RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Consommation d'alcool chez les jeunes

Des données statistiques ont mis en avant des changements préoccupants dans les habitudes des adolescents en matière de boissons alcoolisées. Ceux-ci ont notamment trait à l'augmentation de la consommation excessive d'alcool chez les mineurs. Dans ce contexte, la présente recommandation vise à encourager les États membres et les acteurs concernés à élaborer des mécanismes visant à s'attaquer aux problèmes provoqués par la consommation abusive d'alcool chez les jeunes.

ACTE

Recommandation 2001/458/CE du Conseil, du 5 juin 2001, concernant la consommation d'alcool chez les jeunes, notamment les enfants et les adolescents [Journal officiel L 161 du 16.06.2001].

SYNTHÈSE

Approche générale

La recommandation vise à sensibiliser tous les niveaux de la société aux dangers de l'abus d'alcool chez les jeunes, y compris les producteurs et les détaillants des boissons alcoolisées, ainsi que les parents. Elle s'adresse également aux différents aspects du problème : de la consommation excessive irrégulière à la dépendance à l'alcool chez les jeunes.

Par cette recommandation, le Conseil encourage l'élaboration d'une approche commune relative à ce problème au sein de la Communauté.

Stratégies des États membres

La recommandation établit les critères de base pour l'élaboration des stratégies des États membres face à ce problème. Il s'agit principalement de sensibiliser tous les acteurs, et particulièrement les jeunes, aux problèmes liés à la consommation d'alcool et de développer des outils de promotion de la santé. Cette approche vise les différents milieux concernés: les écoles, les centres sportifs, les mouvements de jeunesse, etc.

Selon la recommandation, les principaux éléments de ces stratégies devraient être les suivants :

  • promouvoir la recherche concernant tous les aspects des problèmes liés à la consommation d'alcool par des jeunes afin d'identifier et d'évaluer les mesures permettant d'y remédier ;
  • assurer que les politiques générales de la promotion de la santé visant tous les groupes concernés (enfants, adolescents, parents, enseignants, etc.) prennent en compte la problématique de l'alcool ;
  • promouvoir une approche multisectorielle visant à informer les jeunes sur l'alcool en faisant intervenir, le cas échéant, les services d'éducation, de santé et de la jeunesse, les organismes chargés du respect des lois, les organisations non gouvernementales (ONG), les médias, etc.;
  • favoriser la production des matériaux de sensibilisation visant les enfants, les adolescents et les parents ;
  • intégrer davantage les jeunes dans le cadre des politiques et actions liées à la santé et qui visent les jeunes ;
  • lancer des initiatives destinées à attirer l'attention des jeunes sur les dangers de l'alcool au volant ;
  • prendre, en priorité, des mesures contre la vente illégale d'alcool à des consommateurs mineurs.

Actions relatives à l'industrie

En collaboration avec les producteurs et les détaillants de boissons alcoolisées ainsi qu'avec les ONG concernées, les États membres sont encouragés à favoriser la mise en place de mécanismes efficaces dans les domaines de la promotion, de la commercialisation et de la vente en détail. Il s'agit de:

  • faire en sorte que les producteurs ne produisent pas de boissons alcoolisées destinées aux enfants et aux adolescents ;
  • faire en sorte que la conception et / ou la promotion des boissons alcoolisées ne visent pas les enfants ou les adolescents. Il faut notamment faire attention à l'utilisation de styles (motifs, couleurs, etc.) associés à la "culture jeune", aux images employées, à la promotion des idées associées à la consommation d'alcool (allusion à la réussite sociale, aux prouesses sexuelles ou sportives, par exemple), à la mise en avant d'enfants dans la promotion de la boisson ainsi qu'au parrainage des boissons alcoolisées (parrainage de manifestations sportives ou musicales auxquelles participent un nombre important d'enfants, merchandising sportif, etc.) ;
  • assurer la possibilité d'examiner et de retirer de la vente les produits qui ne respectent pas les principes énoncés ci-dessus;
  • mettre en place, le cas échéant, une formation spécifique à l'intention des serveurs et vendeurs d'alcool ;
  • offrir aux fabricants, aux promoteurs, etc. la possibilité d'obtenir des conseils préalables au lancement d'un produit.

Rôle de la Commission

En coopération avec les États membres, la Commission est invitée à :

  • soutenir les États membres dans la mise en œuvre de la présente recommandation, notamment en fournissant les données pertinentes et en facilitant l'échange d'information et de bonnes pratiques ;
  • approfondir la recherche au niveau communautaire sur le comportement et les motivations des jeunes concernant la consommation d'alcool et suivre l'évolution de la situation ;
  • assurer un suivi, une évaluation et une surveillance de l'évolution de la situation et des mesures prises et garantir un dialogue constructif avec toutes les parties intéressées ;
  • exploiter pleinement l'ensemble des politiques communautaires, notamment le programme d'action dans le domaine de la santé publique, pour mettre en œuvre les éléments de la présente recommandation.

CONTEXTE

Les études réalisées au cours de ces dernières années ont révélé, dans certains États membres, des changements inquiétants dans les habitudes des enfants et des adolescents en matière de boissons. Les études constatent en effet une augmentation de la consommation excessive et régulière d'alcool chez les mineurs, un abaissement de l'âge des premiers contacts avec l'alcool ainsi qu'une consommation en hausse chez les jeunes filles. Ces données représentent une tendance préoccupante étant donné les conséquences graves de la consommation excessive d'alcool sur la santé des jeunes ainsi que sur le bien-être social.

ACTES LIÉS

Conclusions du Conseil, du 2 juin 2004, sur l'alcool et les jeunes [Non publié au Journal officiel].

Dans ces conclusions (pdf - p. 40), le Conseil rappelle celles du 5 juin 2001 relatives à une stratégie communautaire pour réduire les dommages liés à l'alcool et invite la Commission à présenter des propositions en ce sens.

Conclusions du Conseil, du 5 juin 2001, relatives à une stratégie communautaire visant à réduire les dommages liés à l'alcool [Journal officiel C 175 du 20.06.2001].

Dans ces conclusions, le Conseil appelle à la mise en place d'une stratégie communautaire globale visant à réduire les dommages liés à l'alcool.

Dernière modification le: 29.08.2005
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page