RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 4 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Les défis de la société de l'information européenne après 2005

Archives

Les technologies de l'information et des communications (TIC) * permettent d'accélérer le rythme du progrès technique, de la modernisation et de l'ajustement structurel de l'économie. Étant donné que les TIC stimulent dans une grande mesure la compétitivité, l'Union européenne (UE) devrait mettre à profit toutes les possibilités offertes par celles-ci pour contribuer à la réalisation des objectifs de Lisbonne *. Les TIC ont donc un rôle capital à jouer dans ce processus. Par cette communication, la Commission vise à lancer un grand débat politique sur la stratégie de l'UE au-delà de 2005 dans le domaine de la société d'information.

ACTE

Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions, du 19 novembre 2004: "Les défis de la société de l'information européenne après 2005" [COM(2004) 757 final - Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

La présente communication recommande une utilisation plus large des TIC. Leur diffusion à grande échelle dépendra de la capacité de l'UE à régler les nombreux problèmes soulevés par leur emploi et à rendre plus évidents les avantages offerts par leur utilisation. De plus, il conviendra de s'assurer que le plus grand nombre de personnes en tire bénéfice. Dans cette perspective, l'initiative eEurope lancée par la Commission européenne en juin 2000, s'est avérée très positive.

Contribution des TIC aux objectifs de Lisbonne

L'UE est encore loin d'exploiter toutes les possibilités offertes par les TIC dans le cadre de la réalisation des objectifs de Lisbonne. Une plus grande utilisation des ces nouvelles technologies aurait des répercussions positives sur la productivité et la compétitivité européennes, ainsi que sur la société en général. En effet, ce secteur est l'un des plus innovants et des plus productifs, représentant environ 8% du PIB de l'UE ainsi que 6% des emplois en 2000. De manière plus spécifique, l'augmentation de la productivité enregistrée entre 1995 et 2000 était due aux TIC pour 40 %. Par ailleurs, les TIC favorisent l'exercice de la citoyenneté et améliorent la qualité de vie en permettant la fourniture de services de meilleure qualité à un plus grand nombre des personnes.

Les politiques en matière de société de l'information

Vu l'énorme potentiel de croissance de ce secteur, il est nécessaire de mettre en Ĺ“uvre des politiques spécifiques et d'adapter les politiques actuelles aux nouveaux développements. Les différentes initiatives en matière de société de l'information dans l'UE doivent être mises en relation, en supprimant les limites sectorielles et en assurant une diffusion homogène des TIC dans la société.

Au niveau mondial, ce marché est en développement rapide, notamment en Chine, en Inde et au Brésil. L'UE doit donc suivre de près l'évolution du secteur dans ces pays. Une étroite coopération internationale s'impose également pour faire face aux menaces qui pèsent sur la sécurité des réseaux et prévenir la criminalité informatique.

Même si l'UE et les États membres soutiennent déjà l'effort de recherche des entreprises européennes, les besoins en matière de recherche et de développement (R&D) dans ce domaine sont toujours plus grands. De même, il est de plus en plus nécessaire de développer la recherche sur l'impact socioéconomique de l'application des TIC dans les différents secteurs.

Enjeux pour une politique de la société de l'information après 2005

Les changements apportés par l'utilisation des TIC ne sont pas seulement techniques. De nouvelles structures socioéconomiques et de nouvelles formes de gestion des affaires publiques apparaissent, entraînant de nouveaux modes de communication et d'interaction entre les individus, les entreprises et l'administration. La Commission a déterminé à cet égard des thèmes jugés importants, notamment:

  • le contenu et les services: l'UE doit soutenir les fournisseurs de contenu et favoriser l'émergence de services innovants. Les divers obstacles freinant la mise au point de nouveaux services et contenus doivent être éliminés pour que les utilisateurs et les entreprises puissent en bénéficier;
  • l'intégration dans la société de l'information et l'exercice de la citoyenneté : l'exercice de la citoyenneté évoque la participation de tous à la société. Au travers des politiques de "eInclusion" * on vise à assurer à tous le même accès aux TIC et la même disponibilité à un prix abordable. Pourtant, l'apparition de nouvelles technologies complexes marginalise les groupes qui ne sont pas en mesure de les utiliser. Afin d'éviter la formation de nouvelles fractures, il est nécessaire d'assurer à chacun une culture numérique et faire en sorte que les technologies soient faciles à utiliser;
  • les services publics: l'emploi des TIC dans ce secteur renforcerait la démocratie et la transparence. De plus, leur utilisation assurerait des services plus efficaces et de meilleure qualité;
  • les compétences et l'activité professionnelle: il est nécessaire de renforcer le volet TIC au cours de tous les cycles d'apprentissage et de formation de manière que tous puissent acquérir des compétences dans ce domaine. L'Europe doit appliquer les TIC sur le lieu de travail afin d'en accroître l'efficacité et fournir des emplois plus qualifiés;
  • les TIC comme secteur d'activité essentiel: en couvrant les marchés de l'informatique, des communications électroniques et de l'audiovisuel, les TIC constituent une activité économique majeure. Pour rendre l'Europe plus attrayante pour les investissements étrangers, il est important de créer un environnement favorable à la concurrence qui soit aussi transparent et simple que possible;
  • l'interopérabilité*: l'interopérabilité doit être garantie à tous les niveaux - opérateurs, fournisseurs de contenu ou de services et consommateurs - ainsi qu'entre des services, des législations et des pratiques administratives qui sont différentes dans chaque pays;
  • la confiance et la fiabilité: il est essentiel que les réseaux soient à la fois sûrs et fiables. D'un côté, les consommateurs veulent que leur vie privée soit garantie et qu'on lutte contre les pratiques commerciales illégales et contre tout contenu illicite. De l'autre, les infrastructures de la vie moderne reposant en large mesure sur les TIC et dépendant les unes des autres, tout dysfonctionnement peut avoir des conséquences lourdes;
  • exploitation des TIC par les entreprises: étant donné que l'emploi des TIC par les entreprises reste un facteur déterminant de la compétitivité européenne, il est nécessaire que celles-ci, et en particulier les PME, les utilisent davantage.

