RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 1 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Le service eCall

eCall est un système de sécurité qui appelle automatiquement les services d'urgence en cas de grave accident de voiture. Même si les passagers du véhicule sont inconscients, le système informe les services de secours de la localisation exacte du lieu de l'accident pour que l'ambulance se rende immédiatement sur place. eCall sauvera ainsi des vies et permettra de réduire la gravité des lésions corporelles de dizaines de milliers de blessés. Les États Membres, les constructeurs automobiles, les opérateurs télécom et les centres d'urgences doivent maintenant agir de concert afin qu'eCall fonctionne sans interruption sur tout le territoire de l'UE pour 2015.

ACTE

Recommandation n° 2011/750/UE de la Commission du 8 septembre 2011 sur le soutien à un service eCall à l'échelle de l'UE dans les réseaux de communications électroniques en vue de la transmission d'appels d'urgence embarqués fondés sur le numéro 112 (appels eCall) Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE.

SYNTHÈSE

Suite à la Communication de 2009 relative à la phase de déploiement du service eCall, la Commission propose des mesures réglementaires, à savoir:

  • mandater l’industrie automobile pour installer un système eCall à prix abordable dans tous les véhicules;
  • actualiser les centres d'appels de secours des États membres pour un traitement efficace des appels eCall;
  • transmettre le plus vite possible les appels eCall aux opérateurs télécoms ainsi que l'ensemble minimum de données fournies par le système vers les centres d'appel d'urgences.

L’objectif de cette recommandation est d’inviter les États membres à garantir la mise en oeuvre par les exploitants de réseaux mobiles du mécanisme permettant de prendre en charge le «discriminateur eCall» dans leurs réseaux. Les exploitants de réseau mobile devraient traiter un appel eCall comme tout autre appel adressé au numéro d’appel d’urgence unique européen 112.

eCall : principe de fonctionnement

Dès que le système eCall du véhicule détecte un choc violent suite à un accident, il appelle automatiquement le centre d'urgence le plus proche et lui transmet les coordonnées exactes du lieu de l'accident ainsi que d'autres informations. En appuyant sur un bouton, eCall peut également être activé manuellement (par les témoins d'un accident par exemple). Que l'appel soit activé manuellement ou automatiquement, il y existe toujours une connexion vocale entre le véhicule et le centre de secours, en plus de la transmission automatique d'autres données. Tout passager conscient est donc à même de répondre aux questions du centre d'appel et de donner de plus amples informations sur l'accident.

Si les services de secours sont directement informés lors d'un accident et qu'ils en connaissent les coordonnées exactes, leur temps d'intervention est réduit de 50 % dans les zones rurales et de 40 % dans les zones urbaines. Grâce à ce temps gagné, eCall devrait sauver des centaines de vies humaines chaque année sur les routes d'Europe et permettre à des dizaines de milliers de blessés d'être soignés plus vite, permettant de réduire la gravité des lésions corporelles, et leur offrant ainsi de meilleures chances de guérison.

eCall : un service harmonisé

L’introduction du numéro unique d'appel d'urgence européen 112 a constitué un premier pas vers l’harmonisation des services d’urgence. En effet, tous les européens peuvent composer ce numéro de téléphone en cas de besoin, et ce, dans le respect des dispositions de la directive service universel et droit des utilisateurs.

eCall repose sur le 112. Les centres d’urgence doivent pouvoir interpréter le "minimum de données" transmises par le système eCall. En plus des coordonnées du lieu de l'accident, ce minimum de données contient des informations relatives au type et au modèle du véhicule, l'itinéraire emprunté et d'autres informations utiles aux services de secours.

L’harmonisation du service eCall va permettre notamment de:

  • garantir l’interopérabilité de la transmission de l’appel vocal/audio et de l’ensemble minimal de données tels que le lieu et le moment précis de l’accident;
  • assurer la continuité du service dans tous les pays européens.

eCall : un service qui respecte la protection des données à caractère personnel

Le système embarqué sera dormant, sauf en cas d'accident, ou sauf si un occupant appuie sur le bouton. eCall ne permettra donc pas qu'un véhicule soit localisé à distance sauf en cas d'accident. L'appel sera dirigé vers un PSAP, qui assurera le respect de la protection des données à caractère personnel, comme c'est déjà le cas pour les appels d'urgence.

Le service eCall s’inscrit également dans le respect des recommandations formulées par le groupe de travail « article 29 » sur la protection des données, qui souligne l’importance de ne pas permettre la traçabilité des véhicules équipés de fonctionnement eCall en dehors de tout accident de la route.

eCall : mise en Ĺ“uvre

Les États membres sont tenus de définir des règles précises pour les exploitants de réseaux mobiles publics au sein de leur propre pays, et ce, dans le respect des dispositions des deux directives 95/46/CE et 2002/58/CE relatives à la protection des données, précédemment citées. Les États membres doivent également indiquer le centre de réception des appels d’urgence pour l’acheminement des appels eCall.

D’ici au 31 décembre 2014, les exploitants de réseaux mobiles doivent prendre en charge le « discriminateur eCall » dans leurs réseaux, afin que les appels eCall soient traités comme un appel d’urgence adressé au numéro d’appel 112.

Termes clé de l’acte
  • Centre de réception des appels d’urgence ou PSAP (public safety answering points): lieu physique où la réception des appels d’urgence s’effectue initialement sous la responsabilité d’une autorité publique. Le "PSAP le plus approprié" étant celui défini au préalable par les autorités pour couvrir des appels d’urgence à partir d’une certaine zone ou pour des appels d’urgence d’un certain type (par exemple des appels eCall).
Dernière modification le: 16.02.2012

Voir aussi

Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page