RSS
Index alphabétique
Cette page est disponible en 5 langues

We are migrating the content of this website during the first semester of 2014 into the new EUR-Lex web-portal. We apologise if some content is out of date before the migration. We will publish all updates and corrections in the new version of the portal.

Do you have any questions? Contact us.


Rapport annuel ECHO 2008

Le rapport 2008 de la Direction générale de l’aide humanitaire (ECHO) fait état de nombreuses crises d’origine humaine ou naturelles survenues dans les pays tiers. La capacité de réaction rapide et l’importance du budget alloué aux opérations humanitaires démontre le rôle stratégique de l’Union européenne (UE) au plan mondial.

ACTE

Rapport de la Commission du 1er juillet 2009 – Direction générale de l’aide humanitaire (ECHO) - Rapport annuel 2008 [COM(2009) 290 final – Non publié au Journal officiel].

SYNTHÈSE

En 2008 le budget de la Direction générale de l’aide humanitaire (ECHO) a été augmenté à hauteur de 937 millions d’euros, en raison de l'augmentation du nombre de catastrophes naturelles et de la flambée des prix alimentaires. Le budget de l’aide alimentaire d’urgence a été doublé afin de venir en aide à plus de 25 millions de personnes.

Principales opérations

Des crises d’origine humaine ont touché de nombreuses régions du monde en 2008. Ce fut le cas en Ossétie du sud en raison du conflit entre la Géorgie et la Fédération de Russie, au Kenya en raison des troubles politiques qui ont causé le déplacement de 500 000 personnes, aux Philippines suite à l’échec de l’accord de paix entre le gouvernement et le Front moro islamique de libération, qui a causé le déplacement de 550 000 personnes, ainsi qu’au Yemen et au Sri Lanka en raison des conflits internes subis par ces États.

Certaines crises humanitaires en dégradation ont nécessité une gestion particulière en raison de leur caractère d’urgence complexe ou de longue durée, ce fut le cas au Soudan et en République démocratique du Congo.

La stratégie de la Commission est également axée sur la gestion des crises humanitaires oubliées (celles dont les besoins sont grands malgré le peu de mobilisation des donateurs et des médias).

La Commission constate une augmentation de la fréquence et de l’ampleur des catastrophes naturelles.En 2008, elle a du conduire des opérations de secours dans plusieurs régions du monde, auprès de populations en détresse parfois déjà touchées par d’autres types de crises. En effet, des cyclones, des ouragans et des typhons ont touché la région des Caraïbes, Madagascar, la Birmanie/Myanmar, le Laos et le Viêtnam.La corne de l’Afrique, le Sahel, la République de Moldavie, le Paraguay, le Honduras et les territoires palestiniens ont connu des périodes de sécheresse, le Pérou et la Bolivie des périodes de froid extrême.La Chine a été touchée par un tremblement de terre, le Bénin,l’Amérique latine et la région des Caraïbes par des épidémies. De plus, des inondations se sont produites en Amérique latine, au Bangladesh, au Népal, en Namibie, en Inde et au Yémen.

La stratégie de l’UE pour la réduction des risque de catastrophes dans les pays en développement, dont les programmes DIPECHO, vise à sensibiliser les communautés locales aux risques et à accroître leur capacité de résistance.

L’action d’ECHO s’inscrit dans le court terme, mais la Commission encourage la liaison entreaide d’urgence, réhabilitation et développement (LRRD). Elle aide ainsi les populations touchées par des crises à retourner rapidement à l’autosuffisance.

Efficacité de l’aide

L’action d’ECHO contribue à la définition d’une politique humanitaire adaptée au mieux aux situations de vulnérabilité. Elle vise à assurer l’efficacité et la qualité de l’aide mise en œuvre. À cette fin la Commission recommande de:

  • développer la sécurité du personnel chargé de l’aide;
  • renforcer les capacités de ses partenaires;
  • accroître la capacité de réaction rapide par l’organisation d’équipes plurisectorielles;
  • étendre les stratégies de communication et d’information;
  • soutenir la formation du personnel chargé de l’aide, notamment à travers le réseau NOHA (Network on humanitarian assistance).

En 2008, l’aide humanitaire a été mise en œuvre par les agences de l’ONU (46%), des organisations non-gouvernementales (44%) et par des organisations internationales (10%).

Dernière modification le: 23.10.2009
Avis juridique | À propos de ce site | Recherche | Contact | Haut de la page