RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Rapport annuel ECHO 2009

Le rapport 2009 sur l’assistance humanitaire apportée par l’Union européenne (UE) souligne le nombre important de crises et la complexité grandissante des interventions. L’UE est un des principaux donateurs d’aide humanitaire dans le monde. Son soutien aux populations en crise s’est avéré essentiel au cours de cette année.

ACTE

Rapport annuel du 9 avril 2010 sur la politique humanitaire et sa mise en œuvre en 2009 [COM(2010) 138 final – Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

Les crises humanitaires sont de plus en plus fréquentes et complexes, en raison du nombre croissant:

  • de réfugiés et de personnes déplacées suite à des conflits;
  • de catastrophes naturelles liées au changement climatique;
  • de personnes vulnérables en raison de la crise économique.

Au cours de l’année 2009, ce sont 115 millions de personnes qui ont bénéficié de l’aide humanitaire européenne. Le budget prévu initialement a du être augmenté à deux reprises, en utilisant la réserve d’aide d’urgence de l’Office ECHO. Le budget du FED a également été utilisé au profit des pays ACP.

Principales opérations

Les catastrophes naturelles sont en augmentation. Elles sont essentiellement liées à des phénomènes climatiques. En réponse, l’Office ECHO conduit des opérations d’urgence mais aussi des actions de préparation aux catastrophes dans les zones les plus exposées.

En 2009 les interventions ont concerné:

  • des inondations en Afghanistan, en Inde, au Tadjikistan et en Afrique occidentale;
  • des cyclones, des tempêtes tropicales et des ouragans au Laos, au Viêt Nam, au Cambodge, au Bangladesh, en Inde, aux Philippines, au Salvador, au Nicaragua, à Cuba, aux Fidji et en Papouasie-Nouvelle-Guinée;
  • des épisodes de sécheresse dans la grande Corne de l’Afrique, au Sahel, à Madagascar, dans les Territoires palestiniens et en République arabe syrienne;
  • des séismes en Indonésie;
  • des épidémies en Afrique occidentale, australe et en Papouasie-Nouvelle-Guinée;
  • de mauvaises récoltes en Ouganda, au Laos et au Bangladesh.

Les crises provoquées par l’homme ont eu pour conséquence:

  • des déplacements de population suite à des conflits au Sri-Lanka, au Yémen, en République démocratique du Congo et au Pakistan;
  • l’augmentation des besoins de première nécessité notamment en termes de santé, d’alimentation et d’assainissement de l’eau dans la Bande de Gaza, suite à l’attaque des forces de défense israéliennes (IDF);
  • l’augmentation de la vulnérabilité des populations en Afghanistan et en Somalie en raison de la dégradation des conditions de sécurité, de la sècheresse et de la flambée des prix alimentaires.

Les financements les plus importants ont été attribués au Soudan en raison de la crise au Darfour qui a entraîné le déplacement de plus de 6,5 millions de personnes; ainsi qu’en la République démocratique du Congo, où près de 3 millions de personnes ont été déplacées en raison des conflits frontaliers.

Le rapport souligne les mauvaises conditions de travail des travailleurs humanitaires qui sont de plus en plus soumis à des limitations par les autorités de certains pays, à des violations du droit humanitaire, mais aussi à des attaques et des prises d’otage dans les zones de conflit.

Cependant la situation humanitaire s’est améliorée dans certains pays. C’est le cas du Nord-Ouganda où le plan de paix, de rétablissement et de développement a pu être mis en œuvre en 2009. Le Zimbabwe a également accompli des progrès en matière de services de santé, d’approvisionnement en eau, de libéralisation de l’économie, d’agriculture et d’emploi. Enfin, au Sri-Lanka où une grande partie de la population déplacée suite aux conflits a pu rentrer chez elle.

Développements politiques et institutionnels

Un groupe de travail a été créé au sein du Conseil, pour traiter de l’aide humanitaire et de l’aide alimentaire (COHAFA). Il doit faciliter la mise en œuvre du Consensus européen sur l’aide humanitaire.

La Commission a également établi des liens de travail étroits avec le nouveau comité sur le développement (DEVE), élu au sein du nouveau Parlement européen.

Dernière modification le: 28.07.2010
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page