Il est essentiel de faire appliquer les mesures de contrôle relatives à l'utilisation prudente des agents antimicrobiens. L'objectif principal est d'assurer que les agents antibactériens soient disponibles uniquement sur ordonnance. Dans un premier temps, en ce qui concerne les agents non soumis à l'obligation de prescription, il s'agit de fixer des règles relatives à leur utilisation. Il convient aussi d'examiner la nécessité d'appliquer cette règle à l'ensemble des agents antimicrobiens, par mesure de précaution. La Commission et les États membres définiront ensemble des indicateurs de suivi des pratiques de prescription.

La prévention des maladies ainsi que la limitation du recours aux agents antimicrobiens sont deux aspects importants de la lutte contre la résistance antimicrobienne. Il s'agit d'optimiser le choix du médicament, du dosage et de la durée du traitement. En ce qui concerne la prévention des maladies transmissibles, il s'agit notamment de promouvoir et de renforcer les programmes d'immunisation et les mesures relatives à l'hygiène et le contrôle des infections dans les institutions (hôpitaux, crèches, maisons de soins, etc.).

Éducation et information

L'éducation des professionnels de la santé est indispensable à la mise en œuvre des actions visant à aborder ce problème. Il faudrait notamment enseigner les principes et les orientations relatifs à l'utilisation appropriée des agents microbiens et insister sur la formation aux normes d'hygiène et de contrôle des infections et sur les programmes d'immunisation.

La sensibilisation du grand public, consommateur des agents antimicrobiens à travers les campagnes d'information, peut aussi jouer un rôle important.

Recherche

Les États membres sont tenus d'informer la Commission et les autres États membres des initiatives nationales dans le domaine de la recherche à ce sujet.

Il importe de mettre l'accent sur la recherche concernant :

  • les mécanismes d'apparition et de propagation de la résistance ;
  • la mise au point de nouvelles modalités de prévention et de traitement des infections ;
  • le développement de solutions de remplacement des agents antimicrobiens.

Dispositions relatives aux produits

La recommandation prévoit des dispositions relatives aux produits eux-mêmes. Il s'agit de mettre en place des systèmes de contrôle concernant la commercialisation de ces agents pour veiller à ce que la commercialisation respecte les principes de bonne gestion des maladies transmissibles. Ceci devrait être réalisé dans un délai de deux ans.

En outre, la Commission et les États membres lanceront des activités destinées à harmoniser et mettre à jour l'information sur les produits.

Rôle de la Commission

La Commission aura un rôle de coordinateur visant à faciliter l'information, la consultation et la coopération. Elle sera aussi responsable de l'élaboration des textes relatifs aux principes et orientations concernant les meilleures pratiques en matière d'utilisation prudente des agents antimicrobiens. Il est prévu que la Commission mette au point un système communautaire d'information reliant les prescripteurs, les pharmaciens, etc. et le grand public. Il est également nécessaire d'intensifier la participation des pays candidats dans le cadre du réseau de surveillance épidémiologique et de contrôle communautaire des maladies transmissibles.

ACTES LIÉS

Rapport de la Commission sur la base des rapports des États membres, du 22 décembre 2005, concernant l'application de la recommandation (2002/77/CE) du Conseil relative à l'utilisation prudente des agents antimicrobiens en médecine humaine [COM(2005) 684 final - Non publié au Journal officiel].

Le rapport souligne que les États membres n'ont que partiellement mis en œuvre les différentes actions proposées par la recommandation. C'est pourquoi la Commission appelle les États membres à respecter toutes les dispositions de la recommandation, et en particulier:

  • élaborer rapidement et mettre en œuvre de manière efficace les stratégies nationales et les plans d'action nationaux;
  • s'attaquer au problème de l'automédication relative aux antibiotiques, notamment en informant le grand public des risques qu'elle comporte;
  • formuler des lignes directrices recommandant des traitements antibiotiques appropriés ;
  • élargir les activités de surveillance aux données sur les antiviraux et les antiparasitaires ;
  • promouvoir l'échange de meilleures pratiques à l'échelle européennes.
Dernière modification le: 14.07.2006
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page