L'UE sera confrontée à de nombreux défis dans le domaine des TIC dans les années à venir. Ce secteur, déjà important en soi, est crucial pour la croissance, pour améliorer la productivité ainsi que pour renforcer la citoyenneté et la qualité de la vie. L'adoption effective de nouveaux processus et modèles économiques qui permettent d'exploiter le potentiel des TIC reste un défi à relever. La Commission estime nécessaire d'intensifier la recherche et les investissements dans ces technologies génératrices de productivité. Elle entend, par cette communication, déclencher un processus de réflexion sur le sujet et s'engage à procéder à une vaste consultation auprès des parties intéressées.

Termes-clés de l'acte
  • Technologies de l'information et des communications (TIC): le terme TIC couvre un large éventail de services, applications, technologies, équipements et logiciels, c'est-à-dire les outils comme la téléphonie et l'Internet, l'apprentissage à distance, la télévision, les ordinateurs, les réseaux et les logiciels nécessaires pour employer ces technologies. Ces technologies sont en train de révolutionner les structures sociales, culturelles et économiques en générant de nouveaux comportements vis-à-vis de l'information, de la connaissance, de l'activité professionnelle, etc.
  • Inclusion: ce concept est lié au déploiement d'une société de l'information pour tous, c'est-à-dire une société assurant à tous, à un prix abordable, le même accès aux TIC et la même disponibilité. L'eInclusion a donc une double signification : d'une part, il s'agit d'assurer l'égalité d'accès et la participation de tous à la société de l'information; d'autre part, il a pour objectif de mettre en application des systèmes afin de permettre aux personnes souffrant de handicaps et aux personnes âgées de jouer pleinement un rôle dans la société et d'accroître leur autonomie.

  • Objectifs de Lisbonne: au Conseil européen de Lisbonne (mars 2000), l'UE s'est fixé un nouvel objectif stratégique pour la décennie à venir: "devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde, capable d'une croissance économique durable accompagnée d'une amélioration quantitative et qualitative de l'emploi et d'une plus grande cohésion sociale." La stratégie a été conçue pour permettre à l'Union de regagner les conditions du plein emploi et renforcer la cohésion d'ici 2010.
  • Interopérabilité: l'interopérabilité désigne le fait que plusieurs systèmes, qu'ils soient identiques ou radicalement différents, puissent communiquer sans ambiguïté et travailler ensemble. L'interopérabilité est une notion très importante pour le réseau téléphonique mondial et Internet, qui, par essence, sont des réseaux hétérogènes, où se croisent des matériels divers et variés. Il faut donc que les communications obéissent à des normes, clairement établies et univoques.

ACTES LIÉS

Communication de la Commission, du 1er juin 2005, sur "i2010-une société de l'information pour la croissance et l'emploi" [COM(2005) 229 final- Non publié au Journal officiel].

Cette communication, par laquelle la Commission définit les larges orientations politiques pour la société de l'information et les médias s'inscrit dans le cadre de la stratégie de Lisbonne révisée. La connaissance et l'innovation y jouent un rôle crucial.

Communication de la Commission, du 30 juin 2004, sur "Les services mobiles à haut débit" [COM(2004) 447 final - Non publié au Journal officiel].

Communication de la Commission, du 13 juillet 2004, sur "Vers un partenariat global dans la société de l'information: traduire les principes de Genève en actions - Propositions de la Commission pour la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) " [COM(2004) 408final - Non publié au Journal officiel].

Communication de la Commission, du 20 octobre 2004, "Protection des infrastructures critiques dans le cadre de la lutte contre le terrorisme"[COM(2004) 702 final - Non publié au Journal officiel].

 
Dernière modification le: 25.10.2005
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page