RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 10 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Innovation et Stratégie de Lisbonne

Archives

1) OBJECTIF

Définir le processus d'innovation, la politique d'innovation et présenter un programme d'action pour la Communauté et les États membres visant à contribuer à la réalisation des objectifs retenus par la Stratégie de Lisbonne.

2) ACTE

Communication de la Commission du 11 mars 2003. « Politique de l'innovation : mise à jour de l'approche de l'Union dans le contexte de la stratégie de Lisbonne » [COM(2003) 112 final - Non publié au Journal officiel].

3) SYNTHESE

Contexte

La communication fait le point sur le processus d'innovation et la Stratégie de Lisbonne lancée en mars 2000, qui vise à faire de l'Union européenne l'économie la plus dynamique et la plus compétitive du monde d'ici 2010. Avec le Livre Vert sur l' esprit d'entreprise et la communication sur la politique industrielle dans une Europe élargie, la communication participe au développement de la politique d'entreprise orientée vers la compétitivité des entreprises et la croissance économique.

Définition

L'innovation consiste en la production, l'assimilation et l'exploitation avec succès de la nouveauté dans les domaines économique et social.

Importance de l'innovation pour les entreprises

L'innovation permet aux entreprises de conquérir des nouveaux marchés ou de résister à la concurrence. Elle revêt des formes très diverses, allant de l'invention issue de la recherche et du développement, en passant par l'adaptation de procédures de production, l'exploitation de nouveaux marchés, l'utilisation de nouvelles approches organisationnelles ou la création de nouveaux concepts de commercialisation.
La course à l'innovation se révèle être aussi importante que la concurrence par les prix. Les entreprises doivent donc jouer un rôle actif dans ce domaine notamment pour réceptionner les résultats de la recherche et contribuer à la croissance de la compétitivité de l'Union européenne.

La politique d'innovation

Au niveau politique, la diversité de l'innovation crée des difficultés pour appréhender le processus dans son ensemble. Au début, une approche linéaire, prenant la recherche comme base, a été suivie, alors qu'une démarche systémique incluant tous les éléments participant à l'innovation est plus appropriée. Le modèle systémique doit être développé afin de permettre de comprendre non seulement l'innovation technologique, mais aussi d'autres formes d'innovation. L'Union européenne a donc pour tâche d'approfondir ses connaissances sur ce processus en vue d'élaborer une politique efficace.
L'intégration de l'innovation dans les diverses politiques permettrait de renforcer l'entreprise, qui est au centre du processus d'innovation. Ainsi, la formation du personnel à l'esprit d'entreprise leur permettrait de mieux saisir les opportunités offertes par le marché. La coopération réussie avec d'autres entreprises et les pouvoirs publics impose la création de « grappes d'entreprises » (clusters) complémentaires, géographiquement concentrées, interdépendantes et concurrentes. Les conditions du marché et la demande des consommateurs jouent aussi un rôle important. Certains paramètres comme la concurrence, l'apport en capitaux, l'environnement réglementaire peu contraignant, l'existence d'une main d'œuvre qualifiée et mobile sont également nécessaires au développement de procédés novateurs.
Du fait de ce contenu multiple, la mise en œuvre de la politique d'innovation revêt un caractère délicat. Les administrations communautaires, nationales et régionales doivent donc l'aborder avec un maximum de flexibilité.

Les défis

L'Union européenne devra rattraper le retard pris sur ses principaux concurrents, aider les nouveaux États membres à remédier à leurs lacunes, développer les compétences nécessaires et tirer partie de sa situation économique et sociale.
Ainsi, malgré quelques résultats encourageants relevés lors de l'élaboration des tableaux de bord sur l'innovation 2001 et 2002, l'Union européenne accuse toujours un retard important sur les États-Unis et le Japon. Néanmoins, certains États membres ont progressé plus que d'autres ce qui permet aux autres États membres d'avancer plus rapidement grâce à la méthode de coordination ouverte. L'Union européenne devra également vaincre les réticences internes à l'adaptation aux procédés novateurs.
L'élargissement de l'Union européenne impose la réalisation d'actions particulières. Les habitants des pays candidats ont souvent su faire preuve d'esprit novateur en s'adaptant à la transformation de leur économie. Bien que les problèmes rencontrés dans ces pays et dans les États membres de l'UE soient souvent identiques, il faudra néanmoins porter une attention particulière à la formation, à l'adaptation et à l'instauration de circuits financiers adéquats.
En règle générale, les qualifications spécialisées ou générales des travailleurs européens doivent être améliorées.
De plus, du fait de l'évolution démographique qui entraîne un vieillissement de la population, l'organisation professionnelle doit être revue en accentuant la flexibilité pour notamment renforcer la formation professionnelle.
De plus, au niveau de l'Union européenne, il s'agira de tirer profit des particularités de l'UE tels que l'importance du secteur public ou de l'urbanisation croissante.

Le cadre de la politique d'innovation

Au niveau européen des efforts de coordination ont été réalisés notamment dans le cadre des programmes cadres de recherche afin d'améliorer la relation entre recherche et innovation. Dans les autres domaines, il faudra également renforcer l'aspect « innovation ». Les cinq priorités identifiées par la Commission dans sa communication sur l'innovation dans une économie basée sur la connaissance, sont toujours d'actualité mais il est nécessaire de renforcer la promotion. Un cadre d'action propice à la coordination va être instauré:

  • les États membres doivent élaborer et renforcer leurs stratégies nationales d'innovation et coordonner l'action des ministères concernés.
  • au niveau européen, l'approche systémique devrait être renforcée grâce à la mise en place du Conseil compétitivité qui regroupe les activités liées au marché intérieur, à la recherche et à l'industrrie. Au sein même de la Commission, les commissaires ont renforcé leur coopération pour favoriser l'innovation. De plus, tout en laissant place à l'action des États membres, l'Union européenne doit agir afin de tirer un maximum d'avantages de la dimension européenne de l'innovation.
  • au niveau national et communautaire il faut améliorer les connaissances sur l'innovation en améliorant notamment les outils statistiques.

Des mesures seront mises en œuvre. Ainsi, la Commission européenne prévoit de renforcer le processus d'apprentissage. Un projet pilote visera à améliorer le système de soutien à la promotion de l'innovation et une attention particulière sera portée aux pays candidats.

Autres actions

De nouvelles idées vont devoir être étudiées pour renforcer le processus d'innovation.
Il s'agit tout d'abord d'améliorer l'environnement des entreprises en renforçant l'interaction avec d'autres politiques comme la concurrence, le marché intérieur, la politique régionale, les mesures fiscales, l'éducation et la formation professionnelle, l'environnement, la standardisation ou le brevet communautaire.
L'innovation ne progressera que si elle est reçue positivement par le marché. Dans ce cas il est possible d'étudier la réaction des consommateurs sur des marchés pilotes qui de par leurs caractéristiques propres peuvent être particulièrement réceptifs au sein de l'Union européenne. Cette procédure aidera également les entreprises européennes à s'implanter sur le marché mondial.
Le secteur public au sein de l'Union est également source et utilisateur d'innovation même si des obstacles subsistent. Il faudra donc poursuivre dans cette voie en recourant notamment aux méthodes de gouvernement électronique.
Au niveau régional où sont souvent conçus les procédés novateurs les efforts pour éviter les cloisonnements doivent être entrepris tout en renforçant la création de « grappes d'entreprises » et de noyaux de formation. La Commission soutiendra les efforts des autorités régionales et les réseaux européens.

Plan d'action

Bien que le retard sur les États-Unis en matière d'innovation ne se fasse pas encore sentir, il est important que l'Union européenne développe une politique de l'innovation. Les États membre et la Commission vont donc établir un cadre d'action comprenant des priorités et des objectifs.

Les États membres devront, renforcer leur stratégie nationale en faveur de l'innovation, transmettre à la Commission les informations sur l'innovation et renforcer leur participation au processus d'apprentissage mutuel.
La Commission s'attachera à améliorer la cohérence des différentes données disponibles, améliorera le processus d'apprentissage mutuel, analysera avec les États les résultats du processus et lancera une initiative pilote sur l'évaluation des résultats. Dans les pays candidats, elle instaurera une plate-forme d'échange et y étendra le tableau de bord de l'innovation. Elle rédigera un rapport sur la politique d'innovation au niveau national et communautaire et contribuera à l'innovation dans le secteur public.
La Commission et les États membres mettront en place une procédure de coordination, renforceront l'apprentissage mutuel et leur coopération pour développer l'innovation au sein de l'UE.

4) MESURES D'APPLICATION

5) TRAVAUX ULTÉRIEURS

Dernière modification le: 13.05.2003
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page